2003_04_17 Amarone

Un intéressant aper­çu, qui donne envie d'aller plus avant à la rencontre de ces vins rouges issus de raisins passerillés. Le compte rendu sur le lien suivant :


Amarone, passerillages et quelques pirates

 

Le jeudi 17 avril 2003

 

 

Synthèse des commentaires de dégustation : Pierre Citerne.

 

  • Quelques commentaires de contexte :

  • Une dégustation préparée par Pascal Perez et accueillie par Amandine et Eric Cuestas au “Temps des Vendanges”.

  • Les vins sont dégustés à l'aveugle, préalablement carafés.

  • Nombre de dégustateurs : 13

  • DS : Didier Sanchez - LG : Laurent Gibet - PC : Pierre Citerne - PP: Pascal Perez.

 

  • Ordre de dégustation :

  • 1. Bruno Giacosa – Barolo « Le Rocche del Falletto di Serralunga » 1997 :

DS13 – PP14,5 – PC15/15,5 – LG14. Note moyenne : 14

  • Cépage Nebbiolo

  • Robe grenat translucide, brillante, peu d’intensité colorante.

  • Nez puissant, solaire, confit mais en même temps subtil : cerise amarena, cacao, épices ; acidité volatile présente.

  • Bouche longiligne, élégante dans le grain et l’allonge ; l’alcool renforce le côté solaire du vin (millésime ?) et fait ressortir une certaine sécheresse en finale.

 

  • 2. Triacca – Valtellina Sforzato 1999 :

DS15 – PP15 – PC15,5 – LG15. Note moyenne : 15

  • Nebbiolo passerillé.

  • Rubis diaphane et brillant.

  • Très ouvert au nez, sur le fruit, avenant et séducteur, une belle “corbeille” de fruits rouges compotés.

  • Bouche souple, dense et fine, grain velouté, beaucoup de plaisir, finale fumée élégante, peut-être un léger creux en milieu de bouche. Un nebbiolo considérablement adouci par le passerillage.

 

  • 3. Nino Negri – Valtellina « 5 stelle Sfursat » 1999 :

DS15,5+ – PP15,5 – PC15,5+ – LG15,5. Note moyenne : 15,5

  • Nebbiolo passerillé.

  • Rubis assez tendre, bords orangés.

  • Premier nez généreux mais dominé par l’élevage : boisé fumé, chocolat, fruits à l’alcool ; l’aération provoque une évolution favorable, libérant une cerise pure et profonde.

  • Belle matière, dense et tendue (acidité vivifiante et tannins serrés), encore marquée par l’élevage (café grillé en finale), mais longue et précise – un vin au potentiel évident.

 

 

  • 4. Allegrini – monovitigno corvina veronese IGT « La Poja» 1995 :

DS16 – PP17 – PC17 – LG17. Note moyenne : 17

  • Cépage Corvina non passerillé

  • Robe très dense, mate ; les bords violacés font penser à un vin plus jeune.

  • Nez puissant et vraiment original, déclinaison d’arômes qui va des fruits frais (mûre, sorbe) aux fruits confits et aux fruit secs (amande, panforte siennois), avec des notes complémentaires de marc de café, de clou de girofle, de goudron…

  • Bouche dense, profondément fruitée ; peu d’acidité par rapport aux trois nebbiolo précédents, grande longueur et structure harmonieuse. L’originalité du fruit semble s’exprimer sans entrave, imposant son moelleux et sa diversité aromatique.

 

  • 5. Allegrini – Amarone della Valpolicella Classico 1998 :

DS16,5 – PP17 – PC16,5+ – LG16,5+. Note moyenne : 16,5

  • Cépages Corvina, Rondinella et Molinara passerillés

  • Robe rubis dense et jeune.

  • Nez très puissant, encore monolithique, très beau fruit, confit mais frais, marqué par des notes d’amande, avec une acidité volatile perceptible.

  • Matière très dense, veloutée, charnelle, léger sucre résiduel bien intégré ; le fruit reste frais et précis malgré une présence alcoolique chaleureuse.

 

  • 6. Primo Estate - Mac Laren valley Coonawara Cabernet Sauvignon/Merlot "Joseph Moda Amarone" 1998 (Australie) :

DS15,5 – PP16 – PC16,5 – LG16. Note moyenne : 16

  • Rubis vif et brillant.

  • Nez mentholé, confit, très original, profond ; l’eucalyptus domine l’expression aromatique (ce qui aurait pu nous mettre sur la voie de l’origine australienne de ce vin…), notes complémentaires intéressantes de truffe et de graphite.

  • Attaque veloutée, le fruit dense et expressif s’exprime avec beaucoup de gourmandise ; l’alcool (14,5%) est bien intégré. Les tannins semblent un peu plus secs que dans le vin précédent.

 

  • 7. Tedeschi – Amarone della Valpolicella «La Fabriseria » 1997 :

DS** – PP** – PC** – LG**. Note moyenne : E.D.

  • Cépages Corvina, Rondinella et Molinara passerillés.

  • Bouchonné.

 

  • 8. Romano Dal Forno – Amarone della Valpolicella « Vigneto di Monte Lodoletta » 1996 :

DS18 – PP18 – PC18 – LG18. Note moyenne : 18

  • Cépages Corvina, Rondinella et Molinara passerillés.

  • Robe impressionnante, très profonde, noire.

  • Le nez, d’une puissance et d’une profondeur rares, est un véritable puits de fruits, ourlé de notes de cacao et d’amande.

  • Bouche énorme, superlative ; la fraîcheur de la matière est vraiment étonnante pour un vin aussi riche en fruit, en mâche et en alcool (17,5%). La cohérence et la pureté de ce géant devraient lui préparer un avenir glorieux.

 

  • 9. Giuseppe Quintarelli – Amarone della Valpolicella Classico Superiore « Monte Ca Paletta » 1995 :

DS15 – PP15,5 – PC15,5 – LG16. Note moyenne : 15,5

  • Cépages Corvina, Rondinella et Molinara passerillés.

  • Robe rubis mate, bords grenat.

  • Nez intense mais réservé et presque austère, fruits confits, amande (biscuits amaretti), fleurs fanées, pointe de champignon et d’humus.

  • Matière bien présente en bouche, structure nette, développement sérieux avec une certaine retenue aromatique. La présence marquée de sucre résiduel tend à alourdir la finale. Ce vin, beaucoup moins explosif, pâtit du voisinage avec le précédent.

 

  • 10. Speri – Amarone della Valpolicella Classico « Vigneto Monte Sant’Urbano » 1993 :

DS14,5 – PP16 – PC17 – LG16,5. Note moyenne : 16

  • Cépages Corvina, Rondinella et Molinara passerillés.

  • Robe profonde présentant un début d’évolution, bordure grenat.

  • Beau nez, partagé entre un fruit profond, sanguin, évoquant la cerise amarena, et des notes humiques de feuilles mortes, de champignons, de truffe.

  • Concentré et cohérent en bouche, avec un léger sucre résiduel qui contribue à amabiliser la perception de la matière ; le fruit montre une grande vitalité.

 

  • 11. Masi – Amarone della Valpolicella « Campolongo di Torbe » 1990 :

DS13,5 – PP14,5 – PC15 – LG16. Note moyenne : 14,5

  • Cépages Corvina, Rondinella et Molinara passerillés.

  • Robe plus évoluée, teinte nettement orangée.

  • Nez tertiaire disert évoquant le thé fermenté, les feuilles mortes, la menthe, le champignon ; on sent aussi des notes alliacées et balsamiques.

  • Matière qui tient sur l’acidité et les tannins, savoureuse et relativement concentrée mais un peu usée ; le fruit évoque la groseille. L’alcool ressort en finale.

 

 

  • Conclusion

  • Un intéressant aper­çu, qui donne envie d'aller plus avant à la rencontre de ces vins rouges issus de raisins passerillés.

  • Dal Forno confirme sa réputation avec un vin impressionnant qui domine sans partage la dégustation ; les deux vins d’Allegrini sont superbes ; les deux sfurzat et le vin australien constituent des découvertes remarquables. Les deux “grands anciens” Giacosa et Quintarelli déçoivent légèrement, malgré des vins intéressants. Parmi les deux vins un peu plus évolués, le très bel amarone de Speri présente plus de profondeur et de vitalité.

 

 


Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir