2008_04_01 Entrainement RVF Didier Sanchez

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (2008_04_01_Entrainement_RVF_Didier_Sanchez_photos_4.pdf)Compte Rendu avec photos[ ]1485 Ko


 

Club toulousain In Vino Veritas

Entraînement au championnat de France RVF

de dégustation à l’aveugle

Mardi 01 avril 2008

 

 

 

 

Dégustation proposée par Didier Sanchez et commentée par Philippe Ricard pour la séance de l’après-midi et Laurent Gibet pour celle du soir.

 

 

 

Quelques commentaires de contexte :

Tous les échantillons ont été stockés dans une cave de service, à température adaptée, 5 jours avant notre rendez-vous.

La dégustation se déroule en deux phases : l’après-midi à 14h00 puis le soir à 19h00.

Le compte-rendu détaille les impressions de chaque phase.

Entre autres causes, une aération de 5 heures (dans la bouteille rebouchée en position verticale) peut expliquer les variations dans les appréciations.

Les notes de Didier Sanchez, présent l’après-midi et le soir, reflètent ces fluctuations.

Les verres utilisés sont les «Expert» de Spiegelau.

DS : Didier Sanchez – LG : Laurent Gibet – PR : Philippe Ricard – MS : Miguel Sennoun – CD : Christian Declume

 

 

Ordre de dégustation

(Nombre total de dégustateurs : 11)

 

 

 

Les grandes cuvées du Champagne Canard-Duchêne

 

 

1. Champagne Canard-Duchêne Brut Blanc de Blancs "Cuvée Charles VII" NM

100% Chardonnay - 12°

L’après-midi : DS13,5 - PR13,5 - CD13,5. Note moyenne AM : 13,5

  • Robe très claire, blanchâtre, aux reflets gris.

  • Profil fermentaire (yaourt, levure, brioche), assez réduit, s’ouvrant lentement sur l’amande fraîche, la pomme ainsi que quelques notes crayeuses.

  • Attaque sur une effervescence assez grossière, matière presque aphone : ensemble austère, simplement frais et minéral, sans charme ni signature noble.

 

Le soir : DS12,5 - LG13,5 - MS(Non goûté). Note moyenne SOIR : 13

Nez sur les fleurs, la pomme et le citron.

Bouche trop dosée, « collante », à la bulle accaparante. Une tenue minérale ténue et un profil monocorde, sans grande classe.

 

 

2. Champagne Canard-Duchêne Brut "Cuvée Charles VII" NM

(45% Pinot Noir/10%, Pinot Meunier, 45% de Chardonnay) - 12°

L’après-midi : DS14 - PR14 - CD14. Note moyenne AM : 14

  • Robe tout aussi pâle, aux reflets gris timides.

  • Présentation avare, fermée, sur quelques notes de pomme et de fleurs blanches.

  • Toujours ces bulles trop présentes, mais un corps un peu plus gras, plus rond, apparemment plus mûr, sans davantage de race pour autant.

 

Pour ces deux vins, Crémant de Loire ou Blanquette de Limoux étaient plus facilement évoqués.

 

Le soir : DS12 - LG12,5 – MS(Non goûté). Note moyenne SOIR : 12,3

Nez évoquant la limonade, avec un soupçon de champignons. Fruité, peu racé.

Bouche acide, citronnée. La bulle envahit la bouche de manière désagréable. Expression approximative, peu plaisante. On a pensé, comme dans le cas précédent, à de possibles pétillants de chenin.

 

 

 

Les vins blancs de Savoie, Loire, Jurançon, Irouléguy, Bordeaux, Sancerre

 

 

 

3. Vin de Savoie "Abymes" : Domaine Viallet Pierre 2006

100% Jacquère - 11°

L’après-midi : DS13,5 - PR13 - CD14. Note moyenne AM : 13,5

  • Robe paille claire, teintée de touches verdâtres.

  • Nez sympathique et frais : pamplemousse, citron, pomme, pêche blanche.

  • Bouche simple mais aimable, à l’expression mesurée, fraîche, assez dynamique.

 

Le soir : DS13,5 - LG13,5 - MS13. Note moyenne SOIR : 13,3

Nez muscaté peu loquace : fleurs, abricot, guimauve, réglisse.

Bouche honnête mais relativement chétive, sur de l’amertume (amande), assez faible et un brin fadasse. Goûts de pomme verte et de citron, pour une finale saline.

 

 

4. Roussette de Savoie "Marestel" : Château de la Mare 2005

100% Altesse - 12°

L’après-midi : DS14 - PR14 - CD15. Note moyenne AM : 14,3

  • Robe assez épaisse, jaune claire aux reflets lumineux.

  • Profil olfactif fourni : baba au rhum, crème catalane, pêche jaune, pomme au four, genêts.

  • Matière assez dodue, profitant de la gourmandise d’un léger résiduel, sans toutefois prendre le pas sur l’acidité. Finale épicée, de longueur satisfaisante.

 

Le soir : DS14,5 - LG15 - MS14,5. Note moyenne SOIR : 14,7

Nez restituant des notes de guimauve, de citron, de coing, de miel. Bouche harmonieuse, de longueur satisfaisante. Belle amertume au service d’un vin bien conçu, plutôt long et fin ; équilibre conféré par de l’acidité et un agréable frétillement minéral. Notablement plus de présence et de vie que dans le vin précédent.

 

 

5. Vouvray : Domaine Huet "Le Mont" 2006

100% Chenin - 12,5°

L’après-midi : DS16 - PR16 - CD16. Note moyenne AM : 16

  • Robe très claire, paille aux reflets argentés.

  • Délicats effluves : fleurs blanches, fruits de la passion, craie, fougère, herbe fraîche forment un ensemble aérien assez précis.

  • Bouche harmonieuse, pleine, avec même un certaine ampleur, mais sans exubérance : finit sur une impression minérale sous-jacente, discrète. Le vin est encore en retenue.

 

Le soir : DS16 - LG15+- MS15,5/16. Note moyenne SOIR : 15,6

Senteurs d’agrumes (citron, citron vert), de poire mûre, d’amande. Bouche sur la réserve, avec une certaine richesse. Résolument mutique (vin de potentiel).

 

 

6. Coteaux du Loir : Domaine de Bellivière Vieilles Vignes Eparses 2005

100% Chenin - 14°

L’après-midi : DS15,5+ - PR15 - CD15. Note moyenne AM : 15,2

  • Robe jaune clair aux pointes dorées.

  • Expression ambivalente : impressions végétales (asperge, radis, herbe mouillée) et richesse quasi exotique (ananas, rose) se mêlent sans retenue. Nez résolument à part.

  • Bouche sphérique, déliée, expansive, offerte, jonglant entre la gourmandise d’un résiduel affirmé et un caractère plus exclusif, puissant. Finale étirée, épicée.

 

Un vin qui ne peut laisser indifférent.

 

Le soir : DS15,5 – LG(12) - MS13,5. Note moyenne SOIR : (13,7)

Nez au caractère végétal forcené (asperge, germe de pomme de terre). Impression poussiéreuse et un soupçon de caramel. Etrange, en résumé (et certainement moins quand on découvrira le géniteur de cette cuvée personnelle sans compromission).

La bouche confirme ce caractère insolite. Elle est relativement alcooleuse, sucrée. D’un poids et d’une longueur certains, elle reflète un vin d’auteur encore plus difficile à juger sans connaître son origine. Pour les uns, sucre intrusif, dans un registre un tantinet vulgaire (genre pinot gris sucraillon, le cul entre 2 chaises) et profil bancal. Pour les autres, caractère et persistance. A associer à des asperges, probablement !

 

 

7. Sancerre : Domaine Tissier 2006

100% Sauvignon - 12,5°

L’après-midi : DS14 - PR14 - CD14,5. Note moyenne AM : 14,1

  • Robe très claire, paille, aux reflets vert et argent.

  • Expression sincère et puissante du cépage sauvignon, un rien variétal : buis, bourgeon de cassis, fleurs blanches.

  • Mariage d’austérité végétale (fougère, herbes fraîches) et minérale (craie, calcaire) dans un ensemble certes droit et frais, mais manquant tout de même d’épaules.

 

Le soir : DS13,5 - LG13 - MS13,5. Note moyenne SOIR : 13,3

Robe blanche contribuant à désigner le cépage.

Le nez confirme : buis, citron, fleurs de fruitiers, sans entrave boisée.

Bouche facile, simple, fraîche. Variétale, poids plume, et le calibre modeste d’un Ménetou-Salon (ou d’un petit Sancerre).

 

 

8. Pessac-Léognan : Château de Fieuzal 2004

Sauvignon 50%/Sémillon 50% - 13°

L’après-midi : DS13 - PR13 - CD13. Note moyenne AM : 13

  • Robe jaune clair aux reflets dorés assez vifs.

  • Nez distinctif de bien des Pessac : boisé fort (beurre, noisette, crème pâtissière, grillé), expression sauvignonne puissante (buis, cassis) doublé d’évocation du sémillon très mûr, un peu pataud.

  • Ensemble mûr, ample, expressif, mais langoureux, manquant de raffinement, de sincérité, de race.

 

Le soir : DS12 - LG12 - MS12. Note moyenne SOIR : 12

Nez ennuyeux car couvert de bois. On y trouve quelques senteurs de vanille, de fruits exotiques (ananas en conserve), de citron, de menthol, de guimauve, de réglisse, d’eucalyptus dans un ensemble peu naturel (et peu primesautier).

Bouche aux goûts comme gâchés (pour le moment ?), restant fade. Les Bordeaux blancs continuent à me décevoir.

 

 

9. Jurançon Sec : Clos Castet 2004

100% Gros Manseng - 12,5°

L’après-midi : DS14,5 - PR14,5 - CD14,5. Note moyenne AM : 14,5

  • Joli jaune aux reflets dorés.

  • Ça pète ! Mandarine, orange, pomelo, ananas, pomme, miel s’expriment ouvertement.

  • Matière gaie, chantante, mêlant maturité et acidité, avec une pointe d’amertume : pas de mollesse, ni de sucre, mais un vin franc.

 

Le soir : DS14 - LG14 - MS14,5. Note moyenne SOIR : 14,2

Nez discret rappelant l’eau de vie de poire, le citron vert et l’anis.

Bouche assez typée, fruitée, portée par l’acidité du cépage.

 

 

10. Irouleguy : Domaine Brana 2005

Petit Courbu/Gros Manseng - 13,5°

L’après-midi : DS13 - PR13 - CD13. Note moyenne AM : 13

  • Robe lumineuse, jaune clair.

  • Nez fermé, timides notes d’amande : c’est le soufre qui domine.

  • Semblant de consistance, mais acidité citrique (pamplemousse jaune, citron) et profil aromatique pauvre.

 

Le soir : DS13 - LG13 - MS13. Note moyenne SOIR : 13

Entrée en matière réduite, soufrée. Boisé léger sur des notes de végétal, de crème fraîche. Lacune aromatique du courbu.

Bouche monotone, peu plaisante en raison d’une acidité grinçante (citron vert). On a pu penser à un petit chablis.

 

 

 

Les vins de Chardonnay

 

 

11. Arbois Chardonnay : Domaine de la Tournelle Les Corvées Sous Curon 2004

100% Chardonnay - 12,5°

L’après-midi : DS14 - PR13,5 - CD14. Note moyenne AM : 13,8

  • Robe jaune aux reflets or.

  • Assez sobre, le nez lâche quelques notes de fleurs blanches, pomme verte, marc de raisin.

  • Bouche à l’acidité pointue, doublée d’une légère amertume : vivacité sympathique, mais expression assez austère.

 

Le soir : DS14 - LG14 - MS14. Note moyenne SOIR : 14

Nez relativement capiteux : cidre, végétal, citron, poivre blanc, infusion.

Bouche tonique, longiligne, livrant assez peu mais à la nervosité appréciable. Du fond et un caractère un poil rancioté pour orienter vers cette région.

 

 

12. Arbois Chardonnay : Domaine Tissot Stéphane "Les Bruyères" 2004

100% Chardonnay - 13,5°

L’après-midi : DS15 - PR15,5 - CD15. Note moyenne AM : 15,1

  • Robe jaune clair aux reflets dorés.

  • Noble réduction grillée, avec des traces de beurre etde noisette.

  • Ampleur, puissance, densité, mais aussi acidité toute jurassienne qui distingue ce vin de ses voisins bourguignons. Finale longue et fraîche.

 

Le soir : DS14 - LG13,5 - MS14,5. Note moyenne SOIR : 14

Nez de chardonnay grillé (végétal, citron, pointe minérale).

Bouche manquant de relief (je la trouve ce soir un peu malingre), acide, monocorde. Les vins de Tissot vieilliraient-ils un peu vite ?

 

Rappels :

Arbois Chardonnay : Domaine Tissot Stéphane "Les Bruyères" 2004 : 20/3/08 (par Laurent Gibet)

DS14  - LG14,5  - MS15 - CD15. Note moyenne : 14,6

Nez de chardonnay un peu boisé, grillé : végétal, citron, citron vert, granny-smith, épices, curry.

Pour les amis d'IVV qui dégustent avec moi et qui ont souvent goûté les vins de Tissot, cette cuvée semble évoluer un peu vite. Ils apprécient sa force. Pour moi, l'harmonie n'est pas vraiment au rendez-vous, avec une acidité prononcée, pas trop d'éclat de fruit et une substance relativement brusque (rustaude ?).

Arbois Chardonnay : Domaine Tissot Stéphane "Les Bruyères" 2004 : 28 novembre 2006 (par Philippe Ricard)

DS AM16,5 - DS SOIR16,5/17 – PC16,5 - MS17 - JP16,5 - CD15,5 - PR16. Note moyenne AM : 16 et SOIR : 16,7

  • Robe claire, paille aux reflets or et verts, brillante, assez fluide.

  • Nez encore un peu fermé, marqué par un joli grillé, des notes beurrées.

  • Bouche à l’attaque davantage marquée par l’alcool, mais toujours aussi fraîche. Corps parfaitement ciselé, droit, avec une matière encore une fois remarquable, mais qui ne se livre pas.

Le vin est non seulement fermé, mais pas encore bien en place (mise en bouteille 1 mois plus tôt).

Cependant le potentiel est colossal !

 

 

13. Pouilly Fuissé : Domaine Ferret "Tournant de Pouilly, Hors Classe" 2004

100% Chardonnay - 13,5°

L’après-midi : DS15 - PR15 - CD15,5. Note moyenne AM : 15,1

  • Belle robe jaune plus soutenue, aux reflets or.

  • Boisé discret, grillé mesuré, ensemble harmonieux : pomme, beurre, noisette, brioche, vanille.

  • Jolie matière, avec du gras, du volume, du fond, une expression mûre, assez flatteuse : ensemble charmeur, non dénué de race.

 

Le soir : DS15,5 - LG15,5/16 - MS16. Note moyenne SOIR : 15,8

On a ici un net surcroît d’élégance grâce à des senteurs mûres de fruits blancs, d’agrumes et de fleurs.

Bouche grasse et fine à la fois, raffinée, pure. Réconfortant charmes floral et fruité.

 

 

14. Mâcon-Milly-Lamartine : Les Héritiers du Comte Lafon "Le Clos du Four" 2004

100% Chardonnay - 13°

L’après-midi : DS14,5 - PR14,5 - CD14,5. Note moyenne AM : 14,5

  • Robe jaune assez claire aux reflets dorés.

  • Olfaction mûre, sur les fruits blancs, un léger grillé en filigrane.

  • Bouche croquante, mettant en avant sa gourmandise, au détriment d’une certaine mollesse. Plaisant, à boire.

 

Le soir : DS14,5 - LG15 - MS14,5. Note moyenne SOIR : 14,7

Nez décidemment très végétal (petit pois). Notes fruitées et minérales (craie, coquillage) tout de même.

Bouche aux saveurs bien prolongées, avec peut-être un petit supplément d’alcool condamnable. Caractère végétal confirmé (par rapport à la visite au domaine en mars 2006, même si à l’époque, Pascal avait tenu à exprimer que les expressions végétales étaient surtout très marquées sur le mâcon, le mâcon Milly-Lamartine et le mâcon Uchizy Maranches du même millésime).

 

Rappels :

Mâcon-Milly-Lamartine : Les Héritiers du Comte Lafon "Le Clos du Four" 2004 : janvier 2008

DS14 – PC(14) - LG13,5 – MS(14) . Note moyenne : (13,9)

Nez aux nuances oxydatives : pomme au four, ananas, menthe, citron, réglisse.

Bouche souple, avec un soupçon de sucre résiduel. Le caractère végétal est très acceptable (estompé par rapport à la dégustation au domaine en mars 2006). Un peu d’amertume, un beau retour acide en finale pour un vin facile, qui semble ici évoluer un peu vite (ces goûts prononcés de pomme blette). La proximité avec les beaux Meursault Vireuils et Tessons Clos de mon Plaisir 2004 de Roulot lui rend tout de même la tâche difficile.

 

Mâcon-Milly-Lamartine : Les Héritiers du Comte Lafon "Le Clos du Four" 2004: 9/10/07 (par Laurent Gibet) - 13/20

Ce qui frappe d'emblée, c'est l'excès des notes végétales (petit pois frais, asperge). La bouche n'est pas trop satisfaisante qui reprend ces goûts peu coquets. Expression déliée pour un peu d'amertume. Mieux goûté au domaine en mars 2006 (le Clos de la Crochette 2004 et le Clos du Four 2004 semblaient alors moins marqués par le végétal que les 3 premières cuvées - Mâcon Villages, Mâcon Milly-Lamartine, Mâcon-Uchizy « Les Maranches »).

 

Mâcon-Milly-Lamartine : Les Héritiers du Comte Lafon "Le Clos du Four" 2004 : 9/10/07 (par Philippe Ricard)

DS14 - PC14,5 - LG13 - PR14 - CD13,5 . Note moyenne : 13,8

  • Robe limpide, fluide, jaune clair, reflets verts.

  • Fraicheur et élégance discrète au nez : citron, noisette, grillé, pointe verte plus ou moins marquée selon les dégustateurs.

  • Matière mûre, ouverte, grasse mais sans mollesse : boisé encore présent, beurre, grillé, noisette, notes lactiques, pointe végétale. Assez simple, mais offert.

 

Mâcon-Milly-Lamartine : Les Héritiers du Comte Lafon "Le Clos du Four" 2004 : mars 2006 (par Pascal Perez)

LG15,5 – PP15,5 – JP15,5. Note moyenne : 15,5

Nettement au dessus des précédents par ses arômes complexes et intenses (fruit extraverti : orange, exotique), sa pureté minérale, sa tension et sa longueur.

 

 

 

15. Meursault 1er cru : Domaine Germain "Les Charmes" 2004

100% Chardonnay - 13,5°

L’après-midi : DS16,5/17 - PR16,5 - CD16. Note moyenne AM : 16,4

  • Robe jaune aux reflets dorés.

  • A l’ouverture, le nez semble assez discret, affichant de classiques notes de grillé, noisette, fleurs, avec précision.

  • Révélation plus évidente en bouche : du poids, de la complexité, du volume, dans un équilibre irréprochable. Longueur remarquable.

 

Le soir : DS17 - LG16,5/17 - MS17. Note moyenne SOIR : 16,9

Orgue aromatique classique, racé, encore relativement simple mais irréprochable en termes de pureté et de définition. Exhalaisons de noisette, d’agrumes, de fleurs blanches et une discrète minéralité sous-jacente appropriée.

Prestance indéniable dans un corps bien constitué, assez brillant, séveux. Dans cette série, un vin sas vers le monde des grands vins. Possédant de la hauteur, il illustre parfaitement les capacités spécifiques du cépage chardonnay.

 

Rappel : Meursault 1er cru : Domaine Germain "Les Charmes" 2004

LG16 - PP16 - JP16. Note moyenne : 16

Robe paille soutenue.  Le nez est original avec des notes de mirabelle, d’anis et de menthol. Il est aussi le plus minéral de la série. La bouche est douce, marquée aussi par la mirabelle et l’anis. La finale est minérale mais la puissance reste moyenne.

 

 

16. Chablis 1er cru : Dauvissat "La Forest" 2006

100% Chardonnay - 13°

L’après-midi : DS16 - PR16 - CD15. Note moyenne AM : 15,6

  • Robe jaune aux reflets dorés et verdâtres.

  • Profil aromatique sérieux, mais racé : notes de réduction (croûte de fromage), iode, coquille d’huître, pomme.

  • Matière stricte : acidité tranchante, sensation calcaire austère. Vin serré, sans grande concession, tendu vers l’avenir. Grande longueur.

 

Le soir : DS16 - LG15+ - MS15,5. Note moyenne SOIR : 15,5

Premier nez réduit (œuf, fromage - encore parasites mais sans inquiétude). Il s’époussette assez bien tout en restant strict et représentatif : agrumes, coquille d’huître, propolis, fleurs blanches, minéral.

Bouche austère, logiquement moins arrondie que celle du Charmes. Un vin en tension, de beau potentiel.

 

 

17. Pirate. Anjou : Domaine Leroy Les Noëls de Montbenault 2005

100% Chenin - 13,5°

L’après-midi : DS16 - PR16 - CD14. Note moyenne AM : 15,3

  • Jolie robe jaune aux reflets or.

  • Olfaction puissante, ample, offrant toute la déclinaison des senteurs de la pomme, du cidre à la pomme au four, avec aussi le coing et une pointe de rhum ambré.

  • Assise large, musclée, bouche pleine, riche, enrobante, mais où la fraîcheur toute ligérienne sait faire écho à cette générosité de matière. Finale longue, rémanente.

Un Noëls de Montbenault en forme.

 

Le soir : DS15,5 - LG14,5/15 - MS15,5. Note moyenne SOIR : 15,3

Nez intéressant : rhum, raisin sec, tarte tatin, poire. Tendance baroque, sans bois et sans lourdeur.

Bouche citronnée, de caractère. On a pensé à un chenin leste, sur Savennières. Très différent en l’état de celui trouvé lors des 2 dégustations précédentes.

 

Rappels :

Anjou : Domaine Leroy Les Noëls de Montbenault 2005 : 4/3/08

DS14? – LG(14,5). Note moyenne (14,3)

Nez boisé offrant des senteurs un peu lourdes et lactées : racines (suze), poire au sirop, citron, menthe (initialement fenouil pour évoquer un vin sudiste), poivre blanc, pomme (un petit côté cidre).

En bouche, on devine une matière première de qualité, travaillée avec soin (à la bourguignonne, avec élevage et malolactique) mais cette sève épaisse et capiteuse (à la limite de l’adiposité) se révèle peu entraînante. Jugement analogue à celui de la dégustation du 5/7/07. Ce vin réticent se goûte moins bien après réchauffement dans le verre et ne convainc pas notre petite assemblée. Il faudra suivre son évolution car en l’état, le style paraît vraiment forcé.

Anjou : Domaine Leroy Les Noëls de Montbenault 2005 : 5/7/07 en séance d’après-midi (par Philippe Ricard) : 15,5/20

  • Robe d’épaisseur moyenne, paille avec quelques timides reflets dorés.

  • Nez intense, assez simple à ce stade car, si le fruit arrive à s’exprimer (pomme, poire), il reste encore sobre, quelque peu bridé par une minéralité sous-jacente, un rien austère, ainsi qu’un léger boisé (vanille, camphre).

  • Bouche très fraîche, bien équilibrée, mûre, fruitée (pomme, abricot, pêche jaune), mais encore dominée par une fermeté, une austérité minérale. Le vin reste très droit, tendu, très fin, mais un brin sévère. La finale s’étire longuement sous ce profil minéral.

A ce stade, le vin ne dévoile pas encore de gourmandise ou de générosité : il reste campé sur sa minéralité, sa droiture. Promis à un très bel avenir…

 

Anjou : Domaine Leroy Les Noëls de Montbenault 2005 : 5/7/07 en séance du soir (par Laurent Gibet) : 14,5+/20 ?

Boisé sensible mais sans excès absolument condamnable. Notes fermentaires un peu seules de fruit (pomme, poire), de menthe, et un poil d’oxydation (accompagnant bien le vin). Bouche concentrée, taciturne, pour le moment un peu « incarcérée » dans une gangue minérale et boisée particulièrement austère, qui m’amène en l’état vraiment peu de plaisir (fermeté, tension). Faisons confiance à Richard Leroy pour penser que ces ressorts (paramètres de garde) sont judicieusement calibrés pour guider le vin dans les 10 prochaines années. Mes partenaires de dégustation sont assez confiants sur son avenir (du moins à moyen terme).

 

Anjou : Domaine Leroy Les Noëls de Montbenault 2005 : 5/4/07 : 14,5/15

Nez expressif, particulier, très complexe, proposant des odeurs multiples dont l’intensité est augmentée par de la volatile : beurre, épices, coing, anis, citron, miel, marc, verveine. On peut penser sur un tel caractère sauvage à Savennières. Bouche volumineuse, de fort caractère, encore très fougueuse, non dénuée de minéralité, incluant des goûts qui peuvent sembler manquer de netteté (vernis, végétal prononcé). Le bois s’exprime dans le verre vide. Décapant mais sa richesse insolite est ici plus satisfaisante que le mutisme du 2002 fort boisé bu il y a peu. Sera-t-on iconoclaste en imaginant que l’on trouve dans cette cuvée des signes précurseurs d’oxydation ?

 

 

 

Les vins de Marsanne/Roussanne/Grenache blanc/Clairette/Vermentino

 

 

18. Crozes-Hermitage blanc : Cave de Tain 2005

100% Marsanne - 12,5°

L’après-midi : DS12,5 - PR12,5 - CD14. Note moyenne AM : 13

  • Robe paille aux reflets gris vert.

  • Simplicité aromatique : pomme, cidre, guimauve.

  • Bouche assez grasse, mais sans rythme, limitée, à la finale tombante, sur des notes anisées.

 

Le soir : DS13 - LG13 - MS13,5. Note moyenne SOIR : 13,1

Notes de fruits blancs, de poivre blanc, d’anis.

Bouche dans un registre chaleureux et fade. Mollesse et platitude excessives la laissent bien anonyme.

 

 

19. Vin de Savoie Chignin-Bergeron Domaine André et Michel Quénard "Les Terrasses" 2006

100% Roussanne - 13°

L’après-midi : DS14 - PR14,5 - CD14. Note moyenne AM : 14,1

  • Robe jaune vif, dorée.

  • Senteurs épanouies : pomme, poire, fruits presque exotiques.

  • Vin tout en rondeur, bien en chair, avec même une pointe de résiduel, sur un registre plus généreux que complexe.

 

Le soir : DS14,5 - LG14 - MS14,5/15. Note moyenne SOIR : 14,8

Le cépage est ici bien plus aromatique : agrumes, fruits exotiques, amande.

Bouche simple mais charnue et fruitée, fraîche avec un petite pointe amère loin d’être désagréable. Plus de goût et plus de joie que dans le Crozes (plus de persistance également).

 

Rappel : Vin de Savoie Chignin-Bergeron Domaine André et Michel Quénard "Les Terrasses" 2006 : octobre 2007 (par Philippe Ricard)

DS13,5/14 - PC14 - LG14 - PR13 - CD13 . Note moyenne : 13,6

  • Robe limpide, fluide, jaune clair aux reflets verts.

  • Nez assez simple, mais frais et expressif : caractère floral dominant, notes de pamplemousse.

  • Expression aimable, un rien fluette, d’une matière élégante, à l’expression facile et ouverte : floral explosif, poire, léger muscaté, c’est très sympa, aérien, bien fait.

 

 

20. Châteauneuf-du-Pape blanc : Château de Beaucastel 2006

Roussanne 80%, Grenache blanc 15%, autres 5% - 14°

L’après-midi : DS14,5 - PR14 - CD13,5. Note moyenne AM : 14

  • Robe jaune plus terne.

  • Ensemble doucereux, mûr : pomme, poire, amande, nougat.

  • Matière puissante, un rien langoureuse, manquant d’entrain, à la signature sudiste. Finale sur l’amertume, l’anis, le thym. Un certain fond, mais révélation modeste.

 

Le soir : DS13,5 - LG13,5 - MS13,5/14. Note moyenne SOIR : 13,6

Panoplie aromatique spiritueuse : poire très mûre, fleurs capiteuses, gingembre (dont on relèvera principalement le goût).

Bouche (encore ?) peu révélée, replète, avec un taux d’alcool un peu désappointant.

 

 

21. Palette : Château Simone 2005

Clairette 80/ Grenache Blanc 10/ Ugni Blanc 6/ Bourboulenc 2/Muscats Blancs 2 - 13°

L’après-midi : DS14,5/15 - PR14,5 - CD13,5. Note moyenne AM : 14,3

  • Robe or.

  • Nez assez déroutant : réduit (animal, basse-cour), fermentaire (levure).

  • Bouche qui s’apprécie par sa texture, généreuse, grasse, bien tendue par un duo amertume-acidité un rien décapant, davantage que par son identité aromatique, peu causante.

 

Le soir : DS14,5/15 - LG14 - MS15. Note moyenne SOIR : 14,6

Nez peu défini marqué par de l’alcool et du bois, légèrement baroque. Notes peu variées : pomme, raisin sec.
Bouche élancée mais peu explosive. Ce qui est plus ennuyeux, c’est qu’une acidité un peu forte nuit pour le moment à l’harmonie d’ensemble.

 

 

22. Vin de Pays de L'Hérault : Daumas-Gassac 2005

Chardonnay et Viognier majoritaire puis Petit Manseng et Chenin - 13°

L’après-midi : DS(12) – PR(12) - CD13,5. Note moyenne AM : (12,5)

  • Robe jaune aux reflets verts-dorés.

  • A l’ouverture, le nez est complètement bloqué par le soufre.

  • Bouche destabilisante, douteuse pour certains : grasse, sans grand tonus, voire un peu lourde, elle reste aphone, juste étirée en finale par une touche d’amertume.

 

Le soir : DS14 - LG14 - MS14. Note moyenne SOIR : 14

Notes de fruits blancs, de citron, de fenouil. Léger picotement nasal.

Bouche fruitée mais un peu alanguie, particulièrement charnue avec une finale amère.

 

Rappels :

Vin de Pays de L'Hérault : Daumas-Gassac 2005 : Novembre 2006 (par Philippe Ricard) : 15/20

  • Nez explosif, très charmeur : notes fleuries des plus expressives, touche miélée. Intense, frais, parfaitement primaire.

  • Attaque suave, corps rond, avec une belle matière, toujours aussi fleurie, avec cette touche de miel qui tapisse la bouche en conférant une sensation assez grasse, mais aussi un abricot bien dessiné (viognier). La finale est harmonieuse, toujours sous le signe du charme.

Vin gourmand par excellence.

Vin de Pays de L'Hérault : Daumas-Gassac 2005 : Juin 2007 (par Philippe Ricard) : 15/20

  • Le nez est maintenant davantage en retenue, moins démonstratif, mais toujours sur une belle expression aromatique primaire : fleurs blanches, corbeille de fruits (pomme, pêche, abricot, banane). Tentant !

  • Très peu d’évolution en bouche si ce n’est une expression aromatique plus précise. Toujours cette rondeur, ce gras, un volume généreux et une gourmandise évidente. Mais le vin reste frais, digeste, ce qui est à souligner.

Toujours aussi gourmand, toujours sans grande complexité, il exprime par contre un netteté aromatique impeccable et toujours plaisante à table.

 

 

23. Vin de Pays de L’Hérault : Domaine Mas Jullien 2005

Grenache blanc et Carignan blanc, puis Chenin, Roussanne, Viognier, Clairette et Manseng - 13°

L’après-midi : DS16,5 - PR16,5 - CD15,5. Note moyenne AM : 16,2

  • Robe claire, paille aux reflets vert.

  • Belle noblesse grillée, qui meursaulte quelque peu : beau réduit, noisette, beurre, champignon, poire.

  • Bouche salivante, séveuse, complexe, jouant sur son volume autant que son équilibre. Longueur saisissante. Joli numéro.

 

Le soir : DS15,5 - LG14,5 - MS14,5. Note moyenne SOIR : 14,8

Un nez un peu chablisien (agrumes, grillé, réglisse, pomme, poire), initialement réduit. Peu causant avec une présence de bois encore nette.

Bouche pas trop facile à cerner, non dénuée d’acidité.

 

Rappels :

Vin de Pays de L’Hérault : Domaine Mas Jullien 2005 : 21 Juin 2007 en séance d’après-midi (par Philippe Ricard) :16,5/20

  • Robe très claire, tout juste paille, avec des reflets vert. Brillante, un peu épaisse.

  • Très noble nez signé d’une réduction des plus classe, avec en plus des notes de beurre, de toast, de brioche, de noisette. Frais et intense, il m’emmène volontiers vers la Côte de Beaune et Meursault !

  • Bouche grasse et fraiche (belle acidité), tendue, sur les agrûmes, les fruits blancs, un toucher superbe (élevage magnifiquement soigné et mesuré), belle finale. Le vin est assez réjouissant malgré un manque de complexité aromatique à ce stade : il impose une classe certaine.

Impossible de l’imaginer ailleurs qu’en Côte de Beaune : un Grand Vin blanc du Sud…

Vin de Pays de L’Hérault : Domaine Mas Jullien 2005 : 21 Juin 2007 en séance du soir (par Laurent Gibet) : 13/20

Nez gras (rillettes), avec du fond, pour des senteurs de fleurs blanches, de vanille, d'agrumes, de pomme verte, avec un soupçon de guimauve. Bouche bancale, commençant joufflue mais terminant acide, avec un boisé qui ressort fortement. Pensé à un vin du mâconnais. A revoir plus particulièrement !

 

 

24. Vin de Pays des Côtes Catalanes : Domaine Gauby "Le Soula" 2005

40% Grenache blanc, 30% Sauvignon, Maccabeu, Roussanne, Marsanne, Vermentino, Chenin - 13°

L’après-midi : DS15,5 - PR15,5 – CD15. Note moyenne AM : 15,3

  • Robe jaune dorée.

  • Nez qui envoie ! Pâtisserie, brioche, crème catalane, pomme, poire mûre, épices douces. Belle générosité !

  • Charme immédiat : rondeur, résiduel, gourmandise, le tout relevé d’une pointe acide qui apporte la tenue nécessaire.

 

2005 semble avoir apporté au Soula une maturité et une générosité de matière que je ne lui avais jamais connues jusqu’alors.

 

Le soir : DS14,5 - LG14,5 - MS15. Note moyenne SOIR : 14,7

Effluves fruités et épicés : poire, abricot , guimauve, poivre, gingembre.

On note en bouche une certaine ampleur de chair, de l’amertume et une présence sucrée (un peu comme dans le cas de vieille vignes éparses 2005 de Bellivière, en moins prononcé toutefois)

 

 

25. Patrimonio blanc : Domaine Leccia 2005

100% Vermentino - 13°

L’après-midi : DS14 - PR13 - CD13,5. Note moyenne AM : 13,5

  • Robe assez claire, paille aux reflets grisés.

  • Ensemble renfrogné : notes de pierre, d’hydrocarbure.

  • CO² éphémère, cédant rapidement la place à une bouche assez massive, certes avec du fond, mais contenu.

 

Le soir : DS14 - LG13,5/14 - MS14. Note moyenne SOIR : 13,9

Nez dégagé offrant de la guimauve, de l’anis, des senteurs minérales et terpéniques.

Bouche assez pleine, peu amène, légèrement amère. Ferme et fraîche.

 

Rappels :

Patrimonio blanc : Domaine Leccia 2005 : 22 janvier 2008 (par Laurent Gibet)

DS14,5+ - LG14,5 - MS14,5 - Note moyenne : 14,5

Nez un peu ambigu, alignant des senteurs de fromage, de fruits blancs, de miel, d’agrumes, de végétal … (chenin ?, chardonnay ?).

Bouche un peu amère qui se laisse boire sans difficulté. Peu généreuse en goûts.

Patrimonio blanc : Domaine Leccia 2005 : 9 octobre 2007 (par Philippe Ricard)

DS15 - PC14,5/15 - LG15 - PR14 - CD14 . Note moyenne : 14,6

  • Robe limpide, fluide, paille clair aux reflets gris-jaunes.

  • Nez assez strict, mais de la prestance : légèrement iodé, pointe végétale, mais aussi fleurs blanches, miel d’acacia.

  • Bouche assez austère, serrée, sur sa fraîcheur acide : pamplemousse, fenouil, floral prononcé. Belle rigueur.

A noter que contrairement aux millésimes plus anciens, ce vin n’a plus de CO² résiduel, signature des vins qu’Yves Leccia avait vinifiés au domaine familial jusqu’au 2004.

Depuis, il a créé son propre domaine E Croce, où il a reproduit cette caractéristique…

Patrimonio blanc : Domaine Leccia 2005 : 26/6/07 (par Laurent Gibet) : 13,5/14

Opulence et dévoilement fruité : pomme, poire, menthe, guimauve, poivre, anis, herbes du maquis. Bouche limitée, un peu amère, durcie par une acidité prononcée.

 

 

Remarque (le soir) : des blancs du Sud bien copieux, manquant tout de même de raffinement (on suivra leur évolution avec intérêt).

 

 

 

Poulsard/Trousseau/Mondeuse/Syrah/Cabernet Franc/Cabernet Sauvignon

 

 

26. Côtes du Jura Poulsard : Domaine Ganevat "Allobroge Vieilles Vignes" 2006

100% Poulsard - 13°

L’après-midi : DS12 - PR12 - CD12. Note moyenne AM : 12

  • Robe fraise, pelure d’oignon, particulièrement claire. Caractéristique du cépage.

  • Hésitation entre forte réduction et expression (difficile) du poulsard : basse-cour, écurie, poivre. Tout sauf charmeur !

  • Bouche simple, à l’acidité aiguë, sans chair ni longueur.

 

Le soir : DS12 - LG12 - MS12. Note moyenne SOIR : 12

Robe vraiment claire pour aider à identifier le cépage.

Nez de pinot animal (sueur) : noyau, fourrure, herbes aromatiques. Poulsard ou sciacarello (il faudra attendre la mise en bouche et la sensation d’alcool pour progresser).

Bouche anodine, acide et brève.

 

 

27. Arbois Trousseau : Domaine de la Tournelle "Trousseau des Corvées" 2005

100% Trousseau - 12,5°

L’après-midi : DS12,5 - PR12,5 - CD12,5. Note moyenne AM : 12,5

  • Robe rubis aux reflets framboise, assez claire.

  • Première impression réduite (odeurs animales), puis fruits rouges, fraîcheur un peu végétale (ronce).

  • Attaque sur un léger CO², relayé par une acidité citrique : ensemble strict, froid, sans générosité.

 

Le soir : DS13 - LG13 - MS13. Note moyenne SOIR : 13

Nez exprimant le marc, la cerise confite, les fleurs.

Bouche champêtre, pour des goûts simples de noyau.

 

Petite indication visuelle pour ceux qui s’emmêlent les pinceaux à l’aveugle entre Poulsard et Trousseau : le premier est celui dont la couleur peut le plus se rapprocher de la pelure d’oignon tandis que le second évoque des teintes de Gamay.

 

 

28. Vin de Savoie : Chignin Mondeuse Domaine André et Michel Quénard "Vieilles Vignes" 2006

100% Mondeuse - 12°

L’après-midi : DS14 - PR14 – CD14. Note moyenne AM : 14

  • Robe violine, très sombre.

  • Présentation aromatique, fraîche, jeune : cassis, myrtille, violette, poivre, pointe de végétal, ronce.

  • Bouche montagnarde, acide, assez rustique, sans grande aimabilité de texture, mais avec un fond aromatique appréciable.

 

Le soir : DS14 - LG13,5 - MS14. Note moyenne SOIR : 13,8

Plus de fond olfactif ici : cerise confite, réglisse, noyau, poivre, rafle.

Bouche corsée possédant un supplément de longueur. Je penche plus pour une mondeuse que pour un Gamay en raison d’un tempérament piémontais, un tantinet rustique (avec un léger creux en milieu de bouche).

 

 

29. Saint-Joseph : Raymond Trollat 2004

100% Syrah - 12,4°

L’après-midi : DS13,5 - PR13,5 - CD14. Note moyenne AM : 13,7

  • Robe sombre, carmen.

  • Odeurs sympathiques de moût de raisin, voire de jus de raisin non fermenté, de fraise, réglisse, poivre, avec une pointe terreuse.

  • Bouche beaucoup plus dure, rétorse, avec de la sécheresse, des tanins accrocheurs, des notes végétales, de tabac froid. Rusticité « nature, à l’ancienne », sans flatterie.

 

Le soir : DSED - LGED - MSED. Note moyenne SOIR : ED

Goûts ratés (grenade pas mûre), pétillant, très amer.

 

Rappel :Saint-Joseph : Raymond Trollat 2004 : bu au domaine en Décembre 2007 (cr par Pierre Citerne)

Notes : DS14/13,5 - PC15/15,5 - LG14 - MS(Non noté). Note moyenne : 14,3

Frais, poivré, de la mâche, de la finesse, de la vigueur, surtout beaucoup de franchise.

 

 

30. Côte-Rôtie : Domaine Vincent Gasse "Vieilles Vignes" 2001

100% Syrah - 12°

L’après-midi : DS(13,5?ou ED) - PR13 - CD14. Note moyenne AM : (13,5 ou ED)

  • Robe très sombre, rubis assez terne.

  • Nez sobre, austère, terrien.

  • Bouche renfrognée, acide, asséchante, encore dans un style « brut de fonderie », sans artifice. Un fond indéniable, mais transmis difficilement.

 

Le soir : DSED - LGED - MSED. Note moyenne SOIR : ED

Bouchon irrémédiable dissuadant toute approche.

 

Rappels :

Côte-Rôtie : Domaine Vincent Gasse "Vieilles Vignes" 2001 : déc 2007

Notes : DS16/16,5 - PC16+ - LG16 - MS16,5. Note moyenne : 16,2

Robe assez dense.

Nez sur le fruit, discret mais profond et surtout très "nature", sans aucune ostentation.

Matière à l'avenant : franche, structurée, juteuse, sans fard.

Côte-Rôtie : Domaine Vincent Gasse "Vieilles Vignes" 2001 : 15,5/20 – 19/1/08

Nez frais déclinant des senteurs sans tapage : cassis, épices (poivre, genièvre), lard, violette, cachou, genièvre.
Bouche franche du collier, légèrement herbacée, peu sensuelle mais sobre et juste. Saveurs sans aucune afféterie mais indéniablement prenantes (quand un vin ressemble d’une certaine manière à son géniteur).

 

 

31. Saint-Julien : Château Gloria 2005

Cabernet Sauvignon 65/Merlot 25/Cabernet Franc 7 - 13°

L’après-midi : DS15,5+ - PR14,5(Potentiel de 16) - CD15. Note moyenne AM : 15+

  • Robe assez impénétrable, noire, prune-violine sur son disque.

  • Trilogie explosive : bois (intense mais noble : toasté, vanille, moka, réglisse), fraîcheur (notes végétales, ronce) et fruits mûrs (cassis).

  • Fraîcheur, force tannique, densité caractérisent une bouche encore trop jeune : approche encore asséchante, directe, mais à la structure bien en place. Un potentiel indéniable.

 

Le soir : DS15,5+ - LG15+ - MS15. Note moyenne SOIR : 15,2

Nez très bordelais : boisé, vanillé, avec des notes de moka, de cassis, de réglisse.

Bouche plutôt robuste mais fine, semblant issue de raisins très mûrs. Cela nous fait pencher pour 2005 bien entendu, encore en gestation (on ne peut lui reprocher cet état de fait).

 

 

32. Saumur-Champigny : Château du Hureau "Fevettes" 2005

100% Cabernet Franc - 14°

L’après-midi : DS15,5+ - PR15 - CD15. Note moyenne AM : 15,2

  • Robe toute aussi noire, juste prune sur son disque.

  • Nez plein fruit (cassis, myrtille), franc, à la fraîcheur un rien végétale.

  • Malgré un trame tannique encore austère, serrée, la matière dévoile une chair certaine, mûre, privilégiant un fruit charmeur. Finale fraîche, sur une nouvelle sensation végétale.

 

Le soir : DS15,5 - LG14,5+ - MS15,5. Note moyenne SOIR : 15,2

Notes de cassis, de café froid, de goudron

Bouche corpulente, d’une belle fraîcheur fruitée encore passablement compressée (le cépage et le millésime).

 

 

33. Chinon : Charles Joguet "Les Varennes du Grand Clos" 2005

100% Cabernet Franc - 13,5°

L’après-midi : DS15+ - PR14,5 - CD14. Note moyenne AM : 14,5

  • Robe noire, bords violine.

  • Olfaction intense et stricte de fruits noirs, poivron rouge, ronce, tabac.

  • Riche, puissant, mais encore renfrogné, non ménagé par une présence minérale austère et une force tannique asséchante pour certains.

 

Le soir : DS15,5/16 - LG15,5+ – MS16. Note moyenne SOIR : 15,8

De la verticalité dans ce nez fruité et minéral, très réglissé, aux inflexions végétales.

Bouche encore bourrue, concentrée, taillée pour l’aventure (un peu comme les 1989 ?).

Ici, le vin gagne clairement à être aéré.

 

 

 

 

Rhône Sud/Languedoc/Roussillon en rouge

 

 

34. Vin de Pays des Côtes Catalanes : Calvet-Thunevin "Cuvée Constance" 2005

Grenache 60%/Syrah 30%/Carignan 10% - 14,5°

L’après-midi : DS13 - PR13,5 - CD14. Note moyenne AM : 13,5

  • Robe très sombre aux bords de teinte prune.

  • Cerise confite, cassis, mûre, myrtille, maturité solaire, mais fraîcheur poivrée : style « rentre-dedans ».

  • Même générosité en bouche : force aromatique du grenache surmûri (griotte, kirch, noyau), riche, chaleureux, dans un style VDN sec.

 

Le soir : DS13 - LG13,5 - MS14. Note moyenne SOIR : 13,5

Notes de cassis, de fumée, de cerise confite, de poivre et de laurier.

Bouche rappelant un vin doux naturel, chargée en alcool, avec (me semble-t-il) un poil de sécheresse.

 

 

35. Côtes du Roussillon Village : Domaine Gauby "Les Calcinaires" 2006

Syrah 50%/ Mourvèdre 25%/ Grenache 15%/Carignan 10% - 13,5°

L’après-midi : DS14 - PR14 - CD14. Note moyenne AM : 14

  • Robe sombre, violine.

  • Nez mûr, trahissant une pointe d’alcool.

  • On est saisi par le contraste maturité apparente et acidité de matière, notes alcooliques et fraîcheur cinglante. Intéressant et déboussolant à la fois.

 

Le soir : DS13 - LG12,5 - MS13. Note moyenne SOIR : 12,8

Nez âcre dominé par des senteurs végétales et du marc.

Bouche paraissant manquer de maturité de fruit, bizarrement coriace (âpre, acide). Comme dans le cas du Côtes du Roussillon VV 2004 bu récemment, difficile d’adhérer à un tel style.

 

 

36. Coteaux du Languedoc : Domaine Mas Jullien 2004

Carignan 30/Syrah 30/Mourvèdre 30/Grenache 20 - 14°

L’après-midi : DS15,5 - PR15,5 - CD15. Note moyenne AM : 15,2

  • Robe sombre, bords prune.

  • Caractère olfactif évident : belle franchise fruitée, des notes de violette, viande fraîche, poivre.

  • Générosité gourmande et aromatique, séveuse, équilibrée, mûre, sur des notes languedociennes plus affirmées (olive, laurier), tout juste perturbée par une présence tannique en peu ferme.

 

Le soir : DS14 - LG13 - MS14. Note moyenne SOIR : 13,7

Nez direct et fruité (cerise), à la manière de certaines cuvées de Gramenon.

En bouche, on détecte a contrario de la rugosité dans une trame ferme, assez acide et comprenant pas mal d’alcool. Un vin à protéger de l’air, manifestement, car la dégustation du soir le montre fort bousculé.

 

 

37. Coteaux du Languedoc : Domaine de Montcalmès 2005

Syrah 60% /Grenache 20%/Mourvèdre 20% - 13,5°

L’après-midi : DS16 - PR16 - CD16. Note moyenne AM : 16

  • Robe moyennement sombre, rubis.

  • Nez élégant, stylé, frais : cerise, amande, noyau, réglisse, pivoine, on s’éloigne des standards languedociens.

  • Toucher précis, soyeux, plein de subtilité, jouant sur une partition pleine de fraîcheur et de pureté. C’est bon, tout simplement.

 

Le soir : DS15,5 - LG15,5 - MS15,5. Note moyenne SOIR : 15,5

Il y a de la joliesse et de la légèreté dans ce nez net et fin proposant de belles senteurs de fruit, de fleurs, d’olive noire, de poivre, de rafle.

Bouche réconfortante dans un style élégant, cohérent, qui semble savoir où il va. On imagine un « petit châteauneuf », parfaitement ajusté, distillant en finesse de bons goûts (il rappelle d’ailleurs le Côtes-du-Rhône 2005 de Charvin).

 

Rappel : Coteaux du Languedoc : Domaine de Montcalmès 2005 : Février 2008 à Vinisud (par Philippe Ricard) : 16/20

  • Nez sobre et élégant, sur un fruité épuré, un poil fermé.

  • Superbe délicatesse de texture qui me fait maintenant comprendre les nombreuses métaphores bourguignonnes faites à son sujet... Jus d’une finesse superlative (unique en Languedoc, à ma connaissance), il séduit par son élégance, sa pureté, sa précision, davantage que par sa personnalité aromatique, encore un peu timide. Donne envie de boire...

 

 

38. Saint-Chinian : Domaine Canet Valette "Maghani" 2001

Syrah/Grenache/Mourvèdre - 14,5°

L’après-midi : DS13 ? - PR13 ? - CD14. Note moyenne AM : 13,3

  • Robe très sombre, rubis profond.

  • Impossible de sentir autre chose que le bois et ses dérivés.

  • Riche, mais sans finesse, sous l’emprise du bois (vanille, cacao, eucalyptus), le vin ne renie pas un fond certain, mais s’exprime avec une certaine lourdeur, une accroche peu flatteuse. Fatigant.

 

Etonnante approche de ce vin, jamais bu ainsi, qui déroute un peu...

 

Le soir : DS13,5 - LG13,5 - MS14,5. Note moyenne SOIR : 13,8

Nez sauvage et rude délivrant des senteurs parcimonieuses et un peu brutales : pneu, camphre, minéral.

Bouche rêche, proche de celle d’un Bandol. Elle ne fait pas dans la dentelle dans cette configuration. Probablement dans un mode dégradé temporaire.

 

Rappels :

Saint-Chinian : Domaine Canet Valette "Maghani" : 31/10/06 (repas chez l’ami FB) : 14,5

Notes de figue rôtie, d’épices. Bouche concentrée, « bronzée », sans la férocité tannique du Maghani 95 heureusement (vinification adoucie). Mais en l’état, le vin manque singulièrement de grâce (pensé à un Rasteau).

Saint-Chinian : Domaine Canet Valette "Maghani" : Novembre 2005 (dégustation de St-Chinian 2001 préparée par Pascal Perez, cr par Laurent Gibet)

JP15,5 – PP15,5 – LG15,5+. Note moyenne : 15,5

Nez profond, boisé, qui convoque des senteurs abondantes : minéral, animal, fruits noirs, cerise confite, épices, goudron, cacao, rafle.

Bouche très serrée, ferme, à la sève minérale prometteuse (juteuse, fraîche, très nette), qui se développe puissamment et qui gagnera à vieillir encore au moins 5 années. Une belle matière première et un travail au chai très pensé, semble-t-il. Tannins poudreux selon Pascal.

 

 

39. Vacqueyras : Domaine Le Sang des Cailloux "Cuvée de Lopy" 2000

Grenache 75%/Syrah 25% - 13,8 °

L’après-midi : DS13,5 - PR14,5 - CD13,5. Note moyenne AM : 13,8

  • Robe très sombre, rubis dense, lumineux.

  • Impressions sudistes : kirch, garrigue, alcool.

  • Matière puissante, volumineuse, à la maturité solaire (pruneau, glycérol). Bonne longueur.

 

Le soir : DS14 - LG14 – MS13. Note moyenne SOIR : 13,7

Nez fruité souligné de groseille.

Bouche pointue, avec de l’astringence et une sensation alcooleuse. Un vin gaillard, qui ne démérite pas en termes de longueur mais peu nuancé.

 

 

40. Châteauneuf-du-Pape : Domaine du Vieux Télégraphe 2004

Grenache 65%/Mourvèdre 15%/Syrah 15% - 14,5°

L’après-midi : DS14,5/15 - PR15 - CD15. Note moyenne AM : 14,9

  • Robe assez sombre, rubis.

  • Présentation mûre, offerte : cerise, amande, laurier, marc.

  • Ensemble fin et juteux, bien en chair tout en étant structuré, encore un rien tannique mais réconfortant. Châteauneuf du Pape « raisonnable », sans excès de chaleur ou de modernisme.

 

Le soir : DS15 - LG15 - MS15. Note moyenne SOIR : 15

Senteurs sudistes complexes et fines typiques de l’appellation : baies roses, marc, cerise, fleurs, laurier.

Bouche soyeuse, capiteuse, constituée par un jus en fuseau fin, ensoleillé. Dans le même style mais plus convaincant que le 2000 goûté il y a peu (25 mars 2008), qui avait moins de chair et d’impact.

 

 

41. Châteauneuf-du-Pape - Domaine Charvin 2005

Grenache 82%/Syrah 8%/Mourvèdre 5% - 14,5°

L’après-midi : DS16,5+ - PR16,5 - CD16. Note moyenne AM : 16,3

  • Robe assez claire, au rubis un peu terne.

  • Senteurs éclatantes, pures, intenses : cerise, noyau, poivre, plantes aromatiques.

  • Belle présentation sur l’équilibre, le vin privilégiant la fraîcheur, la tension, la franchise aromatique. Jeunesse encore un peu stricte qui devrait s’épanouir avec le temps, s’appuyant sur un socle sérieux. Un classique réconfortant.

 

Le soir : DS16 - LG15+ - MS15. Note moyenne SOIR : 15,5

Nez très castelnovien semblant un peu fragile (peu protégé ? : grenadine, raisin de Corinthe) : cerise, épices, poivre, olive, laurier. Beaucoup de fraîcheur.

Une interprétation fruitée, déterminée, solide, retenue (alcool pour le coup mesuré).

 

 

 

Domaine René Muré en Vendanges Tardives

 

 

42. Pinot Gris Grand Cru : Domaine René Muré Clos Saint Landelin Vendanges Tardives 2001

100% Pinot Gris 12,5 °

Uniquement le soir : DS13 - LG14,5 - MS15,5. Note moyenne SOIR : 14,3

Nez rappelant la gentiane, le raisin de Corinthe, la verveine.

Bouche en style demi-sec, pour une impression tactile de peau de pomme. Liqueur très mesurée, fraîche, un tantinet amère, qui évoque celle d’un Vouvray demi-sec.

 

 

43. Riesling Grand Cru : Domaine René Muré Clos Saint Landelin Vendanges Tardives 2001

100% Riesling - 12 °

Uniquement le soir : DS13,5 - LG14 - MS15. Note moyenne SOIR : 14,2

Nez trahissant plus le cépage : agrume, terpénique, infusion de thym.

Bouche demi-corps, impersonnelle. Un tout petit peu plus d’impact et plus de typicité que dans le cas du Riesling sans monter aux nues.

 

Rappel :Riesling Grand Cru : Domaine René Muré Clos Saint Landelin Vendanges Tardives 2001 : déc 2002

Notes : DS16,5 - PC16/16,5 - PP16,5 - LG16. Moyenne : 16,25

Nez admirable en raison de cette expression ambitieuse conciliant le fruité, le floral et la minéralité. Encore discret mais prometteur, pas encore vraiment en place selon notre hôte. Bouche ample, intégrant parfaitement son sucre. On retrouve ici cette signature douce des vins du domaine. Fruit dominant (incluant de belles notes de fruits exotiques et de citron).

 

 

Remarque :2 VT hésitantes, peu typées et peu généreuses en goût.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Vous êtes ici : Accueil Dégustations Eclectiques 2008_04_01 Entrainement RVF Didier Sanchez