2004_11_19 Savennieres

Dégustation thématique sur l'appélation Savennières. Le compte rendu est disponible sur le lien suivant :


Savennières : jeunes et vieux millésimes.

Vendredi 19 novembres 2004

 

 

 

Dégustation préparée par Didier Sanchez et commentée par Christian Declume et Jacques Prandi.

 

 

  • Quelques commentaires de contexte :

  • Nous poursuivons la dégustation du vendredi 5 novembre en abordant quelques vieux millésimes.

  • Les vins ne sont pas dégustés à l'aveugle.

  • Nombre de dégustateurs : dix sept.

  • DS : Didier Sanchez – PC : Pierre Citerne – JP - Jacques Prandi – CD : Christian Declume.

 

 

  • Ordre de dégustation :

 

Savennières secs :

1. Savennières : Nicolas Joly 1999:

DS14,5 – PC15 –JP13,5 – CD13,5. Note moyenne du groupe : 14,5 - Prix : 16 €

  • Robe dorée avec des reflets cuivrés et gris. Le nez est plutôt faible pour le moment avec des parfums de pomme mûre, mirabelle et patisserie. La bouche est courte, manque de matière, un peu simple, certainement fermée.

 

2. Savennières : Nicolas Joly "Becherelle" 1997 :

DS14 – PC14 –JP14 – CD15. Note moyenne du groupe : 14 - Prix : 16 €

  • Robe dorée avec des reflets gris. Nez de marc de raisin, pommes cuites, pâtisserie, coing ainsi qu’une pointe de poivre. L’ensemble est riche, intense, complexe et très mûr. En bouche, l’ensemble est frais avec une belle acidité. Cette fraîcheur ne correspond pas à ce que l’on pouvait attendre d’après le nez.

 

3. Savennières : Nicolas Joly "Becherelle" 1996 :

DS16 – PC16 –JP16 – CD16. Note moyenne du groupe : 16 - Prix : 16 €

  • Robe jaune paille à reflets verts. Nez de craie, pierre, puis de fruits blancs, asperge, poire. En bouche on a tout d’abord une sensation minérale, serrée, puis du miel et de la verveine, belle acidité et une bonne longueur finale sur la pomme et le minéral. Très bel équilibre.

 

4. Savennières Roche-aux-Moines : Nicolas Joly "Clos de la Bergerie"1995 :

DS15,5 – PC15 –JP15 – CD14,5. Note moyenne du groupe : 15 - Prix : 18 €

  • Robe dorée. Nez faible sur la pierre et le marc de raisin. En bouche, on retrouve les agrumes mûrs, de la pomme, une bonne impression de maturité, de densité, avec une bonne fraîcheur mais peu de longueur et un peu de chaleur en fin de bouche. Vin à boire.

 

5. Savennières : Château de Chamboureau (Soulez) 1990 :

DS13,5 – PC12,5 –JP13,5 – CD14,5. Note moyenne du groupe : 13 - Prix : 18 €

  • Robe dorée. En olfaction, ce sont des parfums de pomme fugaces et une perception minérale persistante, aussi du miel et tilleul. En bouche, on retrouve une acidité un peu agressive et une certaine amertume. L’ensemble est plutôt simple sur le plan aromatique. Vin qui paraît jeune.

 

6. Savennières : Domaine du Closel "Clos du Papillon" 1990 :

DS15,5 – PC15/15,5 –JP15,5 – CD15. Note moyenne du groupe : 15,5 - Prix : 15 €

  • Robe dorée. Nez de mandarine, pomme cuite, mirabelle, pâtisserie, pain grillé. En bouche sensation de volume et de richesse, assez simple tout de même. L’acidité semble limite et on retrouve la minéralité et une persistance sur les fruits blancs.

 

 

7. Savennières Roche-aux-Moines : Château de Chamboureau (Soulez) 1990 :

DS13,5 – PC13,5 –JP13,5 – CD14. Note moyenne du groupe : 13,5 - Prix : 23 €

  • Robe vert clair avec des reflets gris. Nez de fruits mûrs (pomme mûre, abricot, prune), marc de raisin, cire. Bouche avec une dominante minérale, une impression de petite matière, la fin de bouche est lâche et laisse ressortir l’alcool, sans doute un vin en déclin. Décevant en bouche par rapport au nez.

 

8. Savennières : Domaine du Closel "Clos du Papillon" Cuvée spéciale 1989 :

DS16 – PC16 –JP16 – CD15. Note moyenne du groupe : 16 - Prix : 25 €

  • Robe dorée soutenue. Nez discret, asperge et un peu de fruit. Bouche minérale, à la fois mûre et fraîche, agrumes, avec une belle densité, et un très bon équilibre. Dommage que le nez reste en retrait mais le vin parait encore très jeune.

 

9. Savennières Roche-aux-Moines : Château de Chamboureau (Soulez) 1989 :

DS15 – PC14 –JP15,5 – CD15. Note moyenne du groupe : 15 - Prix : 23 €

  • Robe jaune intense. Beau parfum de pommes mûres, sensation olfactive minérale et végétale. Belle maturité en bouche avec du volume, de la longueur, de la fraîcheur, une grosse minéralité mais un peu d’alcool qui ressort en finale.

 

Savennières 1/2 secs :

10. Savennières : Château de Chamboureau (Soulez) "Moelleux" 1990 :

DS14,5 – PC14,5/15 –JP14,5 – CD14. Note moyenne du groupe : 14,5 - Prix : 23 €

  • Robe dorée soutenue. Au nez c’est la mandarine, le litchi et la rose qui dominent. L’attaque en bouche est celle d’un demi sec avec des goûts de fruits secs. Petite longueur. Vin agréable et bien fait mais sans complexité, à voir cependant en accompagnement culinaire gastronomique.

 

11. Savennières : Château de Chamboureau (Soulez) "Moelleux" 1989 :

DS15,5 – PC15,5 –JP15,5 – CD16. Note moyenne du groupe : 15,5 - Prix : 23 €

  • Robe dorée. Nez faible de tilleul, agrumes, poire, prune, avec un peu de poivre. La bouche est plus longue et plus tendue que le précédent avec une dominante sur le caramel qui persiste. Bon équilibre matière/fraîcheur.

 

Savennières liquoreux :

12. Savennières : Château de Chamboureau (Soulez) Chevalier Buhard Cuvée d'Avant 1997 :

DS15 – PC15 –JP15 – CD15. Note moyenne du groupe : 15 - Prix : 28 €

  • Robe dorée. Nez d’agrumes confits, pomme, coing. Puissant et assez long, équilibré en bouche, sensation sucrée, finit sur les fruits exotiques et sur une impression de fraîcheur mais avec une pointe de chaleur Vin qui s’améliore à l’aération.

 

Conclusion :

  • Un peu de déception par rapport à la dégustation précédente, quelques années de vieillissement ne mettent pas toujours en valeur les vins. Dommage que nous n’ayons pas pu juger de l’évolution des vins du domaine Baumard.

  • Un bon niveau qualitatif moyen, avec des vins qui sont certainement plus à l’aise à table qu’en dégustation pure.

  • Les modifications apportées à la vinification et à l’élevage (mise en place des « cuvée d’avant ») par P. Soulez au château de Chamboureau depuis les années 95-96 sont très perceptibles dans les vins qui ont énormément gagné en qualité. Les millésimes récents sont bien plus complexes et plus intéressants.

  • Savennières ressort comme un grand terroir de vins secs. Les demi-secs et liquoreux goûtés, même quand ils étaient bien travaillés, restent sans génie et sans grand intérêt.

  • Parmi les vins de Nicolas Joly, la Coulée de Serrant est vraiment à part par son caractère extrême et sa puissance qui peut dérouter.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir