2010_11_06 Repas Pierre

 

 

 

Club toulousain In Vino Veritas

 

Repas-dégustation chez Pierre Citerne

Samedi 6 novembre 2010 

 

 

 

 

Le repas et les vins sont offerts par Pierre, chez lui, à Laffite-Toupière.

Les vins sont commentés par Didier Sanchez.

 

 

Quelques commentaires de contexte :

Début de la rencontre : 20h00, fin à 03h soit 7h à table...

12 vins proposés, à cinq, nous en avons bu et rebu..

Les vins sont servis par série de 2 avec un thème précis, carafés au dernier moment avec présentation à l’aveugle.

Chaque participant dispose de 2 verres Spiegelau « Authentis N°1 ».

DS : Didier Sanchez – PC : Pierre Citerne.

  

 

 

Ordre de dégustation

(Nombre total de participant : 5)

 

 

1èresérie : vins insulaires.

1. Patrimonio : Antoine Arena « Carco » 2009

(100% Vermentinu)

DS15,5/16 - PC15. Note moyenne : 15,4

Robe jaune claire reflet gris-saumoné.

1er nez fermé sur la pomme, plutôt sudiste mais frais. 2ème nez se complexifie (après 20 bonnes minutes d’aération) sur le minéral, la poire, fleurs blanches et pointe anisé-nougat.

Au départ, bouche souple, sudiste, fruits blancs, simple, peu aromatique. Grâce à l’aération, on retrouve le plaisir de ce terroir vinifié maintenant intégralement par les fils Arena : pureté, fraîcheur, tension, minéralité, complexité.

Très long à venir, il est sur une phase de fermeture, en mai, sur place, nous l’avons goûté plus plaisant.

 

 

2. Italie : Maremma Toscana – Isola Del Giglio - Azienda Agricola Altura Famiglia Carfagna 2009

(100% Ansonaco)

DS15 - PC15,5. Note moyenne : 15,3

Robe assez intense, orangée, saumonée.

Nez de nougat, épices puis orange, pêche.

Bouche de forme ronde, nougat, assez aromatique, à la fois souple et fraîche. Fait penser à un assemblage roussanne/marsanne.

 

 

2èmesérie : blancs vinifiés comme des rouges, avec la matière solide.

3. Georgie : Alvani – Tsikhelishvili Wines 2009

(100% Rkatsiteli)

DS16 - PC16,5. Note moyenne : 16,3 

Vinifiés et élevés en Dolia (amphore)

Robe orangé grave !

Nez de pruneaux, pomme, cidre brut, thé a la bergamote, rose, rafle. Quelle originalité !

Bouche dense, tannique, d’une grande fraîcheur, un peu rustique et bourrue. Quelle présence en bouche, une matière sèche et concentré impressionnante : un truc que je n’ai jamais bu !

 

 

4. Italie : Collio (Frioul) – Stanislas Radikon – Ribolla Gialla 1995

(100% Ribolla Gialla)

DS15,5 - PC16. Note moyenne : 15,8 

Robe jaune intense, vieil or.

Le nez donne l’impression d’un chardonnay : miel, croûte de fromage, pomme, mentholé.

Au départ, la bouche est plutôt alanguie, souple. A l’aération, on retrouve une sensation tannique, qui ressemble au vin précédent, le vin se tend et prend de la longueur.

 

 

3èmesérie : vins avec très peu d’alcool.

5. Georgie : Kakheti - Vepkhvadze Wines Zestaponi 2009 – 10,5°

(100% Otskhanuri Sapere)

DS15,5 - PC15,5. Note moyenne : 15,5

Robe rouge, violine, extrêmement concentré, saturé, colle littéralement à la paraison (comme un cahors moderne)

Nez végétal de cabernet franc, chinon, bouillon d’escargot.

Bouche acide, tannique, impression de très peu d’alcool, on retrouve l’expression végétale du nez. Fait vraiment vin rouge de Loire avec encore plus d’acidité et de matière épaisse colorante

Pierre : tient très bien à l’aération, excellent le surlendemain, le fruit se détend un peu, les tannins sont très fins.

 

 

6. Italie : Sicile – Azienda Agricola Cos 2009 – 12°

(100% Frappato)

DS15 - PC15. Note moyenne : 15 

Robe claire comme un pinot ou un grenache.

Nez aérien de fraise, pivoine, cerise, un mélange des 2 cépages précités.

Bouche fraîche, en dentelle, vraiment un esprit pinot mais moins complexe, plus linéaire et simple.

 

 

4ème série : peu soufré ou sans soufre

7. Italie : Maremma Toscana – Isola Del Giglio - Azienda Agricola Famiglia Carfagna 2007

(Assemblage de plusieurs cépages rouges)

DS15,5 - PC16. Note moyenne : 15,8 

Robe d’un rouge assez clair.

Nez d’amande, d’expression italienne, amarena, mure, groseille.

Bouche au touché fruité, impression de mélange de raisin secs et de raisin frais, du fruit, très agréable et déliée.

Pierre pointe de la camomille, tilleul.

 

 

8. Vin de Table (Collioure) : Casot des Mailloles (Castex) « Soula VII» (2007)

(100% Grenache)

DS15,5? - PC(14). Note moyenne : (14,8?) 

Robe de moyenne intensité, mate.

Nez organique, puissamment animal, camphré, impression nette de vin peu protégé, sans soufre. Pas mal de volatile au départ et de pire en pire à l’aération, limite ED.

Bouche un poil pétillante, animale, juteuse, concentrée, ressemble à la Jadis de Barral. Mais la volatile brûle un peu la fin de bouche, tout le monde n’aimera pas !

Pierre : un peu mieux le lendemain.

 

 

5ème série : Pauillac 1973

9. Pauillac : Château Lafite Rothschild 1973

(70% Cabernet Sauvignon, 25% Merlot, 3% Cabernet Franc, 2% Petit Verdot)

DS16,5/17 - PC16. Note moyenne : 16,4 

Robe claire, telle un bourgogne.

Au départ, nez de pinot noir, belle fraîcheur, cerise, groseille. Avec l’aération pointe un léger végétal puis poivron mûr. Après une demi heure, une impression de grenache avec de la fraise et de la mure. Finalement, une très belle complexité et grande race au nez. En fin de dégustation, pointent quelques notes de cabernet.

La première bouche est fraîche, mince, plutôt acide. Très belle aromatiquement, on retrouve les arômes du nez, la texture est dans la finesse, légère. L’acidité dominant, l’impression de pinot noir se confirme.

En deuxième bouche, le vin prend de plus en plus de largeur et de complexité, se ressaisit, pour livrer un vin très intéressant, mais bien marqué par l’acidité, plutôt sur la finesse et la légèreté, avec des notes poivronnées, pour cela je conclue cabernet de Loire.

En fin de dégustation, il se goûte tout en dentelle, avec comme une vision de danseuse classique qui fait des pointes, le lac des cygnes, c’est la danse des canards, il se fait tard…

 

Rappel :j’ai bu ce vin en 1993, lors de ma formation pour l’obtention du diplôme universitaire « Connaissance des Vins et Spiritueux » (Université Paul Sabatier à Toulouse). On me l’a servi pour me faire constater qu’un grand terroir dans un petit millésime a toujours quelque chose à dire…

 

 

10. Pauillac : Château Latour 1973

(75% Cabernet Sauvignon, 20% Merlot, 4% Cabernet Franc, 1% Petit Verdot)

DS17 - PC16 . Note moyenne : 16,5 

Robe de la même veine que le vin précédent mais un peu plus foncée.

Premier nez fermé sur la fraîcheur, la groseille, fait pinot noir.

Deuxième nez puissant, sur le végétal, le poivron, le tabac, pointe de cèdre, graphite, monte de plus en plus vers une gamme dans les graves, profonde.

Bouche à la matière sérieuse, beaucoup plus puissante et concentrée que Lafite, bâtie sur l’acidité, un peu ombrageuse, puissante et virile, très fraîche. Je comprends là aussi, qu’il y a du cabernet mais je le pense en Loire.

En fin de dégustation, ce vin se goûte sur une très belle longueur, à la tension acide, austère, viril, finalement bien Pauillac et bien Latour.

 

2 vins du petit millésime 1973 (année de naissance de Pierre), effectivement plutôt minces et acides (comme un fakir…) mais quel régal de les déguster ! A 5, nous avons terminé les 2 bouteilles. A noter, qu’avec les fonds de bouteilles, les vins ont pris un peu plus de gras.

Bien sur, étiquettes découvertes, nous avons pris plus de plaisir ; c’est normal, nous ne sommes pas des robots.

 

Rappel : Pauillac - Château Latour 1973 : Noël 2005 (cr par Pascal Perez - repas chez JPH Durand)

PP18,5 - LG18

- Bouquet admirable, patiné et enivrant, du vin à son apogée. Ses composantes sont parfaitement fondues : humus, fourrure, cerise, mûre, santal, encens, réglisse et minéralité.

- Bouche d'une insigne finesse, aérienne, racée, aux tannins d'un soyeux quasi bourguignon. Les fruits rouges sont bien présents et partagent le spectre gustatif avec des notes d'évolution aussi discrètes que nobles. Un vin sur l'allonge, paraissant suspendu hors du temps et qui transcende ce millésime oublié.

- L'association du vin et de la composition autour de l'espadon fonctionne parfaitement. Parmi tous leurs points de convergence, on peut mettre en exergue leurs soyeux respectifs (crème de riz pour le plat) et l'excellente intelligence entre le Pauillac et la truffe.

 

 

6ème série : Chenins

11. (Aucune AOC) Vin de raisins passerillés : Domaine de Rancy « Rancio Sec » NM

(100% Carignan)

DS14 - PC14,5. Note moyenne : 14,3

Bouteille offerte par Philippe Escapat.

10 ans de fût non ouillé.

Robe claire, rosée...

Nez de cerise, amande, rancio, fait bien Grenache de Rivesaltes (mais c’est un carignan).

Bouche un peu trop alcooleuse, austère, sèche.

 

 

12. Coteaux du Layon Faye D’Anjou : Sophie et Richard Leroy « Les Noëls de Montbenault »  2001

(100% Chenin)

DS17,5/18 - PC18. Note moyenne : 17,9 

Robe jaune intense !

Nez chenin de Touraine à donf : pomme au four, safran, orange, coquille d’huître, mine de crayon, minéral (mince, c’est un Anjou).

Bouche puissante mais d’un équilibre parfait. Quelle pureté dans le fruit et le mariage du sucre ! Intense et plaisant, salivant, qui donne envie d’en reboire, très belle longueur sur la complexité des fruits exotiques. Quand je pense que Ricard Leroy à décidé d’arrêter de faire des liquoreux…

 

 

13. Coteaux du Layon : Philippe Delesvaux « Sélection de Grains Nobles » 1997

(100% Chenin)

DS15 - PC15. Note moyenne : 15 

Robe jaune saumonée qui tire vers l’orange, intense.

Nez de poire, de pomme granny-smith, de raisins de Corinthe, fait plutôt passerillage que botrytis, assez simple malgré l’aération.

Bouche plutôt dodue, un poil collante, grasse. A beaucoup de mal à trouver son équilibre, même après aération, manque de complexité, semble coincé dans le sucre. Ce n’est pourtant pas le style du vigneron ni de ce qui a été bu un ou deux ans avant.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Vous êtes ici : Accueil Repas Dégustation 2010_11_06 Repas Pierre