2001_11_09 Trotanoy

Verticale de 8 millésimes du Pomerol Château Totanoy. Le compte rendu sur le lien suivant:

VERTICALE DU POMEROL

CHATEAU TROTANOY

 

 

Le mercredi 09 novembre 2001

 

 

 

Synthèse des commentaires : Pierre Citerne et Laurent Gibet.

 

 

Quelques commentaires de contexte :

  • Les vins n'ont pas été dégustés à l'aveugle.

  • Nombre de dégustateurs : une quinzaine.

  • Encépagement : merlot majoritaire - environ 10% de cabernet-franc

 

 

Ordre de dégustation :

 

1 – Trotanoy 1995 :

Note moyenne : 16,5 vers 17 - Prix : 550 F
  • Robe intense, légèrement mate.

  • On note un premier nez profond et crémeux, exprimant des notes de fruits confiturés (dominante cassis), de cèdre, de tabac. L'aération révèle un second nez moyennement intense mais fin et très complexe : on décèle alors des notes complémentaires de cuir, de cacao, d'herbes aromatiques, de poivre, de bouquet séché.

  • La bouche est équilibrée, offrant une acidité bien intégrée et peu habituelle pour un merlot. Le vin, marqué par des tanins fins et serrés est ample, soyeux et long (15 secondes), naturellement encore relativement simple.

  • Finesse, race et élégance signent ce vin très prometteur (mais déjà relativement fondu) pour lequel l'extraction maximale ne semble pas recherchée (on est à l'école Berrouet !). Dans le même ordre d'idée, on note une robe relativement peu intense eu égard à la concentration détectée en bouche. Ce premier vin faisant beaucoup parler, rajoutons que de nombreux dégustateurs lui trouvent une expression très médocaine. Devrait être somptueux dans 10 ans.

 

2 – Trotanoy 1994 :

Note moyenne : 15,3 - Prix : 320 F
  • Robe moyennement intense, un soupçon d'évolution.

  • Le nez est agréable, fin, élégant, moyennement intense. Il développe une palette aromatique large : fruits à l'eau de vie, tabac, cacao, café, réglisse, épices (poivre fin), herbes séchées, cuir soulignant un début d'évolution tertiaire.

  • La bouche n'a pas la complétude de la précédente. Elle s'avère sans grande surprise (effet millésime) plus dure (une pointe végétale) et notablement plus sèche, plus astringente que la précédente. Une finale plus courte est très réglissée ponctue ce vin un peu saillant, également moins frais et moins fruité que le précédent. Commencer à boire.

 

3 – Trotanoy 1993 :

Note moyenne : 16,2 - Prix : 280 F
  • Robe moyennement concentrée.

  • Un nez fin et relativement fermé (au creux de la vague ?), exhalant des notes de fruits, de poivre, de café, de gibier, de cèdre et de tabac.

  • La bouche offre une belle fraîcheur. Marquée par des notes de feuille de cassis, elle paraît moins équilibrée que celle du 95 (un peu moins vive et un peu plus alcooleuse). Attendre encore quelques années.

  • Une réussite indéniable pour le millésime.

 

4 – Trotanoy 1990 :

Note moyenne : 14,8 vers 14,5 - Prix : 650 F
  • On note une récurrence certaine dans l'intensité de la robe.

  • Le nez déjà brun présente des notes d'évolution précoce. Tertiaire, il développe un joli bouquet de fruits très mûrs et de fruits secs, de tabac, d'herbes aromatiques, de nuoc-mam, de réglisse, de fenouil, de confiture de vieux garçon.

  • La bouche est particulièrement défaillante en acidité. Un peu lourde, elle semble écrasée par la surmaturité des baies. Bâtie sur un équilibre alcool/tanins précaire, elle est de plus courte et un peu asséchante.

  • Une déception pour le millésime, pour un vin manquant de classe et de définition. Boire.

 

5 – Trotanoy 1989 :

Note moyenne : 16 - Prix : 580 F
  • Robe évoluée. Centre grenat, bord brun.

  • Nez intense, racé, profond, marqué par des belles notes florales (rose) et animales. Des notes d'herbes aromatiques, d'épices, de réglisse, de champignon séché.

  • La bouche, qui rappelle un peu celle du 95, est solide et ample. Par sa fraîcheur et sa relative rudesse (la pointe astringente liée à un éventuel blocage de maturité phénolique sur cette année trop chaud ?), elle fait penser à l'expression médocaine du millésime 88.

 

6 – Trotanoy 1986 :

Note moyenne : 15,3 vers 14 - Prix : 420 F
  • Nez complexe, déclinant quasiment l'intégralité des notes précédemment citées. En bonus, une magnifique expression de truffe. Le nez est très ouvert et encore particulièrement frais (fruits frais).

  • La bouche présente un peu la sévérité du 89. Elle est fraîche, moyennement concentrée et d'une longueur modeste. Un dégustateur, imaginant une absence de chaptalisation, la décrit comme étriquée mais cohérente, à l'image du 94.

 

7 – Trotanoy 1983 :

Note moyenne : 15,3 - Prix : 380 F
  • Robe moyennement intense, brun soutenu.

  • Nez tertiaire ressemblant au 86, en plus évolué. Des notes complémentaires de fruits cuits.

  • La bouche, qui a su rester fraîche, manque de tenue et déçoit avec une amorce de creux en milieu de bouche. Ses arômes restent intéressants mais sa structure semble défaillante. L'astringence finale semble indiquer une absence d'éraflage.

 

8 – Trotanoy 1979 :

Note moyenne : entre 14,3 et 14,6 - Prix : 380 F
  • Robe moins évoluée que celle du 83.

  • Le nez est encore jeune, semblant même plus jeune que celui du 86. Des notes d'herbes aromatiques, de cèdre, de tabac, de poivre. Un dégustateur souligne une note légère mais peu nette de plastique brûlé.

  • La bouche, bâtie sur un équilibre acide/tanins, livre peu. Elle est compacte, manque de longueur, marquée par quelques notes végétales (vin non éraflé ?).

 

 

Conclusion :

  • Des robes un peu mates, n'affichant pas une volonté d'extraction maximale.

  • Des nez toujours racés, fins et élégants, même si tous les vins ne font pas l'unanimité en bouche (on note une expression paradoxalement difficile pour les millésimes chauds).

  • Un verticale procurant beaucoup de plaisir, pour des vins cohérents et sereins, sans ostentation, issus d'un véritable terroir.

  • Une remise en cause de la lecture classique de la grille des millésimes (avec un superbe 93 et un 90 en retrait).

  • Des prix très élevés !

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir