2004_04_19 Madiran 2001

Compte rendu d'une horizontale de Madiran 2001 organisée dans le cadre du club Itineraire des Vins. Le compte rendu sur le lien suivant :



Madiran 2001

 

Lundi 19 avril 2004

 

 

Dégustation préparée par Pascal Perez, commentée par Pierre Citerne et hébergée par le club Toulousain Itinéraire des Vins.

 

 

  • Quelques commentaires de contexte :

  • Les vins sont dégustés en partie à l’aveugle, en les révélant par séries de 4.

  • Nombre de dégustateurs : Dix huit

  • DS : Didier Sanchez - LG : Laurent Gibet - PC : Pierre Citerne - PP: Pascal Perez, JP : Jacques Prandi.

 

 

  • Ordre de dégustation :

1. Domaine Capmartin "L'Esprit du Couvent" 2001 :

DS14,5/15 – PP15 – PC14,5/15 - LG15 – JP14,5. Note moyenne : 14,8 - Prix : 20 €

  • Robe opaque, couleur sang caillé.

  • Nez dominé par le bois, épicé, empyreumatique, qui s’ouvre sur un fruit plus typé (notes de terre battue).

  • Dense, souple, moelleux, mûr en bouche ; l’alcool est très présent mais l’équilibre et la typicité sont sauvés par des tannins sains, présents, austères.

 

2. Domaine Berthoumieu "Cuvée Charles de Batz" 2001 :

DS14,5/15 – PP15,5 – PC15 - LG15,5 – JP15,5. Note moyenne : 15,25 - Prix : 12,30 €

  • Centre noire, mince bordure violacée/fuchsia.

  • Nez trahissant un bel élevage « moderne », luxueux (baba au rhum, forêt noire), qui laisse suffisamment de place à un fruit intense.

  • Belle acidité, vin tendu, structure tannique présente : bonne typicité madiranaise, à la fois généreuse et austère. Finale poivrée et chaleureuse, avec un fruit qui reste frais.

 

3. Domaine Capmartin "Cuvée du Couvent" 2001 :

DS15,5 – PP16,5 – PC16 - LG16 – JP16. Note moyenne : 16 - Prix : 9 €

  • Robe idem.

  • Nez typé et expressif, de nouveau marqué par un élevage soigné (notes grillées et cacaotées), joli fruit mentholé, évoquant la cerise burlat bien mûre.

  • Matière présente, fraîche, grenue, très belle mâche, finale fraîche et serrée – un vin sain et tonique.

 

4. Domaine Patrick Ducourneau Chapelle Lenclos 2001 :

DS12,5 – PP13,5 – PC(13?) - LG13 – JP13. Note moyenne : 13? - Prix : 11 €

  • Echantillon prélevé avant la mise.

  • Un peu d’évent au nez, du caramel et une évolution viandée prématurée.

  • Dense, assez rustique, finale séchante – difficile de se faire une opinion.

 

5. Domaine Labranche-Laffont "Vieilles Vignes" 2001 :

DS14 – PP14,5 - PC14,5 – LG14,5/15 – JP14. Note moyenne : 14,25 - Prix : 10 €

  • Noir brillant…

  • Nez « classique » dans la série : fruit expressif (myrtille, terre battue) + élevage présent, bien grillé.

  • Très moelleux, glycériné, vif, piquant et chaleureux (brutal ?) en finale.

 

6. Domaine Laffont "Hecate" 2001 :

DS14 – PP15,5 – PC15/15,5 - LG14,5 – JP15,5. Note moyenne : 15 - Prix : 27 €

  • Robe idem.

  • Nez vraiment « sudiste » : olive noire, goudron, fruits confits, épices douces ; on se croirait à Rasteau…

  • Présence alcoolique de Rasteau en effet, mais avec les tannins et l’acidité en plus (un équilibre de Barolo ?) Extrait, viril, suffisamment vif pour avoir de l’allant et même du style, finale sur les (jolis) tannins.

 

7. Château Montus "Cuvée Prestige" 2001 :

DS13 – PP15 – PC(12?) - LG13,5/14 – JP14,5. Note moyenne : 13,75 - Prix : 34 €

  • On ne parle plus des robes ; elles sont toutes noires…

  • Nez monolithique, dominé par un fruit très mûr de fraise cuite, on perçoit aussi des notes fumées et une pointe de réduction animale.

  • Sucrosité marquée dès l’attaque, beaucoup de bois, d’alcool aussi (mais encore une fois les tannins et l’acidité sont également au rendez-vous). Un équilibre « australien », un vin certes impressionnant mais finalement impersonnel et fatigant, du moins à ce stade de sa vie.

 

8. Château de Viella "Prestige" 2001 :

DS14,5/14 – PP13,5 – PC14 - LG14 – JP14,5/15. Note moyenne : 14 - Prix : 00 €

  • Boisé en avant, sur un fond animal intéressant, très lard fumé.

  • Bouche chaleureuse, confite (sucrosité, saveur de raisiné), tannique, carrée.

 

9. Château Bouscassé "Vieilles Vignes" 2001 :

DS16,5 – PP15,5 – PC15,5 - LG16,5 – JP16,5. Note moyenne : 16 - Prix : 21 €

  • Premier nez présentant un boisé très marqué (cacao, cèdre, grillé), de la profondeur et de l’élégance ensuite.

  • Matière serrée au développement assez « bordelais », structure stricte, racée (malgré une pointe de sucre), beaux tannins réglissés, de l’allonge et de la densité – un potentiel certain.

 

10. Château Barrejat "Cuvée des Vieux Ceps" 2001 :

DS14,5 – PP14,5 – PC15 - LG14 – JP15. Note moyenne : 14,5 - Prix : 9,50 €

  • Robe un poil moins soutenue que les autres.

  • Nez expressif, bien typé, complet : fruits cuits, cèdre, menthe séchée, avenante pointe viandée.

  • Matière simple et un peu trop alcooleuse mais sapide, moelleuse, droite, bien typée, très franche (on ne se cache pas derrière l’élevage).

 

11. Château Laffitte-Teston "Vieilles Vignes" 2001 :

DS15 – PP14 – PC15/15,5 - LG14,5 – JP14,5. Note moyenne : 14,75 - Prix : 10 €

  • Joli fumet complexe aux accents balsamiques et giboyeux : romarin, thym, prunelle, mûre, viande en civet…

  • Bouche veloutée puis sérieuse (construction classique de ces madirans « modernes » : aimables mais conservant la « verticalité » et la pointe d’amertume finale du Tannat). Du caractère, du confort et de beaux tannins réglissés, mais encore une fois beaucoup de chaleur alcoolique.

 

12. Vignobles Laplace Château d'Aydie 2001 :

DS14 – PP15 – PC15,5/16 - LG13 – JP15,5. Note moyenne : 14,75 - Prix : 14,75 €

  • Nez fumé, réglissé, très confit, complexe et profond, cohérent et encore réservé.

  • Matière très serrée, fruit développant des saveurs mentholées et balsamiques – un vin long, longiligne, intense, structuré par une belle acidité et des tannins précis, manifestant plus de retenue et de finesse que la plupart de ses pairs.

 

13. Château Montus La Tyre 2001 :

DS14,5– PP15,5 – PC15+ - LG15+ - JP15. Note moyenne : 15 - Prix : 91,25 €

  • Nez extraverti, puissamment floral (pivoine, tubéreuse…), crémeux, peut-être (certainement) lourd mais profond et propre.

  • Crémeux il semble l’être aussi en bouche, dès l’attaque : boisé, massif, doux. Il se reprend en milieu de bouche, devient plus sérieux et sanguin, pour terminer sur une finale nette, verticale, bien madiranaise. Un potentiel certain.

 

 

Conclusion :

Aucun vin n’affiche moins de 14° sur l’étiquette – et nous ne sommes pas à Châteauneuf... Cette « course à l’alcool » n’est pas seulement due au millésime 2001 très favorable ; c’est une tendance générale qui dépasse largement le cadre de l’appellation, mais tant d’alcool d’un seul coup sur des vins « océaniques » ça surprend quand même. A part ce caractère chaleureux récurrent, les impressions sont globalement positives : des extractions intelligentes (matières pleines, très denses mais pas lourdes, des tannins abondants et sains, sans agressivité mais sans mièvrerie), des élevages en bois bien menés (d’autant plus faciles à maîtriser que les matières premières sont imposantes). Cependant, certains irouleguy et certains madirans d’il y a dix/quinze ans peuvent en témoigner, on peut faire de beaux vins de Tannat, aptes au vieillissement, ne titrant « que » 12,5°, des vins certainement plus désaltérants et digestes en tout cas.

Nous avons donc dégusté un ensemble homogène de vins de belle qualité, malgré quelques déceptions dues à des outrances de style (Montus) où à la représentativité de l’échantillon (Ducournau). Les vins conservent toujours une belle acidité qui les empêchent d’être mous ; malgré des concessions évidentes au « goût du jour », ils gardent une véritable et attachante typicité, tant aromatique que structurelle.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir