2006_12_07 Le Domaine Muller Catoir en Allemagne

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (2006_12_07 Le Domaine Muller Catoir en Allemagne photos.doc)Compte Rendu avec photos[ ]459 Ko


Club toulousain In Vino Veritas

Le domaine Muller-Catoir en Allemagne

Jeudi 7 décembre 2006

 

 

Dégustation préparée par Didier Sanchez et commentée par Philippe Ricard.

 

 

 

 

1. Spätburgunder Rotwein trocken 2003 :

DS AM15,5 - DS SOIR15,5 - MS14,5 - JP14 -PR15,5.

Note moyenne AM : 15,5 et SOIR : 14,7 - Prix : 15,50 €

 

2. Riesling Trocken Haardter Herrenletten Spätlese 2004 :

DS AM15- DS SOIR14 - MS14 - JP14 -PR14,5.

Note moyenne AM : 14,8 et SOIR : 14 - Prix : 12,50 €

 

3. Riesling Trocken Gimmeldinger Mandelgarten Spätlese 2004 :

DS AM15,5- DS SOIR16,5/17 - MS16,5 - JP16,5 -PR15,5.

Note moyenne AM : 15,5 et SOIR : 16,6 - Prix : 13,50 €

 

4. Riesling Trocken Gimmeldinger Mandelgarten Spätlese 2002 :

DS AM15,5 - DS SOIR16,5/17 - MS16 - JP16,5+ -PR16.

Note moyenne AM : 15,8 et SOIR : 16,4 - Prix : 13,50 €

 

5. Riesling Trocken Haardter Herrenletten Spätlese 2003 :

DS AM14 - DS SOIR15,5 - MS14 - JP14,5 -PR14.

Note moyenne AM : 14 et SOIR : 14,7 - Prix : 14,50 €

 

6. Riesling Haardter Bürgergarten "Im Breumel" Spätlese trocken 2004 :

DS AM14,5 - DS SOIR17 - MS17 - JP17 -PR14,5.

Note moyenne AM : 14,5 et SOIR : 17 - Prix : 16,50 €

 

7. Riesling Haardter Bürgergarten "Im Aspen" Spätlese trocken 2004 :

DS AM16/16,5 - DS SOIR17,5 - MS17 - JP17 -PR16.

Note moyenne AM : 16,2 et SOIR : 17,2 - Prix : 16,50 €

 

8. Riesling Haardter Bürgergarten "Im Gehren" Spätlese trocken 2004 :

DS AM15,5/16 - DS SOIR14,5 - MS15 – JP15 -PR15.

Note moyenne AM : 15,5 et SOIR : 14,8 - Prix : 16,50 €

 

9. Riesling Haardter Bürgergarten Spätlese 2002 :

DS AM12 - DS SOIR13 - MS14 - JP13,5 -PR12,5.

Note moyenne AM : 12,3 et SOIR : 13 - Prix : 14,50 €

 

10. Rieslaner Auslese Haardter Herzog (37,5 cl) 2004 :

DS AM14,5 - DS SOIR16,5 - MS16 – JP16 -PR14.

Note moyenne AM : 14,2 et SOIR : 16,1 - Prix : 15,50 €

 

11. Riesling Eiswein Haardter Bürgergarten (37,5 cl) 2004 :

DS AM15,5 - DS SOIR16,5/17 – MS17 - JP17 -PR15.

Note moyenne AM : 15,2 et SOIR : 17 - Prix : 41,50 €

 

12. Rieslaner Trockenbeereauslese Haardter Herzog (37,5 cl) 2004 :

DS AM16 - DS SOIR17,5/18 - MS18 - JP18 -PR16,5.

Note moyenne AM : 16,2 et SOIR : 18 - Prix : 51,50 €

 

 

Conclusion :

Cette dégustation fut riche d’enseignements sur ces Rieslings d’outre Rhin…

 

D’ abord, parce qu’ils sont bien différents de nos repères alsaciens.

Robes particulièrement claires, nez très mûrs et charmeurs, évoquant souvent le moelleux, parfois

l’exotisme, bouches souvent gourmandes, marquées par l’arôme récurrent de pêche.

A l’ouverture, la minéralité est loin d’être une constante et les notes pétrôlées particulièrement rares.

Bref, pour l’Alsace, c’est plus à l’ Est !

Mais, apres aération, les terroirs Gimmeldinger Mandelgarten et 2 Haartdter Bürgergarten révèlent le tranchant et la mineralité de certains des plus grands crus d’Alsace.

La plupart de ces vins sont donc impérativement à décanter plusieurs heures à l’ avance, en tout cas dans leur prime jeunesse.

 

Ensuite, parque ce que nous avons découvert un Domaine de qualité, avec un vigneron au travail régulier, signant ces vins d’une netteté irréprochable : tout est bien fait !

Le seul reproche serait une relative uniformité malgré la diversité des cuvées, ce qui ne manque d’ ailleurs pas de nous interroger sur la pertinence d’une telle diversité du catalogue…

Nous avons en effet eu du mal à bien cibler la variété des terroirs, comme masqués par la signature du vigneron.

 

A noter aussi la quasi omniprésence du CO² en début de bouche, autre élément caractéristique : son but est clairement de rendre les vins plus aériens, plus légers en bouche. Elégant, pas du tout insistant sur la langue, l’effet est vraiment sympathique.

Qui plus est, il persiste même après carafage.

Le style est donc parfaitement maîtrisé par le vigneron (il faut savoir que c’est une constante dans les vins allemands).

Personnellement, cela me rappelle les blancs d’Yves Leccia en Corse, brillant adepte lui aussi de cette téchnique.

Une particularité rarissime : aucun vin ne souffre d’un excès de souffre !

 

Enfin, les liquoreux faiblement alcoolisés : une vraie découverte !

Peu habitués par cette pratique, nous avons passablement apprécié les entrées de gamme, bloquant sur des bouteilles molassonnes, manquant de vinosité, trop simples, trop « jus de raisin fermenté ».

Par contre, les 2 vins haut de gamme nous ont franchement convaincus, nous permettant de finir nos verres sans retenue étant donné le degré d’alcool.

Pour eux aussi, après carafage, une vivacité certaine a comme par miracle fait son apparition pour retendre des bouches initialement trop sucrées et offrir des vins dignes des plus grands.

A croire que ces vins préfèrent la nuit !