2005_12_04 Voyage en Côte de Beaune


Compte rendu de visites exceptionnelles dans les meilleurs domaines de la Côte de Beaune en Bourgogne. Lire le compte rendu sur le lien suivant :


Club toulousain IN VINO VERITAS

 

Voyage en Bourgogne : Côte de Beaune.

28 Novembre - 4 décembre 2004

 

Comme dans le cas des voyages précédents, en Bourgogne fin 1999, dans le Rhône septentrional fin 2000, le Rhône méridional fin 2001, le Languedoc fin 2002 et enfin l'Alsace fin 2003, commençons par remercier chaleureusement les producteurs qui nous ont si cordialement reçus. Nous leur adressons nos remerciements les plus vifs pour les moments (de découverte, de convivialité, de plaisir…) passés en leur compagnie.

 

 

Participants : Didier Sanchez (DS), Pierre Citerne (PC), Rémy Pédréno, ponctuellement accompagnés du murisaltien Patrick Essa

 

Didier Sanchez s'est chargé de l'organisation du voyage, à partir d'un choix de domaines commun. Ce "carnet de route" de notre séjour a été écrit par Pierre Citerne.

 

 

Les domaines que nous avons visités :

 

  1. Domaine Buisson-Charles

  2. Domaine de la Romanée-Conti

  3. Domaine de Montille

  4. Domaine Pierre Morey

  5. Domaine Michel Bouzereau et Fils

  6. Domaine Bonneau du Martray

  7. Domaine Simon Bize

  8. Domaine Henri Germain et Fils

  9. Domaine Ramonet

  10. Domaine des Comtes Lafon

  11. Domaine Marquis d'Angerville

  12. Domaine Michel Lafarge

  13. Domaine Joseph Matrot

  14. Domaine Rémy Jobard

  15. Domaine Roulot

  16. Domaine Jean-François Coche-Dury

  17. Domaine Leflaive

  18. Domaine Louis Carillon et Fils

  19. Domaine Etienne Sauzet

  20. Domaine Vincent Dancer

  21. Domaine Catherine et Dominique Derain

  22. Domaine Bernard Moreau et Fils

  23. Domaine Albert Grivault

 

 

NOTES ET COMMENTAIRES SUR LES VINS DEGUSTES

 

Les domaines sont cités dans l'ordre des visites effectuées, et les vins commentés et notés selon le barème du club fourni dans ce document, dans l'ordre de leur dégustation.

Nous sommes conscients du caractère éminemment subjectif de la dégustation, de la complexité du vin en tant qu'objet de plaisir et objet de culture. Nous tenons à ce que les commentaires et les notes soient considérés comme des repères ponctuels et personnels, dont le but est de structurer notre mémoire, en aucun cas comme des jugements de valeur visant à exprimer une hiérarchie ou des certitudes. Le style assez télégraphique des descriptions s'explique par une volonté de ne pas trop m'éloigner des notes prises sur le moment, de ne pas trop broder sur la perception fugace, fragile, d'une réalité capricieuse.

 

 

 

 

1 - Domaine Buisson-Charles

 

Après un beau tour de cave des 2004 sur fût, où l'on retiendra notamment un Charmes et un Gouttes d'Or très concentrés, longs, prometteurs, nous avons pu remonter dans le temps autour d'une table conviviale, avec les vins du domaine mais pas seulement... Encore merci à Patrick Essa, à Michel Buisson, ainsi qu'à leurs épouses pour la chaleur de leur accueil.

 

Domaine Buisson-Charles - Meursault 2003

Notes : DS13 - PC12,5/13

Miel d'acacia et bourgeon de cassis au nez. Matière concentrée, ramassée, peu acide et marquée par une amertume finale. Ressemble-t-il à un Hermitage blanc ?

 

Domaine Buisson-Charles - Meursault "Les Tessons" 2003

Notes : DS14 - PC14

Expression florale capiteuse (seringat, chèvrefeuille, vanille…) avec encore une note végétale (angélique ?). Meilleur équilibre en bouche que la cuvée précédente, plus de vivacité, mais une finale tout de même un peu dure et chaleureuse.

 

Domaine Buisson-Charles - Meursault premier cru "Charmes" 2003

Notes : DS14,5 - PC15

Nez opulent, évoquant fruits exotiques et caramel au beurre. Matière riche, beurrée, heureusement équilibrée par une belle acidité et une trame minérale qui prend le relais en milieu de bouche ; la gorgée se termine par un beau retour de noisette fraîche.

 

Domaine Buisson-Charles - Meursault 1994

Notes : DS11 - PC11

Des reflets orangés dans la robe éveillent la méfiance. Nez oxydé et piquant, notes de vernis et d'iode. Agressif et dur en bouche.

 

Domaine Buisson-Charles - Meursault premier cru "Charmes" 1986

Notes : DS16 - PC17

Robe dorée franche, jeune. Nez net, pur, sur l'amande et la noisette fraîche, qui semble rajeunir à l'aération. Bouche vive et fine, cohérente de bout en bout ; la matière porte admirablement ces belles notes de noisette jusqu'en finale.

 

Domaine Buisson-Charles - Volnay premier cru "Santenots" 2003

Notes : DS16 - PC16

Nez pur, immédiat, exprimant avec beaucoup de naturel un fruit explosif, pétulant mais nuancé d'une jolie pointe d'animalité naissante. Bouche fraîche (remarquablement fraîche dans le contexte du millésime) et goûteuse, dense, équilibrée.

 

Domaine Buisson-Charles - Meursault "Les Tessons" 1999

Notes : DS15,5 - PC15,5/16

Nez discret, racé, sur les agrumes et la noisette fraîche. Bouche tendue, dense, vive, beaucoup de trame.

 

Domaine Buisson-Charles - Meursault premier cru "Charmes" 2002

Notes : DS15,5 - PC15

Doré profond. Nez très riche, abricoté, beurré, surmûr (?), presque décadent. Bouche également très riche, massive, veloutée, chaleureuse, avec (comme c'était le cas pour le 2003) un salutaire retour d'acidité et de structure en fin de bouche.

 

Domaine Buisson-Charles - Meursault premier cru "Gouttes d'Or" 2002

Notes : DS16/16,5 - PC16

Beaucoup plus floral et minéral dans ses arômes que les Charmes 2002. Un beau vin campé sur une pureté minérale et un fruit dense, exprimant plus de classicisme et de rectitude que le Charmes.

 

 

2 - Domaine de la Romanée-Conti

 

Escapade en Côte de Nuits. Les 2003 goûtés sur fût expriment le caractère solaire, presque extravagant, du millésime (la Romanée-Conti se montrant la cuvée la moins marquée par ce trait). Malgré cette empreinte forte de l'année, chaque cru conserve sa typicité, sa personnalité propre, dans le style pur, rigoureux et libre des vins du Domaine ; c'est une leçon de transparence des terroirs et de respect du fruit.

 

Domaine de La Romanée-Conti - Echezeaux 2003 (sur fût)

Notes : DS15 - PC15

Nez floral (violette), direct, évocation de fruits très mûrs (fraise, mûre…). Bouche atypique, suave, douce, peu acide, "sudiste" !

 

Domaine de La Romanée-Conti - Grands-Echezeaux 2003 (sur fût)

Notes : DS16,5 - PC16,5

Nez plus frais, serré, racé ; on revient sur la griotte. Matière très fine, élégante et structurée, saveur intense et délicate, belle rémanence malgré une finale légèrement chaleureuse.

 

Domaine de La Romanée-Conti - Romanée-Saint-Vivant 2003 (sur fût)

Notes : DS15,5/16 - PC16

Des fleurs lourdes au nez, charnelles (iris, violette), des épices aussi. La matière, séductrice, enjôleuse, semble plus veloutée que structurée. Malgré l'empreinte chaleureuse du millésime, la fin de bouche est stricte, encore marquée par son élevage (impression ressentie, à des degrés divers, sur toutes les cuvées).

 

Domaine de La Romanée-Conti - Richebourg 2003 (sur fût)

Notes : DS16/16,5 - PC16/16,5

Nez déjà animal, typique, riche, dégageant un fruité ample et légèrement confituré. Charnu, large, concentré en bouche, beaux tannins ; on sent toujours cette générosité "méridionale" en finale…

 

Domaine de La Romanée-Conti - La Tache 2003 (sur fût)

Notes : DS17 - PC17

Nez très original, intense, minéral, fumé, profondément typé, fruit concentré évoquant la cerise noire et le noyau. La bouche impose une structure très puissante et saine, une ampleur de chair supérieure, une race virile derrière laquelle la chaleur du millésime se fait discrète.

 

Domaine de La Romanée-Conti - Romanée-Conti 2003 (sur fût)

Notes : DS17,5 - PC18

Robe vive, la moins colorée de la série mais la plus lumineuse. Nez d'une exquise finesse, d'une floralité bouleversante, qui reprend l'iris de la Saint-Vivant en beaucoup plus fin, plus nuancé et plus aérien. Aucune lourdeur en bouche, rien que de la fraîcheur et de la finesse ; une essence de pinot qui s'affranchit du millésime là où les autres cuvées, si réussies soient-elles, lui payent un tribut certain.

 

Domaine de La Romanée-Conti - Romanée-Saint-Vivant 2002

Notes : DS17,5 - PC17+

Magnifique robe fuchsia brillante. Nez de très grande race, floral ; son fruit évoque à la fois la cerise la plus fraîche, la plus éclatante et la betterave rôtie. En bouche le fruit est élancé, libre, intense, pur, les tannins sont fermes, la finale aérienne et minérale, resserrée.

 

Domaine de La Romanée-Conti - Romanée-Saint-Vivant 1996

Notes : DS16,5 - PC(16,5)

Robe plus évoluée. Fumet de gibier, de truffe, derrière lequel remonte un fruit magnifique, toujours partagé entre la cerise aérienne et la betterave terrienne… Le grain est très fin dès l'attaque, le corps éthéré ne fait que porter le parfum ; la finale nous ramène sur terre avec des tannins très présents, austères, qui cadenassent l'expression de ce vin en devenir.

 

Domaine de La Romanée-Conti - Romanée-Saint-Vivant 1993

Notes : DS16 - PC(15/15,5)

Robe jeune malgré un ourlet fauve. Nez profond et fin, assez fermé, fruit serré distillant des évocations automnales (humus, feuilles mortes, truffe, début d'animalité). Corps très élégant et aérien mais vraiment austère, ferme, qui paraît replié sur ses tannins. Un vin qui attend certainement son heure, difficile à circonvenir actuellement.

 

Domaine de La Romanée-Conti - Romanée-Conti 1975

Notes : DS18 - PC17+

Robe très dépouillée, cuivrée, beaucoup de dépôt au fond de la bouteille. Premier nez pénétrant et suave, désincarné mais d'une très grande race aromatique : évocation de cerise confite, de pain d'épices, éblouissantes notes camphrées et truffées ; malgré son apparente fragilité, la stabilité de ce bouquet à l'aération est remarquable. Le corps n'a plus de véritable présence physique, il s'efface derrière l'essence éthérée de ce pinot dont la noblesse a vaincu les difficultés du millésime. Bien que marquée par une douceur confite surannée (sénescente ?), la finale est encore assez solide pour que le message aromatique civilisateur imprègne les terminaisons nerveuses de longues minutes.

 

Domaine de La Romanée-Conti - Batard-Montrachet 1996

Notes : DS17,5 - PC17,5

Robe pâle, grasse, visqueuse même. Nez très lactique, pourtant d'une grande pureté et d'une insigne finesse, crème de lait et beurre frais. Même impression de pureté en bouche, aucune extravagance aromatique, saveur de pomme verte, énormément de gras et une acidité presque foudroyante. Nous l'avions goûté au Domaine il y cinq ans presque jour pour jour, il ne semble pratiquement pas avoir évolué.

 

 

3 - Domaine de Montille

 

Chez la famille de Montille nous avons pu mesurer toute la finesse, l'équilibre, la plénitude dont sont capables les vins de pinot des terroirs de Volnay et Pommard. La transparence des terroirs est admirable, tout comme la densité, la pureté, le sérieux des matières, dotées de structures tanniques peut-être plus aimables que naguère (les 2002 apparaissent particulièrement veloutés).

 

Domaine de Montille - Bourgogne rouge 2002

Notes : DS13 - PC13,5

Expression variétale évoquant des petits fruits à noyau ; de la mâche, propre, net.

 

Domaine de Montille - Volnay premier cru "Carelle-sous la Chapelle" 2002

Notes : DS15,5 - PC15,5/16

Joli fruit très fin, délicatesse de texture, tannins raffinés et surtout étonnamment aimables.

 

Domaine de Montille - Volnay premier cru "Les Brouillards" 2002

Notes : DS16 - PC16

Un peu plus corsé que le précédent mais tout aussi aimable et fin, du velours.

 

Domaine de Montille - Volnay premier cru "Les Champans" 2002

Notes : DS16 - PC16

Amabilité, séduction et finesse toujours ; structure classique et grande rémanence.

 

Domaine de Montille - Pommard premier cru "Les Rugiens" 2002

Notes : DS16,5/17 - PC17+

Plus d'amplitude et de présence dès l'attaque ; charnu, plus structuré que les Volnay mais sans la moindre rudesse, goût de terre, de fer. Finit carré, noble, ample, persistant.

 

Domaine de Montille - Volnay premier cru "Les Mitans" 2001

Notes : DS16 - PC15

Très subtil, franc au nez : amande, guigne. Tannique, serré en bouche, marqué par le goût un peu sec de la grêle ; la finale revient heureusement sur le fruit.

 

Domaine de Montille - Pommard premier cru "Les Pézerolles" 2001

Notes : DS17 - PC17

Plus floral que les Mitans, encore beaucoup de finesse et de naturel aromatique. Bouche longue, propre, tenue, serrée, stricte mais sans aucune raideur.

 

Domaine de Montille - Pommard premier cru "Les Pézerolles" 2002

Notes : DS16 - PC15,5/16

Expression dominée par la rondeur du fruit, mûr, pur ; structure enveloppée. Plus de bonhomie mais moins d'élan que les Pézerolles 2001.

 

Domaine de Montille - Pommard premier cru "Les Rugiens" 1999

Notes : DS17,5 - PC17,5/18

Très belle couleur vive et pleine. Grande profondeur au nez, sobriété, finesse, définition, noyau de cerise, humus… La plénitude du fruit, l'ampleur et la netteté de la structure donnent une assise souveraine au vin, remarquable goût de fer et de terre en finale.

 

Domaine de Montille - Pommard premier cru "Les Rugiens" 1990

Notes : DS18 - PC18,5

Magnifique robe, dense, peu évoluée. Nez puissant mais subtil, nuancé, fumé, feuilles mortes, betterave rôtie… Grande saveur fumée, terrienne, "ferrugineuse", fruit dense et moelleux, très mûr, sans aucune lourdeur ni avachissement ; présence, fermeté, jeunesse : il semble avoir encore plus d'assise que les Rugiens 1999.

 

Domaine de Montille - Puligny-Montrachet premier cru "Le Cailleret" 2001

Notes : DS16,5 - PC16,5/17

Pâle. Nez fermé et racé, pur, transparent et aérien dans sa discrétion (fleurs blanches, fleur de vigne). Matière longue, droite, dense, austère encore, minérale : un vin d'avenir.

 

 

4 - Domaine Pierre Morey

 

Dans sa cave particulièrement froide, Pierre Morey nous a guidé dans un tour d'horizon allant de l'aligoté aux grands crus. Le même style émane des vins du domaine et de ceux du petit négoce Morey-Blanc, un style caractérisé par la rectitude, la pureté, le sérieux des matières, la discrétion aromatique de vins tendus vers l'avenir. Si les particularismes des terroirs s'expriment avec limpidité, ceux des millésimes également. Pierre Morey n'a manifestement pas cherché à masquer la typicité (l'atypicité) de l'année 2003 ; nous retrouverons cette même volonté au domaine Leflaive, dont il est le régisseur.

 

Domaine Pierre Morey - Bourgogne rouge 2003 (échantillon tiré sur fût)

Notes : DS13,5 - PC13

Assez dense, sérieux, chaleureux, peu acide.

 

Domaine Pierre Morey - Monthelie (rouge) 2003 (échantillon tiré sur fût)

Notes : DS13,5 - PC13,5

Même profil ; la structure est plus nettement dessinée, l'alcool moins perceptible.

 

Domaine Pierre Morey - Meursault "Les Durots" (rouge) 2003 (échantillon tiré sur fût)

Notes : DS14 - PC14,5

Les tannins sont au premier plan de l'expression du vin, vifs, saillants, virils ; l'acidité est bien présente.

 

Domaine Pierre Morey - Pommard premier cru "Grands Epenots" 2003 (échantillon tiré sur fût)

Notes : DS14,5 - PC15,5/16

Belle densité ; de la mâche, de la tenue, une structure fine et droite.

 

Morey-Blanc - Volnay premier cru "Santenots" 2003 (échantillon tiré sur fût)

Notes : DS13,5/14? - PC13

La matière paraît resserrée, l'expression du fruit dominée par le bois.

 

Morey-Blanc - Aloxe-Corton premier cru "Clos du Chapitre" 2003 (échantillon tiré sur fût)

Notes : DS14 - PC15

Le fruit s'exprime avec plus de liberté dans ce vin, terrien, animal, savoureux, typé.

 

Morey-Blanc - Corton-Renardes 2003 (échantillon tiré sur fût)

Notes : DS14 - PC15,5

Nez animal, déjà bien ouvert, ample. Matière souple, savoureuse, concentrée, chaleureuse.

 

Morey-Blanc - Corton "Cuvée du docteur Peste" 2003 (échantillon tiré sur fût)

Notes : DS13,5 - PC(13,5)

La présence du bois domine l'expression aromatique (élevage entièrement en fûts neufs). Les tannins semblent nettement plus extraits ; le profil en bouche est à ce stade dur et agressif.

