2006_12_15 Coche Dury en Bourgogne

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (2006_12_15 Coche Dury en Bourgogne photos.doc)Compte Rendu avec photos[ ]660 Ko

Club toulousain In Vino Veritas

Le domaine Coche-Dury en Bourgogne

Vendredi 15 décembre 2006

 

 

Dégustation préparée par Didier Sanchez et commentée par Philippe Ricard.

 

 

 

1. Domaine Coche-Dury Meursault "Côte de Beaune" rouge 2002 :

DS AM15,5 - DS SOIR15,5 - PC15 - MS15 - PR15.

Note moyenne AM : 15,3 et SOIR : 15,1 - Prix : 45 €

 

2. Domaine Coche-Dury Volnay 1er cru 2002 :

DS AM15,5 - DS SOIR16 - PC16 - MS16,5 - PR15.

Note moyenne AM : 15,3 et SOIR : 16,2 - Prix : 65 €

 

3. Domaine Coche-Dury Volnay 1er cru 1995 :

DS AM14,5 - DS SOIR15,5 - PC16 - MS15,5 - PR15.

Note moyenne AM : 14,8 et SOIR : 15,7 - Prix : 74 €

 

4. Domaine Coche-Dury Puligny Montrachet "Les Enseignères" 2002 :

ED .

 

5. Domaine Coche-Dury Meursault "Caillerets" 2002 :

DS AM17,5 - DS SOIR17 - PC16,5 - MS16 - PR17.

Note moyenne AM : 17,3 et SOIR : 16,5 - Prix : 165 €

 

6. Domaine Coche-Dury Meursault "Les Rougeots" 2002 :

DS AM16,5/17 - DS SOIR17,5 - PC17,5/18 - MS17,5 - PR16,5.

Note moyenne AM : 16,7 et SOIR : 17,6 - Prix : 150 €

 

7. Domaine Coche-Dury Meursault "Les Rougeots" 2000 :

DS AM15,5 - DS SOIR ED - PC ED – MS ED - PR15,5.

Note moyenne AM : 15,5 et SOIR : ED - Prix : 135 €

 

8. Domaine Coche-Dury Meursault "Les Rougeots" 1999 :

DS AM15 - DS SOIR16,5 - PC17 - MS17 - PR15.

Note moyenne AM : 15 et SOIR : 16,8 - Prix : 147 €

 

9. Domaine Coche-Dury Meursault "Les Chevalières" 1998 :

DS AM17 - DS SOIR13,5 - PC12,5 - MS13,5 - PR17.

Note moyenne AM : 17 et SOIR : 13,2 - Prix : 135 €

 

10. Domaine Coche-Dury Corton Charlemagne 1998 :

DS AM17,5 - DS SOIR16 - PC16,5 - MS16 - PR17,5.

Note moyenne AM : 17,5 et SOIR : 16,2 - Prix : 555 €

 

 

Conclusion :

 

Déguster le Domaine Coche Dury ne peut laisser insensible, même si certains vins manquent à l’appel, comme par exemple le célèbre Meursault Perrières.

Mais la rareté et les prix des quelques vins disponibles sur le marché ne facilitent pas l’élaboration de telles dégustations…

 

Comme il fallait s’y attendre, le niveau général est évidemment brillant.

Les rouges sont signés d’une finesse et d’une pureté remarquables et même s’ils sont moins sous les feux de la rampe, ils offrent des plaisirs sincères.

Les blancs sont la plupart portés par une belle minéralité, des matières tendues, des expressions nettes des différents terroirs : ils sont indiscutablement les plus belles réussites du Domaine.

 

Deux réserves cependant…
Tout d’abord les bouchons…

Car, même si l’accident totalement aléatoire peut altérer n’importe quel flacon, aussi prestigieux soit-il, la récurrence de nos observations sur ces petits cylindres de liège nous a quelque peu étonnés et nuancent les doutes que nous aurions pu légitimement avoir sur les conditions de conservation des bouteilles avant leur achat.

Ensuite sur le bénéfice de l’aération des bouteilles, d’autant plus difficile à anticiper que son effet a profondément modifié nos observations de façon manifeste, et ce dans les 2 sens : 4 vins en ont bien bénéficié pendant que 3 autres s’en voyaient perturbés !

A noter que nous n’avons peut-être pas dégusté les vins dans leur phase la plus flatteuse, ni toujours dans des Millésimes les plus plébiscités (hormis 2002), ce qui peut expliquer certaines remarques.