2009_09 et_10 251 vins du monde - Partie 1 - Ancien Monde

 

 

Panorama automnal "251 Vins du Monde"

Club toulousain In Vino Veritas

Septembre-Octobre 2009

 

 

 

 

Quelques commentaires de contexte :

Plusieurs rendez-vous ont été pris afin d’aborder une longue dégustation de vins étrangers : au total, il aura fallu 8 séances afin de goûter 251 vins du monde.

Déroulement de chaque rencontre :

  1. une série de vins étrangers offerte par Didier. Les vins sont dégustés à l’aveugle.
  2. un thème de vins étrangers proposée par Didier et financée par tous les participants. Les vins sont dégustés à l’aveugle.
  3. une série de vins étrangers amenés au gré des dégustateurs (2 bouteilles par participant). Les vins sont dégustés à l'aveugle.

Nous remercions Philippe Ricard, Bernard Bergé et Romain Pavan pour les bouteilles offertes alors qu'ils n'ont pas participé aux séances...

Les bouteilles n° 47, 49, 50 et 51 sont offertes par l'importateur parisien Jean-Emmanuel Simond (Société Oenotropie).

C'est Paul David Lambert, rencontré par Philippe Ricard sur Dégustateur.Com, qui nous à mis en relation.Et vive le vin et sa convivialité !

 

 

Les verres utilisés sont les « Expert » de Spiegelau.

DS : Didier Sanchez – PC : Pierre Citerne – LG Laurent Gibet – MF : Maxime France  – MS : Miguel Sennoun – EG : Eddy Gautier.

 

Les degustations sont commentée par Pierre Citerne et Laurent Gibet. Pour une meilleure lisibilité, nous les avons rassemblées par region et pays.

 

 

 

ANCIEN MONDE

 

 

France : 13 vins

 

 

* Blancs et liquoreux :

01. France : Sancerre - Domaine François Cotat "Chavignol Jeunes Vignes" 2007

(100% Sauvignon)

DS14,5 - PC14 - LG14/14,5 - MS14,5 - EG15. Note moyenne : 14,5

Robe pâle à en devenir blanche (c'est un bon indice de cépage).

Nez conjuguant des senteurs de craie, de fruits blancs, d'asperge, de poivron (et de citron) vert. J'y vois un début d'évolution sous la forme de notes supplémentaires de nougat, de croûte de St-Nectaire, de miel.

Matière nerveuse, (encore ?) simple mais avec du fond. Pas trop longue pour autant et, plus embêtant, un tantinet "verte".

 

 

02. France : Saint-Joseph - Domaine Pierre Gonon "Les Oliviers" 2007

(80 % Marsanne, 20% Roussanne)

DS14 - PC14 - LG14 - MS14,5 - EG14,5. Note moyenne : 14,2

Robe dorée.

Senteurs rappelant le bosquet végétal, les agrumes, la menthe, le gingembre, dans une belle douceur fruitée.

Bouche grassouillette, un peu languide, joliment fruitée et épicée. Il faudra rester en France sur cette cuvée, avec pas mal de confusion sur des cépages sudistes (grenache ?).

 

 

03. France : Meursault - Domaine Germain "Limozin" 2006

(100% Chardonnay)

DS15,5+ - PC15,5 - LG15+ - MS15.5/16 - EG14,5. Note moyenne : 15,3

Nez initialement intériorisé. Il se clarifiera peu à peu en libérant des odeurs tout à fait correctes de fruits blancs et de citron, parées d'une pointe anisée.

Bouche jeune, fermée, assez acide, un peu amère. Un vin de poids qui a besoin de temps pour se dévoiler. Ce besoin est à l'évidence local (eu égard à la réduction initiale) et global (il sera meilleur dans 5 à 10 ans). Pensé plutôt à l'acidité d'un 2007.

 

 

04. France : Coteaux du Loir - Domaine de Bellivière "Vieilles Vignes Éparses" 2006

(100% Chenin)

DS16,5/17 - PC16/16,5 - LG15,5 - MS15,5 - EG16,5. Note moyenne : 16,2

Robe orangée.

Olfaction baroque : raisins macérés dans de l'alcool, café, orange, coing, cidre (ou plutôt poiré). Très chenin, donc, et peut-être même sur Savennières (Pinot Gris sera également évoqué, puisqu'aussi bien la confusion entre ces 2 cépages est fréquente).

Bouche fraîche, expressive, adoucie par une soupçon sucré et valorisée par un agréable socle minéral. D'un indéniable caractère. On ne trouve pas sur ce millésime la note végétale exacerbée souvent trouvée sur cette cuvée (gazon coupé/huile d'olive pour le 2007, asperge/radis/germe de pomme de terre dans le cas du 2005).

 

 

05. France : Châteauneuf-du-Pape - Domaine du Grand Tinel 2006

(Grenache blanc majoritaire puis Clairette et Bourboulenc)

DS14,5 - PC14,5 - LG14,5 - MS14,5 - EG14,5. Note moyenne : 14,5

Robe neutre, sans grande expressivité (sa blancheur peut suggérer le grenache).

Nez déclinant des parfums variés : poire, citron vert, fleurs blanches, poivre, camphre, anis.

Bouche sur ces goûts, plutôt riche. Ce vin a semé la confusion lors de la finale de Châteauneuf (en millésime 2005), pas mal d'équipes l'ayant confondu avec un Riesling (nous nous en étions sortis en proposant une clairette).

 

 

06. France : Patrimonio - Domaine d'E-Croce Yves Leccia 2008

(100% Vermentinu 100%, sol argilo-calcaire sur socle schisteux)

DS16 - PC15,5 - LG15 - MS15 - EG15. Note moyenne : 15,3

Robe de la blancheur d'un linge.

Nez exprimant les fruits blancs, le citron, l'anis, les herbes aromatiques.

Bouche juvénile, solide, restant fraîche, un peu marine (ce qui me fera me perdre en Muscadet sur une année chaude, genre Granit de Bossard). Un vin qui devrait bien vieillir et qui confirme son statut de grande cuvée de la méditerranée. J'aimerais le goûter (ainsi que les autres millésimes approchés) à pleine maturité.

 

Rappel : Patrimonio : Domaine d'E-Croce (Yves Leccia) 2008 - 12/5/09 (PR)

DS16+ - LG(14+) - PR14,5+ - MS14,5 - MF15 - EG14,5. Note moyenne : 14,6

Robe paille, argentée; quelques traces de vert.

Registre fruité (pamplemousse, fruits blancs, zeste), floral (fleurs blanches), végétal (fenouil, herbe coupée), fermentaire (bière blanche). Style très jeune, encore un peu austère.

Bouche grasse, souple, pulpeuse, soutenue principalement à ce stade par l'amertume. Sous-jacence minérale quelque peu perceptible en finale. Grande longueur.

Un vin en devenir...

 

 

7. France : Alsace Riesling Grand Cru Brand - Domaine Boxler "K" 2007

(100% Riesling)

DS15,5 - PC14,5 - LG14,5 - MS14,5 - EG14,5. Note moyenne : 14,7

Habit peu intense.

Arômes sans tapage d'agrumes, de poire, d'épices, accompagnés de vapeurs mentholées d'un bel effet.

Bouche ayant gardé un peu de gaz, sensiblement sucrée, un peu atone et faiblarde (bien moins de puissance de feu aromatique et structurelle que sur le Sommerberg). En lien direct avec le repas de la veille, on pourrait également aller sur une petite arvine.

 

* Rouges :

8. Côtes-du-Rhône-Villages Cairanne : Domaine Richaud (Version sans soufre) 2005 – 14,5°

(Grenache 55%/Mourvèdre 20%/ Syrah 15%/Carignan 10%)

DS15 - PC15 - LG14 - MS14 - EG15. Note moyenne : 14,6

Aspect dense, bordure encore violacée. Nez de grenache surmûr, initialement marqué par une forte réduction animale, tout en fruits rouges ensuite, notes épicées et balsamiques qui montent à l'aération. Très chaleureux en bouche, mais reste gourmand et suave, d'une belle plénitude.

 

Rappel : Côtes-du-Rhône-Villages Cairanne : Domaine Richaud "version sans soufre" 2005 – 22/11/07 (LG)

DS16 - PC16,5 – LG15,5/16 - PR16. Note moyenne : 16,1.

Nez complètement ouvert, sur la réglisse, le fruit, l'olive, la suie. Bouche frétillante, fruitée, lisse mais avec du relief, en liberté. Superbe, comme lors de la précédente dégustation (la version sans soufre fut, il faut le noter, légèrement mieux goûtée que la version soufré, car plus causante aromatiquement et avec une netteté et une structure inattaquables).

 

 

9. Côtes-du-Rhône : Domaine Gramenon « La Sagesse » 2006 – 14,5°

(100% Grenache)

DS15,5/16 - PC15,5 - LG14,5/15 - MS15,5 - EG15,5. Note moyenne : 15,4

Robe couleur prune d'ente, trouble, avec beaucoup de dépôt. Nez de grenache poivré et floral, qui s'épure à l'aération pour atteindre un haut degré de séduction  et d'élégance. Bouche toute aussi invitante que le nez (malgré une petite refermentation en bouteille ? CO2...), alcool modéré, suavité, finesse...

 

Rappels :

a. Côtes-du-Rhône : Domaine Gramenon "La Sagesse" 2006(Grenache 100%) – 22/11/07 (LG)

DS15,5 - PC15,5 - LG15,5 - PR15,5. Note moyenne : 15,5.

Une expression directe, croquante : cassis, violette, olive, réglisse. Substrat suave, soutenu par une acidité rigoureuse, généreux en fruit, dévoilé et net, suave en raison d'un taux d'alcool non négligeable.

b. Côtes-du-Rhône Gramenon La sagesse 2006 : 15,5/20 – 05/07/07 (LG)

Nez direct et friand : violette, olive noire, poivre, cerise, fraise, iris, marc (il rappelle celui d’une Côte-Rôtie). Bouche savoureuse, fruitée, nette, glissante mais avec suffisamment de relief pour réellement attirer l’attention.

Pour info :

Côtes-du-Rhône Gramenon Ceps Centenaires La Mémé 2006 : 16/20 – 05/07/07

Beau travail pour une cuvée naturelle, avenante, bien calibrée, exprimant le fruit, la réglisse, le café, la cerise, le minéral. Bouche propre, gouleyante mais avec du dénivelé, fringante. La densité n’implique aucune lourdeur.

Côtes-du-Rhône Gramenon à Pascal S. 2006 : 16,5/17 – 05/O7/07

Encore un supplément de verticalité dans cette grande cuvée. Nez profond, minéral, floral (fleurs capiteuses type jacinthe), fruité. Bouche serrée, joliment tannique, à attendre quelques années encore.

 

 

10. France : Chinon – Château de Coulaine « La Diablesse » 2004

(100% Cabernet Franc)

DS15,5 - PC15,5 - LG15. Note moyenne : 15,3

Je décèle d'emblée ici l'archétype du vin nature à base de cabernet-franc. Goûts "en avant" : jacinthe, cassis, réglisse, poivron rôti dans une ambiance olfactive de cave sombre et humide (tubercules). Rien à redire dans cette retranscription du cépage nette et lisible, pas excessivement joyeuse mais scrupuleusement fidèle à son terroir d'origine. J'aurais juste parié pour la maturité d'un 2005.

Bouche glissante, sympathique de par sa structure légère (pour l'AOC - on pencherait alors plutôt vers un St-Nicolas de Bourgueil, plus accessible), à la fois fraîche et très légèrement sucrée. Facile à boire, ce qui ne saurait être condamnable (puisqu'aussi bien il semble que ce soit le but recherché dans cette gamme de vins). Rappelons au passage que nous sommes ici sur une appellation exigeante (parfois acariâtre en jeunesse mais tous les vins ne sont a priori pas faits pour être agrémentés de patronymes métaphoriques humoristiques évocateurs et descendus goulûment, au nom du seul plaisir intuitif, comme des vins primeurs dans une atmosphère rabelaisienne); une appellation en général pas de plaisir immédiat, pensée pour le vieillissement et la table. Pour compléter le propos, je trouve cette succube un peu "en surface", manquant de verticalité. D'aucuns penseront facilement à Lenoir ou Joguet, démentant par là même l'idée dépréciatrice qui veut que ce genre de vinification gomme le cépage (mais nous avons affaire à des dégustateurs hors norme et nous ne compterons évidemment pas le vote de celui qui a proposé ce flacon à notre sagacité). Les autres, incrédules à l'idée du cabernet-franc, seront protégés par leur anonymat !

 

 

11. France – Côtes de Duras – Nadia Lusseau « Miss Terre » 2005

(50% Cabernet Franc, 36% Cabernet Sauvignon, 14% Merlot)

DS14,5 - PC(15) - LG14. Note moyenne : 14,5

Nez un peu brouillon : volatile, notes foxées insistantes. On se dit que l'on a affaire à un vin peu protégé, en prise de risque (justifiée par la volonté de produire sain ?). Il expulse en tout cas du cassis, de la réglisse et peut-être un peu de laurier (car mon cerveau s'emballe et me souffle "Barral").

La bouche recèle quelques bulles parasites. Elle propose (avec ses 14° d'alcool) un milieu de bouche velouté (un peu de sucre résiduel reparti en fermentation ?) avant de s'achever sur une certaine fermeté bien compatible avec les cépages employés.

 

 

12. France : Côtes-du-Rhône Villages – Domaine Les Aphillantes « Cuvée des Galets » 2001

(Grenache 60%, Syrah 20%, Mourvèdre 20%)

DS(?) - PC(?) - LG(?) - MS? - EG(13). Note moyenne : Non notable

Bouteille ouverte depuis dimanche.

Figué, fatigué, oxydé, fait vieux grenache.

 

 

13. France : Médoc – Château Les Grands Chênes 2004

(50% Merlot/45% Cabernet Sauvignon/5% Cabernet Franc)

DS13,5 - PC12,5/13 - LG13 - MS13 - EG13,5. Note moyenne : 13,2

Robe sombre, un peu d'évolution trahie par une bordure vieux rose. Nez marqué par une forte acidité volatile, des notes toastées et viandées, du tabac, masquant un fruit herbacé très bordelais. Très souple en bouche, une certaine douceur qui accentue le creux en milieu de bouche. Le vin s'améliore un peu à l'aération mais la matière semble bien faible par rapport à la pesanteur de l'élevage.

 

Rappels :

a. Médoc : Château Les Grands Chênes 2004 - 18/11/08 (PR)

DS13,5  - LG14 - PR14 - MS13 - MF13 - EG14,5. Note moyenne : 13,7

On se rapproche du noir, mat, avec un mince disque prune.

Maturité et boisé signent un nez assez "moderne", sur des notes confites, chocolatées, mentholées.

Matière rondouillarde, travaillée, suave, à la richesse aimable, mais sans réelle grandeur d'âme.

b. Médoc - Château Les Grands Chênes 2004 : 29/4/2008 à l'ouverture (PR)

DS13,5 - PR13,5 . Note moyenne : 13,5

Robe quasi noire, aux bords prune encore légèrement violine.

Style bordelais affirmé, notamment au niveau de l'élevage : boisé, café, moka, fumé, menthol.

Matière travaillée, à la présentation fardée, assez racoleuse, à la partiton toute en rondeur et crème boisée. Nous semble assez superficiel.

Encore un vin qui fait régulièrement le grand écart dans nos dégustations.

Malheureusement, cette fois-ci, c'était pas dans le bon sens...

Médoc - Château Les Grands Chênes 2004 : 29/4/2008 après 5h d'aération (MS)

DS13,5 - LG14,5 - MS14. Note moyenne : 14

Cuir, réglisse, un joli boisé qui accompagne le bouquet avec ses notes de moka, sans couvrir le fruit.

De la mâche pour une présence en bouche sérieuse. Les tannins paraissent cependant rustiques, et le vin perd son fruit à l'aération.

c. Médoc - Château Les Grands Chênes 2004 : 20/11/2007 à l'ouverture (PR)

DS13,5 - PR13,5 - CD14 - BLG14. Note moyenne : 13,8

Robe brillante, assez fluide, prune, de forte intensité colorante.

Nez mêlant fraîcheur et maturité dans une enveloppe toujours dominée par l'élevage : poivron rouge, cerise noire, café, fumé, grillé.

Richesse ostentatoire en bouche, privilégiant la démonstration d'un élevage sans mesure (enrobant la bouche de crème, d'impression de sucrosité) à toute forme d'élégance et de subtilité. Finale brutale, sans finesse, plutôt brève.

Médoc - Château Les Grands Chênes 2004 : 20/11/2007 après 5h d'aération (LG)

DS16,5 - PC16,5 - LG16,5 - MS16,5. Note moyenne SOIR : 16,5

Robe foncée. Nez expressif, vivant, déclinant des senteurs de fruits noirs, de moka, de fleurs capiteuses. La matière remplit bien la bouche, avec des tannins arrondis. Cohérence, délicatesse et suavité, pour un joli grain, qui a l'heur d'offrir en prime un beau suivi.

d. Médoc - Château Les Grands Chênes 2004 : 25/10/2007 à l'ouverture (PR)

DS17 - PR17 - CD16,5 - BLG17. Note moyenne AM : 16,9

Robe brillante, assez fluide, très sombre, rubis aux reflets prune.

Nez évident de fruit (cerise noire, cassis), relativement pur et spontané (pas de trace boisée), frais (menthe poivrée).

Finesse éloquente, maturité juste, délicieusement expressive, n'écrasant ni la fraîcheur ni la franchise d'une bouche au fruité presque gourmand. Belle concentration, bel équilibre pour ce vin généreux, aux tanins fondus. La finale laisse juste percevoir quelques notes chauffées, réglissées, l'eucalyptus, mais sans excès, sans brider l'harmonie générale.

Médoc - Château Les Grands Chênes 2004 : 25/10/2007 après 5h d'aération (LG)

DS17 - PC16,5 - LG16 - MS16,5. Note moyenne SOIR : 16,5

Un nez nullement aguicheur (comme certains autres vins huppés de la série) : ni "sucré", ni velouté, aucune oeillade boisée vulgaire. Le fruit est assez crémeux mais englobé dans une trame austère qui sent la cerise, la myrtille, la terre humide, la créosote, le cachou. Bouche virile, de bonne tenue, aux fortes flaveurs de goudron. Elle semble limitée en termes de tannins et de longueur (le terroir n'est peut-être pas de premier choix ?). L'élevage semble aussi plus permissif (moins travaillé, ostentatoire ?).

J'avoue avoir été sensible (biais cognitif) à l'enthousiasme général de mes partenaires de dégustation sur cette expression solide et sérieuse (ma note immédiate étant plus basse).

e. Médoc - Château Les Grands Chênes 2004 : 2/11/07 - 15,5/20

Robe foncée. Nez assez "sombre" délivrant des senteurs de qualité : moka, fruits noirs bien mûrs, cerise écrasée, terre, chocolat, réglisse, fleurs (entre violette et jacinthe). Bouche assez soyeuse, avec de la rondeur et du fond. Soupçon lacté et pointe de goudron pour une trame ni ultimement racée ou fine ni très persistante mais au développement irréprochable.

Le lendemain : le goudron est plus intense, qui l'emporte sur la réglisse (finale un poil amère). Belle composition, sans lourdeur, pour une acidité bien en place. Flaveurs de crème de mûre, de tabac (froid), de cachou Lajaunie pour une expression dont la (relative) sévérité est compensée par une agréable maturité de fruit et des tannins pas excessivement fins mais polis.

3ème dégustation pour moi : 15,5 - 16 - 15,5 (jugement homogène)

 

 

 Italie : (50 vins)

* Blancs et liquoreux :

14. Italie : Soave Classico - Gini « La Frosca » 2006

(100% Garganega)

DS14 - PC14,5 - LG13,5. Note moyenne : 14

Le nez compile des notes de fruit épicé fruits de toutes sortes : blanc (pomme, poire), jaune (mirabelle), exotiques également), de fumée (élevage ?), de menthe, de beurre. Amicalement parfumé à la manière de celui d'une roussanne ou de pinot gris.

Bouche suave et fine, à l'amertume subtile, sans sucre résiduel notable. Prospère mais à l'opulence maîtrisée.

 

 

15. Italie : Sardaigne  –  Cantina del Vermentino Vermentino Di Gallura "Arakena" (Vendanges Tardives) 2006

(100% Vermentino)

DS14 - PC14/14,5 - LG13,5. Note moyenne : 13,9

Un vin alcooleux, dodu, boisé, aromatiquement puissant (abricot, lavande, grappa). Des cépages tels que la roussanne et le viognier pourraient faire l'affaire.

 

 

16. Italie : Intorcia - Vino Liquoroso "Lacrima Christi" (L030/07 A) NM

Encépagement inconnu, mise en bouteille à Marsala, aucune indication d'origine.

DS13,5 - PC13,5 - LG14,5/15 - MS14,5 - EG12,5. Note moyenne : 13,7

Robe brune ambrée, mate. Nez chaleureux, muscaté, évocations sudistes de figue, de caramel, d'orange confite, beaucoup d'alcool en bouche, mutage vraisemblable.

 

 

17. Italie : Moscato d’Asti - Icardi « La Rosa Selvatica » 2006

(100% Muscat)

DS11 - PC(10) - LG11 - MS(ED?) - EG09. Note moyenne : 1

Beaucoup de bulle, du sucre et peu d'alcool, arômes chlorés ou cartonneux, de détergent parfum citron...

 

 

18. Italie : Sicile – Passito Di Pantelleria – Cantina Colosi 2004

(100% Zibibbo soit Muscat d’Alexandrie)

DS13,5  - PC(13) - LG14 - MS13,5 - EG14. Note moyenne : 13,6

Encore plus bizarre que le 2003 de la même cantina, senteurs et saveurs de pâtisserie imbibée,  marasquin ou alkermes... fait plus vin aromatisé qu'autre chose. En tout cas assez loin des beaux passiti de Pantelleria que j'ai pu goûter en Sicile l'hiver dernier (Murana, d'Ancona, Florio, de Bartoli...)

 

 

19. Italie : Sicile – Passito Di Pantelleria – Cantina Colosi 2003

(100% Zibibbo soit Muscat d’Alexandrie)

DS13,5 - PC(13) - LG14 - MS14 - EG13,5. Note moyenne : 13,6

Vieil or. Nez très terpénique, évocation puissante d'eucalyptus ; bouche encore plus étrange, médicamenteuse au possible, on en oublierait que c'est un vin liquoreux.

 

 

20. Italie : Sicile – Passito Di Pantelleria – Carole Bouquet 2000

(100% Zibibbo soit Muscat d’Alexandrie)

DS15 - PC15,5 - LG15 - MS14,5/15 - EG15,5. Note moyenne : 15,1

Très belle robe cuivrée au centre, ambrée en bordure. Nez pénétrant, fumé, muscaté, balsamique ; vin empyreumatique au nez comme en bouche, amertume de caramel brûlé. L'alcool est assez présent mais il y a de la longueur et de la finesse pour soutenir la liqueur.

 

 

21.  Italie : Sicile – Passito di Pantelleria – Pellegrino 1998 - 15°

(100% Zibbibo soit Muscat d’Alexandrie)

DS15,5 - PC15,5 - LG15,5 - PR15 - MS15 - MF15,5 - EG15,5. Note moyenne : 15,5

Nez très muscaté aux senteurs de rose et de bergamote.  La bouche fait preuve de beaucoup de finesse avec ses arômes variés de rose, de figue et d'orange amère. Un beau Passito, élégant et subtil qui forme un accord judicieux avec le bleu de Truyère.

 

 

22. Italie : Terre di Franciacorta – Cal Del Bosco "Curtefranca" 2006

(80% Chardonnay, 20% Pinot Blanc)

DS14,5 - PC14,5 - LG14 - MF14,5 - MS14 - EG14,5. Note moyenne : 14,3

Robe dorée.

Aromatiquement assez neutre, pour de chiches notes de cidre, d'oeuf, de résine, de gingembre, de citron.

Bouche grasse mais pas flasque, très "vin de cuve" (on a pu penser à du chenin ou du trebbiano).

 

 

23. Italie - Sardaigne - Vernaccia Di Oristano - Azienda Vinicola Attilio Contini "Flor" 1997

(100% Vernaccia)

DS14 – PC13,5/14 - LG14 - MF15 - MS14,5 - EG14. Note moyenne : 14,2

Robe orangée. Expression gentiment oxydative complètement assommée par la puissance du vin précédent, notes de miel et de champignon agrémentant un fond de pomme cuite (acétone ?). Bouche sèche, ronde, assez grasse.

 

Infos :

Italie : Vernaccia di Oristano – Attilio Contini – 1992 : 17/7/04 (PC)

PP12,5 – PC13  –  LG13

Vin blanc sarde.

Aspect brun voilé ; nez oxydatif sans éclat. Matière sèche (pas sucrée), grasse, sans le « piquant » qui distingue les bon Jerez.

b.Vernaccia di Oristano Attilio Contini 1985 : 15,5/20 - 16/9/06 (LG)

Vin ambré, oxydé, qui évoque vraiment Xérès (Amontillado). Odeurs de fumée, de zan, de zestes d’orange. Bouche proprement construite, droite, apéritive. Belle acidité et amers de qualité.

 

 

24. Italie : Verdicchio dei Castelli di Jesi - Sartarelli "Vigneti Tralivio Classico Superiore" 2006

(100% Verdicchio)

DS13 - PC12,5 - LG13,5 - MS13,5 - EG12,5. Note moyenne : 13

Robe colorée.

Olfaction esquintée par un recours au bois indélicat : guimauve, beurre, caramel.

Bouche replète, à peine sucrée, un peu molle et amère. Je penserai à un vin suisse (malvoisie/pinot gris ou en choix alternatif marsanne). Viognier et roussanne seront d'autres pistes évoquées avant le dévoilement d'un type de vin que nous ne rencontrons pas souvent.

 

 

25. Italie : Verdicchio dei Castelli di Jesi - Sartarelli "Vigneti Balciana Classico Superiore" 2007

(100% Verdicchio)

DS13 - PC14,5 - LG13 - MS14,5 - EG14. Note moyenne : 13,8

Robe dorée.

Nez très original (surmûr, avec son air de VT ?, passerillé ?). On y répertorie de nombreuses senteurs : amande, truffe, orgeat, pêche jaune, sauge, raisins déshydratés, galanga.

Bouche prenante, riche, sucrée, extravertie (torride à en devenir brûlante). J'ai pensé à un chenin d'Afrique du Sud, Pierre à un Soave (la générosité du cépage Garganega). Caractère aromatique mais le taux d'alcool devient redoutable.

 

 

26. Italie : Sardaigne - Vermentino Di Gallura - Cantina Gallura "Pira" 2007

(100% Vermentino)

DS14,5 - PC14,5 - LG14,5 - MS14 - EG14. Note moyenne : 14,3

Robe pâle.

Fruits et fleurs blancs, épices, guimauve, herbes du maquis. Fort impact balsamique (genre retsina grecque).

Bouche charnue, propre, opulente mais sans lourdeur inutile.

 

 

27. Italie : Vino Bianco delle Venezie – Negotium « Nec-Otium » Pinot Grigio 2008

(100% Pinot Gris)

DS12,5 - PC13 - LG13 - MS13 - EG13. Note moyenne : 12,9

Nez développant des notes simples de fruits blancs et de citron.

Bouche peu sophistiquée, fraîche, austère, gustativement pâle. On sent une certaine concentration (impression de peau de raisin en finale). On peut croire à du pinot blanc ou à du Chasselas (plus sur Neuchâtel qu'en Valais, en raison de la fraîcheur).

 

 

 

* Rouges :

28. Italie : Montepulciano d’Abruzzo - Azienda Agricola Agriverde  "Riseis Di Recastro" 2005 – 13,5°

(100% Montepulciano D’Abruzzo)

DS15,5 - PC15,5/16 - LG15,5 - MS16 - EG15,5/16. Note moyenne : 15,7

Robe très dense, un peu brunie. Nez d'abord réduit, puis un fruit puissant mais nuancé s'installe dans le verre (fruit qui semble assez proche du raisin, avec des notes animales, du cuir, de la terre, de l'amande, et même des fleurs...). Matière riche, fraîche, fumée, savoureuse, longue et cohérente. Quel naturel par rapport aux vins espagnols !

 

 

29. Italie : Cannonau Di Sardegna - Contini   "Tonaghe" 2004 – 13,5°

(Cannonau 90%, altre Uve Rosse 10%)

DS14,5 - PC14,5/15 - LG14,5 - MS14,5 - EG14,5/15. Note moyenne : 14,6

Teinte légèrement évoluée. Premier nez lactique et torréfié d'où émerge un fruit de plus en plus fin, des senteurs de grenache assez castelnoviennes. Bonne présence en bouche, richesse alcoolique équilibrée par une élégance aromatique et structurelle certaine, jolie finale sur des arômes de rose fanée et de thé à la bergamote.

 

 

30. Italie : Barolo - Sarotto "Collezione Bellosguardo" 2003 - 14°

(100% Nebbiolo)

DS7 - PC(5) - LG7 - MS nb (non buvable) - EG8. Note moyenne : 6,8

Mise en bouteille en Suisse !

Triste plaisanterie aux relents métalliques et pharmaceutiques (quinquina, vernis... mélange avec un fond de Barolo Chinato ? - apéritif à base de Barolo et de quinquina, comme son nom l'indique). Indigne et imbuvable.

 

 

31. Italie : Montepulciano d'Abruzzo – Farnese Vini 2007 13,5°

(100% Montepulciano d'Abruzzo)

DS13 - PC13 - LG13,5 - MS13 - EG13,5. Note moyenne : 13,1

Sombre, simple, dense, fruité.

 

 

32. Italie : Valpolicella Classico Superiore Ripasso – Stefano Accordini «  Acinatico » 2006

(Corvina Veronese 60% , Corvinone 15%, Rondinella 20%,  Molinara 5%)

DS13 - PC13 - LG13. Note moyenne : 13

Robe intense, opaque, tirant sur le noir.

Nez à la fois herbacé et crémeux exprimant le cassis, le goudron, la noix, l'amande, le pruneau, les épices, la réglisse (mieux le graphite),

Expression brusque (beaucoup d'alcool, une bonne dose d'acidité en éléments mal associés surtout), pesante, particulièrement inélégante. On pourra évoquer un Tempranillo en Ribera del Duero.

 

 

33. Italie : Reggiano Lambrusco - Cantine Bema - Vino Frizzante Dolce "Villa Del Vento" NM

(100% Lambrusco - différentes variétés)

DS13,5 - PC13,5 - LG13 - MS13,5 - EG13,5. Note moyenne : 13,4

Aspect violacé, sombre, bulleux. Agréable nez de fruit (la mûre !), très franc, encore assez fermentaire. On retrouve le fruit en bouche, avec une mousse un peu encombrante, peu d'alcool (8,5°) et un  léger sucre qui banalise l'expression.

 

 

34. Italie : Chianti Classico - Badia a Coltibuono »Roberto Stucchi" 1997

(Sangiovese très majoritaire)

DS11 - PC12 - LG11 - MS11 - EG12,5. Note moyenne : 11,5

Robe tuilée pâle. Vin flou et fatigué, saveur lactique, sans intérêt, vraisemblablement passé.

 

Rappels :

a. Italie - Chianti Classico – Badia a Coltibuono – "Roberto Stucchi" 1997 – 23/01/2003 (PC)

DS13,5 – PP13,5 – PC14,5 – LG14 – JP14 – TK13,5. Note moyenne : 14

Robe tuilée, nettement évoluée.

Bouquet ample, généreux, bien typé, sur la cerise amarena, le chocolat, le tabac, la châtaigne.

Matière souple, fondue, offerte, un peu lâche et compotée, chaleureuse en finale.

b. Italie - Chianti Classico – Badia a Coltibuono – "Roberto Stucchi" 1997 - 12/05/2000

Note moyenne : 13,8 vers 14.

Robe grenat relativement intense. Nez complexe, expressif mais peu fruité : herbes sèches, épices, café, amande.

Bouche sapide dotée d'une bonne concentration, belle palette aromatique, équilibre penchant vers l'acidité, de la personnalité.

 

 

35. Italie : IGT Sicilia - Casa Vinicola Firriato  « Santagostino - Baglio Soria » 1999

(Nero D'Avola et Syrah)

DS14 - PC(ED) - LG14 - MS(ED) - EG(ED). Note moyenne : 14 ou ED

Vin évolué et chaleureux, avec des notes liégeuses pour certains dégustateurs.

 

 

36. Italie : Negroamaro Salento - Feudi di San Marzano "F" 2007

(100% Negroamaro)

DS13,5 - PC(14) - LG13,5 - MS14,5 - EG14. Note moyenne : 13,9

Robe violacée très sombre, veloutée. Nez crémeux et simple, un large fruit de cerise confite s'impose à l'aération. Bouche propre et linéaire, plus que présente en attaque mais assez faible en finale, relativement sucrée, très crémeuse, qui peut faire penser à un vin rouge passerillé de Vénétie (Amarone) traité de manière très "moderne".

 

 

 

37. Italie - Sardaigne : Monica Di Sardegna - Cantina Santa Maria La Palma In Alghero 2006

(100% Monica)

DS13 - PC13 - LG13 - MS13 - EG13. Note moyenne : 13

Robe grenat très pâle. Nez herbacé, poivré et camphré évoquant fortement un pineau d'aunis. Même gamme aromatique en bouche, avec en plus des notes originales d'aiguilles de pin ; expression portée par une matière légère, très souple, un peu douceâtre.

 

 

38. Italie : Chianti – Poggiotondo « Cerro Del Masso » 2007

(80% Sangiovese, 10% Merlot, 5% Syrah, 5% Colorino)

DS13 - PC12,5 - LG13 - MS12,5 - EG13. Note moyenne : 12,8

Nez discret, lacté, vineux, avec une touche d'amande. Fluide et mince en bouche, le vin n'offre pas grand chose d'autre que ses tannins.

 

 

39. Italie : Chianti Classico - Marchesi Mazzei - Fonterutoli 2007

(90% Sangiovese; 5% Malvasia Nera e Colorino; 5% Merlot)

DS14 - PC(14,5) - LG14 - MF14,5 - MS14,5 - EG14. Note moyenne : 14,3

Notes transalpines de fraise, d'amande.

Bouche en style moderne, stable, ferme, serrée, marquée par l'alcool et un peu sèche.

 

 

40. Italie : Primitivo di Manduria - Feudi di San Marzano "Sessantanni Old Vine" 2005

(100% Primitivo)

DS13,5 - PC(13) - LG13 - MF14,5 - MS13,5 - EG14. Note moyenne : 13,6

Notes de fruits confiturés (cassis), de suie, de fumée, un peu comme pour une syrah d'Australie.

Matière souple, clairement sucrée (édulcorée), un peu déroutante. Ceux qui ont bonne mémoire repensent au negroamaro goûté très récemment.

Le lendemain : proche d'un Recioto della Valpolicella (cerise confite, fumée, sucre résiduel).

 

 

41. Italie : Sardaigne - Alghero - Sella & Mosca "Tanca Farra" 2003

(Cabernet-Sauvignon et Cannonau soit Grenache)

DS14,5 - PC14/14,5 - LG14 - MF15 - MS14 - EG15. Note moyenne : 14,5

Robe un peu plus claire.

Bouquet de caractère proche de celui d'un Bordeaux évolué : cassis (mais aussi cerise), noix, orange, tabac, herbes aromatiques. l'amande est là pour guider vers la Botte.

Bouche svelte mais avec du fond, un peu âpre, sans taux d'alcool élevé. On a pu penser, pour ce beau vin de repas, au cabernet australien (Pyrus 1986 de Lindemans) ou au sangiovese.

 

 

42. Italie : Umbria – Cantina La Fiorita « Campoleone Lamborghini » 2004

(50% Sangiovese ; 50% Merlot)

DS14,5 - PC15,5 - LG14,5 - MF15 - MS14,5 - EG15,5. Note moyenne : 14,9

Une certaine classe olfactive au travers de notes de cassis, de réglisse, de fumée, de santal, de mine de crayon HB (un peu comme à Pessac pour certains ou à la manière d'une syrah pour d'autres).

Bouche possédant de la mâche, correctement équilibrée, à la douceur sucrée, relativement austère (en terme de goût) pour autant. On finira par proposer un assemblage dominé par le cabernet provenant du nord de l'Italie.

 

 

43. Italie : Lazio – Falesco « Montiano » 2001

(100% Merlot)

DS15 - PC15,5 - LG14,5 - MF14,5 - MS15 - EG14. Note moyenne : 14,8

Robe intense.

Nez réduit, s'exprimant un peu à la manière d'un cabernet exotique (USA ?, super-toscan ?).

Bouche dense, sérieuse, herbacée, réglissée, adoucie par un soupçon de sucre. Reste un peu d'austérité tannique militant également pour le cabernet.

 

 

44. Italie : Montepulciano d’Abruzzo – Azienda Agricola Terra D’Aligi « Terra d’Aligi » 2006

(100% Montepulciano d’Abruzzo)

DS10 - PC9 - LG11 - MF11 - MS10 - EG11. Note moyenne : 10,3

Couleur violacée. Nez exprimant le cassis, la mûre, la grenade et aussi (en raison de son air si factice) les copeaux.

Bouche sans coffre, comme mouillée, à oublier.

 

 

45. Italie : Barbaresco - Azienda Agricola La Spinetta (Rivetti) « Vigneto Valeirano Vürsü » 1999

(100% Nebbiolo)

DS14,5 – PC14,5 - LG15 - PR14 - MF14,5 - MS14 - EG14. Note moyenne : 14,4

Robe grenat nuancée, évoluée. Nez fondu, ouvert, plutôt complexe, intéressant mais marqué par une acidité volatile présente et un fond encore boisé ; impression dominante de tabac, de viandé, d'écorce d'orange. Bouche sérieuse, assez juteuse et de belle allonge, mais marquée en finale par des tannins rugueux, presque secs.

 

Rappels :

a. Italie : Barbaresco – La Spinetta (Giorgio Rivetti) "Vigneto Valeirano Vürsü" 1999 – 14/10/05 (PC)

DS14,5 – PC14,5 – MS14 – JP14,5. Note moyenne : 14,5

Robe un peu moins dense que la plupart des précédentes. Nez expansif, floral, avec des notes bien typées (châtaigne, violette) qui se dégagent d'un boisé grillé trop présent.

Matière fine, beau fruit frais mis en avant, de l'élégance dans la texture, des tannins qui paraissent très civilisés, polis, avant de terminer boisés, raides, un peu secs. Un peu les mêmes défauts que le vin de Chiara Boschis, une matière élégante, jouant le fruit et la séduction, trop lourdement boisée. Plus encore que d'autres cépages, le nebbiolo, si riche en extraits secs, doit terminer en bouche sur son fruit et des tannins appétants, frais ; un boisé trop marqué le rend vite indigeste et fatigant.

b. Italie : Barbaresco – La Spinetta (Giorgio Rivetti) "Vigneto Valeirano Vürsü " 1999 – 13/01/03 (PC)

DS14,5 – PP14,5 – PC(12) – LG(13) – JP(13) – TK14,5. Note moyenne : (13,5)

Robe grenat foncé, brillante.

Nez flatteur, puissant et policé mais impersonnel : griotte au kirsch enrobée de notes vanillées, chocolatées et florales.

Bouche vraiment trop boisée, « saveur » plancheuse, sécheresse en finale. Si le jus s’en remet, il aura bien du mérite…

 

 

46. Italie : Barolo – Roberto Voerzio "Cerequio" 1997

(100% Nebbiolo)

DS14,5 – PC14,5 - LG15,5 - PR14 - MF15 - MS15 - EG15. Note moyenne : 14,8

Robe évoluée orangée proche de celle du vin précédent. Nez ouvert, puissant, intense, manquant toutefois dans le contexte de l'appellation de délicatesse et de distinction : sirop de mûre, violette, beaucoup de champignon, de sous-bois, des notes « métalliques » que l'on retrouvera en bouche... Alcooleux, large, avec une saveur riche mais nettement tertiaire, des tannins puissants, une acidité marquée, le vin semble au final généreux mais assez peu harmonieux.

 

Rappels : Italie : Barolo - Roberto Voerzio "Cerequio" 1997 – 14/10/05 (PC)

DS16 – PC16/16,5 – MS16 – JP17. Note moyenne : 16,5

Robe encore plus sombre que la précédente, très dense.

Nez intense : un fond fruité gourmand mais sans aucune vulgarité (impressions de sirop de mûre, de cassis, de réglisse sucrée), des notes biscuitées séduisantes et harmonieuses, une intéressante pointe truffée, humique.

Matière d'une densité vraiment imposante en bouche, arrondie, suave (sucrée ?), très veloutée, avec un goût de pâtisserie plaisant mais insistant. Heureusement la finale montre une vigueur très saine, de la fraîcheur et de la précision, qualités qui laissent penser que le vin s'affinera avec le temps. Un style "moderne" intelligent, très confortable mais respectueux du fruit et du terroir.

 

 

47. Italie : Vigneti Delle Dolomiti Rosso – Foradori « Granato » 2006

(100% Teroldego Rotaliano). Vignes de 35 ans. Éboulis alluvionnaires mêlant granites, ardoises et calcaires. Fermentations en cuves ouvertes. Élevage de 18/20 mois en fûts.

DS14,5 - PC14 - LG14 - PR14,5 - MF14,5 - MS14 - EG14,5. Note moyenne : 14,3

Robe très colorée, purpurine. Intensément fruité au nez, très propre, légèrement animal et boisé. Expression assez linéaire au nez comme en bouche, fruit concentré et net, toucher très rond malgré la vivacité et la discrétion de l'alcool, souple. J'ai connu cette cuvée plus riche en caractère ; pensé à un lagrein ou à un dolcetto.

 

 

48. Italie : Dolcetto d’Alba – G.D. Vajra – Dolcetto d'Alba "Coste & Fossati" 2006

(100% Dolcetto). Vieilles Vignes, terrain marneux. Macérations longues pour un Dolcetto. Vinifié et élevé en cuve.

DS14,5 – PC14,5 - LG14,5 - PR14 - MF14 - MS14 - EG14. Note moyenne : 14,2

Robe aussi purpurine que la précédente. Nez de surmaturité, une large et belle confiture de cerise qui peut évoquer la Vénétie, avec aussi des notes de mûre, de figue et, plus surprenantes de pâte de coing ; on note également un côté éthanal (amande fraîche) évoquant certains tannats de Madiran en surmaturité... Sec en bouche, droit et complet, moins riche et velouté que le nez ne le laissait présager, belle saveur de figue et de réglisse ; l'alcool imprime sa marque en finale.

 

 

49. Italie : Chianti Classico – Martini Di Cigala "San Giusto a Rentennano" 2006

(95% Sangiovese / 5% Canaiolo). Sols d’une grande variété de composants, argiles, craie, sédiments volcaniques. Fermentations 15 jours en cuves inox et ciment. Élevage de 10 mois en foudres de chênes et ½ muids (20%).

DS15 - PC15 - LG15 - PR15 - MF15 - MS15 - EG14,5. Note moyenne : 15

Robe assez pâle par rapport aux deux précédentes. Nez ouvert, avec un fruité plus délicat que les deux vins « nordistes » que nous venons de goûter, mais aussi des notes d'élevage sensibles, lactiques. Matière souple mais vertébrée par une forte acidité, une certaine austérité, belle longueur et expression déliée.

 

 

50. Italie : Colline Lucchesi Rosso – Tenuta di Valgiano "Tenuta di Valgiano" 2007

(Cépages : 60% Sangiovese / 20% Syrah / 20% Merlot). Vieilles vignes de 40 ans. Marnes argilo-calcaires acides. Égrappage puis foulage au pied. Fermentations en petits foudres. Passage gravitaire en fûts de chêne (- de 20% neuf) pour élevage de 15/18 mois.

DS16 - PC16 - LG15,5 - PR16,5+ - MF16,5 - MS16 - EG16. Note moyenne : 16,1

Robe à nouveau très dense, dominante pourpre. Olfaction très expressive, charmante et appétissante, beaucoup de fruit frais et une note de poivre blanc évoquant fortement la syrah. On retrouve cette belle qualité de fruit en bouche, beaucoup de fraîcheur poivrée, une saveur légèrement végétale (cabernet franc ?...), un grain fin et tonique. Belle réussite, une certaine parenté stylistique avec le Trévallon d'Eloi Dürrbach.

 

 

51. Italie : Nebbiolo d’Alba – Luciano Sandrone – Nebbiolo d’Alba "Valmaggiore" 2006

(Cépage : 100% Nebbiolo). Coteaux sableux de granites décomposés. Macérations de 8 jours en cuve. Malo et élevage d’un an en ½ muids, puis un an en bouteille.

DS16 – PC15,5 - LG15+ - PR16,5+ - MF16,5 - MS16 - EG15,5. Note moyenne : 15,9

Robe plutôt pâle, tonalité orangée du nebbiolo. Ouvert et franc au nez, séducteur aussi, avec ses notes florales (iris...) et légèrement confites. Très beau grain en bouche, saveur et présence, à la fois terrien et épicé, de la finesse et des tannins savoureux.

 

 

52. Italie : Barbaresco – Azienda Sottimano – Barbaresco "Cottà" 2006

(Cépage : 100% Nebbiolo). Vignes de 45/55 ans. Marnes argilo calcaires très pauvres de Neive. 15 jours de macération – Fermentations malo-actiques en barriques bourguignonnes (25% neuves) puis élevage de 18/20 mois en barriques de 2 à 4 vins.

DS14 – PC(14)? - LG14,5 - PR14 - MF14,5 - MS(14) - EG14. Note moyenne : 14,1

Robe un peu orangée, plutôt légère, comme la précédente. Nez ouvert, disponible, mais dominé par des senteurs camphrées et mentholées (eucalyptus) trop présentes à mon goût, surtout pour ce type de vin. Matière vive, assez raide, tannique et chaleureuse en finale ; beaucoup de tout, pas fondu, et dominé par des arômes un peu disgracieux. Difficile à comprendre en l'état...

 

 

53. Italie : Etna Rosso – Tenuta delle Terre Nere – "Feudo di Mezzo II Quadra" 2006

(98% Nerello Mascalese et Nerello Cappucio). Vignes de 60 à 80 ans. Cendres volcaniques. 10/15 jours de macération puis élevage de 18 mois en fûts de chêne (25% neuf).

DS15,5 – PC15,5/16 - LG15,5 - PR15+ - MF16 - MS16 - EG15. Note moyenne : 15,5

Robe mate, beau dégradé de rubis. Nez puissant, expressif, immédiatement séducteur, floral, cassis et mûres confiturés mais sans pesanteur, subtiles nuances fumées, goudronnées, empyreumatiques (la lave et/ou le fût ?...). Douceur et piquant en bouche, fruité velouté, expression bien différente des vins précédents, très belle texture qui ne se raidit ni ne s'enflamme au contact d'une richesse alcoolique certaine, le toucher reste aérien. Caractéristique de ce « goût d'Etna », fumé, goudronneux, que j'ai pu individualiser dans plusieurs belles cuvées en Sicile il y a quelques mois (Vinupetra de Salvo Foti, Benanti, Passopisciaro, Cottanera...), ici en version séductrice et assez « cosmopolite ».

 

 

54. Italie : Chianti Classico - San Donatino (Maria Cristina Diaz) "Poggio Ai Mori" 2006

(80% Sangiovese, 20% Canaiolo)

DS15,5+ - PC15/15,5 - LG14,5 - MF16,5 - MS15,5 - EG15,5. Note moyenne : 15,5

Beau rouge sang. Nez profondément fruité, un peu sauvage, camphré et animal, plein de vie, agreste. Bouche dense mais alerte, beau jus très vif et franc, encore assez indompté. Du vin !

 

 

55. Italie : Aleatico Passito dell’ Elba Rosso – Azienda Mola "Aleatico dell’ Elba" 2006

(Cépage : 100% Aleatico). Terrasses argilo-calcaires à fossiles en surplomb de la mer. Passerillage hors souche, fermentation baies entières puis presse. Une partie élevée en fût, l’autre en cuve ;

DS15,5 – PC16 - LG15,5/16 - MF15,5 - MS15,5 - EG16. Note moyenne : 15,7

Robe rubis sombre, beaucoup de dépôt. Beaucoup de fruits rouges écrasés au nez, frais, piquant, leste. Bouche très agréable, sucre abondant mais pas sirupeux, alcool très discret (13,5°) dans cette pimpante corbeille fruitée, jolie structure fine et tonique.

 

 

56. Italie : Orvieto - Cava Antica 2007

(100% Trebbiano Toscano soit Ugni Blanc)

Échantillon bouchonné.

 

 

57. Italie : Rosso Del Veronese – Masi - Serego Alighieri « Possessioni » Rosso 2002

(84% Corvina, Rondinella, Molinara (Serego Alighieri clone), 8% Sangiovese, 8% Merlot).

Origine : Gargagnago di Sant'Ambrogio di Valpolicella, mis en bouteille par Masi.

DS13 - PC14 - LG13 - MS14 - EG13,5. Note moyenne : 13,5

Nez fruité, évolué avec ses notes de cuir, de tabac, de figue, de noyau, de kirsch.

Bouche capiteuse, ferme, manquant un peu de gras. Corvina fait sens mais on aurait également pu se décider pour du du grenache (Châteauneuf ou Priorat).

 

 

58. Italie : Sicile – Cantina Colosi « Nero d’Avola » 2008

(100% Nero d’Avola)

DS13 - PC14,5/15 - LG(13) - MS14 - EG14,5. Note moyenne : 13,9

Un nez rappelant un VDN du Roussillon : fleurs, gelée de myrtilles/groseilles, menthe. On peut aussi penser Cahors.

Bouche gentillette (service minimum sur la structure), clairement sucrée, que j'ai imaginée issue de Priorat.

 

 

59. Italie : Valpolicella Classico Superiore Ripasso – Stefano Accordini «  Acinatico » 2006

(Corvina Veronese 60% , Corvinone 15%, Rondinella 20% Molinara 5%)

DS14 - PC14 - LG14,5. Note moyenne : 14,2

Robe violacée, intense.

Le nez émet d'emblée des notes aromatiques évoquant à la fois le brûlé et le sucré : crème et bourgeon de cassis, cacao, violette, fumée. Paille et volutes mentholées en sourdine également, pour diriger vers un malbec argentin (pouvant peu ou prou se comparer à un grenache, assez ferme au palais).

Bouche dense, sensiblement sucrée. Equilibre et buvabilité potables sans plus. Comme la veille, personne ne devinera le cépage corvina du Vénéto (les choix se porteront plutôt sur Vacqueyras ou le Languedoc). Une bouteille riche mais manquant d'élégance, qui se boit toutefois un peu mieux que celle croisée la veille au soir

 

 

60. Italie : Brunello di Montalcino Riserva – Il Poggione 1988

(100% Sangiovese du vignoble "Le Paganelli" planté en 1964)

DS14,5 - PC15 - LG13,5/14. Note moyenne : 14,4

Olfaction assez délicate, bien mûre, apportant des senteurs de cerise, d'épices, de fleurs, de marc, de châtaigne (ce dernier indice caractéristique, très transalpin (au Nord de la Botte du moins), devenant plus flagrant une  fois le vin révélé).

Trame tannique inflexible, effectivement plus de sangiovese que de grenache (alors que l'impression aromatique emporta plusieurs dégustateurs vers Châteauneuf - mais l'on sait qu'il existe des grenaches peu veloutés et dans cette région et en Roussillon). Je trouve personnellement la finale un peu sèche (mais peut-être est-ce dû au fait que je ne suis pas très familier de la topologie de ce cépage).

 

Rappel : Brunello di Montalcino Il Poggione 1988 : 15,5/16 – 5/9/08
Bouquet de caractère, mesuré, fin, distingué : fruit préservé (cassis), Viandox, tabac, amande, feuilles de menthe fraîche. Bouche cohérente, très sérieuse, avec du tannin et de l’acidité (mais sans brutalité même si le vin reste un tout petit peu rêche), un poil austère. Vitalité aristocratique.

 

 

61. Italie : Chianti Classico Riserva – Fattoria di Felsina «  Rancia » 1999

(Sangiovese très majoritaire)

DS17 - PC17 - LG16,5/17 - MS16,5. Note moyenne : 16,8

Rouge sang brillant, légèrement dépouillé, petit nuance brune en bordure. Nez piquant, racé, articulé avec des notes de graphite et de café qui peuvent évoquer le Médoc... mais aussi des inflexions vers la farine de châtaigne, la terre battue et le fumé ; initialement timide, le fruit tend à ressortir à l'aération. Bouche serrée, fumée, avec des tannins fermes mais très fins, une acidité vive, presque tranchante, mais surtout un grand fruité alerte et sanguin, qui s'exprime de plus en plus librement au fil de la dégustation.

 

 

62. Italie : Barolo – Giuseppe Rinaldi « Cannubis-San-Lorenzo/Ravera » 1999

(100% Nebbiolo)

DS18 - PC18 - LG17,5/18 - MS18. Note moyenne : 17,9

Robe profonde pour un nebbiolo, grenat intense et nuancé, peu des reflets orangés. Nez magnifique, éthéré, floral, qui livre immédiatement (contrairement au chianti de Felsina) un fruit intense et suggestif, riche des nuances attendues de goudron, d'iris, de violette... On retrouve cette remarquable qualité de fruit en bouche, cette classe et cette "gourmandise" (le mot est mal choisi, c'est un barolo, qui garde une certaine austérité, qui reste malgré tout sur son quant à soi), on en oublie presque la forte charge tannique (mais des tannins fins, d'un naturel parfait). Évidence rare et grand respect du raisin, vin abouti  : un point pour les longs élevages en foudre.

 

 

63. Italie : Barolo – Roberto Voerzio "Brunate" 1997

(100% Nebbiolo)

DS15,5 - PC15,5 - LG15 - MS15. Note moyenne : 15,3

Belle robe assez dense, nettement orangée en bordure. Nez puissant, diversifié et aromatique, mais au fruité beaucoup moins spontané (et moins présent) que le vin de Rinaldi : nuances florales, empyreumatiques et de quinquina sur un fond presque surmûr. Matière veloutée, intense, légèrement confite, chaleureuse, finale tannique manquant de fraîcheur.

 

Rappels :

a. Italie : Barolo – Roberto Voerzio "Brunate" 1997 - 08/08/2009 (LG)

DS14 - PC(14,5) - LG14,5 - MS14,5 - MF14,5 - VM15. Note moyenne : 14,4

Fruit très mûr pour des notes soutenues de cacao, de fleurs, de cerise, d'amande, de menthe. Subtile trace disgracieuse de colle scotch.

Bouche massive, tannique, avec un soupçon de sucre restant. Une production haut de gamme (Voerzio comme le Dugat-Py du Barolo ?), extrême, ne faisant pas dans la dentelle, qui plus est un peu dénaturée par les faveurs du millésime ?

b. Italie : Barolo - Roberto Voerzio "Brunate" 1997 : 14/10/2005 (PC)

DS16 – PC16 – MS15 – JP16,5. Note moyenne : 16

Robe très dense, bords bruns orangés.

Nez assez fin, varié, expressif. On sent de la confiture de groseille, de mûre, du goudron, des épices, de la viande fumée, avec une acidité volatile présente qui amène de la complexité.

La bouche est tannique, serrée, viandée, prodigue en nuances aromatiques, virile, engagée mais élégante.

c. Italie : Barolo – Roberto Voerzio "Brunate" 1997 - 23/1/2003 (PC)

DS13,5 – PP13,5 – PC14 – LG13 – JP12,5 – TK13. Note moyenne : 13,5

Encore une robe fournie, avec des reflets plus bruns qu’orangés.

Premier nez réduit (camembert), puis un fruit très mûr (myrtille), compoté, massif, monolithique.

Très dense, tannins serrés manifestant une certaine raideur. Un bâti puissant, sans charme ni personnalité pour l’instant – à revoir.

 

 

64. Italie : Barolo - Sandrone "Cannubi Boschis" 1997

(100% Nebbiolo)

DS16 - PC16 - LG15,5 - MS16,5/17. Note moyenne : 16,1

Robe solaire, évoluée, bordure brune. Nez de belle ampleur, confit, un peu lactique, puis à l'aération davantage fruité et épicé. Bouche suave, juteuse, veloutée, saveur d'amande et de cerise confite ; plus de finesse structurelle que dans le vin de R. Voerzio, mais une présence alcoolique très importante, vraiment solaire...

 

Rappels :

a. Italie : Barolo - Luciano Sandrone "Cannubi Boschis " 1997 – 14/10/05 (PC)

DS17 – PC16,5 – MS17 – JP17. Note moyenne : 17

Robe dense, brunie, qui paraît évoluée.

Le nez est plus frais que ne la robe ne le laisse supposer, complexe et fondu, avec une captivante floralité qui monte à l'aération, complétée par des notes épicées et viandées.

Le fruit est encore plus expressif en bouche qu'au nez ; on ressent beaucoup de fraîcheur malgré sa maturité confiturée. La trame, très suave et élégante, assez souple pour un Barolo, est assez bourguignonne dans l'esprit. Énormément de charme et d'ampleur, mais apparemment moins de typicité dans les arômes et la structure que dans d'autres vins goûtés ce soir, y compris parmi les "modernistes".

b. Italie : Barolo – Luciano Sandrone "Cannubi Boschis" 1997 – 23/01/03 (PC)

DS15 – PP14 – PC14 – LG14,5 – JP14 – TK14,5. Note moyenne : 14

Aspect dense avec quelques reflets orangés.

Nez intense mais assez simple : cerise, tabac, pointe viandée (viandox, sauce soja).

Le fruit apparaît nettement confit, solaire, confinant au caramélisé, avec des saveurs assez prenantes de cachou et de goudron ; la finale semble un peu mince, avec de la chaleur et une acidité volatile marquée.

 

 

 

 

A SUIVRE...


France, Italie:
2009_09 et_10 251 vins du monde - Partie 1 - Ancien Monde: 
251 vins du monde - partie 1 Ancien Monde


Espagne, Portugal:
2009_09 et_10 251 vins du monde - Partie 2 - Ancien Monde: 
251 vins du monde - partie 2 Ancien Monde


Allemagne, Angleterre, Suisse:
2009_09 et_10 251 vins du monde - Partie 3 - Ancien Monde: 
251 vins du monde - partie 3 Ancien monde


Autriche, Hongrie, Roumanie, Bulgarie, Ukraine, Georgie, Maroc, Liban:
2009_09 et_10 251 vins du monde - Partie 4 - Ancien Monde: 
251 vins du monde - partie 4 Ancien Monde


USA, Mexique, Argentine, Chili:
2009_09 et_10 251 vins du monde - Partie 5 - Nouveau Monde: 
251 vins du monde - partie 5 Nouveau Monde


Afrique du Sud, Australie, Nouvelle-Zélande, Chine:
2009_09 et_10 251 vins du monde - Partie 6 - Nouveau Monde: 
251 vins du monde - partie 6 Nouveau Monde


Conclusion :
2009_09 et_10 251 vins du monde - Conclusion :
251 vins du monde - Conclusion 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Vous êtes ici : Accueil Dégustations Thématiques Appellation / Région / Pays 2009_09 et_10 251 vins du monde - Partie 1 - Ancien Monde