 

Domaine Pierre Morey - Bourgogne Aligoté 2003

Notes : DS12,5 - PC14

Nez vif, crayeux, évoquant la coquille d'huître. Bonne vivacité en bouche ; la typicité du cépage ne semble pas entamée par le millésime.

 

Domaine Pierre Morey - Bourgogne blanc 2003 (échantillon tiré sur fût)

Notes : DS13,5 - PC14

Séduisante saveur de citron meringué, matière bien présente, un peu lourde en finale.

 

Domaine Pierre Morey - Meursault 2003 (échantillon tiré sur fût)

Notes : DS14,5 - PC15

Très belle matière, serrée, droite qui s'exprime avec finesse, un peu d'amertume en finale.

 

Domaine Pierre Morey - Meursault "Les Tessons" 2003 (échantillon tiré sur fût)

Notes : DS15 - PC15,5

Expression nettement minérale, plus "pointue" que la précédente, la chaleur du millésime semble également plus marquée ; finale impressionnante de rigueur.

 

Domaine Pierre Morey - Meursault premier cru "Bouchères" 2003 (échantillon tiré sur fût)

Notes : DS14,5 - PC14,5

Vin onctueux, assez tendre. Du charme et de la finesse aromatique mais une finale un peu pâteuse.

 

Morey-Blanc - Saint-Romain 2003 (échantillon tiré sur fût)

Notes : DS13 - PC13,5

Aromatique, floral, direct, appesanti par une finale chaleureuse.

 

Morey-Blanc - Saint-Aubin "Les Pucelles" 2003 (échantillon tiré sur fût)

Notes : DS13,5/14 - PC15+

Très minéral (grillé, silex ?) au nez ; paraît beaucoup plus vif, tendu que le vin précédent.

 

Morey-Blanc - Saint-Aubin premier cru 2003 (échantillon tiré sur fût)

Notes : DS14 - PC15,5

Plus de gras, belle expression de fleurs blanches, toujours cette appréciable acidité minérale.

 

Morey-Blanc - Auxey-Duresses 2003 (échantillon tiré sur fût)

Notes : DS13,5 - PC14

Joli fruit, floral, assez frais ; une matière moins enlevée que celle des Saint-Aubin, à la fois moins grasse et moins minérale.

 

Morey-Blanc - Corton Charlemagne 2003 (échantillon tiré sur fût)

Notes : DS15,5/16 - PC16

Très citronné, dense, minéral, austère, droit. Beau potentiel ; ce vin typé et sérieux ne semble que très peu marqué par le caractère alangui et sudiste du millésime.

 

Morey-Blanc - Meursault premier cru "Charmes" 2003 (échantillon tiré sur fût)

Notes : DS14,5 - PC16

Encore un vin serré, intense, pur, un peu chaleureux en fin de bouche. Son profil rigoureux rappelle celui des Tessons.

 

Morey-Blanc - Meursault premier cru "Genevrières" 2003 (échantillon tiré sur fût)

Notes : DS15 - PC15,5

L'alcool semble un peu plus présent, mais la matière sérieuse et nette est vertébrée par une belle acidité.

 

Domaine Pierre Morey - Meursault premier cru "Perrières" 2003 (échantillon tiré sur fût)

Notes : DS16 - PC16,5/17

Très mûr, très présent en bouche, minéral. Une expression limpide du terroir, encore monolithique mais d'une grande pureté.

 

Domaine Pierre Morey - Batard-Montrachet 2003 (échantillon tiré sur fût)

Notes : DS16,5 - PC16,5/17

Tout aussi présent, minéral et défini que les Perrières, peut-être encore plus long ; le Batard semble aussi plus massif et donc légèrement plus lourd.

 

Morey-Blanc - Saint-Aubin premier cru 2002

Notes : DS14,5 - PC14,5

Frais, très vif, aérien ; le profil de ce premier 2002 tranche avec tous les 2003 goûtés jusque là.

 

Domaine Pierre Morey - Meursault 2002

Notes : DS14,5 - PC15+

Aérien, vif, racé, mesuré dans l'expression de sa matière et de ses arômes, un Meursault d'un grand classicisme.

 

Domaine Pierre Morey - Meursault "Les Tessons" 2002

Notes : DS14,5/15 - PC15,5/16

Très vif, gourmand, savoureux, complet (en goûtant les Tessons au cours de la semaine dans plusieurs caves, nous aurons souvent cette impression de complétude). Plus dynamiques, plus incisifs, peut-être moins concentrés, ces 2002 laissent tout de même la bouche plus fraîche que les 2003

 

 

5 - Domaine Michel Bouzereau et Fils

 

Accueil très sympathique de Jean-Marie Bouzereau. Le style des vins blancs allie pureté et générosité, séduction aromatique et densité des matières : des cuvées de très haut niveau faciles à comprendre et à aimer (pas trop fermées, pas trop réductrices dans leur jeunesse). L'individualité des terroirs s'exprime avec netteté. Les Perrières montrent ici une race éclatante, qui domine nettement les autres crus de Meursault.

 

Domaine Michel Bouzereau - Bourgogne (blanc) 2003

Notes : DS13,5 - PC13,5

Suave, avenant, rond, net : joli plaisir immédiat.

 

Domaine Michel Bouzereau - Meursault "Les Grands Charrons" 2003

Notes : DS14 - PC14

Belle gourmandise, du gras, saveur d'agrumes et de prune jaune, fraîcheur convenable.

 

Domaine Michel Bouzereau - Meursault "Les Tessons" 2003

Notes : DS15 - PC15+

Encore une matière ronde et flatteuse, mais avec plus de race, de fraîcheur et de minéralité. La structure acide porte le vin assez loin.

 

Domaine Michel Bouzereau - Meursault premier cru "Charmes" 2003

Notes : DS15,5 - PC14,5

Nez de poire confite et de feuille de cassis ; son expression, atypique, rappelle le sauvignon. Bouche beurrée, aimable, ronde.

 

Domaine Michel Bouzereau - Meursault "Les Tessons" 2002

Notes : DS15,5/16 - PC15,5/16

Nez vif et bien défini, sur les agrumes et la noisette fraîche. Matière ample et pure, tendue par une très belle acidité, incisive et gourmande.

 

Domaine Michel Bouzereau - Meursault premier cru "Genevrières" 2002

Notes : DS15 - PC15,5/16

Expression aromatique complexe et nuancée, qui ne se livre qu'avec parcimonie. Belle bouche vive, tranchante, avec de nouveau cette acidité gourmande qui augmente la rémanence du vin.

 

Domaine Michel Bouzereau - Meursault premier cru "Perrières" 2002

Notes : DS17/17,5 - PC17,5

Matière dense et pure, expression très minérale, tendue, droite, à la manière d'un grand riesling de calcaire (J'ai pensé au Clos Ste-Hune). Arômes nobles et discrets de craie, de fleurs blanches, de miel très subtil. Très longue finale "saline" qui affirme la minéralité du terroir.

 

Domaine Michel Bouzereau - Meursault "Limozin" 2001

Notes : DS15 - PC15,5/16

Nez riche mais droit : fruits exotiques, jaune d'œuf, crème, noisette. Personnalité opulente (indéniable exubérance aromatique, chair tendre), heureusement équilibrée par une matière sérieuse et une acidité ferme.

 

Domaine Michel Bouzereau - Meursault "Les Tessons" 2001

Notes : DS15,5 - PC16/16,5

Un nez plus "classique", plus retenu, sur les agrumes. Bouche dense et minérale, acidité prenante, tenue supérieure.

 

Domaine Michel Bouzereau - Meursault premier cru "Charmes" 2001

Notes : DS16 - PC15,5

Nez beurré, évoquant la semoule, les fruits confits et la meringue. Bouche aimable, ronde, savoureusement fruitée mais un peu chaleureuse ; finale épicée et longue.

 

Domaine Michel Bouzereau - Puligny-Montrachet premier cru "Le Cailleret" 2001

Notes : DS16,5 - PC17

Grande finesse aromatique, zeste d'agrumes, minéralité, fleurs blanches légèrement miellées… Tendu, puissant, svelte mais ample, superbe allonge.

 

Domaine Michel Bouzereau - Meursault premier cru "Perrières" 1999

Notes : DS17,5 - PC17+

Très belle noisette au nez, expression fumée, grillée du terroir. Bouche nette, limpide, riche mais aérienne, très longue. De la race et du naturel.

 

Domaine Michel Bouzereau - Beaune premier cru "Les Vignes Franches" (rouge) 2002

Notes : DS14,5 - PC14

Couleur soutenue. Nez de griotte relevé d'accents torréfié et cacaotés, de bonne amplitude. L'attaque est gourmande, la matière dense avec des tannins qui semblent un peu forcés, légèrement raides.

 

 

6 - Domaine Bonneau du Martray

 

A la tête d'un domaine emblématique, intimement lié aux terroirs du Corton et surtout du Corton Charlemagne, Jean-Charles Le Bault de la Morinière a pris le temps nécessaire pour nous faire ressentir toute la réflexion, la rigueur, le perfectionnisme qu'il apporte à l'élaboration de son vin. Effectivement ce vin est dès sa naissance noble, droit, sans concession ni charmeuse superficialité. Nous avons compris avec le 1990 vers quelle essence tendait ce perfectionnisme, la nécessité de laisser le temps apporter son concours à l'affirmation de la grandeur du vin.

 

Domaine Bonneau du Martray - Corton Charlemagne 2003

Notes : DS15,5 - PC15

Nez net, fin, discret, sans aucune exubérance, évocation de petites fleurs blanches (pommier, citronnier…). Matière droite, réservée, assez ronde en milieu de bouche (placidité de marsanne ?), mais vive et nette en finale.

 

Domaine Bonneau du Martray - Corton Charlemagne 2002

Notes : DS16,5/17 - PC16,5

Très pâle. Nez discret mais très pur et nuancé, qui révèle un fond de fruit gourmand. Belle matière au profil tranchant et plein, vertébrée par une acidité de grande classe, beaucoup plus salivante, affriolante, que celle du 2003.

 

Domaine Bonneau du Martray - Corton Charlemagne 1993

Notes : DS16 - PC16

Robe dorée. Nez assez évolué, séduisant et distingué : du miel, de la cassonade, de la pomme cuite (tendance oxydative) et une subtile pointe truffée. La matière est toujours vive et droite, sapide, harmonieuse, d'une longueur modérée.

 

Domaine Bonneau du Martray - Corton Charlemagne 1990

Notes : DS18 - PC18

Deux demi-bouteilles bues au restaurant "Le Charlemagne" à Pernand

Or brillant. La race contenue du nez est superbe ; son expression pleine et nuancée évoque simultanément le jaune d'œuf, le beurre frais, la semoule beurrée, l'anis vert, la noisette fraîche et grillée. Bouche toute en longueur, merveilleuse de tenue, de précision et d'intensité. La texture soyeuse enrobe une grande force interne, qui gicle et rebondit dans une finale profondément minérale, crayeuse, presque austère. Grand vin profond mais retenu, à qui il faut laisser du temps dans le verre pour qu'il exprime ses nuances et déploie sa richesse.

 

 

7 - Domaine Simon Bize

 

Bourru, malicieux, attentif, Patrick Bize nous a entraîné dans un instructif et complet tour de cave des 2004 sur fût, nous permettant d'apprécier les nuances subtiles des crus de Savigny. Nous avons été particulièrement sensibles au naturel, à la spontanéité et à la finesse de ses rouges peu (ou pas) égrappés.

 

Domaine Simon Bize - Savigny-lès-Beaune (blanc) 2002

Notes : DS13,5/14 - PC14

Un vin gracieux, ouvert, peu acide, flatteur, très noisette et fruits confits.

 

Domaine Simon Bize - Savigny-lès-Beaune "Les Grands Liards" (rouge) 2002

Notes : DS15,5 - PC15

Beaucoup de finesse dans le grain, de nuances dans les arômes floraux, un fruit subtil et aimable évoquant certaines petites prunes bleues.

 

Domaine Simon Bize - Savigny-lès-Beaune premier cru "Les Vergelesses" (rouge) 2002

Notes : DS14,5/15 - PC15,5

Encore un grand charme aromatique. Une matière plus structurée, terrienne : les tannins sont davantage marqués et la saveur plus sauvage.

 

Domaine Simon Bize - Latricières-Chambertin 2001

Notes : DS16 - PC16,5

La robe est plus dense, avec des reflets bruns et vieux rose. Superbe nez, libre, profond : griotte, gibier, ronce… Tannique, dense en bouche, plein mais élégant. Race et naturel d'expression.

 

Domaine Simon Bize - Savigny-lès-Beaune premier cru "Les Vergelesses" (blanc) 2002

Notes : DS14 - PC15,5

Offert par Patrick Bize, bu à Langlade chez Rémy (à l'aveugle)

Net et plaisant au nez, beurré, brioché, rond. Bouche vive mais grasse, "nourrie", belle concentration, longueur moyenne.

 

 

8 - Domaine Henri Germain

 

Accueil charmant du fils de la maison, Jean-François Germain ; ce que nous voyons du domaine respire l'artisanat méticuleux et le meilleur classicisme. Sérieuses, généreuses, probes, pures : les matières sont de grande qualité, affinées par des élevages longs. Nous avons pu constater que, dans leur jeunesse, les vins, volontairement assez réducteurs, s'expriment de façon parfois un peu monolithique. La superbe verticale des Charmes nous a permis de comprendre à quel point la patience était nécessaire pour que leur potentiel soit pleinement exprimé.

 

Domaine Henri Germain - Meursault 2003 (sur fût)

Notes : DS13,5/14 - PC14

Matière très riche, pourtant pure et d'expression aromatique assez libre ; peu de vivacité, un profil qui se rapproche d'un Hermitage blanc.

 

Domaine Henri Germain - Meursault "Chevalières" 2003 (sur fût)

Notes : DS14/14,5 - PC14,5/15

Toujours dense, épais mais pur, avec un peu plus de vivacité.

 

Domaine Henri Germain - Meursault "Limozin" 2003 (sur fût)

Notes : DS14 - PC14

Riche, lourd, vraiment "sudiste".

 

Domaine Henri Germain - Meursault premier cru "Charmes" 2003 (sur fût)

Notes : DS14,5 - PC15

Encore un vin au profil opulent, net et bien structuré cependant.

 

Domaine Henri Germain - Meursault premier cru "Perrières" 2003 (sur fût)

Notes : DS15,5 - PC16

Très corsé, dense, minéral (finale saline) ; le corps semble vraiment massif.

 

Domaine Henri Germain - Chassagne-Montrachet premier cru "Morgeot" 2003 (sur fût)

Notes : DS14,5 - PC15

Belle tenue, de la présence en bouche, large, charnu, chaleureux. Les 2003 sont ici vraiment typés par le millésime : très denses, souvent massifs, peu nerveux.

 

Domaine Henri Germain - Chassagne-Montrachet (rouge) 2003 (sur fût)

Notes : DS13,5 - PC12,5

Ce premier rouge est aussi chaleureux que les blancs, propre, rond, souple, très crème de cassis.

 

Domaine Henri Germain - Meursault "Clos des Mouches" (rouge) 2003 (sur fût)

Notes : DS14 - PC14

Plus frais et plus gourmand, même si une pointe de chaleur alcoolique ressort en finale.

 

Domaine Henri Germain - Beaune premier cru "Bressandes" (rouge) 2003 (sur fût)

Notes : DS14,5 - PC14

Expression aromatique épicée, viandée ; corps solide, un peu lourd en finale.

 

Domaine Henri Germain - Chassagne-Montrachet (rouge) 2002

Notes : DS14 - PC13

Un vin carré : joli fruit sur une trame vigoureuse, rustique.

 

Domaine Henri Germain - Meursault "Clos des Mouches" (rouge) 2002

Notes : DS14,5/15 - PC14

Assez vif, fruit pointu, guilleret.

 

Domaine Henri Germain - Beaune premier cru "Bressandes" (rouge) 2002

Notes : DS15 - PC14,5

Plus d'allonge, de jolis tannins, expression encore austère.

 

Domaine Henri Germain - Meursault 2002

Notes : DS14 - PC14

Pur, vif, ce vin paraît assez léger après les 2003 ; belle acidité croquante et bonne rémanence.

 

Domaine Henri Germain - Meursault "Chevalières" 2002

Notes : DS14,5/15 - PC14,5/15

Même profil, bâti autour d'une charmante vivacité, avec semble-t-il plus de fond.

 

Domaine Henri Germain - Meursault "Limozin" 2002

Notes : DS14/14,5 - PC15

Plus de rondeur et d'ampleur, de densité, mais aussi un profil moins aérien.

 

Domaine Henri Germain - Meursault premier cru "Charmes" 2002

Notes : DS16/16,5 - PC15/15,5

Matière très sérieuse, beaucoup moins prête que les précédentes, charpente notable, expression aromatique très réservée.

 

Domaine Henri Germain - Meursault premier cru "Perrières" 2002

Notes : DS16+ - PC16+

Le terroir parle : même nez que le 2003 (sur la poire et le calcaire), même minéralité saline en finale. Belle matière, tendue, longue, présente.

 

Domaine Henri Germain - Chassagne-Montrachet premier cru "Morgeot" 2002

Notes : DS15/15,5 - PC15/15,5

Nez largement ouvert évoquant la semoule beurrée et l'anis. Matière ronde, ample, miellée, qui occupe bien la bouche. Vin en largeur alors que les Meursault sont plus en longueur.

 

Domaine Henri Germain - Meursault "Limozin" 2001

Notes : DS14,5/15 - PC14,5/15

Opulent, presque exotique au nez : épices douces, poire confite. Sapide, plein, avec une jolie fraîcheur en finale.

 

Domaine Henri Germain - Meursault premier cru "Charmes" 2001

Notes : DS15,5/16 - PC15

Plus de fond que le Limozin, plus fermé aussi ; fruit dense, rond, très mûr. Peut être moins serré, tendu, que le Charmes 2002.

 

Domaine Henri Germain - Meursault premier cru "Charmes" 2000

Notes : DS15,5 - PC15/15,5

Le nez commence à être vraiment causant, dans un registre riche : jaune d'œuf, noisette fraîche, praliné, genet. La bouche est ronde, flatteuse, enrobée mais fraîche et très nette en finale.

 

Domaine Henri Germain - Meursault premier cru "Charmes" 1999

Notes : DS16,5/17 - PC16+

Assez réduit, le nez s'ouvre sur une très pure et très classique noisette fraîche. La bouche est tendue, concentrée, minérale, racé, plus droite et intransigeante que celle du 2000.

 

Domaine Henri Germain - Meursault premier cru "Charmes" 1996

Notes : DS16 - PC16

Robe parée de beaux reflets verts. Nez pur, profond, réducteur, qui révèle à l'aération des senteurs caractéristiques de jaune d'œuf et la noisette fraîche, agrémentées d'une pointe végétale. Bouche bien dans le style du millésime, très vive, cohérente, gourmande même si elle manque peut-être un peu de matière (de gras) par rapport à 1999 ou 2000.

 

Domaine Henri Germain - Meursault premier cru "Charmes" 1995

Notes : DS15,5 - PC16,5

Très belle robe dorée aux profonds reflets verts. Nez subtil, mûr, plus ouvert (mais sans aucune oxydation) que celui du 1996 et d'une expression totalement différente : coing, ananas, amande grillée… Matière riche, expressive, opulente même, mais sans lourdeur : en bouche aussi ce vin se montre très différent du 1996.

 

Domaine Henri Germain - Meursault premier cru "Charmes" 1992

Notes : DS17 - PC16,5

Le premier nez est un peu encombré de notes alliacées et mentholées ; l'aération amène une expression beaucoup plus plaisante, avec une dominante de miel, de nougat. En bouche aussi le vin a besoin de s'épurer ; il semble au premier abord un peu mou et hésitant. Très longue et très dense, droite, la matière finit par imposer sa solide constitution.

 

Domaine Henri Germain - Meursault premier cru "Charmes" 1989

Notes : DS17,5 - PC17,5

Robe nettement dorée, brillante. Superbe nez, exubérant mais très pur, d'une grande finesse ; l'évocation de beurre frais est saisissante. Bouche parfaite, à point, à la fois moelleuse et aérienne, dense, fine, cohérente. Une démonstration de la nécessité du vieillissement pour que ces vins s'expriment vraiment.

 

 

9 - Domaine Ramonet

 

Accueil plein de bonhomie de Noël Ramonet. La gamme de ce domaine bien connu est vaste, elle nous promène de l'aligoté au Montrachet. Ici aussi les 2003 sont solaires, atypiques. Si les blancs de chez Ramonet sont célèbres, nous avons (re)découvert les Chassagne rouges, intenses, typés, originaux.

 

Domaine Ramonet - Aligoté 2003

Notes : DS12,5 - PC12/12,5

Le nez est frais, la bouche un peu lourde pour un aligoté.

 

Domaine Ramonet - Bourgogne blanc 2003

Notes : DS13 - PC12

Expression aromatique végétale, tirant vers le sauvignon (buis), matière sans vivacité.

 

Domaine Ramonet - Chassagne-Montrachet (blanc) 2003

Notes : DS13 - PC13

Matière plus sérieuse, mais toujours une impression pâteuse.

 

Domaine Ramonet - Saint-Aubin premier cru "Les Charmois" 2003

Notes : DS13,5/14 - PC14

Bien meilleure acidité qui dynamise le vin, perception minérale.

 

Domaine Ramonet - Puligny-Montrachet 2003

Notes : DS13,5 - PC14

Nez plus raffiné, floral ; attaque élégante, matière sérieuse malheureusement un peu alcooleuse en finale.

 

Domaine Ramonet - Puligny-Montrachet "Les Enseignères" 2003

Notes : DS13,5 - PC14

De la matière, une expression ronde, végétale (foin coupé, angélique), trop chaleureuse en fin de bouche.

 

Domaine Ramonet - Chassagne-Montrachet premier cru "Morgeot" (blanc) 2003

Notes : DS14 - PC14,5

Un vin plus dense, plus riche que les Puligny, toujours chaleureux.

 

Domaine Ramonet - Chassagne-Montrachet premier cru "Boudriotte" (blanc) 2003

Notes : DS14,5 - PC14,5

Opulent, concentré, miellé, vanillé. Il y a une cohérence certaine dans ce vin car tout y est concentré et pesant : arômes, structure, alcool.

 

Domaine Ramonet - Chassagne-Montrachet premier cru "Vergers" (blanc) 2003

Notes : DS14,5 - PC14

Assez lourd, trapu, avec des arômes végétaux, herbacés, qui évoquent à nouveau le sauvignon.

 

Domaine Ramonet - Chassagne-Montrachet premier cru "Morgeot" (blanc) 2002

Notes : DS15 - PC14

Même s'il apparaît un peu mince, ce premier 2002 nous revivifie par son acidité tonique.

 

Domaine Ramonet - Chassagne-Montrachet premier cru "Ruchottes" (blanc) 2002

Notes : DS15,5 - PC14,5/15

Nez très mentholé ; matière sérieuse, campée sur une solide acidité minérale.

 

Domaine Ramonet - Chevalier-Montrachet 2002

Notes : DS16 - PC15,5

Comme celui du vin précédent, le nez est violemment mentholé (phénomène transitoire du au collage caséine/bentonite selon Noël Ramonet…). La matière apparaît beaucoup plus fine que dans les Chassagne ; la minéralité est affirmée.

 

Domaine Ramonet - Montrachet 2002

Notes : DS16 - PC17

Le nez est discret, fin, nuancé, sans la violence mentholée des précédents. La bouche est tout à fait différente des autres cuvées. Tout y est mieux intégré, la minéralité, le gras, l'acidité ; ce qui donne une impression de volume et de présence supérieure, même si le vin reste à ce stade de sa vie fort subtil dans son expression, presque effacé.

 

Domaine Ramonet - Bourgogne rouge 2003

Notes : DS13 - PC12,5

Présent, solaire, râpeux ; un vin immédiat et vivant.

 

Domaine Ramonet - Chassagne-Montrachet (rouge) 2003

Notes : DS12,5 - PC14/14,5

Couleur soutenue. Le nez est intéressant, très animal, avec de l'humus et des fruits noirs. La bouche est très tannique, rustique mais pleine de vigueur.

 

Domaine Ramonet - Chassagne-Montrachet premier cru "Clos Saint-Jean" (rouge) 2002

Notes : DS13,5 - PC14,5/15

Teinte plus claire. Le nez est toujours animal mais plus fin. La bouche est bien dessinée, avec comme dans les 2003 des tannins très présents.

 

Domaine Ramonet - Chassagne-Montrachet premier cru "Morgeot" (rouge) 2001

Notes : DS13,5/14 - PC15,5

La finesse d'expression est encore supérieure ; les tannins sont pour la première fois dans cette série de rouges vraiment élégants, longs. La gamme aromatique est personnelle, profonde et nette : fruits confits, viande fumée, sous-bois…

 

 

10 - Domaine des Comtes Lafon

 

Ce qui frappe chez Dominique Lafon, pourtant à la tête d'un domaine parmi les plus prestigieux et les plus reconnus, c'est la sensibilité et l'humilité de son approche. On le sent à l'affût, dans une écoute permanente de ses terroirs, de ses vins. Cette inquiétude positive, ce sens aigu de la recherche et du questionnement, laissent présager un avenir passionnant pour les vins du domaine. Les 2003 sont superbes, dynamiques, ils vont au-delà du caractère inhabituel du millésime (sans pour autant chercher à le nier) et semblent aptes à la garde. Nous avons également goûté les 2004 ; ce deuxième tour de cave, tout aussi instructif que le premier, nous a en particulier permis de mesurer l'influence des contenants (taille, origine du bois, tonnelier, fût neuf ou de plusieurs vins…) sur ces jeunes vins dont certains n'avaient pas fini de fermenter leurs sucres.

 

Les Héritiers du Comte Lafon - Mâcon-Villages 2003

Notes : DS12,5/13 - PC13,5

Vignes situées sur Uchizy et Chardonnay

Très rond, gras, joli fruité simple et sans lourdeur.

 

Les Héritiers du Comte Lafon - Mâcon Milly-Lamartine 2003

Notes : DS14 - PC14

Assez minéral, plus de longueur et moins de rondeur.

 

Les Héritiers du Comte Lafon - Mâcon Bussières "Le Monsard" 2003

Notes : DS13,5 - PC14

Expression mesurée et harmonieuse, assez discrète, équilibrée.

 

Les Héritiers du Comte Lafon - Mâcon Uchizy "Les Maranches" 2003

Notes : DS13,5/14 - PC15

Joli fruit subtil, de la finesse et de la générosité, bonne rémanence.

Les Héritiers du Comte Lafon - Mâcon Chardonnay "Clos de la Crochette" 2003

Notes : DS13,5+ - PC14+

Miellé, aimable, velouté, tout en rondeur mais sans pesanteur, finale un peu chaude.

 

Les Héritiers du Comte Lafon - Mâcon Milly-Lamartine "Clos du Four" 2003

Notes : DS14,5/15 - PC15

Ce vin montre clairement la matière la plus concentrée, la plus longue, la plus structurée de cette série mâconnaise.

 

Domaine des Comtes Lafon - Monthelie (rouge) 2003 (sur fût)

Notes : DS14 - PC13/13,5

Fruit expressif, juteux, légèrement confit, des tannins fins mais peu de vivacité

 

Domaine des Comtes Lafon - Volnay premier cru "Santenots du Milieu" 2003 (sur fût)

Notes : DS15,5 - PC15

Mieux équilibré que le Monthelie ; rond, très mûr mais sans mollesse, plein et fin.

 

Domaine des Comtes Lafon - Meursault 2003 (assemblé en cuve)

Notes : DS15 - PC15+

Belle matière sérieuse, concentrée, solaire mais qui parvient à conserver son équilibre de bout en bout

 

Domaine des Comtes Lafon - Puligny-Montrachet premier cru "Champ-Gain" 2003 (assemblé en cuve)

Notes : DS15,5 - PC15,5

Matière bien tendue, cohérente, vive pour le millésime ; la gamme aromatique est légèrement confite, surmûre, mielleuse.

 

Domaine des Comtes Lafon - Meursault "Désirée" 2003 (sur fût)

Notes : DS15,5/16 - PC15/15,5

Expression opulente, flatteuse, miellée mais pure, savoureusement citronnée en finale. Vin très charmeur.

 

Domaine des Comtes Lafon - Meursault "Clos de la Barre" 2003 (sur fût)

Notes : DS16,5/17 - PC16

Matière monolithique, minérale, nette, d'une très belle densité. Ce vin dominateur montre à ce stade un profil carré et plutôt pesant, mais sa finale longue et décidée laisse augurer de très belles choses.

 

Domaine des Comtes Lafon - Meursault premier cru "Gouttes d'Or" 2003 (sur fût)

Notes : DS16,5 - PC16,5

Beaucoup d'expressivité et de séduction dans cette cuvée. Matière riche mais tendue, d'une étonnante fraîcheur pour le millésime, cohérente, parfumée, racée.

 

Domaine des Comtes Lafon - Meursault premier cru "Genevrières" 2003 (sur fût)

Notes : DS16,5+ - PC15/15,5

Expression très ample, ronde, facile ; fruit très mûr, confit, abricoté. Matière imposante que l'on pourrait souhaiter plus tendue et minérale.

 

Domaine des Comtes Lafon - Meursault premier cru "Charmes" 2003 (sur fût)

Notes : DS16,5/17 - PC16+

Solide, terrien, pur, ce vin montre beaucoup de présence et de structure ; son assise et sa réserve laissent présager une belle et longue évolution.

 

Domaine des Comtes Lafon - Meursault premier cru "Perrières" 2003 (sur fût)

Notes : DS17,5 - PC17

Encore une très belle matière dense et équilibrée, tendue vers l'avenir. Le supplément de minéralité des Perrières par rapport aux autres crus de Meursault s'affirme nettement en finale. Quelle vigueur !

 

Domaine des Comtes Lafon - Montrachet 2003 (sur fût)

Notes : DS17,5+ - PC17,5+

La différence de texture avec les Meursault est frappante. Difficile de l'expliquer ; on ne peut pas dire que le Montrachet soit nettement plus concentré ou structuré, mais ce vin imprègne véritablement la bouche, sans violence, avec douceur même, mais avec un inébranlable sens de la décision.

 

 

11 - Domaine Marquis d'Angerville

 

La situation du domaine est enchanteresse, en bordure du village, surplombant le vignoble, avec le Clos des Ducs pour jardin ; c'est un de ces endroits où l'on se sent facilement hors du temps. Les vins dégagent aux aussi une impression de pérennité, d'atemporalité, de classicisme. Ces crus de Volnay sont éminemment racés, structurés ; bâtis pour la garde, ils s'expriment parfois avec austérité. Les 2003 que nous a présenté Guillaume d'Angerville, denses mais très élégants, promettent beaucoup.

 

Marquis d'Angerville - Volnay premier cru "Fremiets" 2003 (sur fût)

Notes : DS13,5/14 - PC15

Matière structurée mais surtout très fine, longiligne ; expression aromatique florale, racée.

 

Marquis d'Angerville - Volnay premier cru "Champans" 2003 (sur fût)

Notes : DS14 - PC15,5/16

Une assise plus terrienne, un fruit ample, mûr, gourmand, sans mollesse ; comme dans les Fremiets les arômes floraux sont magnifiques.

 

Marquis d'Angerville - Volnay premier cru "Taillepieds" 2003 (sur fût)

Notes : DS14 - PC16

Les tannins sont très fins, serrés, abondants ; le fruit intense et pur illustre toute la générosité du millésime, sans sa fréquente lourdeur.

 

Marquis d'Angerville - Volnay premier cru "Clos des Ducs" 2003 (sur fût)

Notes : DS14,5 - PC16+

Puissant, tannique, élégant, ce Clos des Ducs apparaît comme une remarquable synthèse des qualités dominantes des autres crus : il a la finesse des Fremiets, l'ampleur des Champans et la vigueur des Taillepieds.

 

Marquis d'Angerville - Volnay premier cru "Fremiets" 2002

Notes : DS13,5/14 - PC?

Robe assez légère, brillante. Le corps est délicat, ciselé, longiligne, doté de tannins un peu raides en finale ; la saveur fruitée évoquant la griotte me semble perturbée par une note moisie.

 

Marquis d'Angerville - Volnay premier cru "Champans" 2002

Notes : DS14 - PC?

Il y a beaucoup de délicatesse et de tenue dans l'expression de la matière ; les tannins sont particulièrement serrés. Je ressent malheureusement une note de moisi en bouche (je suis le seul à percevoir cette note récurrente dans les 2002 ; il s'agit peut-être d'une forme de minéralité, une expression aromatique sui generis que j'assimile au moisi par défaut de référence).

 

Marquis d'Angerville - Volnay premier cru "Clos des Ducs" 2002

Notes : DS16 - PC16,5(?)

Le fruit est plus net, plus jaillissant au nez. La matière est remarquable, aérienne, tendue, dotée de tannins d'une élégance exceptionnelle. Beaucoup moins nette que dans les deux vins précédents, une légère note de carton mouillé vient troubler, me semble-t-il, cette expression extrêmement racée.

 

Marquis d'Angerville - Volnay premier cru "Champans" 1991

Notes : DS14,5/15 - PC16

Très belle robe qui a pris de la couleur avec l'age, rubis profond frangé d'une mince bordure fauve. Nez puissant et austère : griotte, cuir, humus, thé fumé… La saveur de cuir est prenante en bouche ; la matière est fraîche, tannique mais juteuse, racée, jeune.

 

 

12 - Domaine Michel Lafarge

 

Frédéric Lafarge nous a guidé dans les belles caves tortueuses de ce domaine de référence, adepte de la biodynamie depuis l'an 2000. La grande franchise du fruit, intense et naturel, apparaît comme le dénominateur commun de toutes les cuvées qu'il nous a fait goûter sur fût et en bouteille. Dans un style différent de ceux du domaine de Montille ou de ceux du marquis d'Angerville (un style plus charmeur, plus spontanément fruité - peut-être moins "aristocratique" ?), ces vins expriment avec générosité, fidélité et brio le potentiel des terroirs de Volnay.

 

Domaine Michel Lafarge - Bourgogne rouge 2003 (sur fût)

Notes : DS12,5 - PC13

Généreux, mâchu, marqué par un alcool présent.

 

Domaine Michel Lafarge - Volnay 2003 (sur fût)

Notes : DS13 - PC14

Juteux, de texture plus fine que le bourgogne, ce vin s'exprime au travers d'un fruit pétulant, chaleureux.

 

Domaine Michel Lafarge - Volnay "Vendanges Sélectionnées" 2003 (sur fût)

Notes : DS13,5/14 - PC14,5/15

Un aussi joli fruit, mais des tannins plus serrés et une fraîcheur plus grande dans ce vin.

 

Domaine Michel Lafarge - Beaune premier cru "Grèves" 2003 (sur fût)

Notes : DS14,5/15 - PC14,5/15

Matière serrée, pure, veloutée ; le beau fruit ne renie pas son caractère solaire.

 

Domaine Michel Lafarge - Volnay premier cru "Clos du Château des Ducs" 2003 (sur fût)

Notes : DS15,5 - PC15/15,5

Vin subtil, fruité, sans lourdeur, plein de charme, tendu par des tannins soyeux.

 

Domaine Michel Lafarge - Volnay premier cru "Clos des Chênes" 2003 (sur fût)

Notes : DS15,5/16 - PC15,5

Toujours un remarquable fruit, frais, net, nuancé, solaire mais sans lourdeur.

 

Domaine Michel Lafarge - Meursault 2003

Notes : DS13,5 - PC14

Gras, fruité, aimable, un peu lourd mais spontané.

 

Domaine Michel Lafarge - Meursault 2002

Notes : DS12,5 - PC14,5

Aimable, tout en rondeur, avec une finale fraîche.

 

Domaine Michel Lafarge - Volnay "Vendanges Sélectionnées" 2002

Notes : DS13,5 - PC14

Vif, élégant, avec des tannins anguleux qui demandent à s'assagir.

 

Domaine Michel Lafarge - Volnay premier cru "Clos du Château des Ducs" 2002

Notes : DS14,5 - PC15/15,5

Nez élégant, floral, légèrement épicé, très typé Volnay. Matière aérienne et gourmande, toute en finesse.

 

Domaine Michel Lafarge - Volnay premier cru "Clos des Chênes" 2002

Notes : DS15,5 - PC16

Toujours beaucoup de naturel et d'élégance, mais plus de densité, de plénitude dans cette cuvée. Le fruit est généreux et mûr, la finale enlevée, structurée et persistante.

 

Domaine Michel Lafarge - Volnay premier cru "Clos du Château des Ducs" 1999

Notes : DS14,5 - PC14,5/15

Mûr, gourmand, toujours très fin, subtilement épicé ; la fin de bouche apparaît très droite, saine.

 

Domaine Michel Lafarge - Volnay premier cru "Clos des Chênes" 1991

Notes : DS16 - PC15,5/16

Belle robe pleine, grenat. Bouquet encore très fruité (betterave rôtie), délicat, légèrement viandé. Suave, souple, élégant en bouche ; les tannins sont très fins. A quelques heures d'intervalle ce 91 semble plus léger, mais plus élégant, moins austère, que les Champans 91 du marquis d'Angerville.

 

Domaine Michel Lafarge - Volnay premier cru "Clos des Chênes" 1995

Notes : DS14 - PC15,5

Bu à "Ma Cuisine" à Beaune (à l'aveugle)

Robe dense, grenat nuancé de brun. Nez assez austère, viril, mais net, intense, défini : cerise noire, écorce, épices, cèdre. Le fruit est de très belle qualité, dense, cohérent, naturel, corseté par une armature tannique très présente, qui heureusement s'arrondit sur les rognons de veau sautés…

 

Domaine Michel Lafarge - Volnay 2000

Notes : DS15 - PC14,5

Bu à Langlade chez Rémy (à l'aveugle)

Robe framboisée tendre. Un plaisir immédiat, fruité, harmonieux, délicat, même si le corps apparaît un peu diffus.

 

Domaine Michel Lafarge - Beaune premier cru "Grèves" 2000

Notes : DS15,5/16 - PC(13,5)

Bu à Langlade chez Rémy (à l'aveugle)

Il y a manifestement plus de vin que dans le Volnay, plus de potentiel, mais le boisé de l'élevage prend le pas sur la matière et la séduction aromatique du fruit ; les tannins se montrent raides, presque secs. Les avis sont partagés quant à l'évolution de ce vin…

 

 

13 - Domaine Joseph Matrot

 

Thierry Matrot est un puriste ; il ne cherche visiblement pas à rendre son Blagny ou ses Perrières immédiats et superficiellement flatteurs (il réserve d'ailleurs le bois neuf aux appellations régionales). Il a certainement raison ; les vins de ces grands terroirs à blancs n'ont pas vocation à être bus jeunes (c'est du moins mon sentiment de dégustateur exogène). Jeunes, les vins du domaine Matrot se montrent de grande constitution, francs, intenses, plutôt réservés et même parfois austères. La plénitude n'est atteinte qu'au terme d'une longue évolution en bouteille.

 

Domaine Joseph Matrot - Meursault 2003

Note : PC14

Les 2003 ont été mis en bouteille avant les vendanges. Ce Meursault est riche, gras, peu aromatique mais propre et net.

 

Domaine Joseph Matrot - Meursault premier cru "Blagny" 2003

Note : PC15,5

Très minéral, droit, fermé. L'alcool est présent (14,5° annoncés par Thierry Matrot), mais dominé par la rectitude de cette forte matière.

 

Domaine Joseph Matrot - Meursault premier cru "Perrières" 2003

Note : PC15,5+

Le nez est timide mais fin et nuancé. La matière est très intense, pure, grasse, presque huileuse ; moins tendue et minérale que celle du Blagny en milieu de bouche, elle impose sa fermeté en finale.

 

Domaine Joseph Matrot - Meursault 2001

Note : PC14,5/15

Matière beaucoup plus légère que celles, hors normes, des 2003. Vin très droit, sec, vif, minéral.

 

Domaine Joseph Matrot - Meursault premier cru "Blagny" 2001

Note : PC15,5/16

Très minéral du début à la fin de la dégustation, crayeux (il y a un côté chablisien dans ce vin), à la limité de la sévérité mais très racé.

 

Domaine Joseph Matrot - Meursault premier cru "Perrières" 2001

Note : PC16

Plus noisetté, nuancé, avenant que le Blagny - et pourtant tout aussi intense et minéral.

 

Domaine Joseph Matrot - Volnay premier cru "Santenots" 2003

Note : PC13,5/14

Fruit capiteux évoquant la confiture de cerise noire (basque ?). Rond, tannique, chocolaté en bouche : "sudiste"…

 

Domaine Joseph Matrot - Blagny premier cru "La Pièce sous le Bois" 2003

Note : PC15

Épicé, concentré, toujours la cerise noire mais un peu moins confite (le fruit du pinot reste frais, bourguignon) ; le corps s'exprime avec beaucoup de richesse et d'ampleur.

 

Domaine Joseph Matrot - Volnay premier cru "Santenots" 2001

Note : PC14,5

Robe claire. Framboise, groseille, humus au nez. En bouche le vin se montre fin, tannique, digeste.

 

Domaine Joseph Matrot - Blagny premier cru "La Pièce sous le Bois" 2001

Note : PC15

La robe présente plus d'évolution chromatique. Le nez est terrien : fruits noirs, épices, gibier. Les tannins vigoureux sont bien enrobés dans un corps généreusement fruité, presque moelleux.

 

Domaine Joseph Matrot - Meursault premier cru "Perrières" 1992

Note : PC16,5

Doré. Nez évolué, riche, légèrement mentholé, évoquant la noisette pralinée et surtout la truffe blanche (note alliacée) à l'aération. Bouche intense, riche, pure, persistante, saveur profonde de noisette ; cette matière généreuse et cohérente pourrait être plus tendue.

 

Domaine Joseph Matrot - Meursault premier cru "Perrières" 1982

Note : PC15

Robe guère plus dorée que celle des Perrières 1992. Le nez s'ouvre sur la nougatine, le miel de tilleul, la pistache. La bouche est sapide (toujours la noisette), vivante, riche en attaque, un peu fuyante en finale, sans la rémanence du 1992.

 

14 - Domaine Rémi Jobard (commenté par Didier Sanchez)

 

Je suis accueilli par Rémi Jobard qui me présente la large gamme de ses vins. Les 2003 ont tous été préparés en ½ bouteilles. Le style est plutôt austère, retenu, qui se livre difficilement. Il faudra les regoûter ultérieurement lorsqu'ils auront pris quelques années.

 

Domaine Rémi Jobard - Bourgogne blanc 2003 (sur fût)

Note : DS12

Fraîcheur anisée, fleurs blanches, bouche simple, alcool dominant.

 

Domaine Rémi Jobard - Meursault "Sous la Velle" 2003 (sur fût)

Note : DS13

Un peu plus gras, souple, rondeur, nougat, mais simple.

 

Domaine Rémi Jobard - Meursault "En Luraule" 2003 (sur fût)

Note : DS13,5

Idem, agrumes, plus de matière et de minéralité, meilleur équilibre.

 

Domaine Rémi Jobard - Meursault "Chevalière" 2003 (sur fût)

Note : DS14

Bouche équilibrée sur une belle matière avec encore plus de minéralité, plus ferme et serré.

 

Domaine Rémi Jobard - Meursault premier cru "Poruzot du Dessus" 2003 (sur fût)

Note : DS14,5

Nez agrume, anis, profond ; bouche serrée, intense mais plus large que longue.

 

Domaine Rémi Jobard - Meursault premier cru "Genevrières " 2003 (sur fût)

Note : DS15

Bouche intense, grasse, profonde, minérale sur une belle longueur.

 

Domaine Rémi Jobard - Meursault premier cru "Charmes" 2003 (sur fût)

Note : DS14,5

Nez fermé, simple, bouche souple, large, un peu molle et trop alcoolisée, peu de longueur.

 

Domaine Rémi Jobard – Bourgogne rouge 2003 (sur fût)

Note : DS13

Joli vin sur le fruit, plaisant mais un peu sec.

 

Domaine Rémi Jobard - Monthélie premier cru "Les Vignes Rondes" 2003 (sur fût)

Note : DS13,5

Nez épicé et fumé. Bouche plus ferme, mais plus élégante, aux tannins un peu secs.

 

Domaine Rémi Jobard - Monthélie premier cru "Les Champs Fulliots" 2003 (sur fût)

Note : DS14,5/15

Nez réglissé, fumé, intense. Bouche plus ronde, charmante, plus puissante et concentrée, belle longueur, tannins fins, enrobés, de la chair.

 

Domaine Rémi Jobard - Volnay premier cru "Santenots" 2003 (sur fût)

Note : DS13,5

Nez bizarre, de vinaigre, puis fruits cuits, de sirop, de fruits confits, très marqué par le millésime, sudiste, cuit. Bouche lourde, ronde, fade. Une déception.

 

Domaine Rémi Jobard - Bourgogne blanc 2002

Note : DS11,5

Nez oxydé, toute petite matière, très simple.

 

Domaine Rémi Jobard - Meursault "Sous la Velle" 2002

Note : DS12

Nez de fleur, de tilleul, agrume et bouche trop souple, végétale, impression de sauvignon.

 

Domaine Rémi Jobard - Meursault "En Luraule" 2002

Note : DS13,5/14

Nez minéral et frais sur les agrumes, bouche mûre et fraîche aux beaux arômes de fruits mûrs.

 

Domaine Rémi Jobard - Meursault "Chevalière" 2002

Note : DS14

Nez minéral, bouche tendue, droite, belle fermeté.

 

Domaine Rémi Jobard - Meursault premier cru "Poruzot du Dessus" 2002

Note : DS14,5

Nez simple, fleurs et fruits blancs, bouche sur le citron, la mandarine, tendue, plus de matière.

 

Domaine Rémi Jobard - Meursault premier cru "Genevrières " 2002

Note : DS14,5/15

Idem que le précédent, plus tendu, ferme, remplit bien la bouche, beau volume, belle complexité aromatique mais un peu trop d'alcool.

 

Domaine Rémi Jobard - Meursault premier cru "Charmes" 2002

Note : DS15

Nez de poire, tilleul, agrume, exubérant, bouche ronde, mûre, minérale et fraîche, vin plus concentré.

 

Domaine Rémi Jobard – Bourgogne rouge 2002

Note : DS13

Vin épicé, fruité, fraise, cerise, fraîcheur.

 

Domaine Rémi Jobard - Monthélie premier cru "Les Vignes Rondes" 2003

Note : DS13,5

Belle matière charnue mais finale courte.

 

Domaine Rémi Jobard - Monthélie premier cru "Les Champs Fulliots" 2002

Note : DS14

Plus de volume, nez de terre, laurier, épices, réglissé, fumé, bouche plus massive, joli fruit mais finale un peu sèche.

 

Domaine Rémi Jobard - Volnay premier cru "Santenots" 2002

Note : DS14

Nez mentholé, cerise, groseille, bouche un peu maigre, austère et légèrement sèche.

 

 

15 - Domaine Guy Roulot

 

Envisagés dans leur ensemble, les vins que nous avons goûté chez Jean-Marc Roulot apparaissent avec le recul comme les plus purs, les plus élégants et les plus articulés de notre semaine de dégustation. Pris un par un, ils illustrent un travail d'individualisation des terroirs de Meursault (villages aussi bien que premiers crus) vraiment remarquable. Il a certainement fallu à la fois beaucoup de rigueur et beaucoup de sensibilité, pour permettre à chaque terroir de fournir sa réponse propre, personnelle, identitaire, aux sollicitations si particulières de l'année 2003.

 

Domaine Guy Roulot - Bourgogne blanc 2003

Notes : DS13 - PC14,5

Ce vin, qui vient d'être mis en bouteille, se montre franc, fin, d'une belle précision aromatique malgré la richesse de sa matière. Le ton est donné.

 

Domaine Guy Roulot - Monthelie premier cru "Les Champs Fulliots" 2003 (sur fût)

Notes : DS13,5 - PC15

Gras mais bien défini, ciselé, mûr mais élégant.

 

Domaine Guy Roulot - Meursault "Les Vireuils" 2003 (sur fût)

Notes : DS13,5/14 - PC14

Gourmand, rond, sympathique mais manquant de nerf.

 

Domaine Guy Roulot - Meursault "Les Meix Chavaux" 2003 (sur fût)

Notes : DS14,5 - PC15,5+

Beaucoup plus minéral, concentré, élancé, remarquablement net.

 

Domaine Guy Roulot - Meursault "Les Luchets" 2003 (sur fût)

Notes : DS14 - PC15/15,5

Finement miellé, riche mais subtil ; une fois encore la netteté aromatique est remarquable.

 

Domaine Guy Roulot - Meursault "Les Tillets" 2003 (sur fût)

Notes : DS15,5 - PC16

Citronnée, minérale, riche et longue, cette matière se montre particulièrement pure et cohérente.

 

Domaine Guy Roulot - Meursault "Les Tessons - Clos de Mon Plaisir" 2003 (sur fût)

Notes : DS15 - PC15/15,5

Riche, moins vif et ciselé que les Tillets, la présence en bouche demeure remarquable.

 

Domaine Guy Roulot - Meursault premier cru "Les Bouchères" 2003 (sur fût)

Notes : DS14,5 - PC15

Le nez se montre ample et flatteur : poire, miel d'acacia, craie… L'attaque est large et onctueuse, le corps peut-être trop alangui.

 

Domaine Guy Roulot - Meursault premier cru "Les Poruzots" 2003 (sur fût)

Notes : DS14,5/15 - PC15,5

Miellé, épicé, solaire, un vin charmeur mais structuré, bien présent en bouche.

 

Domaine Guy Roulot - Meursault premier cru "Les Charmes" 2003 (sur fût)

Notes : DS15 - PC15

Expression aromatique très riche, expansive, presque exotique (Nouveau Monde ?): ananas, abricot confit, miel… La matière est opulente, grasse, mais bien structurée en finale ; l'ensemble reste cohérent.

 

Domaine Guy Roulot - Meursault premier cru "Les Perrières" 2003 (sur fût)

Notes : DS16,5- PC17

Grande longueur, tension, noblesse aromatique ; les Perrières se démarquent (une fois de plus…) des autres premiers crus.

 

Domaine Guy Roulot - Meursault "Les Meix Chavaux" 2002

Notes : DS15,5/16 - PC16/16,5

Remarquable matière gourmande et expressive, soyeuse, illuminée par une acidité vibrante, minérale.

 

Domaine Guy Roulot - Meursault "Les Luchets" 2002

Notes : DS15,5 - PC15,5

Expression aromatique riche et attrayante, noisette, beurre, fumée, avec une note originale qui hésite entre le bois de santal et le camphre… Matière savoureuse, plutôt ronde, vertébrée par une très belle acidité.

 

Domaine Guy Roulot - Meursault "Les Tillets" 2002

Notes : DS16,5/17 - PC16,5/17

Ce vin montre un abord austère, fermé, profondément minéral ; sa matière est à la fois dense, serrée et aérienne, d'une longueur éblouissante. Grande race.

 

Domaine Guy Roulot - Meursault "Les Tessons - Clos de Mon Plaisir" 2002

Notes : DS16,5 - PC16,5

Presque aussi fin et tendu que les Tillets, il y a un peu plus de chair dans cette cuvée ; saveur profonde et pure, agrumes et noisette, beaucoup de finesse, de longueur, de présence.

 

Domaine Guy Roulot - Meursault "Les Luchets" 2001

Notes : DS15,5 - PC15

Expression aromatique aimable, raffinée, des notes de fleur d'acacia et une composante évoquant le camphre, le santal, déjà repérée dans les Luchets 2002. En bouche le vin semble moins dense, moins nourri (par les lies) que les précédents ; il s'exprime cependant avec beaucoup de franchise et d'élégance.

 

Domaine Guy Roulot - Meursault premier cru "Les Perrières" 2001

Notes : DS17,5 - PC17,5

Nez fermé, noisetté, pur et profond. Grande bouche serrée et aérienne, tendue comme un arc mais sereine, d'une très grande plénitude, d'une insigne longueur minérale.

 

Domaine Guy Roulot - Meursault "Les Tessons - Clos de Mon Plaisir" 1996

Notes : DS16,5 - PC16,5

Robe un peu plus dorée. Derrière un petit voile de réduction, le nez s'exprime avec beaucoup de fraîcheur. Bouche vive et tendue, très pleine et très longue, pure et parfaitement articulée, bien dans le style du domaine.

 

 

16 - Domaine Jean-François Coche-Dury

 

Les vins de Jean-François Coche-Dury ne peuvent laisser indifférent. Les matières sont toujours très riches, profondes, sensuelles ; le charme affriolant (affriolant par le naturel et l'expressivité du fruit) de certaines cuvées est bouleversant, y compris parmi les vins rouges. Parfois l'élevage, si adroit soit-il, paraît empiéter sur l'expression la plus rigoureuse du terroir. Même lorsque l'on préfère, théoriquement, une interprétation plus "introspective", plus sobre et moins violemment hédoniste des grands vins de Bourgogne, il est difficile de ne pas rendre les armes devant tant de charnelle séduction. Mais de là à cautionner l'engouement démesuré (et même insultant pour d'autres producteurs aussi méticuleux et aussi talentueux) d'une société sensationnaliste et hypocrite, avalant servilement les diktats faussement élitistes d'une poignée de critiques et de spéculateurs, recyclant sa profonde frustration sexuelle dans de liquides objets du désir, c'est une autre histoire…

 

Domaine Jean-François Coche-Dury - Meursault (Vireuils Dessous) 2003 (sur fût)

Notes : DS14,5 - PC15,5

Très gourmand, onctueux, intensément fruité, expansif, belle vivacité.

 

Domaine Jean-François Coche-Dury - Meursault (Vireuils Dessus) 2003 (sur fût)

Notes : DS15 - PC16

Dense, peut-être un peu plus lourd mais tout aussi gourmand et expressif que les Vireuils Dessous, rémanence étonnante pour un village.

 

Domaine Jean-François Coche-Dury - Meursault (Luchets) 2003 (sur fût)

Notes : DS14 - PC15,5

On passe du fruit frais à la noisette grillée, au beurre ; matière très ample, harmonieuse.

 

Domaine Jean-François Coche-Dury - Meursault (Chaumes) 2003 (sur fût)

Notes : DS15,5 - PC16

Démonstratif, lactique, grillé ; densité remarquable.

 

Domaine Jean-François Coche-Dury - Meursault (Narvaux) 2003 (sur fût)

Notes : DS15,5/16 - PC16

Miellé, gourmand, intense et vivant, toujours très démonstratif, une matière opulente heureusement soutenue par une acidité vive, savoureuse, intégrée.

 

Domaine Jean-François Coche-Dury - Meursault "Les Chevalières" 2003 (sur fût)

Notes : DS15,5 - PC15

L'expression aromatique est marquée par un boisé très présent, torréfié, avec des accents exotiques de noix de coco. La matière est toujours concentrée, charmeuse, expansive mais sans lourdeur structurelle.

 

Domaine Jean-François Coche-Dury - Meursault "Les Rougeots" 2003 (sur fût)

Notes : DS15,5/16 - PC16+

Nez pur, riche, profond, évoquant la poire confite. Matière très dense, généreuse, quasiment huileuse, vertébrée par une acidité salvatrice.

 

Domaine Jean-François Coche-Dury - Puligny-Montrachet "Les Enseignères" 2003 (sur fût)

Notes : DS15,5 - PC15,5

Même profil que les Meursault, matière riche, fruitée, délicieuse, pure, s'exprimant plus en largeur qu'en longueur.

 

Domaine Jean-François Coche-Dury - Meursault premier cru "Caillerets" 2003 (sur fût)

Notes : DS16,5 - PC(15,5/16)

Le bois est très présent au nez et en bouche. La matière est dense, grasse, large, virile (un peu comme un Chassagne) ; la fin de bouche laisse une forte empreinte grillée et vanillée.

 

Domaine Jean-François Coche-Dury - Meursault premier cru "Genevrières" 2003 (sur fût)

Notes : DS16 - PC16,5

Nez profond, miellé et minéral. Comme les autres 2003 du domaine, ces Genevrières partent à l'abordage des sens. La matière est onctueuse, presque sucrée ; heureusement la finale se montre droite et vive.

 

Domaine Jean-François Coche-Dury - Meursault premier cru "Perrières" 2003 (sur fût)

Notes : DS16 - PC(15)?

Nez puissant, d'une séduction torride mais assez facile : bois toasté, noix de coco, amande grillée, crème fraîche, etc. La bouche est épaisse, dense, très boisée, l'acidité intégrée. Monsieur Coche-Dury sait certainement ce qu'il fait - et le vin est encore si jeune - mais ce n'est pas mon idée des Perrières.

 

Domaine Jean-François Coche-Dury - Corton Charlemagne 2003 (sur fût)

Notes : DS16 - PC16+

Nez réduit, plus réservé que les précédents, avec de subtiles notes épicées (curcuma). Gras, riche, très velouté en bouche, doté d'une belle colonne vertébrale acide qui tente d'équilibrer une forte chaleur alcoolique.

 

Domaine Jean-François Coche-Dury - Meursault (Vireuils Dessus) 2002

Notes : DS16,5 - PC16,5

Très beau nez, dans le même style riche et exotique que les 2003, pointe grillée comprise, perception minérale en plus. Superbe bouche, délicieuse, séductrice, suffisamment tendue par une acidité vibrante.

 

Domaine Jean-François Coche-Dury - Meursault (Narvaux) 2002

Notes : DS15,5/16 - PC16+

Plus fermé que le précédent, pur, minéral, citronné, très belle acidité ; se développera certainement.

 

Domaine Jean-François Coche-Dury - Puligny-Montrachet "Les Enseignères" 2002

Notes : DS16 - PC16

Incisif, long, persistant, moins gras et velouté que les Meursault ; la saveur du fruit est toujours marquée par une note boisée.

 

Domaine Jean-François Coche-Dury - Meursault "Les Rougeots" 2002

Notes : DS16,5/17 - PC16,5/17

Nez déjà très expressif : beurre frais, praliné, pistache… Saveur prenante de noisette (fraîche autant que grillée), matière généreuse, enveloppante, remarquable acidité, vive, tranchante même.

 

Domaine Jean-François Coche-Dury - Meursault premier cru "Caillerets" 2002

Notes : DS16,5 - PC(15)

Un vin puissant, beurré, trapu, avec un fruit presque sucré mais une bonne tension acide ; cette matière impressionnante ne semble pas encore tout à fait en place, un peu lourde dans le contexte du millésime.

 

Domaine Jean-François Coche-Dury - Corton Charlemagne 2002

Notes : DS17,5 - PC17,5/18

Nez très profond, suave, magnifiquement partagé entre le miel et le minéral. Très grande présence en bouche, un corps massif mais sans aucune lourdeur. Un petit goût anisé et crayeux signe l'originalité du terroir avec beaucoup de naturel.

 

Domaine Jean-François Coche-Dury - Meursault premier cru "Perrières" 1982

Notes : DS17,5/18 - PC17

Belle couleur jaune d'or. Nez explosif, typé, racé, vigoureux : mousseron, jaune d'œuf, beurre frais, crème… Bouche dense, très savoureuse, droite et structurée ; la finale a tendance à s'alanguir alors qu'on attendrait un deuxième souffle après cette déflagration aromatique.

 

Domaine Jean-François Coche-Dury - Meursault (rouge) 2002

Notes : DS16,5 - PC16,5/17

Robe vive, colorée, pimpante. Nez tout aussi pimpant, frais, gourmand, superbement défini. La bouche est magnifique, vive, pleine ; sans prétention alambiquée, elle libère un fruit d'une franchise, d'une séduction et d'une tenue exemplaire. Une leçon de gourmandise.

 

Domaine Jean-François Coche-Dury - Volnay premier cru 2000

Notes : DS15/15,5 - PC12,5

Bu à la Cave de l'Arche à Beaune (à l'aveugle).

Teinte soutenue, légèrement brunie. Nez très mûr, flou, figué, assez exubérant mais peu défini (peu pinotant). Un joli fruit en bouche, mais une vivacité qui n'arrive qu'en finale, ce qui donne un vin assez décousu, manquant d'évidence et de définition, diversement apprécié par les dégustateurs.

 

Domaine Jean-François Coche-Dury - Auxey-Duresses (rouge) 2001

Notes : DS15,5/16 - PC16+

Bu à Langlade chez Rémy (à l'aveugle).

Teinte claire, expression fruitée très fine et pénétrante, subtile, articulée, délicieuse ; il y a une race véritable dans ce plaisir immédiat.

 

 

17 - Domaine Leflaive

 

Les vins de ce domaine au patrimoine foncier prestigieux sont des modèles unanimement reconnus. Le perfectionnisme intelligent, humble, sans dogmatisme, qui anime le jeune chef de cave qui nous reçoit, est palpable. On a manifestement choisi au domaine Leflaive de respecter l'originalité du millésime 2003. La richesse des matières est vraiment étonnante, leur pureté certaine, leur équilibre aussi surprenant que leur richesse.

 

Domaine Leflaive - Bourgogne blanc 2003 (assemblé en cuve)

Notes : DS13 - PC13,5

Très gras, onctueux, vanillé, surmûr, flatteur.

 

Domaine Leflaive - Puligny-Montrachet 2003 (assemblé en cuve)

Notes : DS13,5 - PC14/14,5

Expression plus fine mais très concentrée, chaleureuse mais nette ; l'acidité est bien discrète. Pourrait ressembler à un Hermitage blanc.

 

Domaine Leflaive - Puligny-Montrachet premier cru "Clavoillon" 2003 (assemblé en cuve)

Notes : DS14,5 - PC15

Puissante, très miellée, très grasse, la bouche paraît un peu lourde, sa saveur évoque l'amande grillée ; le vin se resserre en finale, retrouvant une certaine élégance.

 

Domaine Leflaive - Puligny-Montrachet premier cru "Les Folatières" 2003 (assemblé en cuve)

Notes : DS14,5/15 - PC15,5/16

La robe intense présente de beaux reflets verts. Le nez est fumé, grillé (caractère du terroir nous dit-on), chargé d'agrumes. Large dès l'attaque, la bouche est très grasse, veloutée, peu acide mais racée et minérale en finale.

 

Domaine Leflaive - Puligny-Montrachet premier cru "Les Pucelles" 2003 (assemblé en cuve)

Notes : DS15/15,5 - PC16

Nez intense, exprimant un fruité sensuel (banane, abricot) relevée de notes florales racées. Toujours beaucoup de gras, un profil résolument opulent et sudiste, mais plus d'allonge, de finesse que dans les vins précédents.

 

Domaine Leflaive - Bienvenues Batard-Montrachet 2003 (assemblé en cuve)

Notes : DS15,5/16 - PC16,5

Beaucoup de finesse au nez, du grillé mais aussi une pointe végétale très élégante (évocation d'angélique confite). Veloutée, grasse, longue, particulièrement intense, la bouche est fidèle au millésime.

 

Domaine Leflaive - Batard-Montrachet 2003 (assemblé en cuve)

Notes : DS15,5/16 - PC16/16,5

Nez puissant, terrien, solaire, profond : pêche jaune, prune, beurre, encore de l'angélique. Belle matière ample et harmonieuse, dont la massivité est renforcée par une acidité très discrète. On a vraiment l'impression que le vin s'assoit en bouche.

 

Domaine Leflaive - Chevalier-Montrachet 2003 (assemblé en cuve)

Notes : DS16 - PC17+

La robe est toujours aussi grasse, avec davantage de reflets verts. Nez racé, profond, plus classique : minéralité et agrumes. Bouche ciselée, minérale, dont l'équilibre dompte enfin le millésime ; grande matière, onctueuse mais digne, pénétrante, rémanente.

 

Domaine Leflaive - Puligny-Montrachet premier cru "Clavoillon" 2002

Notes : DS15 - PC15,5

Robe pâle. Joli nez frais, citronné, floral. Matière présente, élancée, vive.

 

Domaine Leflaive - Batard-Montrachet 2002

Notes : DS17 - PC17

A la fois puissant et délicat, serré en bouche, massif mais sans pesanteur, très réservé dans son expression aromatique. Potentiel évident.

 

 

18 - Domaine Louis Carillon

 

Une visite rapide entre deux mises en bouteille. Le domaine est connu pour ses Puligny racés, pleins et élégants. Cette définition vaut pour les 2003, moins marqués par le millésime que chez d'autres producteurs (notamment le domaine Leflaive). Les cuvées des Perrières et des Referts sont remarquables de densité et de profondeur.

 

Domaine Louis Carillon - Puligny-Montrachet 2003 (assemblé en cuve)

Notes : DS13,5 - PC13/13,5

Le nez est élégant, la bouche moyennement intense, marquée par une acidité saillante dans le contexte du millésime, peu intégrée.

 

Domaine Louis Carillon - Puligny-Montrachet premier cru "Champ Canet" 2003 (assemblé en cuve)

Notes : DS14,5 - PC15/15,5

Nez séducteur, floral et minéral. La matière possède du fond, une belle race.

 

Domaine Louis Carillon - Puligny-Montrachet premier cru "Les Combettes" 2003 (assemblé en cuve)

Notes : DS14 - PC14

Ces vignes encore assez jeunes (plantées en 1992) ont donné un vin gras, ouvert, sans l'intensité ni la minéralité du Champ Canet.

 

Domaine Louis Carillon - Puligny-Montrachet premier cru "Les Perrières" 2003 (assemblé en cuve)

Notes : DS15,5 - PC16/16,5

Le nez se montre riche, miellé, grillé. La matière est dense, encore austère mais harmonieusement proportionnée; son assise et sa longueur minérale sont remarquables.

 

Domaine Louis Carillon - Puligny-Montrachet premier cru "Les Referts" 2003 (assemblé en cuve)

Notes : DS15 - PC16,5

Nez fermé, pur, beurré, terrien (mousse des bois, minéralité). Beaucoup de volume et de poigne en bouche, comme dans les Perrières. La longue finale est si minérale qu'elle paraît saline. Vin complet.

 

Domaine Louis Carillon - Bienvenues Batard-Montrachet 2003 (assemblé en cuve)

Notes : DS15 - PC16,5/17

Minéral, pur, dense, assez vif, d'une longueur supérieure aux premiers crus. Son expression est encore fort discrète.

 

Domaine Louis Carillon - Mercurey (rouge) 2003 (assemblé en cuve)

Notes : DS13 - PC13

Le fruit évoquant la cerise noire est assez frais, net. La bouche est vive, drue, sans lourdeur.

 

Domaine Louis Carillon - Saint-Aubin premier cru "Les Pitangerets" (rouge) 2003 (assemblé en cuve)

Notes : DS13,5 - PC15

Couleur plus claire. Nez plus fin, plus nuancé. La bouche est délicate, charmeuse, structurée par des tannins fins.

 

 

19 - Domaine Etienne Sauzet

 

Gérard Boudot nous a préparé une superbe dégustation ; où ailleurs qu'au domaine Sauzet pouvait-on goûter autant de premiers crus de Puligny ? Les 2002 sont somptueux, aériens et élégants, d'une grande race aromatique. Certains 2003 (en particulier les Combettes et les grands crus) sont presque du même niveau, dans un style évidemment plus riche, plus chaleureux et moins tendu. Nous n'avons pas perçu de différence qualitative notable entre les vins du domaine et ceux issus de l'activité de négoce.

 

Domaine Etienne Sauzet - Bourgogne blanc 2003

Notes : DS12,5 - PC12

Nez assez fin, le corps s'efface devant la chaleur alcoolique et une acidité un peu dure.

 

Domaine Etienne Sauzet - Chassagne-Montrachet 2003

Notes : DS14- PC13,5

Issu du climat "Aux Enseignères". Vin trapu, assez riche, avec une acidité finale qui semble peu intégrée.

 

Domaine Etienne Sauzet - Puligny-Montrachet 2003

Notes : DS14,5 - PC13,5

Plus élancé et élégant que le Chassagne, la matière paraît de constitution vraiment légère.

 

Domaine Etienne Sauzet - Puligny-Montrachet premier cru "La Garenne" 2003

Notes : DS15,5/16 - PC14,5

Miellé mais délicat, assez vif, savoureux, peu corpulent, élégant.

 

Domaine Etienne Sauzet - Puligny-Montrachet premier cru "Les Referts" 2003

Notes : DS15,5 - PC14,5

Plus large d'épaules, un peu lourd mais sérieux, droit et long.

 

Domaine Etienne Sauzet - Puligny-Montrachet premier cru "Hameau de Blagny" 2003

Notes : DS16/16,5 - PC15,5

Beau nez minéral et floral (pommier, vigne). Dense, serré, élancé et subtil en bouche.

 

Domaine Etienne Sauzet - Puligny-Montrachet premier cru "Les Perrières" 2003

Notes : DS15/15,5 - PC14,5/15

A nouveau un profil large, terrien (comme les Referts). Expression sérieuse, nette, minérale, presque austère.

 

Domaine Etienne Sauzet - Puligny-Montrachet premier cru "Les Folatières" 2003

Notes : DS15 - PC14,5

Expression avenante, miellée, fruitée. Matière flatteuse, ronde, marquée par le millésime. La finale semble un peu plus abrupte, moins élégante que celle des autres premiers crus.

 

Domaine Etienne Sauzet - Puligny-Montrachet premier cru "Champ Canet" 2003

Notes : DS15,5/16 - PC15

Nez ample, beurré, levuré (brioche). Bouche dense, savoureuse, peu acide.

 

Domaine Etienne Sauzet - Puligny-Montrachet premier cru "Les Combettes" 2003

Notes : DS17/17,5 - PC16,5

Le nez, profond mais fermé, s'ouvre sur un fruit ample, riche, nuancé. La matière est de très belle qualité, dense, visqueuse même, mais harmonieuse, d'une présence et d'une longueur nettement supérieures aux autres premiers crus.

 

Domaine Etienne Sauzet - Bienvenues Batard-Montrachet 2003

Notes : DS16,5 - PC16

Beau nez miellé, floral aussi, fin, racé. Matière riche, chaleureuse, massive, dotée d'une grande longueur minérale (mais peut-être moindre que celle des Combettes).

 

Domaine Etienne Sauzet - Batard-Montrachet 2003

Notes : DS17/17,5 - PC17

Nez fermé mais pur ; très belle chair, racée, longue, d'une texture remarquable.

 

Domaine Etienne Sauzet - Chevalier-Montrachet 2003

Notes : DS17,5 - PC17

Beaucoup d'élégance, de classe, grande richesse de constitution et netteté aromatique irréprochable. L'impression d'alcool est peut-être un peu plus marquée que sur le Batard.

 

Domaine Etienne Sauzet - Puligny-Montrachet 2002

Notes : DS15,5 - PC16

Une cuvée vraiment remarquable ; florale, aérienne, racée, très vive, enlevée et minérale en finale. Les arômes sont au plus près du raisin (raisin frais, fleur de vigne).

 

Domaine Etienne Sauzet - Puligny-Montrachet premier cru "Les Perrières" 2002

Notes : DS16 - PC16,5

Les nez est net mais beaucoup plus fermé que celui du vin précédent. La matière est longue, racée, innervée par une superbe acidité intégrée.

 

Domaine Etienne Sauzet - Puligny-Montrachet premier cru "Champ Canet" 2002

Notes : DS16,5/17 - PC16,5/17

Très fin, très vif, très dense. Des notes aromatiques subtiles de fumé, de fruits exotiques, lui apportent un surcroît de séduction.

 

Domaine Etienne Sauzet - Puligny-Montrachet premier cru "Les Combettes" 2002

Notes : DS16,5 - PC16,5

Plus de rondeur, plus d'assise, une minéralité plus terrienne (plus humique que rocheuse) ; cette matière superbement dense et structurée apparaît à ce stade moins nuancée et moins élancée que celle du Champ Canet.

 

Domaine Etienne Sauzet - Bienvenues Batard-Montrachet 2002

Notes : DS16,5 - PC17+/17,5

Énormément de finesse et de vivacité dans cette cuvée, magnifique densité citronnée et grande longueur. L'acidité est vraiment très marquée, sans doute à la limite de l'agressivité pour certains dégustateurs ; je pense pour ma part qu'elle donne des ailes au vin…

 

Domaine Etienne Sauzet - Chevalier-Montrachet 2002

Notes : DS17,5/18 - PC17+

Le Chevalier est lui aussi campé sur son acidité. Très long, serré, très pur, austère, il ne livre rien. Sa netteté, sa grandeur, son intransigeance me font penser au Clos Sainte-Hune.

 

 

20 - Domaine Vincent Dancer

 

Vincent Dancer possède une palette impressionnante de beaux terroirs ; il nous les a fait découvrir avec beaucoup de générosité. La volonté de bien faire qui anime cet autodidacte du vin (comme il se définit lui-même) - c'est-à-dire de respecter les sols, de produire moins mais meilleur - est évidente. Et les résultats sont là, dans nos verres, des vins sains, purs, expressifs, richement constituées. On suivra donc la suite des aventures de ce jeune domaine avec grand intérêt.

 

Domaine Vincent Dancer - Bourgogne blanc 2003

Notes : DS14 - PC14

Les vignes sont sur la commune de Meursault. Simple, suave, sérieux ; la matière est bien présente en bouche.

 

Domaine Vincent Dancer - Meursault "Grands Charrons" 2003

Notes : DS14,5 - PC15

Aimable mais assez tendu, matière sérieuse, belle finale minérale.

 

Domaine Vincent Dancer - Chassagne-Montrachet premier cru "Morgeot - Tête du Clos" 2003

Notes : DS15,5 - PC15/15,5

Gras, fumé, miellé, trapu, c'est bien un Chassagne. La finale est droite, décidée.

 

Domaine Vincent Dancer - Chassagne-Montrachet premier cru "La Romanée" 2003

Notes : DS14 - PC14,5

Un vin plus opulent, velouté, charmeur, mais sans la sève et le dynamisme du précédent.

 

Domaine Vincent Dancer - Meursault premier cru "Perrières" 2003

Notes : DS16 - PC16+

Nez pur, minéral, proche du raisin. Matière beurrée, intense, légèrement marquée par l'élevage ; exprimant un côté solaire chaleureux, mais on sent heureusement surtout la tension minérale et la race du terroir.

 

Domaine Vincent Dancer - Chevalier-Montrachet 2003

Notes : DS16,5/17 - PC(16)

Production : une feuillette. L'expression aromatique est très marquée par le bois, on décèle des notes de caramel au lait, de sucre candi. La bouche, fermée, possède de la densité, de la droiture et une grande longueur. Ce vin montre un potentiel certain, le vieillisemment lui permettra-t-il de dépasser les stigmates de son élevage "à l'étroit" ?

 

Domaine Vincent Dancer - Bourgogne blanc 2002

Notes : DS13,5 - PC13,5/14

Nez expressif, ouvert, évoquant la poire et le pain d'épices. Miel et nougat en bouche, une matière démonstrative mais propre, qui paraît déjà évoluée.

 

Domaine Vincent Dancer - Meursault "Grands Charrons" 2002

Notes : DS14 - PC15,5

Net, droit, plein, expression aromatique discrète et racée, fraîcheur d'ensemble.

 

Domaine Vincent Dancer - Chassagne-Montrachet premier cru "Morgeot - Tête du Clos" 2002

Notes : DS15,5/16 - PC16

Vin large, aimable de texture mais bien présent, persistant, structuré, vif, belle générosité du fruit.

 

Domaine Vincent Dancer - Chassagne-Montrachet premier cru "La Romanée" 2002

Notes : DS15,5 - PC15

Comme en 2003, la Romanée se montre plus opulente que le Morgeot mais moins profonde et dynamique. Nez extraverti, assez boisé, sur la pêche jaune, le pain d'épices ; bouche avenante, un peu chaleureuse, saveur lorgnant vers les fruits exotiques.

 

Domaine Vincent Dancer - Meursault premier cru "Perrières" 2002

Notes : DS15,5/16 - PC16,5

Beau nez pur et serré, qui sent le raisin frais. Beaucoup plus de longueur que dans les Chassagne, vin minéral, concentré, sérieux ; le terroir parle.

 

Domaine Vincent Dancer - Chevalier-Montrachet 2002

Notes : DS16,5 - PC(16,5)

Encore plus de longueur, minéralité profonde ; la matière est très tendue, encore marquée par son élevage.

 

Domaine Vincent Dancer - Chassagne-Montrachet premier cru (rouge) "La Grande Borne" 2003 (sur cuve)

Notes : DS14,5/15 - PC(13)

Nez brillant, aromatique, puncheur, intensément fruité, copieusement boisé. Matière sérieuse, intense, extraite (les tannins me semblent un peu forcés).

 

Domaine Vincent Dancer - Pommard premier cru "Les Pézerolles" 2003 (sur cuve)

Notes : DS15,5 - PC15

Le nez est beaucoup plus fin, élégant, framboisé, notes de café grillé fort plaisantes. Joli fruit, bien concentré, structuré par des tannins beaucoup plus fins que ceux du Chassagne.

 

Domaine Vincent Dancer - Chassagne-Montrachet premier cru (rouge) "La Grande Borne" 2002

Notes : DS14,5 - PC14/14,5

Très joli fruit intense au nez, élevage présent mais intégré. On retrouve une très belle densité en bouche, des tannins batailleurs, rudes mais plus frais et naturels que ceux du 2003.

 

Domaine Vincent Dancer - Pommard premier cru "Les Pézerolles" 2002

Notes : DS15,5/16 - PC16/16,5

Nez fin, terrien, nuancé, racé. La finesse des tannins des Pézerolles est décidément bien supérieure à celle du Chassagne ; la chair est fine, expressive. Le vin s'exprime avec une plénitude, un charme et un équilibre qui le situent à un niveau comparable à celui de la cuvée des Pézerolles produite par le domaine de Montille.

 

 

21 - Domaine Catherine et Dominique Derain

Domaine récent et idéaliste. La conjonction de l'approche biodynamique et de la volonté de limiter au maximum l'apport de SO2, pendant la vinification et à la mise, engendre des vins libres, des expressions franches et originales, avec une tendance aux arômes oxydatifs sur les blancs, parfois des acidités volatiles élevées. Apprécier ce style, surtout dans un contexte bourguignon où les grands vins sont souvent réducteurs dans leur jeunesse, est une affaire de sensibilité et de culture. Il n'en reste pas moins qu'à partir de terroirs plus modestes que ceux des domaines que nous avons visité cette semaine, Catherine et Dominique Derain produisent des vins aux matières sérieuses, denses, faits pour être bus et non contemplés comme des trophées par les buveurs d'étiquettes.

 

Domaine Derain - Bourgogne blanc "La Combe" 2003

Notes : DS12,5/13 - PC13

Matière assez dense, très grasse, un peu flottante, courte.

 

Domaine Derain - Bourgogne blanc "La Combe" 2002

Notes : DS11 - PC12

Arômes évolués de miel et de nougat, acidité volatile qui durcit le vin.

 

Domaine Derain - Saint-Aubin (blanc) 2003

Notes : DS13,5 - PC14,5

Le nez est intense et libre, floral et miellé ; la matière est pure, grasse, assez vive.

 

Domaine Derain - Saint-Aubin (blanc) 2002

Notes : DS12,5 - PC14

Nez oxydatif, inclinant vers le miel et la cire ; bouche dense, sérieuse, tendue, avec une impression de tannicité.

 

Domaine Derain - Saint-Aubin (blanc) 2001

Notes : DS12 - PC14,5/15

Beau nez libre, intense et personnel mais peu flatteur, minéral, camphré. Comme le nez, la bouche se montre plutôt austère, structurée, dense.

 

Domaine Derain - Saint-Aubin premier cru "En Remilly" (blanc) 2003

Notes : DS14,5 - PC14,5/15

Miellé, pur, frais (surtout dans le contexte du millésime). Matière équilibrée, séduisante, dense, belle finale serrée.

 

Domaine Derain - Saint-Aubin premier cru "En Remilly" (blanc) 2002

Notes : DS14,5 - PC14,5

Nez très riche, marqué par l'oxydation (nougat, praliné). Belle matière minérale et suave, goût de miel prenant et rémanent.

 

Domaine Derain - Mercurey "La Plante Chassey" (rouge) 2003

Notes : DS13,5 - PC13,5/14

Couleur vive. Vin assez tendre, fruité, aimable, facile à boire, avec la rondeur du millésime.

 

Domaine Derain - Mercurey "La Plante Chassey" (rouge) 2002

Notes : DS13 - PC14,5

Teinte beaucoup plus légère, corail. Nez très fin, spontané, framboisé. Bon goût de fruit, digeste, acidité volatile présente.

 

Domaine Derain - Mercurey "La Plante Chassey" (rouge) 2001

Notes : DS12 - PC14,5/15

Robe légère. Nez fin et libre, dont l'expression prend une tournure nettement giboyeuse. Léger, sapide, tendu en bouche, il peut paraître évanescent ou subtil selon la sensibilité du dégustateur ; franc et digeste il l'est certainement.

 

Domaine Derain - Saint-Aubin "Le Ban" (rouge) 2003

Notes : DS13 - PC13

Nez riche, très fruité. Matière ronde mais marquée par des tannins vigoureux, rustiques.

 

Domaine Derain - Saint-Aubin "Le Ban" (rouge) 2002

Notes : DS13 - PC13

Couleur assez dense. Nez intense mais réservé. Matière présente, dense, très tannique, porteuse d'un beau fruité, qui ne cherche pas à voiler sa rusticité.

 

Domaine Derain - Saint-Aubin "Le Ban" (rouge) 2001

Notes : DS13,5 - PC15

Robe plus tendre. Nez fin, évolué, plus délicat et nuancé que les deux précédents. Beaucoup de finesse en bouche, un fruit libre, sapide, puis une finale drue, rigide, qui semble marquer ce terroir.

 

Domaine Derain - Saint-Aubin premier cru "Le Puits" (rouge) 2003

Notes : DS14 - PC(13/14)

Nez puissant, agressif, jus de fruits noirs (cassis, mûre), boisé présent. Matière très serrée, tannique, sans charme pour l'instant.

 

Domaine Derain - Pommard "Les Petits Noizons" 2003

Notes : DS14 - PC(13/14)?

Premier nez étrange de vernis et de sirop de cassis. Tannins serrés, beaucoup de matière, présence alcoolique, goût de fruits cuits, de poivre, de vernis…

 

 

22 - Domaine Bernard Moreau et Fils

 

Accueil sympathique de Bernard Moreau qui dirige ce domaine familial avec ses deux fils. Ces vignerons pragmatiques et valeureux recherchent l'intensité des matières et l'expression des terroirs. Parmi les différents climats de Chassagne que propose le domaine, la cuvée des Grandes Ruchottes, issue de vignes de 65 ans, se démarque par sa plénitude et sa profondeur.

 

Domaine Bernard Moreau - Saint-Aubin premier cru (blanc) "En Remilly" 2003

Notes : DS14,5 - PC12,5

Expression aromatique marquée par le grillé du fût ; matière souple, mûre, durcie par une acidité qui arrive tardivement dans le développement de la bouche.

 

Domaine Bernard Moreau - Chassagne-Montrachet (blanc) 2003

Notes : DS14,5 - PC13

Matière trapue, de bonne assise, boisée, un peu rigide en fin de bouche.

 

Domaine Bernard Moreau - Chassagne-Montrachet premier cru (blanc) "La Maltroie" 2003

Notes : DS15 - PC14/14,5

Plus gras, plus ample, sérieux, minéral, toujours marqué par le fût.

 

Domaine Bernard Moreau - Chassagne-Montrachet premier cru (blanc) "Morgeot" 2003

Notes : DS15/15,5 - PC14,5

Dense, carré, bien typé, du gras et une acidité bien intégrée.

 

Domaine Bernard Moreau - Chassagne-Montrachet premier cru (blanc) "Chenevottes" 2003

Notes : DS15 - PC13,5

Gras, chaud, assez lourd, il subit l'influence du millésime ; la matière montre une bonne plénitude.

 

Domaine Bernard Moreau - Chassagne-Montrachet premier cru (blanc) "Grandes Ruchottes" 2003

Notes : DS15,5 - PC15+

Vin dense, plus minéral et plus subtil que les précédents, belle allonge ; peut-être un peu plus de présence boisée que nécessaire dans l'expression aromatique.

 

Domaine Bernard Moreau - Chassagne-Montrachet premier cru (blanc) "La Maltroie" 2002

Notes : DS15 - PC14

Vin austère, fermé, un peu anguleux mais animé par une belle vivacité, saveur anisée (évoquant la rousquille catalane…).

 

Domaine Bernard Moreau - Chassagne-Montrachet premier cru (blanc) "Morgeot" 2002

Notes : DS15,5 - PC14,5

Plus de gras dès l'attaque, matière serrée, acide, fermée, du potentiel

 

Domaine Bernard Moreau - Chassagne-Montrachet premier cru (blanc) "Chenevottes" 2002

Notes : DS14,5 - PC14

Nez ouvert, avenant : agrumes, beurre frais. Matière assez tendue, mince, aimable, vive.

 

Domaine Bernard Moreau - Chassagne-Montrachet premier cru (blanc) "Morgeot" 2001

Notes : DS15 - PC14

Nez assez austère, frais. Bouche droite, vive, serrée, un peu dure.

 

Domaine Bernard Moreau - Chassagne-Montrachet premier cru (blanc) "Grandes Ruchottes" 2001

Notes : DS15,5/16 - PC15/15,5

Plus d'ampleur et d'expressivité au nez : miel d'acacia, noisette, nougat… Corps sérieux et harmonieux, belle présence en bouche, impression de franchise et de solidité.

 

Domaine Bernard Moreau - Chassagne-Montrachet premier cru (blanc) "Grandes Ruchottes" 1999

Notes : DS16 - PC16

Teinte dorée plus soutenue. Le nez commence à livrer des choses intéressantes, des notes pures et distinguées d'agrumes confits et de noisette grillée. Gras, sapide, expressif en bouche ; la matière fait montre de sérieux et de race.

 

Domaine Bernard Moreau - Chassagne-Montrachet "Vieilles Vignes" (rouge) 2003 (tiré sur cuve)

Notes : DS14,5/15 - PC13,5

Robe sombre. Nez sur les fruits noirs confits, plus languedocien que bourguignon. Matière trapue, sudiste, chaude, dotée d'un joli grain.

 

Domaine Bernard Moreau - Chassagne-Montrachet premier cru (rouge) "Morgeot - La Cardeuse" 2003 (tiré sur cuve)

Notes : DS15,5/16? - PC(14,5)+?

Robe tout aussi sombre. On sent plus de bois, du volume, de la densité, de la chaleur alcoolique, des tannins batailleurs mais fins ; il y a là un potentiel certain dont les éléments demandent à s'harmoniser.

 

Domaine Bernard Moreau - Chassagne-Montrachet "Vieilles Vignes" (rouge) 2002

Notes : DS14 - PC13

Rouge rubis. Nez fruité simple, un peu agressif, avec une note camphrée. Matière assez chaleureuse, sérieuse, tannins rustiques.

 

Domaine Bernard Moreau - Chassagne-Montrachet premier cru (rouge) "Morgeot - La Cardeuse" 2002

Notes : DS15,5 - PC14

Robe dense. Nez plus fin, sur le noyau, les fruits rouges. La matière semble intéressante, trapue, chaleureuse, hérissée de tannins rugueux.

 

Domaine Bernard Moreau - Chassagne-Montrachet premier cru (rouge) "Morgeot - La Cardeuse" 1999

Notes : DS15 - PC14/14,5

Robe brillante, teinte assez soutenue. Nez ample, encore bien fruité, avec une poussée tertiaire évoquant les feuilles mortes et le cuir. Les tannins sont saillants, le fruit est goûteux, juteux, la vivacité satisfaisante.

 

 

23 - Domaine Albert Grivault

 

Le célèbre Clos des Perrières est considéré comme le plus grand terroir du finage de Meursault ; Le domaine Albert Grivault en a le monopole. L'accueil de Michel Bardet, l'actuel propriétaire et petit-fils d'Albert Grivault, fut particulièrement attentionné et chaleureux, le maître des lieux étant prodigue en informations techniques et historiques sur le vignoble et les vins. Les trois cuvées de Meursault s'expriment avec beaucoup de plénitude et de classicisme. La cuvée en appellation village se montre intensément fruitée. Dans une autre sphère, celle de la très grande race minérale, la comparaison sur les mêmes millésimes des Perrières et du Clos des Perrières, issus de terroirs légèrement dissemblables et de vignes d'un âge différent, est vraiment passionnante. Les 2002 sont particulièrement éblouissants. Le Pommard du Clos Blanc gagne lui aussi à être connu. Nous avons observé sur l'ensemble de cette remarquable production une certaine irrégularité, en fonction de millésimes, des bouteilles… une irrégularité peut-être imputable à la présence discontinue de Monsieur Bardet sur son domaine.

 

Domaine Albert Grivault - Bourgogne blanc 2003

Notes : DS14 - PC13,5/14

Noisette, crème fraîche, meringue : séduction aromatique et gourmandise d'une matière qui s'éclipse rapidement en bouche. Bien réussi.

 

Domaine Albert Grivault - Meursault 2003

Notes : DS14,5 - PC14

Crémeux, flatteur, large en bouche, avec des saveurs de fruits exotiques.

 

Domaine Albert Grivault - Meursault 2002

Notes : DS14,5 - PC15,5

Beau nez citronné, bien mûr, généreux (pêche, mangue…). Bouche évidemment plus vive que celle du Meursault 2003, minérale, propre, bien typée.

 

Domaine Albert Grivault - Meursault 2001

Notes : DS15 - PC15

Nez retenu, fin, minéral, exprimant une belle race murisaltienne. Bouche riche mais tendue (un peu moins de perception acide que le 2002 toutefois), touche saline en finale.

 

Domaine Albert Grivault - Meursault 2000

Notes : DS14,5 - PC14,5

Matière concentrée, solide, moins dynamique que les deux précédentes, qui évolue vers une perception miellée.

 

Domaine Albert Grivault - Meursault 1999

Notes : DS15,5 - PC15,5

Le nez est dominé par un fruité vif (groseille blanche), pur et expressif. Bouche ronde, assez chaleureuse, mais dense et minérale.

 

Domaine Albert Grivault - Meursault 1991

Notes : DS14 - PC12,5

Nez intéressant dans un genre oxydatif : reine-claude, pomme cuite, pain d'épices, fruits confits. Matière évoluée, décharnée et chaude, avec une saveur terpénique rémanente en finale.

 

Domaine Albert Grivault - Meursault premier cru "Perrières" 2003

Notes : DS15,5 - PC15,5

Nez racé, floral, capiteux, légèrement beurré et grillé mais évoquant surtout le raisin frais. Matière crémeuse, avec une belle minéralité sous-jacente en deuxième partie de bouche.

 

Domaine Albert Grivault - Meursault premier cru "Perrières" 2002

Notes : DS17/17,5 - PC17

Nez fermé, profond, intense, incisif, citronné. Très belle bouche concentrée et svelte, possédant une minéralité vibrante.

 

Domaine Albert Grivault - Meursault premier cru "Perrières" 2001

Notes : DS16 - PC16

Nez à nouveau plus exotique, plus exubérant, abricoté (botrytisé ?). Bouche dense, charnue, d'une profonde saveur fruitée, toujours exotique (ananas) ; l'acidité est moins vibrante, moins salivante, que celle des Perrières 2002.

 

Domaine Albert Grivault - Meursault premier cru "Perrières" 2000

Notes : DS16 - PC16,5/17

Nez serré, citronné, profond, racé. Bouche remarquable, harmonieuse, dense, minérale, encore sur la réserve.

 

Domaine Albert Grivault - Meursault premier cru "Perrières" 1998

Notes : DS16 - PC15

Joli nez sur les fruits confits, qui tient bien à l'air. Matière concentrée, encore serrée, animée par une belle vivacité ; la finale se montre un peu brûlante.

 

Domaine Albert Grivault - Meursault premier cru "Perrières" 1991

Notes : DS16/15,5 - PC11

Robe d'un doré très soutenu. Nez mentholé, oxydé, poussiéreux. Plate et oxydée, pour moi, la matière n'est plus en vie.

 

Domaine Albert Grivault - Meursault premier cru "Clos des Perrières" 2003

Notes : DS16,5 - PC16+

Premier nez crémeux, lactique, marqué par le bois ; un fruit très mûr mais bien défini s'exprime à l'aération. Matière très riche, intense, une chair presque un peu lourde, mais un fond minéral bien présent. Atypique mais pleinement racé.

 

Domaine Albert Grivault - Meursault premier cru "Clos des Perrières" 2002

Notes : DS17,5 - PC17

Nez pur, très profond, marqué par une note fumée ; s'ouvre avec amplitude sur un fruit évoquant une poire williams bien juteuse. La matière est tout aussi vibrante, dense et harmonieuse que celle des Perrières 2002, peut-être un peu plus grasse, mais pas forcément plus longue lorsqu'on goûte les deux cuvées côte à côte.

 

Domaine Albert Grivault - Meursault premier cru "Clos des Perrières" 2001

Notes : DS17/17,5 - PC17

Nez très pur, serré, intense et direct, évoquant principalement pour l'instant le fruit, le raisin frais. Matière dense, vertébrée par une minéralité profonde, à laquelle s'attachent des notes épicées, camphrées (pétrolées ?) ; l'acidité est peut-être un peu moins tranchante que celle du 2002.

 

Domaine Albert Grivault - Meursault premier cru "Clos des Perrières" 2000

Notes : DS16,5/17 - PC15,5

Nez assez réduit, qui s'exprime de façon inhabituelle, avec des notes végétales de menthe et de feuille de cassis. Ces arômes mentholés (proche de ceux rencontrés chez Ramonet) persistent en bouche, la matière est toujours dense et minérale, profonde, assez peu expressive.

 

Domaine Albert Grivault - Meursault premier cru "Clos des Perrières" 1996

Notes : DS17/17,5 - PC17,5

Robe dorée pleine et brillante. Nez très classique, racé ; fruité profond d'où émergent des notes aromatiques entraînantes qui commencent à laisser entrevoir la maturité du vin : jaune d'œuf, beurre, noisette grillée, tarte au citron… Grande matière, ample, très minérale, parcourue par une acidité savoureuse, fraîche mais sans agressivité. La saveur d'agrumes frais lui confère beaucoup de jeunesse.

 

Domaine Albert Grivault - Pommard premier cru "Clos Blanc" 2003

Notes : DS15 - PC13,5

Fruit très mûr, dégagé mais assez lourd, compoté ; matière ample, structurée, marquée par la présence de l'alcool.

 

Domaine Albert Grivault - Pommard premier cru "Clos Blanc" 2002

Notes : DS14 - PC(12,5)

Plus de fraîcheur dans l'expression fruitée du nez. La matière est sérieuse, renfrognée, les tannins saillants. Il me semble déceler un léger goût de moisi en fin de bouche.

 

Domaine Albert Grivault - Pommard premier cru "Clos Blanc" 2001

Notes : DS15/15,5 - PC15

Nez propre, un peu sanguin, fruit bien exprimé, framboise et griotte. Vif en bouche, saveurs pures et définies, fraîches, tannins vraiment austères, saillants mais sans sécheresse. Un profil de misanthrope, selon Monsieur Bardet.

 

Domaine Albert Grivault - Pommard premier cru "Clos Blanc" 2000

Notes : DS14,5 - PC14

Nez propre, pas trop évolué, fruit framboisé un peu timide. Assez mince, tannins fins, réelle élégance. Une réussite dans le contexte du millésime.

 

Domaine Albert Grivault - Pommard premier cru "Clos Blanc" 1999

Notes : DS15,5/16 - PC15+

Nez plus riche, épicé, vanillé. Belle matière, présente et harmonieuse, terrienne ; la saveur fumée et humique ne manque pas de race.

 

Domaine Albert Grivault - Pommard premier cru "Clos Blanc" 1990

Notes : DS16 - PC16

Robe peu évoluée, on dirait même qu'elle a repris de la couleur. Beau nez racé, tertiaire, automnal, évocation de feuilles mortes et de cuir. Bouche assez svelte, bien présente, pas usée, possédant de l'allonge et une appréciable plénitude de saveur.

 

 

 

Quelques remarques très générales en guise de conclusion

 

Sur les millésimes récents tout d'abord. 2003 est un millésime atypique, solaire - on l'a assez dit - tel saint Thomas nous l'avons vérifié par nous-mêmes… La richesse en matière sèche étonnante des meilleures cuvées, en rouge comme en blanc, pourrait compenser la faiblesse des acidités et permettre une évolution intéressante. 2002 s'exprime régulièrement avec plénitude, harmonie et classicisme ; une acidité très positive, salivante, semble caractériser ce millésime, conférant beaucoup d'élan aux vins. Dans les deux couleurs, peu de déceptions. Les 2001 que nous avons goûtés nous ont le plus souvent fait également une bonne impression, très pleins, gras, intenses, dotés d'une acidité moins dynamique que celle des 2002, ils semblent injustement sous-estimés. Les vins rouges semblent plus austères, mais parfois plus structurés et plus élégants que les 2002.

 

Nous avons eu la chance de (beaucoup) goûter dans un laps de temps restreint, en nous concentrant sur les terroirs de la Côte de Beaune. C'était l'occasion de vérifier par nous mêmes, de mettre à l'épreuve certains stéréotypes livresques ou constatés ponctuellement dans des séquences de dégustation moins intensives.

Il n'y a (heureusement, malheureusement ?) aucune nouveauté ou originalité dans les grandes lignes que nous avons cru discerner… La différence d'expression entre Puligny et Meursault semble parfois bien ténue ; il y a peut-être un soupçon d'exotisme aromatique et d'élan en plus dans les vins de Puligny, plus de solidité à Meursault. Les Perrières dominent nettement la production de ce dernier finage. Si ce climat (en tout ou en partie ?) mérite le statut de grand cru, certains terroirs classés en appellation Meursault village, les Tessons, les Narvaux ou les Tillets par exemple, nous ont offert des vins pleins, typés, racés, largement au niveau de premiers crus d'autres communes. Les vins de Chassagne se montrent plus trapus, nettement moins longs et moins fins. Les vins de Saint-Aubin, moins intenses mais souvent très minéraux, ont su tirer parti du millésime 2003. Le Corton Charlemagne se démarque des autres grands vins blancs ; il est d'une certaine façon plus droit, plus austère, sa minéralité est autre, "crayeuse".

Les vins rouges de Volnay et de Pommard peuvent atteindre des sommets de finesse et d'expressivité, tout en gardant un caractère bien différent des crus de la Côte de Nuits. Souvent nettement plus rustiques, les pinots de Meursault et Chassagne sont capables de montrer beaucoup de personnalité. Un nouveau voyage sera nécessaire pour appréhender la complexité des vins de Beaune et des Cortons.

 

La vision que nous avons eu de la Côte de Beaune pendant cette semaine, déjà ample mais forcément très partielle, nous a permis d'entrevoir la grande, la foisonnante, l'inépuisable (?) diversité des terroirs de Bourgogne - et des hommes qui les exploitent. J'ai un peu le même sentiment que face aux Pyrénées que je contemple à mon réveil ; cette chaîne, cette barrière qui s'élève abruptement depuis la plaine, cette Côte, une vie ne suffirait pas à en connaître tous les secrets. C'est pour cela qu'il faudra revenir.

 

 

 

 

Tableau récapitulatif par notes moyennes arrondies décroissantes

23 domaines visités, 328 vins notés et commentés. Note arrondie au quart de point. Classement alphabétique.

 

18,25

De Montille - Pommard premier cru "Les Rugiens" 1990

 

18

Bonneau du Martray - Corton Charlemagne 1990

 

17,75

Coche-Dury Jean-François - Corton Charlemagne 2002

Comtes Lafon - Montrachet 2003 (sur fût)

De Montille - Pommard premier cru "Les Rugiens" 1999

La Romanée-Conti - Romanée-Conti 2003 (sur fût)

 

17,5

Bouzereau Michel - Meursault premier cru "Perrières" 2002

Coche-Dury Jean-François - Meursault premier cru "Perrières" 1982

Germain Henri - Meursault premier cru "Charmes" 1989

Grivault Albert - Meursault premier cru "Clos des Perrières" 1996

La Romanée-Conti - Batard-Montrachet 1996

La Romanée-Conti - Romanée-Conti 1975

Roulot Guy - Meursault premier cru "Les Perrières" 2001

Sauzet Etienne - Chevalier-Montrachet 2002

 

17,25

Bouzereau Michel - Meursault premier cru "Perrières" 1999

Comtes Lafon - Meursault premier cru "Perrières" 2003 (sur fût)

Grivault Albert - Meursault premier cru "Clos des Perrières" 2001

Grivault Albert - Meursault premier cru "Clos des Perrières" 2002

Grivault Albert - Meursault premier cru "Perrières" 2002

Romanée-Conti - Romanée-Saint-Vivant 2002

Sauzet Etienne - Chevalier-Montrachet 2003

 

17

De Montille - Pommard premier cru "Les Pézerolles" 2001

De Montille - Pommard premier cru "Les Rugiens" 2002

La Romanée-Conti - La Tache 2003 (sur fût)

Leflaive - Batard-Montrachet 2002

Sauzet Etienne - Batard-Montrachet 2003

Sauzet Etienne - Bienvenues Batard-Montrachet 2002

Sauzet Etienne - Puligny-Montrachet premier cru "Les Combettes" 2003

 

16,75

Bouzereau Michel - Puligny-Montrachet premier cru "Le Cailleret" 2001

Coche-Dury Jean-François - Meursault "Les Rougeots" 2002

De Montille - Puligny-Montrachet premier cru "Le Cailleret" 2001

Germain Henri - Meursault premier cru "Charmes" 1992

Germain Henri Germain Henri - Meursault premier cru "Perrières" 2003 (sur fût)

Morey Pierre - Batard-Montrachet 2003 (échantillon tiré sur fût)

Roulot Guy - Meursault "Les Tillets" 2002

Roulot Guy - Meursault premier cru "Les Perrières" 2003 (sur fût)

Sauzet Etienne - Puligny-Montrachet premier cru "Champ Canet" 2002

 

16,5

Bonneau du Martray - Corton Charlemagne 2002

Buisson-Charles - Meursault premier cru "Charmes" 1986

Coche-Dury Jean-François - Meursault (rouge) 2002

Coche-Dury Jean-François - Meursault (Vireuils Dessus) 2002

Comtes Lafon - Meursault "Clos de la Barre" 2003 (sur fût)

Comtes Lafon - Meursault premier cru "Charmes" 2003 (sur fût)

Comtes Lafon - Meursault premier cru "Gouttes d'Or" 2003 (sur fût)

Dancer Vincent - Chevalier-Montrachet 2002

Dancer Vincent - Chevalier-Montrachet 2003

Germain Henri - Meursault premier cru "Charmes" 1999

Grivault Albert - Meursault premier cru "Clos des Perrières" 2003

Grivault Albert - Meursault premier cru "Perrières" 2000

La Romanée-Conti - Grands-Echezeaux 2003 (sur fût)

La Romanée-Conti - Romanée-Saint-Vivant 1996

Leflaive - Chevalier-Montrachet 2003 (assemblé en cuve)

Matrot Joseph - Meursault premier cru "Perrières" 1992

Morey Pierre - Meursault premier cru "Perrières" 2003 (échantillon tiré sur fût)

Ramonet - Montrachet 2002

Roulot Guy - Meursault "Les Tessons - Clos de Mon Plaisir" 1996

Roulot Guy - Meursault "Les Tessons - Clos de Mon Plaisir" 2002

Sauzet Etienne - Puligny-Montrachet premier cru "Les Combettes" 2002

 

16,25

Bize Simon - Latricières-Chambertin 2001

Coche-Dury Jean-François - Meursault premier cru "Genévrières" 2003 (sur fût)

Germain Henri - Meursault premier cru "Perrières" 2002

La Romanée-Conti - Richebourg 2003 (sur fût)

Marquis d'Angerville - Volnay premier cru "Clos des Ducs" 2002

Sauzet Etienne - Bienvenues Batard-Montrachet 2003

Sauzet Etienne - Puligny-Montrachet premier cru "Les Perrières" 2002

 

16

Bonneau du Martray - Corton Charlemagne 1993

Bouzereau Michel - Meursault "Les Tessons" 2001

Buisson-Charles - Volnay premier cru "Santenots" 2003

Buisson-Charles - Meursault premier cru "Gouttes d'Or" 2002

Carillon Louis - Bienvenues Batard-Montrachet 2003 (assemblé en cuve)

Carillon Louis - Puligny-Montrachet premier cru "Les Perrières" 2003 (assemblé en cuve)

Coche-Dury Jean-François - Auxey-Duresses (rouge) 2001

Coche-Dury Jean-François - Corton Charlemagne 2003 (sur fût)

Coche-Dury Jean-François - Meursault "Les Rougeots" 2003 (sur fût)

Coche-Dury Jean-François - Meursault (Narvaux) 2002

Coche-Dury Jean-François - Meursault (Narvaux) 2003 (sur fût)

Coche-Dury Jean-François - Meursault premier cru "Caillerets" 2003 (sur fût)

Coche-Dury Jean-François - Puligny-Montrachet "Les Enseignères" 2002

Comtes Lafon - Meursault premier cru "Genévrières" 2003 (sur fût)

Dancer Vincent - Chassagne-Montrachet premier cru "Morgeot - Tête du Clos" 2002

Dancer Vincent - Meursault premier cru "Perrières" 2002

Dancer Vincent - Meursault premier cru "Perrières" 2003

Dancer Vincent - Pommard premier cru "Les Pézerolles" 2002

De Montille - Volnay premier cru "Les Brouillards" 2002

De Montille - Volnay premier cru "Les Champans" 2002

Germain Henri - Meursault premier cru "Charmes" 1995

Germain Henri - Meursault premier cru "Charmes" 1996

Germain Henri - Meursault premier cru "Charmes" 2002

Grivault Albert - Meursault premier cru "Clos des Perrières" 2000

Grivault Albert - Meursault premier cru "Perrières" 2001

Grivault Albert - Pommard premier cru "Clos Blanc" 1990

La Romanée-Conti - Romanée-Saint-Vivant 2003 (sur fût)

Lafarge Michel - Volnay premier cru "Clos des Chênes" 1991

Leflaive - Batard-Montrachet 2003 (assemblé en cuve)

Leflaive - Bienvenues Batard-Montrachet 2003 (assemblé en cuve)

Matrot Joseph - Meursault premier cru "Perrières" 2001

Morey-Blanc - Corton Charlemagne 2003 (échantillon tiré sur fût)

Roulot Guy - Meursault "Les Meix Chavaux" 2002

Sauzet Etienne - Puligny-Montrachet premier cru "Hameau de Blagny" 2003

 

15,75

Bouzereau Michel - Meursault "Les Tessons" 2002

Bouzereau Michel - Meursault premier cru "Charmes" 2001

Buisson-Charles - Meursault "Les Tessons" 1999

Carillon Louis - Puligny-Montrachet premier cru "Les Referts" 2003 (assemblé en cuve)

Coche-Dury Jean-François - Meursault (Chaumes) 2003 (sur fût)

Coche-Dury Jean-François - Meursault premier cru "Caillerets" 2002

De Montille - Pommard premier cru "Les Pézerolles" 2002

De Montille - Volnay premier cru "Carelle-sous la Chapelle" 2002

Lafarge Michel - Volnay premier cru "Clos des Chênes" 2002

Leflaive - Puligny-Montrachet premier cru "Les Pucelles" 2003 (assemblé en cuve)

Matrot Joseph - Meursault premier cru "Blagny" 2001

Morey Pierre - Meursault 2002

Ramonet - Chevalier-Montrachet 2002

Roulot Guy - Meursault "Les Tillets" 2003 (sur fût)

Sauzet Etienne - Puligny-Montrachet 2002

 

15,5

Bize Simon - Savigny-lès-Beaune premier cru "Les Vergelesses" (rouge) 2002

Bouzereau Michel - Meursault "Limozin" 2001

Bouzereau Michel - Meursault premier cru "Genevrières" 2002

Coche-Dury Jean-François - Meursault (Vireuils Dessus) 2003 (sur fût)

Comtes Lafon - Meursault "Désirée" 2003 (sur fût)

Comtes Lafon - Puligny-Montrachet premier cru "Champ-Gain" 2003 (assemblé en cuve)

Coche-Dury Jean-François - Meursault premier cru "Perrières" 2003 (sur fût)

Coche-Dury Jean-François - Puligny-Montrachet "Les Enseignères" 2003 (sur fût)

Dancer Vincent - Chassagne-Montrachet premier cru "Morgeot - Tête du Clos" 2003

De Montille - Volnay premier cru "Les Mitans" 2001

Germain Henri - Meursault premier cru "Charmes" 2000

Germain Henri - Meursault premier cru "Charmes" 2001

Grivault Albert - Meursault 1999

Grivault Albert - Meursault premier cru "Perrières" 1998

Grivault Albert - Meursault premier cru "Perrières" 2003

Grivault Albert - Pommard premier cru "Clos Blanc" 1999

La Romanée-Conti - Romanée-Saint-Vivant 1993

Lafarge Michel - Volnay premier cru "Clos des Chênes" 2003 (sur fût)

Lafarge Michel - Volnay premier cru "Clos du Château des Ducs" 2003 (sur fût)

Leflaive - Puligny-Montrachet premier cru "Les Folatières" 2003 (assemblé en cuve)

Marquis d'Angerville - Volnay premier cru "Champans" 1991

Matrot Joseph - Meursault premier cru "Blagny" 2003

Matrot Joseph - Meursault premier cru "Perrières" 2003

Morey Pierre - Meursault "Les Tessons" 2002

Roulot Guy - Meursault "Les Luchets" 2002

Sauzet Etienne - Puligny-Montrachet premier cru "Champ Canet" 2003

 

15,25

Bize Simon - Savigny-lès-Beaune "Les Grands Liards" (rouge) 2002

Bonneau du Martray - Corton Charlemagne 2003

Buisson-Charles - Meursault premier cru "Charmes" 2002

Coche-Dury Jean-François - Meursault "Les Chevalières" 2003 (sur fût)

Comtes Lafon - Volnay premier cru "Santenots du Milieu" 2003 (sur fût)

Dancer Vincent - Chassagne-Montrachet premier cru "La Romanée" 2002

Dancer Vincent - Pommard premier cru "Les Pézerolles" 2003 (sur cuve)

Germain Henri - Chassagne-Montrachet premier cru "Morgeot" 2002

Leflaive - Puligny-Montrachet premier cru "Clavoillon" 2002

Marquis d'Angerville - Volnay premier cru "Clos des Ducs" 2003 (sur fût)

Morey-Blanc - Meursault premier cru "Charmes" 2003 (échantillon tiré sur fût)

Morey-Blanc - Meursault premier cru "Genevrières" 2003 (échantillon tiré sur fût)

Roulot Guy - Meursault "Les Luchets" 2001

Roulot Guy - Meursault "Les Tessons - Clos de Mon Plaisir" 2003 (sur fût)

 

15

Bize Simon - Savigny-lès-Beaune premier cru "Les Vergelesses" (blanc) 2002

Bouzereau Michel - Meursault "Les Tessons" 2003

Bouzereau Michel - Meursault premier cru "Charmes" 2003

Buisson-Charles - Meursault premier cru "Charmes" 2003

Carillon Louis - Puligny-Montrachet premier cru "Champ Canet" 2003 (assemblé en cuve)

Coche-Dury Jean-François - Meursault (Vireuils Dessous) 2003 (sur fût)

Coche-Dury Jean-François - Meursault (Luchets) 2003 (sur fût)

Comtes Lafon - Meursault 2003 (assemblé en cuve)

Dancer Vincent - Meursault "Grands Charrons" 2002

Grivault Albert - Meursault 2001

Grivault Albert - Meursault 2002

Grivault Albert - Pommard premier cru "Clos Blanc" 2001

Jobard Rémi - Meursault premier cru "Charmes" 2002

Jobard Rémi - Meursault premier cru "Genevrières " 2003 (sur fût)

La Romanée-Conti - Echezeaux 2003 (sur fût)

Lafarge Michel - Volnay premier cru "Clos des Chênes" 1995

Lafarge Michel - Volnay premier cru "Clos du Château des Ducs" 2002

Les Héritiers du Comte Lafon - Mâcon Milly-Lamartine "Clos du Four" 2003

Marquis d'Angerville - Volnay premier cru "Champans" 2003 (sur fût)

Marquis d'Angerville - Volnay premier cru "Taillepieds" 2003 (sur fût)

Matrot Joseph - Blagny premier cru "La Pièce sous le Bois" 2001

Matrot Joseph - Blagny premier cru "La Pièce sous le Bois" 2003

Matrot Joseph - Meursault premier cru "Perrières" 1982

Morey Pierre - Pommard premier cru "Grands Epenots" 2003 (échantillon tiré sur fût)

Ramonet - Chassagne-Montrachet premier cru "Ruchottes" (blanc) 2002

Roulot Guy - Meursault "Les Meix Chavaux" 2003 (sur fût)

Roulot Guy - Meursault premier cru "Les Charmes" 2003 (sur fût)

Roulot Guy - Meursault premier cru "Les Poruzots" 2003 (sur fût)

Sauzet Etienne - Puligny-Montrachet premier cru "La Garenne" 2003

Sauzet Etienne - Puligny-Montrachet premier cru "Les Perrières" 2003

Sauzet Etienne - Puligny-Montrachet premier cru "Les Referts" 2003

 

14,75

Dancer Vincent - Meursault "Grands Charrons" 2003

Derain - Saint-Aubin premier cru "En Remilly" (blanc) 2003

Germain Henri - Beaune premier cru "Bressandes" (rouge) 2002

Germain Henri - Meursault "Chevalières" 2002

Germain Henri - Meursault "Limozin" 2001

Germain Henri - Meursault premier cru "Charmes" 2003 (sur fût)

Germain Henri ain - Chassagne-Montrachet premier cru "Morgeot" 2003 (sur fût)

Jobard Rémi - Meursault premier cru "Genevrières " 2002

Jobard Rémi - Monthélie premier cru "Les Champs Fulliots" 2003 (sur fût)

Lafarge Michel - Beaune premier cru "Grèves" 2003 (sur fût)

Lafarge Michel - Volnay 2000

Leflaive - Puligny-Montrachet premier cru "Clavoillon" 2003 (assemblé en cuve)

Matrot Joseph - Meursault 2001

Morey Pierre - Meursault 2003 (échantillon tiré sur fût)

Morey-Blanc - Corton-Renardes 2003 (échantillon tiré sur fût)

Morey-Blanc - Saint-Aubin premier cru 2003 (échantillon tiré sur fût)

Roulot Guy - Meursault "Les Luchets" 2003 (sur fût)

Roulot Guy - Meursault premier cru "Les Bouchères" 2003 (sur fût)

Sauzet Etienne - Puligny-Montrachet premier cru "Les Folatières" 2003

 

14,5

Dancer Vincent - Chassagne-Montrachet premier cru (rouge) "La Grande Borne" 2002

Derain - Saint-Aubin premier cru "En Remilly" (blanc) 2002

Germain Henri - Meursault "Chevalières" 2003 (sur fût)

Germain Henri - Meursault "Clos des Mouches" (rouge) 2002

Germain Henri - Meursault "Limozin" 2002

Grivault Albert - Meursault 2000

Jobard Rémi - Meursault premier cru "Charmes" 2003 (sur fût)

Jobard Rémi - Meursault premier cru "Poruzot du Dessus" 2002

Jobard Rémi - Meursault premier cru "Poruzot du Dessus" 2003 (sur fût)

Lafarge Michel - Beaune premier cru "Grèves" 2000

Lafarge Michel - Volnay "Vendanges Sélectionnées" 2003 (sur fût)

Lafarge Michel - Volnay premier cru "Clos du Château des Ducs" 1999

Marquis d'Angerville - Volnay premier cru "Fremiets" 2003 (sur fût)

Matrot Joseph - Volnay premier cru "Santenots" 2001

Morey Pierre - Meursault premier cru "Bouchères" 2003 (échantillon tiré sur fût)

Morey-Blanc - Aloxe-Corton premier cru "Clos du Chapitre" 2003 (échantillon tiré sur fût)

Morey-Blanc - Saint-Aubin premier cru 2002

Ramonet - Chassagne-Montrachet premier cru "Boudriotte" (blanc) 2003

Ramonet - Chassagne-Montrachet premier cru "Morgeot" (blanc) 2002

Ramonet - Chassagne-Montrachet premier cru "Morgeot" (rouge) 2001

Roulot Guy - Monthelie premier cru "Les Champs Fulliots" 2003 (sur fût)

 

14,25

Bouzereau Michel - Beaune premier cru "Les Vignes Franches" (rouge) 2002

Carillon Louis - Saint-Aubin premier cru "Les Pitangerets" (rouge) 2003 (assemblé en cuve)

Dancer Vincent - Chassagne-Montrachet premier cru "La Romanée" 2003

Derain - Saint-Aubin "Le Ban" (rouge) 2001

Germain Henri - Beaune premier cru "Bressandes" (rouge) 2003 (sur fût)

Grivault Albert - Meursault 2003

Grivault Albert - Pommard premier cru "Clos Blanc" 2000

Grivault Albert - Pommard premier cru "Clos Blanc" 2003

Les Héritiers du Comte Lafon - Mâcon Uchizy "Les Maranches" 2003

Morey Pierre - Meursault "Les Durots" (rouge) 2003 (échantillon tiré sur fût)

Morey Pierre - Meursault "Les Tessons" 2003 (échantillon tiré sur fût)

Morey-Blanc - Saint-Aubin "Les Pucelles" 2003 (échantillon tiré sur fût)

Ramonet - Chassagne-Montrachet premier cru "Clos Saint-Jean" (rouge) 2002

Ramonet - Chassagne-Montrachet premier cru "Morgeot" (blanc) 2003

Ramonet - Chassagne-Montrachet premier cru "Vergers" (blanc) 2003

Roulot Guy - Bourgogne blanc 2003

 

14

Bouzereau Michel - Meursault "Les Grands Charrons" 2003

Buisson-Charles - Meursault "Les Tessons" 2003

Carillon Louis - Puligny-Montrachet premier cru "Les Combettes" 2003 (assemblé en cuve)

Dancer Vincent - Bourgogne blanc 2003

Derain - Saint-Aubin (blanc) 2003

Derain - Saint-Aubin premier cru "Le Puits" (rouge) 2003

Germain Henri - Meursault "Clos des Mouches" (rouge) 2003 (sur fût)

Germain Henri - Meursault "Limozin" 2003 (sur fût)

Germain Henri - Meursault 2002

Germain Henri - Meursault 2003 (sur fût)

Grivault Albert - Bourgogne blanc 2003

Jobard Rémi - Meursault "Chevalière" 2002

Jobard Rémi - Meursault "Chevalière" 2003 (sur fût)

Jobard Rémi - Monthélie premier cru "Les Champs Fulliots" 2002

Jobard Rémi - Volnay premier cru "Santenots" 2002

Leflaive - Puligny-Montrachet 2003 (assemblé en cuve)

Les Héritiers du Comte Lafon - Mâcon Chardonnay "Clos de la Crochette" 2003

Les Héritiers du Comte Lafon - Mâcon Milly-Lamartine 2003

Marquis d'Angerville - Volnay premier cru "Champans" 2002

Matrot Joseph - Meursault 2003

Ramonet - Puligny-Montrachet "Les Enseignères" 2003

Ramonet - Puligny-Montrachet 2003

Ramonet - Saint-Aubin premier cru "Les Charmois" 2003

Roulot Guy - Meursault "Les Vireuils" 2003 (sur fût)

Sauzet Etienne - Puligny-Montrachet 2003

 

13,75

Bize Simon - Savigny-lès-Beaune (blanc) 2002

Coche-Dury Jean-François - Volnay premier cru 2000

Dancer Vincent - Chassagne-Montrachet premier cru (rouge) "La Grande Borne" 2003 (sur cuve)

Derain - Mercurey "La Plante Chassey" (rouge) 2002

Domaine Etienne Sauzet - Chassagne-Montrachet 2003

Jobard Rémi - Meursault "En Luraule" 2002

Lafarge Michel - Meursault 2003

Lafarge Michel - Volnay "Vendanges Sélectionnées" 2002

Les Héritiers du Comte Lafon - Mâcon Bussières "Le Monsard" 2003

Marquis d'Angerville - Volnay premier cru "Fremiets" 2002

Matrot Joseph - Volnay premier cru "Santenots" 2003

Morey Pierre - Bourgogne blanc 2003 (échantillon tiré sur fût)

Morey-Blanc - Auxey-Duresses 2003 (échantillon tiré sur fût)

Roulot Guy - Bourgogne blanc 2003

 

13,5

Bouzereau Michel - Bourgogne (blanc) 2003

Carillon Louis - Puligny-Montrachet 2003 (assemblé en cuve)

Comtes Lafon - Monthelie (rouge) 2003 (sur fût)

Dancer Vincent - Bourgogne blanc 2002

Derain - Mercurey "La Plante Chassey" (rouge) 2003

Derain - Pommard "Les Petits Noizons" 2003

Germain Henri - Chassagne-Montrachet (rouge) 2002

Jobard Rémi - Meursault "En Luraule" 2003 (sur fût)

Jobard Rémi - Monthélie premier cru "Les Vignes Rondes" 2003

Jobard Rémi - Monthélie premier cru "Les Vignes Rondes" 2003 (sur fût)

Jobard Rémi - Volnay premier cru "Santenots" 2003 (sur fût)

Lafarge Michel - Meursault 2002

Lafarge Michel - Volnay 2003 (sur fût)

Morey Pierre - Monthelie (rouge) 2003 (échantillon tiré sur fût)

Morey-Blanc - Corton "Cuvée du docteur Peste" 2003 (échantillon tiré sur fût)

Morey-Blanc - Volnay premier cru "Santenots" 2003 (échantillon tiré sur fût)

Ramonet - Chassagne-Montrachet (rouge) 2003

 

13,25

De Montille - Bourgogne rouge 2002

Derain - Mercurey "La Plante Chassey" (rouge) 2001

Derain - Saint-Aubin (blanc) 2001

Derain - Saint-Aubin (blanc) 2002

Grivault Albert - Meursault 1991

Grivault Albert - Meursault premier cru "Perrières" 1991

Grivault Albert - Pommard premier cru "Clos Blanc" 2002

Leflaive - Bourgogne blanc 2003 (assemblé en cuve)

Morey Pierre - Bourgogne Aligoté 2003

Morey Pierre - Bourgogne rouge 2003 (échantillon tiré sur fût)

Morey-Blanc - Saint-Romain 2003 (échantillon tiré sur fût)

 

13

Buisson-Charles - Meursault 2003

Carillon Louis - Mercurey (rouge) 2003 (assemblé en cuve)

Derain - Bourgogne blanc "La Combe" 2003

Derain - Saint-Aubin "Le Ban" (rouge) 2003

Germain Henri - Chassagne-Montrachet (rouge) 2003 (sur fût)

Jobard Rémi – Bourgogne rouge 2002

Jobard Rémi – Bourgogne rouge 2003 (sur fût)

Jobard Rémi - Meursault "Sous la Velle" 2003 (sur fût)

Les Héritiers du Comte Lafon - Mâcon-Villages 2003

Ramonet - Chassagne-Montrachet (blanc) 2003

 

12,75

Lafarge Michel - Bourgogne rouge 2003 (sur fût)

Ramonet - Bourgogne rouge 2003

 

12,5

Jobard Rémi - Bourgogne blanc 2003 (sur fût)

Ramonet - Bourgogne blanc 2003

 

12,25

Ramonet - Aligoté 2003

Sauzet Etienne - Bourgogne blanc 2003

 

12

Buisson-Charles - Meursault 1994

Jobard Rémi - Meursault "Sous la Velle" 2002

 

11,5

Derain - Bourgogne blanc "La Combe" 2002

Jobard Rémi - Bourgogne blanc 2002

 

 

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Vous êtes ici : Accueil Voyages dans les Vignobles 2005_12_04 Voyage en Côte de Beaune