2010_11_13 Repas Pierre

 

Club toulousain In Vino Veritas

Repas-dégustation chez Pierre Citerne

Samedi 13 novembre 2010 

 

 

 

 

Le repas et les vins sont offerts par Pierre, chez lui, à Laffite-Toupière, comme la semaine dernière…

Les vins sont commentés par Didier Sanchez.

 

 

Quelques commentaires de contexte :

Début de la rencontre : 13h, fin à 20h soit 7h à table...

Une magnifique journée de printemps, en plein mois de novembre : nous avons déjeuné sur le balcon, plein sud avec vue sur les Pyrénées, il a fallu mettre les chapeaux !!!

Les vins sont servis par série de 2, carafés au dernier moment avec présentation à l’aveugle.

Chaque participant dispose de 2 verres Spiegelau « Authentis n°1 ».

DS : Didier Sanchez – PC : Pierre Citerne – MS : Miguel Sennoun.

 

 

 

 

Ordre de dégustation

(Nombre total de participant : 8)

 

1ère série : Mise en bouche

1. Champagne : Lanson « Black Label Extra Quality » (Années 50)

(On pense à un assemblage Pinot Noir majoritaire avec du Meunier et Chardonnay)

DS16,5 - PC16 - MS16,5/17. Note moyenne : 16,4 

Robe jaune vieil or, fait évoluée.

La bulle est fine, peu vigoureuse, mais présente.

Nez rancioté puis miel, brioche, mirabelle, pain d’épices, très original pour un champagne !

Première bouche sur le miel, le nougat, du gras, forme ronde, une matière conséquente.

Deuxième bouche, après aération, du rancio, longue, quasi collante, puissante et pourtant elle termine sur de la tension et une certaine minéralité.

Il est rare de boire un champagne vieux, tant mieux s’il est d’excellente qualité.

 

 

2. Allemagne : Rheingau – Weingut Robert Weil Riesling Spätlese « Kiedrich Gräfenberg » 2005

(100% Riesling)

DS16,5 - PC16 - MS16. Note moyenne : 16,2 

Robe pale, reflets verts-gris.

Nez très germanique : craie, fleurs blanches, agrumes, camomille, minérale, menthe, citronnelle, verveine.

Bouche en dentelle, évanescente, goûts identiques au nez : quelle intégration du sucre, quel équilibre qui donne envie d’en boire un verre de plus ! Seulement 8,5°..

 

 

2ème série : Italie

3. Italie : Radda In Chianti : Montevertine IGT Toscana 2000

(100% Sangiovese)

DS15,5/16 - PC15,5/16 - MS16,5. Note moyenne : 16 

Robe claire.

Nez fumé, pointe végétale, aérien, mine de crayon, truffe, cèdre.

Bouche naturelle, fruitée, sudiste, avec de la rondeur, sur la cerise et le thym. A l’aération, impression de grenache, au touché fruité, comme du velours.

 

 

4. Italie : Gattinara – Giancarlo Travaglini 1997

(100% Nebbiolo)

DS15 - PC15,5 - MS15,5. Note moyenne : 15,3 

Robe évoluée.

Nez animal, mentholé, de plus en plus anisé.

Bouche fraîche, tannins présents. A l’aération, le fruité prend le dessus, cela menthole, amande, viandé, pointe minérale ; moins de fruit que le vin précédent.

 

 

3ème série : Pinot Noir

5. Vosne-Romanée 1er cru « Les Suchots » : J-Confuron-Cotetidot 1978

(100% Pinot Noir)

DS14 - PC(13) - MS(13,5). Note moyenne : (13,5) 

Robe claire et évoluée.

Nez de cuir de Russie, impression très mûre, sous-bois, café, olive, fumé, jambon puis cigare.

Bouche ronde et très souple, pointes Viandox, manque de nerf, semble fatigué, dommage car le millésime est de grande réputation.

 

 

6. Aucune AOC (Pierreclos) : Thevenet Père & Fils « Pinot Noir 12,5° » 1971

(100% Pinot Noir)

DS17,5 - PC18 - MS17,5. Note moyenne : 17,7 

Adresse 71960 Pierreclos

Robe trouble, évoluée.

Nez d’une grande fraîcheur, sur la groseille, comme du jus de fruit. Puis rose, cerise, pivoine, quelle jeunesse !

Bouche fruitée, impression de Grenadine, spontanéité du fruit, superbe matière douce, quelle longueur ! Suave et gouleyante, un vin de plaisir, comme le vin germanique, envie de boire 2 verres…

Fait Chambolle et me rappelle le style de Prieuré-Roch avec un nez moins organique.

 

 

4ème série : Divers

7. Cornas : Thierry Allemand « Reynard » 2004

(100% Syrah)

DS15,5+ - PC16 - MS15,5. Note moyenne : 15,7 

Robe de moyenne intensité, jeune, violine sur les bords et terne au centre.

Nez végétal de Cabernet Franc ? Cassis, griotte, violette, pointe fumée.

Bouche vraiment fraîche, virile, peu déliée, presque rustique, fermeté en finale et manquant ce jour d’un peu de chair, à attendre certainement.

 

 

8. Espagne : Rioja - Benjamin Romeo “Contador” 2004

(100% Tempranillo)

DS(13)? - PC(14)? - MS14. Note moyenne : (13,7)? 

Robe intense, saturée, noire-violine.

Nez outrageusement boisé, crème de cassis, on dirait un Saint-Emilion moderne.

Bouche crémeuse, saturée, collante, certes très concentrée mais asséchante. On a l’impression d’avoir un concentré de vin…

Pierre le regoûte un peu plus tard : “le boisé s’estompe, les tannins sont longs et fins, le fruit est là, mais l’ensemble reste raide, engoncé. Difficile de s'enthousiasmer.”

 

 

5ème série : Par Vincent Mercier et Miguel Sennoun

9. Pessac-Léognan : Château La Tour Haut Brion 1994

(47% Cabernet-Sauvignon, 44% Merlot, 7% Cabernet Franc)

DS15,5 - PC15,5 - MS15. Note moyenne : 15,3 

Robe de moyenne intensité, légère évolution.

Nez de Cabernet-Sauvignon, cèdre, tabac, intense, pointe végétale et mentholée.

Bouche sur la fraîcheur, peu de matière, grain de tannin légèrement pointu, vin sur les parfums.

Pierre et moi avons reconnu le millésime 1994.

 

 

10. Corton Les Renardes : Michel Mallard 2002

(100% Pinot Noir)

DS16 - PC16 - MS16,5. Note moyenne : 16,2

Robe claire.

Nez de cerise, griotte, fruité, amande.

Bouche en souplesse, agréable, ronde, tannins fins, frais, sur le fruit, juteuse.

Premier fois que je bois un Corton d’aspect aussi agréable, sans tanins accrocheurs !



6ème série : Divers

11. Cornas : Thierry Allemand 1991

(100% Syrah)

DS16,5/17 - PC18 - MS18,5. Note moyenne : 17,8

Robe claire, légèrement évoluée.

Nez floral, iris, beaucoup de fraîcheur.

Vin très vivant, mûr, juteux, tonique, fait plus jeune que son âge.

Pierre et Miguel s’emballent; il me manque juste les exhalaisons animales, fumées, viandées que je retrouve chez Jamet dans le même millésime.

 

 

12. Santenay 1er cru « Clos Rousseau » : Camille Giroud 1990

(100% Pinot Noir)

DS16 - PC16 - MS15,5. Note moyenne : 15,8 

Robe évolué, claire, trouble.

Nez original mariant le menthol, l’eucalyptus, la réglisse, Coca Cola ! Vraiment déroutant pour un Pinot (fait penser à un vin Australien évolué).

Bouche sudiste, solaire, fruitée, vin juteux, épices exotiques, viandé, belle longueur.

 

 

7ème série : Par Didier Sanchez

13. Châteauneuf-du-Pape : Les Cailloux (Brunel) 1995

(65% Grenache/20% Mourvèdre/10% Syrah/5% Cinsault)

DS17,5 - PC17 - MS17  Note moyenne : 17,2 

Robe claire, pointe orangé.

Nez de brou de noix (comme sur Rayas), cacao, fraise, maquis, viande rôtie, rose, laurier, olive.

La bouche est d’un naturel confondant : gourmande, veloutée, fruitée, presque figuée, excellente fraîcheur et grande finesse. Pas très loin du plaisir de Rayas…(mais pas le 1995)

 

 

14. Pomerol : Château L’Evangile 1988

(78% Merlot, 22% Cabernet Franc)

DS16,5/17 - PC15,5 - MS16,5.  Note moyenne : 16,3

Robe, légèrement terne en son centre, pointe d’évolution sur le grenat.

Le nez est de belle intensité ; sur le cuir, feuilles morte, le moka, pruneau, truffe, réglisse, cerise confite ainsi qu'une fine note viandée et champignon séchés.

Bouche patinées, avec la fraicheur des 1988, goût tertiaires (humus), finesse, gourmandise, plénitude de la race et superbe longueur.

Pierre pointe des tannins secs.

 

 

8ème série : les blancs de cœur de Pierre…

15. Chinon : Les Roches (Lenoir) 2003

(100% Chenin)

DS16,5/17 - PC17 - MS16,5/17. Note moyenne : 16,8

Robe jaune claire.

Nez minéral, pomme cuite, confiture de mirabelle, camphre, coquille d’huitre, essence de minéral.

Bouche dense, tendue, grande fraîcheur, minérale : très grosse matière, unique dans la région !

 

 

16. Sancerre (Plutôt Chavignol…) : Edmond Vatan « Clos La Néore » 2003

(100% Sauvignon)

DS18 - PC18 - MS18. Note moyenne : 18 

Robe claire, reflet gris.

Empreinte Chavignol, nez jaillissant de sauvignon sur calcaire : fleurs blanches, poire, framboise, fougère, miel, anis, citron.

Bouche à la fois grasse et nerveuse, séveuse, minérale, rigoureuse. Que c’est sapide, gourmand, de très belle longueur !

 

 

9ème série : vins de dessert Italiens

17. Italie : IGT Marche Bianco - Fazi Battaglia « Arkezia » 2001

(100% Verdichio)

DS13,5 - PC13 - MS14. Note moyenne : 13,5

Robe jaune, intense, limite fluo.

Nez rancioté, caramel, plutôt simple, acidité volatile.

Bouche sucrée, simple, l’acidité l’équilibre un peu, fait passerillage, j’ai pensé « impression de Jurançon style Cauhapé».

La découverte de l'étiquette nous indique que c’est un vin botrytisé (récolté entre le 15 et le 31 décembre).

 

 

18. Italie : Sicile – Marsala Superiore Riserva – Donna Franca Florio Semisecco Ambra Oltre 15 anni.

(Grillo,Malvoisie,…)

DS17 - PC17 - MS17. Note moyenne : 17

Robe très brune, reflets verts.

Nez rancioté et tourbé, café, figue, orange amère, cachou, raisins secs.

Belle richesse et arômes envoûtants de café, de pruneau, de réglisse et d’épices douces, noix, gras de jambon, bon équilibre entre le sucre, l'acidité et l'alcool, fait Xeres, Oloroso dulce.

 

 

A trois, au coin de la cheminée, dans la cuisine : (La tombée de la nuit nous a fait perdre l'illusion du printemps...)

19. Chartreuse Verte - Voiron (1943-1946) - 55° !

Toujours aussi magique, elle n’a pas bougé depuis novembre 2009. Ce soir, je la trouve même un peu moins ardente (je suis moins fatigué physiquement, un “petit parcours”, seulement 7 heures à table...)

 

Rappel : Chartreuse Verte - Voiron (1943-1946) – 14/11/09 (PR)
DS17,5 - PC? - LG17 - PR(?) - MF18 - MS?.  Note moyenne : 17,5+
(Bouteille offerte par Pierre)
Moment presque "sacré" où nous servons avec respect cette vieille liqueur vert pâle dans nos fonds de verre...
Inutile en effet d'avoir un niveau généreux pour sentir ces effluves de plantes et d'épices qui transportent notre imaginaire entre l'arrière boutique d'un vieil apothicaire et un bazar oriental : plantes médicinales, gentiane, menthe, réglisse, verveine, cumin, graines de coriandre fusent avec intensité.
La liqueur se boit avec mesure, sa chaleur irradiant nos sens à la moindre goutte... L'alcool n'invite pas, de toute façon, à l'excès... La longueur époustouflante pousse à la méditation prolongée, nous faisant remonter le temps et la légende de cet "élixir de longue vie" dont nul ne connait vraiment l'origine ni la formule secrète initiale...

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Vous êtes ici : Accueil Repas Dégustation 2010_11_13 Repas Pierre