2008_04_29 Entrainement RVF Didier Sanchez

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (2008_04_29_Entrainement_RVF_Didier_Sanchez_photos_1.pdf)Compte Rendu avec photos[ ]1393 Ko

 

Club toulousain In Vino Veritas

Entraînement en vue du championnat de France RVF

de dégustation à l’aveugle

Mardi 29 avril 2008

 

 

 

La dégustation, préparée par Didier Sanchez est commentée par Philippe Ricard pour la séance de l’après-midi et Miguel Sennoun pour celle du soir.

 

 

Quelques commentaires de contexte :

Tous les échantillons ont été stockés dans une cave de service, à température adaptée, 10 jours avant notre rendez-vous.

La dégustation se déroule en deux phases : l’après-midi à 13h30 puis le soir à 18h30.

Les vins ont été ouverts au fur et à mesure de la séance de l’après-midi et présentés à l’aveugle, par série.

Le compte-rendu détaille les impressions de chaque phase.

Entre autres causes, une aération de 5 heures (dans la bouteille rebouchée en position verticale) peut expliquer les variations dans les appréciations.

Les notes de Didier Sanchez, présent l’après-midi et le soir, reflètent ces fluctuations.

Les verres utilisés sont les «Expert» de Spiegelau.

DS : Didier Sanchez – LG : Laurent Gibet – PR : Philippe Ricard – MS : Miguel Sennoun.

 

 

 

 

 

Ordre de dégustation

(Nombre total de dégustateurs : 10)

 

 

 

 

1ère série en 12 vins : expression des vins blancs secs de la Loire, du Pays Nantais vers le Centre.

 

 

1. Muscadet de Sèvre et Maine : Domaine de la Botinière 2006 - 12°

(Melon de Bourgogne 100%)

L’après-midi : DS13 - PR13 . Note moyenne AM : 13

  • Robe très claire, paille aux reflets gris lumineux.

  • Profil aromatique frais, mais sobre : pomme, fleurs blanches.

  • Bouche modeste, nerveuse, sans grand relief, légèrement verte en finale.

 

Le soir : DS13 - LG13 - MS13,5. Note moyenne SOIR : 13,2

  • Nez léger, frais tirant sur des arômes fermentaires, la pierre à fusil, la coquille d'huître.

  • Bouche bien sèche, saline, à l'amertume assez prononcée mais quelque peu mince.

 

 

2. Muscadet de Sèvre et Maine : Domaine de l'Ecu Expression D'Ortogneiss 2005 - 12°

(Melon de Bourgogne 100%)

L’après-midi : DS14 - PR14 . Note moyenne AM : 14

  • Robe claire, paille aux reflets gris.

  • Austérité et timidité olfactives : citron, calcaire, réduit.

  • Impression similaire en bouche : puissance et matière palpables mais encore bridées, expression aromatique limitée, finale amère qui souligne la tonalité austère de l’ensemble. En attente.

 

Le soir : DS14 - LG14 - MS14,5. Note moyenne SOIR : 14,2

  • Nez réduit au départ, plus puissant que le précédent mais présentant le même type d'arômes (coquille d'huître...).

  • Bouche longue, minérale, trop jeune et austère en l'état.

 

 

3. Anjou : Domaine Leroy Les Noëls de Montbenault 2005 - 13,5°

(Chenin 100%)

L’après-midi : DS14 - PR13,5 . Note moyenne AM : 13,8

  • Robe paille aux reflets jaune-doré.

  • Du muscle pour une présentation en force, soulignée d’impressions boisées. Très mûr (notes de pommes cuites, fruits au sirop), puissant, non dénué d’alcool.

  • Gras, opulence, sensation résiduelle soulignent largeur et poids en bouche, un peu outranciers. Conclusion sur une légère amertume et l’alcool redondant.

 

L’approche de ce vin ne nous est pas évidente : 5ème dégustation qui s’ajoute au yoyo de nos impressions.

Personnellement, je préférerais le laisser tranquille quelque temps...

 

Le soir : DS14 - LG13,5/14 - MS13,5. Note moyenne SOIR : 13,8

  • Nez très aromatique, puissant, tendant sur la pomme, le coing mais peu élégant en l'état, particulièrement à cause de notes boisées qui s'accommodent assez mal aux arômes du chenin.

  • Assez dense, grasse, une légère sucrosité avec un beau retour de l'acidité en finale. On peut dire de ce vin qu'il a une constitution exemplaire, cependant on y perçoit un peu trop l'alcool et surtout un boisé trop appuyé qui en font un vin peu élégant et peu buvable en l'état. Ce vin est reconnu à l'aveugle.

 

Rappels :

a. Anjou - Domaine Leroy Les Noëls de Montbenault 2005 : 1/04/2008 à l’ouverture (par Philippe Ricard)

DS16 - PR16 - CD14. Note moyenne : 15,3

  • Jolie robe jaune aux reflets or.

  • Olfaction puissante, ample, offrant toute la déclinaison des senteurs de la pomme, du cidre à la pomme au four, avec aussi le coing et une pointe de rhum ambré.

  • Assise large, musclée, bouche pleine, riche, enrobante, mais où la fraîcheur toute ligérienne sait faire écho à cette générosité de matière. Finale longue, rémanente.

Un Noëls de Montbenault en forme.

Anjou - Domaine Leroy Les Noëls de Montbenault 2005 : 1/04/2008 après 5h d’aération (par Laurent Gibet)

DS15,5 - LG14,5/15 - MS15,5. Note moyenne SOIR : 15,3

Nez intéressant : rhum, raisin sec, tarte tatin, poire. Tendance baroque, sans bois et sans lourdeur.

Bouche citronnée, de caractère. On a pensé à un chenin leste, sur Savennières. Très différent en l’état de celui trouvé lors des 2 dégustations précédentes.

b. Anjou : Domaine Leroy Les Noëls de Montbenault 2005 : 4/3/08 (par Laurent Gibet)

DS14? – LG(14,5). Note moyenne (14,3)

Nez boisé offrant des senteurs un peu lourdes et lactées : racines (suze), poire au sirop, citron, menthe (initialement fenouil pour évoquer un vin sudiste), poivre blanc, pomme (un petit côté cidre).

En bouche, on devine une matière première de qualité, travaillée avec soin (à la bourguignonne, avec élevage et malolactique) mais cette sève épaisse et capiteuse (à la limite de l’adiposité) se révèle peu entraînante. Jugement analogue à celui de la dégustation du 5/7/07. Ce vin réticent se goûte moins bien après réchauffement dans le verre et ne convainc pas notre petite assemblée. Il faudra suivre son évolution car en l’état, le style paraît vraiment forcé.

c. Anjou : Domaine Leroy Les Noëls de Montbenault 2005 : 5/7/07 à l’ouverture (par Philippe Ricard) : 15,5/20

  • Robe d’épaisseur moyenne, paille avec quelques timides reflets dorés.

  • Nez intense, assez simple à ce stade car, si le fruit arrive à s’exprimer (pomme, poire), il reste encore sobre, quelque peu bridé par une minéralité sous-jacente, un rien austère, ainsi qu’un léger boisé (vanille, camphre).

  • Bouche très fraîche, bien équilibrée, mûre, fruitée (pomme, abricot, pêche jaune), mais encore dominée par une fermeté, une austérité minérale. Le vin reste très droit, tendu, très fin, mais un brin sévère. La finale s’étire longuement sous ce profil minéral.

A ce stade, le vin ne dévoile pas encore de gourmandise ou de générosité : il reste campé sur sa minéralité, sa droiture. Promis à un très bel avenir…

 

Anjou : Domaine Leroy Les Noëls de Montbenault 2005 : 5/7/07 après 5h d’aération (par Laurent Gibet) : 14,5+/20 ?

Boisé sensible mais sans excès absolument condamnable. Notes fermentaires un peu seules de fruit (pomme, poire), de menthe, et un poil d’oxydation (accompagnant bien le vin). Bouche concentrée, taciturne, pour le moment un peu « incarcérée » dans une gangue minérale et boisée particulièrement austère, qui m’amène en l’état vraiment peu de plaisir (fermeté, tension). Faisons confiance à Richard Leroy pour penser que ces ressorts (paramètres de garde) sont judicieusement calibrés pour guider le vin dans les 10 prochaines années. Mes partenaires de dégustation sont assez confiants sur son avenir (du moins à moyen terme).

 

d. Anjou : Domaine Leroy Les Noëls de Montbenault 2005 : 5/4/07 : 14,5/15

Nez expressif, particulier, très complexe, proposant des odeurs multiples dont l’intensité est augmentée par de la volatile : beurre, épices, coing, anis, citron, miel, marc, verveine. On peut penser sur un tel caractère sauvage à Savennières. Bouche volumineuse, de fort caractère, encore très fougueuse, non dénuée de minéralité, incluant des goûts qui peuvent sembler manquer de netteté (vernis, végétal prononcé). Le bois s’exprime dans le verre vide. Décapant mais sa richesse insolite est ici plus satisfaisante que le mutisme du 2002 fort boisé bu il y a peu. Sera-t-on iconoclaste en imaginant que l’on trouve dans cette cuvée des signes précurseurs d’oxydation ?

 

 

4. Savennières-Roche-aux-Moines : Clos de la Bergerie de Nicolas Joly 2005 - 15°

(Chenin 100%)

L’après-midi : DS14 - PR12 . Note moyenne AM : 13

  • Robe jaune, encore assez clair, avec des reflets dorés.

  • Exubérance baroque : grosse maturité, expression forte de pomme au four, cidre chaud, rhum ambré. Garde un côté accrocheur, intéressant.

  • Matière capiteuse, empreinte d’amertume et de force alcooleuse, sans grande harmonie. Finale brûlante, persistant sur l’alcool à brûler.

 

Le soir : DS14,5 - LG14 - MS13,5. Note moyenne SOIR : 14

  • Noix, pomme, agrumes, rhum brun, raisins secs, un nez qui tire vers le baroque, et sur certains aspects vers l'oxydation. On sent une certaine puissance, mais aussi un vin sans concession.

  • Bouche marquée par l'alcool, sans un poil de sucre mais manquant pourtant de nerf. Impression de siroter un calvados.

 

 

5. Saumur Blanc : Château de Villeneuve "Les Cormiers" 2002 - 14°

(Chenin 100%)

L’après-midi : DS14,5 - PR14,5 . Note moyenne AM : 14,5

  • Robe jaune-dorée.
  • Arômes certes assez simples (pomme mûre, tarte tatin), mais harmonieux.

  • Maturité assumée, avec une acidité sereine qui dynamise la matière. Finale alerte, teintée de pamplemousse et de zest qui prolongent la tension du vin.

 

Le soir : DS14 - LG14,5 - MS14,5. Note moyenne SOIR : 14,2

  • Retour à un nez plus frais, un brin miellé mais minéral qui nous oriente plutôt vers un Vouvray de Foreau de par son côté baroque.

  • Jolie matière, équilibrée, longue. avec cependant un côté acide, très sec, presque citronné. Un vin vivant, voire presque virulent, mais bon.

 

 

6. Vouvray : Domaine Huet Le Mont 2005 - 13°

(Chenin 100%)

L’après-midi : DS16,5 - PR16,5 . Note moyenne AM : 16,5

  • Robe très claire, paille aux reflets gris.

  • Accent de pureté dans une présentation précise et fraîche : fromage de chèvre, léger grillé, tonalité calcaire, parfums de poire et de pomme.

  • Maturité du millésime évidente : corps plein, charnu, presque gourmand, mais résurgence acide et crayeuse dans une finale resserrée, qui reste collée au palais. Potentiel parfaitement « palpable »...

 

Plaisir évident dans un vin qui ne nous déçoit pas depuis sa naissance.

Ça devrait continuer ainsi un sacré bout de temps : heureux ceux qui en ont fait des stocks !

Pour les autres, ne laissez jamais traîner une quille chez un quelconque revendeur...

 

Le soir : DS16,5 - LG15,5 - MS16. Note moyenne SOIR : 16

  • Noisette, craie, miel, rillettes, poire... un beau panel de senteurs présenté au travers d'un nez serré mais profond.

  • Gourmandise, fruit à croquer (poire), et cette minéralité calcairequi colle à la bouche et qui signe les grands terroirs de Vouvray, de Sancerre ou de Chablis. L'équilibre est remarquable, et le style aérien. Vouvray et Huet sont proposés.

 

Rappels :

Vouvray - Domaine Huet Le Mont 2005 : 11/01/2008 à l’ouverture (par Philippe Ricard)

DS16/16,5 - PR16,5 - CD14,5. Note moyenne : 15,8

  • Robe claire, paille aux reflets gris.

  • Nez imprégné d’une minéralité sans équivoque : iode, coquille d’huître, pierre à briquet dominent un profil aromatique où les sensations de champignon, levure, yaourt au citron paraissent secondaires. Ensemble quelque peu janséniste, encore cadenassé, mais prenant.

  • Contraste étonnant avec une bouche plus généreuse, où la maturité fait jeu égal avec l’acidité pour offrir un équilibre des plus justes. Corps volumineux, notes de pomme, poire, fleur d’acacia, puis résurgence minérale dans une finale resserrée, salivante, terriblement persistante.

Vin toujours en réserve, au potentiel évident.

A noter que si certains apprécient ce profil quelque peu exigeant, d’autres dégustateurs butent sur son manque d’amabilité et restent ancrés à 13/20.

Vouvray - Domaine Huet Le Mont 2005 : 11/01/2008 après 5h d’aération (par Laurent Gibet)

DS16,5/17 - PC16 - LG17 - MS17. Note moyenne : 16,7

Admirables senteurs typées et racées, mielleuses : craie, citron, fromage de chèvre, coquilles d’huître, tilleul. Bouche à la fois austère et gracieuse, stricte (minérale, acide) et parfumée (avec la petite rondeur du millésime). Cohérence et pureté pour ce vin rassasiant, axé, serré (il a clairement bénéficié ici d’une aération bénéfique de plusieurs heures), subtilement épicé, dans le style parfaitement peaufiné de la maison.

 

 

7. Jasnières : Domaine Les Maisons Rouges Clos des Molières 2005 - 13°

(Chenin 100%)

L’après-midi : DS12 - PR12,5 . Note moyenne AM : 12,3

  • Robe paille aux reflets lumineux, jaune.

  • Offre olfactive boudeuse, sur la pomme, la poire, une présence alcoolique.

  • Impressions bizarres, entre l’austérité acide, végétale, et la chaleur de l’alcool. Ensemble ingrat en l’état, qu’on a du mal à déchiffrer.

 

Le soir : DS13 - LG12,5 - MS13,5. Note moyenne SOIR : 13

  • Nez paraissant réduit (oeuf), sur la guimauve, le caramel, les petits pois, la gentiane.

  • Un poil capiteuse avec des goûts de pomme, la bouche est assez difficile en l'état, pâtissant d'un coté végétal que l'on retrouvera finalement très souvent sur Jasnières. Il y a cependant un côté franc du collier, intéressant.

 

 

8. Coteaux du Loir : Domaine de Bellivière Vieilles Vignes Eparses 2002 - 13°

(Chenin 100%)

L’après-midi : DS15,5 - PR15 . Note moyenne AM : 15,3

  • Robe presque or.
  • Senteurs débridées, aussi excitantes que déconcertantes, entre le classicisme (pomme au four, rhum ambré, fruits jaunes) et l’inattendu (jaune d’oeuf, végétal, citron).

  • Même dualité en bouche où l’acidité citrique et le volume d’une matière généreuse accrochent le dégustateur : vif, tendu, mûr, séveux, l’ensemble démontre d’un beau numéro d’équilibre.

 

Beaucoup de relief dans les vins d’Eric Nicolas qui ne nous laissent jamais indifférents.

Un vrai remède à l’ennui...

 

Le soir : DS15,5/16 - LG13 - MS15. Note moyenne SOIR : 14,6

  • Belle maturité du fruit, presque exotique, combinée avec des senteurs associées à la minéralité telle la coquille d'huître et un poil d'oxydation (rhum, pomme au four).

  • Acidité très vive, pointue, presque mordante. La bouche est percutante mais présente une belle matière, dense, où l'on peut retrouver des arômes de tarte tatin.

 

 

9. Cheverny : Domaine des Huards 2006 - 13,5°

(Sauvignon 85 /Chardonnay 15)

L’après-midi : DS13 - PR13,5 . Note moyenne AM : 13,3

  • Robe très claire, paille aux reflets gris.

  • Effluves assez stricts et étroits : pomme verte, fougère, fromage de chèvre, petits accents réduits, pointe herbacée.

  • Matière un peu simple, à l’acidité prononcée, une touche calcaire et amère : style frais, mais assez sévère.

 

Attention au risque de confusion avec Chablis, loin d’être si ridicule qu’il n’y parait.

 

Le soir : DS13,5 - LG13,5 – MS13.5. Note moyenne SOIR : 13,5

  • Impression de fruit mûr : prune, exotique, associée à un côté végétal sauvignonnant.

  • Beaucoup d'acidité qui mène à une finale un peu dure. Pas très causant.

 

 

10. Cour-Cheverny : Domaine des Huards "Cuvée François 1er"  2004 - 13°

(Romorantin 100%)

L’après-midi : DS14 - PR13,5 . Note moyenne AM : 13,8

  • Robe paille aux reflets jaune.

  • Flaveurs peu familières de petit pois, anis, asperge, avec une pointe artificielle (impression de vernis, de bonbon).

  • Aussi peu de repères en bouche : archétype du vin sec, à la limite un peu raide, à la présentation végétale ne reniant pourtant pas la maturité du fruit. Peu d’arômes (agrumes en sus), ensemble énergique, mais austère, mûr et amer ! Peu commun...

 

Mes débuts avec le cépage Romorantin ne me laissent pas indifférent : sacré caractère aromatique dont l’atypicité avait d’ailleurs poussé certains à miser sur les vins tout aussi particuliers d’Eric Nicolas...

Personnellement, j’ai rendu feuille blanche : zéro pointé !

 

Le soir : DS14 - LG14,5/15 - MS14,5. Note moyenne SOIR : 14,4

  • Asperge, pommes de terre germées, petits pois, un ensemble plutôt végétal associé à du fumé et du silex.

  • Bouche sèche, presque acidulée mais avec du poids. Arômes de thé fumé, de pamplemousse. Un vin très spécial avec beaucoup de personnalité mais intimement austère. Pensé à un autre Jasnières.

 

 

11. Sancerre blanc : Domaine Alphonse Mellot La Moussière 2006 - 13°

(100% Sauvignon)

L’après-midi : DS14,5 - PR14 . Note moyenne AM : 14,3

  • Robe paille aux reflets gris-jaune.

  • Ensemble contenu, sur les fleurs blanches, la pomme, des notes pierreuses.

  • Attaque assez simple (sucre résiduel), corps plus droit, finale serrée, stricte, sur une sensation minérale.

 

Pas vraiment excitant, mais propre.

 

Le soir : DS14,5/15 - LG14 - MS14. Note moyenne SOIR : 14,3

  • Beau nez distingué sur le fruit : mirabelle, pomme.

  • Une certaine rondeur, du gras à l'attaque, avec de la minéralité (collante) en finale. Bien fait.

 

 

Rappel : Sancerre blanc - Domaine Alphonse Mellot La Moussière 2006 : 9/10/2007 (par Philippe Ricard)

DS14,5 - PC14,5 - LG14 - PR14 - CD14 . Note moyenne : 14,2

  • Robe limpide, fluide, paille assez clair.

  • Nez frais, jeune, moyennement aromatique, assez strict : citron, fleurs blanches (acacia), menthol.

  • Bouche campée sur l’acidité : ferme, presque sévère, timidement minérale (craie) et fruitée (pomme, poire). Finale droite, sur une pointe d’amertume, une sensation anisée.

 

 

12. Pouilly-Fumé : Alfonse Mellot Par Emmanuelle Mellot 2006 - 13°

(100% Sauvignon)

L’après-midi : DS14 - PR14,5 . Note moyenne AM : 14,3

  • Robe paille aux reflets gris-jaune.

  • Profil de sauvignon assez caractéristique : buis, cassis, fleurs blanches. Style mûr, aromatique, sans artifice.

  • Bouche joufflue, mûre, flirtant avec la gourmandise (résiduel), mais avec mesure, trahissant même une pointe de végétal en finale.

 

Le soir : DS14 - LG13,5 - MS14. Note moyenne SOIR : 13,8

  • Profil très variétal du sauvignon : buis, bourgeon de cassis, fougère.

  • Certaine rondeur. Mais un vin qui fait dans la tendresse, très propre.

 

 

 

2ème série en 6 vins : les cépages blancs du Rhône : Marsanne au nord et Roussanne au sud.

 

 

 

13. Hermitage : Michel Chapoutier "Chante Alouette" 2002 - 14°

(100% Marsanne)

L’après-midi : DS12,5 - PR13 . Note moyenne AM : 12,8

  • Robe paille jaunie aux reflets vert-doré.

  • Le soufre libère trop lentement le nez : impressions floues de réduction (basse-cour) et de grillé, dans un style sans gaieté.

  • Matière renfrognée, assez raide, même amère, sans compromis ni amabilité. Rythme linéaire et présence alcoolique n’arrangent pas l’ensemble.

 

Le soir : DS13 - LG13,5 - MS13. Note moyenne SOIR : 13,2

  • Poulailler, pierre à feux, mais aussi un côté iodé marin. Les sensibles au soufre seront gênés par le nez.

  • La bouche, capiteuse et amère, nous paraît peu harmonieuse et très différente de ce que laissait présager le nez. La faible longueur et la matière effacée laissent peu d'arguments en faveur de ce vin.

 

 

14. Pirate - Pouilly Fuissé : Domaine Ferret "Tournant de Pouilly, Hors Classe" 2004 - 13,5°

(100% Chardonnay)

L’après-midi : DS14 - PR14 . Note moyenne AM : 14

  • Robe jaune clair aux reflets vert-doré.

  • Profil boisé évident (beurre, vanille, brioche), dans un ensemble riche et ouvert (jaune d’oeuf, noisette).

  • Matière consistante, ample, au profil flatteur et travaillé (élevage, bâtonnage), au fond sérieux mais pas encore révélé.

 

Le soir : DS14,5 - LG13 - MS14,5. Note moyenne SOIR : 14

  • Boisé bien perceptible, mais intégré. Arômes particuliers de banane flambée, anisés.

  • Équilibre gourmand, charmeur, et bouche persistante pour un ensemble techniquement bien fait qui nous fait penser à Goisot Corps de Garde. Certains y trouvent cependant trop de bois.

 

Rappels :

Pouilly Fuissé - Domaine Ferret "Tournant de Pouilly, Hors Classe" 2004 : 1/04/2008 à l’ouverture (par Philippe Ricard) : DS15 - PR15 - CD15,5. Note moyenne : 15,1

  • Belle robe jaune plus soutenue, aux reflets or.

  • Boisé discret, grillé mesuré, ensemble harmonieux : pomme, beurre, noisette, brioche, vanille.

  • Jolie matière, avec du gras, du volume, du fond, une expression mûre, assez flatteuse : ensemble charmeur, non dénué de race.

Pouilly Fuissé - Domaine Ferret "Tournant de Pouilly, Hors Classe" 2004 : 1/04/2008 après 5 h d’aération (par Laurent Gibet) : DS15,5 - LG15,5/16 - MS16. Note moyenne: 15,8

On a ici un net surcroît d’élégance grâce à des senteurs mûres de fruits blancs, d’agrumes et de fleurs.

Bouche grasse et fine à la fois, raffinée, pure. Réconfortant charmes floral et fruité.

 

 

15. Saint-Péray : Cave de Tain 2004 - 12,5°

(Marsanne 70/Roussanne 30)

L’après-midi : DS13 - PR13. Note moyenne AM : 13

  • Robe claire, paille, aux inflexions vert-doré.

  • Simple mais sympathique parfum d’anis mêlé de pomme.

  • Malgré une connotation sudiste, le vin est étonnamment frais, contenu, avec des notes de citron, de pamplemousse, une finale austère, un peu amère.

 

Le soir : DS12 - LG13 - MS13. Note moyenne SOIR : 12,7

  • Nez peu disert sur l'anis, la pomme... très frais.

  • Pomme, épices, une bouche sans grande richesse, fraîche, mais qui ne raconte que peu de choses.

 

 

16. Châteauneuf-du-Pape blanc : Château de Fortia 2004 - 14,5°

(60% Roussanne/30% Clairette/10% Grenache blanc)

L’après-midi : DS13,5 - PR13,5 . Note moyenne AM : 13,5

  • Robe lumineuse, paille-jauni mêlée de vert.

  • Nez réservé : fromage de chèvre, légère réduction.

  • Bouche assez sudiste : du gras, une pointe d’alcool, sans mollesse toutefois, le vin se redynamisant autour de son amertume. Sans grand enthousiasme toutefois.

 

Le soir : DS14,5 - LG14,5/15 - MS14,5. Note moyenne SOIR : 14,6

  • Nez charmeur sur les fruits blancs, racé.

  • Gras sudiste sur une matière travaillée en finesse. Joli.

 

Rappel : Châteauneuf-du-Pape blanc - Château de Fortia 2004 : 22/01/2008 (par Laurent Gibet)

DS15 - LG15,5 - MS15,5 - Note moyenne : 15,3

  • Nez alléchant : pêche, épices, agrumes, fleurs.

  • Matière corsée, typée de son AOC (capiteuse, fine, un poil amère). Saveur d’une longueur appréciable.

 

 

17. Côtes du Ventoux blanc : Domaine de Fondrèche Persia 2007 - 13,5°

(Roussanne majoritaire)

L’après-midi : DS14 - PR14 . Note moyenne AM : 14

  • Robe claire, jaune pâle.

  • Fragrances séduisantes de pêche jaune, fruits blancs, nougat, amande.

  • Caractère plaisant par son offre aromatique fruitée, mais limité par sa matière capiteuse (malgré la présence aérienne de CO²), un rien molle, qui pourrait lasser en l’absence de modération...

 

Le soir : DS14 - LG14 - MS14. Note moyenne SOIR : 14

  • Nez intense, muscaté avec de l'abricot, de la guimauve.

  • Bouche grasse, aux accents aromatiques solaires. Un peu d'alcool mis en avant mais un coté dynamique équilibrant. Un vin bien expressif, ouvert.

 

 

18. Pirate : Vin de Savoie : Chignin-Bergeron Domaine Adrien Vacher "Les Adrets" 2005 - 12,5°

(Roussanne 100%)

L’après-midi : DS14 - PR14,5 . Note moyenne AM : 14,3

  • Robe claire, paille aux reflets gris-vert.

  • Nez guilleret, net, délivrant des parfums de fleurs et de fruits frais.

  • Bouche charnue, au croquant généreux, à l’ambition mesurée mais à prendre comme une offrande sincère.

 

Le soir : DS14 - LG12,5 - MS14. Note moyenne SOIR : 13,5

  • Impression au nez de sirop de citron, de grenadine, de bonbon à la fraise. Un rien amylique, mais attirant.

  • Une certaine viscosité, au caractère presque ½ sec, la bouche est agréable et gourmande.

 

 

 

3ème série en 10 vins : les cépages blancs méditerranéens : Rolle, Clairette, Piquepoul, Chardonnay, Roussanne, Grenache blanc.

 

 

 

19. Coteaux Varois en Provence : Château de Margillière blanc 2006 - 12,5°

(Pas de fût, 95% de Rolle/5% d'Ugni Blanc). Les Coteaux Varois blancs n'ont pas droit à 100% de Rolle…

L’après-midi : DS13 - PR13 . Note moyenne AM : 13

  • Etonnante robe paille, claire, aux doux reflets saumonés.

  • Senteurs fruitées : fruits blancs, pêche, pomme, poire, pomelo, coing.

  • Caractère atypique, jonglant entre gras, alcool, maturité, amer et vivacité ! Plus curieux que profondément séduisant.

 

Le soir : DS13 - LG13 - MS12,5. Note moyenne SOIR : 12,8

  • Sensations d'anis, de fenouil, de poivre, avec au fond un beau fruit frais bien présent.

  • Bouche vive au profil paradoxalement sudiste (alcool). L'amertume est marquée.

 

 

20. Coteaux Varois en Provence : Château de Margillière blanc "Hautes Terres" 2003 - 13°

(100% fut; 95% de Rolle/5% d'Ugni Blanc). En blanc, Haute Terre 2005 n'existe pas et 2004 sera commercialisé en septembre. Enfin, les Coteaux Varois blancs n'ont pas droit à 100% de Rolle...)

L’après-midi : DS11 - PR11,5 . Note moyenne AM : 11,3

  • Robe jaune vif, avec quelques reflets or.

  • Bel exemple de tyrannie boisée : vanille et bourbon masquent la moindre molécule odorante.

  • Caricature reproduite en bouche où le gras, l’alcool, la mollesse s’ajoutent aux arômes disgracieux.

 

Le soir : DS11 - LG11 - MS11. Note moyenne SOIR : 11

  • Du bois, rien que du bois.

  • On retrouve l'amertume du vin précédent mais ici tout est recouvert de bois. Vin fatigant, chaud, à la limite du buvable.

 

 

21. Palette : Château Simone 2004 - 13°

(Clairette 80%/ Grenache Blanc 10%/ Ugni Blanc 6%/ Bourboulenc 2%/Muscats Blancs 2%)

L’après-midi : DS15,5 - PR16. Note moyenne AM : 15,8

  • Robe jaune aux reflets dorés.

  • Délicats effluves de grillé, réduit noble, levure, champignon, yaourt.

  • Matière imposante et sérieuse : volume, densité, beurre (style bâtonné), boisé noble et mesuré (léger grillé), amené à disparaître, persistance acide (agrumes) dans une jolie finale.

 

Encore de la retenue aromatique inhérente à la jeunesse de l’échantillon...

Mais l’avenir est prometteur...

 

Le soir : DS15,5/16 – LG(14+) - MS14. Note moyenne SOIR : 14,6

  • Nez intéressant, porté sur le côté salin, le poivre et les épices, très délicat.

  • Bouche austère, ingrate à l'acidité marquée. Sensation de bois un peu proéminente mais pas outrancière.

 

Rappels :

a. Palette - Château Simone 2004 : 02/2008 (par Philippe Ricard) : 15/20

  • Nez gourmand, ouvert, assez pur, signant une belle maturité : fraise, fenouil, pêche jaune, fleurs blanches, pointe miellée.

  • Bouche encore austère, campée sur son acidité, vive, fraîche, ainsi qu’une pointe d’amertume. Vin tendu, bien en place, à attendre…

b. Palette - Château Simone 2004 : 22/01/2008 (par Laurent Gibet)

DS(14) - LG(12) – MS(13) - Note moyenne : (13)

  • Le bois exerce une pression extrême (l’impression de visiter une scierie à l’heure de pointe). Ce n’est pas habituel sur ce cru.

  • Bouche inapprochable en l’état. A revoir.

Note :le vin se goûte nettement mieux 2 jours plus tard.

c. Palette - Château Simone 2004 : 26/6/07 (par Laurent Gibet) :16/20

Un vin qui a besoin d’air pour bien s’exprimer (en termes d’arômes et de structure). Senteurs sudistes : fruits blancs, guimauve, anis, camphre. La bouche possède une belle contenance. Un degré d’alcool raisonnable, une acidité et une amertume au service d’un vin plutôt gaillard, au final.

 

 

22. Cassis : Château Barbanau Clos Val Bruyère 2006 - 12,5°

(33% Clairette/33% Marsanne/33% Sauvignon)

L’après-midi : DS13,5 - PR13 . Note moyenne AM : 13,3

  • Robe claire, paille aux reflets gris.

  • Fraîcheur aromatique : fleurs blanches, pêche, pamplemousse, anis, et un petit côté « fruits de mer » qui appelle le plateau...

  • Partition sur la fraîcheur (CO², acidité) et la simplicité, sans d’autres prétentions que les coquillages auxquels nous pensons tous à ce moment... Finale épicée et anisée.

 

Il ne manque plus que la petite table de pêcheur à flan de calanque, à l’ombre d’un pin parasol.

 

Le soir : DS13,5 - LG13,5 - MS13,5. Note moyenne SOIR : 13,5

  • Bourgeon de cassis, pain d'épices, bonbon (amylique) avec des effluves marins.

  • Un côté acidulé, frais, mais un rien fade. Un vin simple, sans réelle ambition d'en faire plus. Cohérent.

 

 

23. Coteaux-du-Languedoc Picpoul de Pinet Les Prades Cave de L'Ormarine 2006 - 12,5°

(100% Piquepoul)

L’après-midi : DS13,5 - PR13,5 . Note moyenne AM : 13,5

  • Robe paille aux reflets gris.

  • Présentation assez simple, mais joyeuse : fleurs blanches, pêche, pamplemousse.

  • Bouche aimable, mûre, ronde, dynamisée par ensemble acidité-CO²-amertume bien dosé. Arômes d’agrumes, de fenouil qui s’ajoutent au style méditerranéen, certes sans prétention, mais avec une fraîcheur sympathique.

 

Après les oursins à Cassis, une petite mouclade sur le port de Sète ?

 

Le soir : DS13,5 - LG14 - MS14. Note moyenne SOIR : 13,8

  • Nez muscaté, de raisin frais, lumineux, avenant.

  • Ensemble joyeux, bien équilibré, très méditerranéen.

 

 

24. Vin de Pays du Val de Montferrand : Domaine de l'Hortus "Grande Cuvée" 2006 - 13,5°

(60% Chardonnay/25% Viognier/15% Roussane)

L’après-midi : DS12 - PR12 . Note moyenne AM : 12

  • Robe jaune pétard.
  • Ravages de la barrique : bois, vanille, bourbon...

  • Les fruits secs, la pomme, le beurre tentent, avec tout les peines du monde, de se faire une petite place dans ce monde boisé, lourd, monotone, où la matière souffre le martyr dans une composition inadaptée.

 

Le soir : DS12 - LG12 - MS13. Note moyenne SOIR : 12,3

  • Élevage appuyé, caramel, vanille.

  • Matière dense, intentionnée, mise en relief par une acidité correcte, mais dont les arômes sont prisonniers d'une gangue de bois qui retire toute gourmandise à ce vin.

 

Rappel : Vin de Pays du Val de Montferrand - Domaine de l'Hortus "Grande Cuvée" 2006 : 9/10/2007 (par Philippe Ricard) : DS13 - PC13 - LG14 - PR13,5 - CD13,5 . Note moyenne : 13,4.

  • Robe limpide, assez fluide, jaune-or lumineux.

  • Nez expansif : pomelo, rose, muscaté, abricot, menthol, léger grillé.

  • Bouche relâchée, affable, à la richesse flatteuse, mais mollassonne : style sudiste, chaleureux.

 

 

25. Coteaux-du-Languedoc : Château Puech-Haut "Tête de Bélier" 2005 - 14°

(70% de Roussane/20% de Marsanne/10% de Grenache Blanc)

L’après-midi : DS12 - PR12 . Note moyenne AM : 12

  • Robe jaune or vif.
  • Nez exubérant, véritable explosion boisée !

  • Aucune demi-mesure dans un vin qui semble tout balayer sur son passage, par son gras, sa mollesse, sa force, ses arômes boisés sans classe.

 

Destiné à un public qui se suffit de la flatterie.

Après ces deux derniers échantillons, la bouche en a pris un sérieux coup...

 

Le soir : DS12 - LG13 - MS13. Note moyenne SOIR : 12,8

  • Tisane, thé à la bergamote, artichaut, notes de surmaturitémais intéressant.

  • Bouche très sudiste dans son expression, marquée par la mollesse.

 

 

26. Vin de Pays des Côtes Catalanes : Domaine Gauby "Le Soula" 2005 - 13°

(40% Grenache Blanc, 30% Sauvignon, 10% Chenin et 20% Marsanne.)

L’après-midi : DS13,5 - PR13,5 . Note moyenne AM : 13,5

  • Robe jaune clair.
  • Nez qui ne provoque pas l’enthousiasme : assez sobre, sur un impression oxydée, la pomme limite blette.

  • Bouche laborieuse, monologue pour pomme, avec un petit côté prune à l’eau de vie. Très acide, assez spécial, rien ne semble évident dans ce profil peu protégé qui a peut-être légèrement souffert...

 

Le soir : DS13 - LG13 - MS14. Note moyenne SOIR : 13,3

  • Pomme blette, volatile importante qui pique le nez des plus sensibles, bière blanche, gingembre.

  • Bouche assez fraîche et non dénuée de matière, à laquelle je trouve une certaine gourmandise dans un style sans concessions et sur son profil un brin oxydé.

 

Rappels :

Vin de Pays des Côtes Catalanes - Domaine Gauby "Le Soula" 2005 : 1/04/2008 à l’ouverture (par Philippe Ricard)

DS15,5 - PR15,5 – CD15. Note moyenne : 15,3

  • Robe jaune dorée.
  • Nez qui envoie ! Pâtisserie, brioche, crème catalane, pomme, poire mûre, épices douces. Belle générosité !

  • Charme immédiat : rondeur, résiduel, gourmandise, le tout relevé d’une pointe acide qui apporte la tenue nécessaire.

2005 semble avoir apporté au Soula une maturité et une générosité de matière que je ne lui avais jamais connues jusqu’alors.

Vin de Pays des Côtes Catalanes - Domaine Gauby "Le Soula" 2005 : 1/04/2008 après 5h d’aération (par Laurent Gibet) : DS14,5 - LG14,5 - MS15. Note moyenne : 14,7

Effluves fruités et épicés : poire, abricot , guimauve, poivre, gingembre.

On note en bouche une certaine ampleur de chair, de l’amertume et une présence sucrée (un peu comme dans le cas de vieille vignes éparses 2005 de Bellivière, en moins prononcé toutefois)

 

 

27. Patrimonio blanc : Domaine Leccia 2005 - 13°

(Vermentinu 100%)

L’après-midi : DS13,5 - PR13. Note moyenne AM : 13,3

  • Robe jaune paille aux reflets gris.

  • Présentation quasi muette : léger grillé, sensation réduite et ... rien d’autre !

  • CO² furtif, puis matière bien grasse, avec un poids certain, une offre aromatique un peu plus diserte, méridionale (fenouil, anis, pamplemousse), mais une amertume sévère qui n’incite pas à la gaieté...

 

Le soir : DS13,5 - LG14 - MS14. Note moyenne SOIR : 13,8

  • Impression de minéralité, coquille d'huître, dans un style austère et peu disert.

  • Matière bien présente en bouche, portée sur les agrumes, avec une constitution austère, renfrognée.

 

Rappels :

a. Patrimonio blanc - Domaine Leccia 2005 : 1/04/2008 à l’ouverture (par Philippe Ricard)

DS14 - PR13 - CD13,5. Note moyenne AM : 13,5

  • Robe assez claire, paille aux reflets grisés.

  • Ensemble renfrogné : notes de pierre, d’hydrocarbure.

  • CO² éphémère, cédant rapidement la place à une bouche assez massive, certes avec du fond, mais contenu.

Patrimonio blanc - Domaine Leccia 2005 : 1/04/2008 après 5h d’aération (par Laurent Gibet)

DS14 - LG13,5/14 - MS14. Note moyenne SOIR : 13,9

Nez dégagé offrant de la guimauve, de l’anis, des senteurs minérales et terpéniques.

Bouche assez pleine, peu amène, légèrement amère. Ferme et fraîche.

b. Patrimonio blanc - Domaine Leccia 2005 : 22/01/2008 (par Laurent Gibet)

DS14,5+ - LG14,5 - MS14,5 - Note moyenne : 14,5

  • Nez un peu ambigu, alignant des senteurs de fromage, de fruits blancs, de miel, d’agrumes, de végétal … (chenin ?, chardonnay ?).

  • Bouche un peu amère qui se laisse boire sans difficulté. Peu généreux en goûts.

c. Patrimonio blanc - Domaine Leccia 2005 : 9/10/2007 (par Philippe Ricard)

DS15 - PC14,5/15 - LG15 - PR14 - CD14 . Note moyenne : 14,6.

  • Robe limpide, fluide, paille clair aux reflets gris-jaunes.

  • Nez assez strict, mais de la prestance : légèrement iodé, pointe végétale, mais aussi fleurs blanches, miel d’acacia.

  • Bouche assez austère, serrée, sur sa fraîcheur acide : pamplemousse, fenouil, floral prononcé. Belle rigueur.

d. Patrimonio blanc : Domaine Leccia 2005 : 26/6/07 (par Laurent Gibet) : 13,5-14/20

Opulence et dévoilement fruité : pomme, poire, menthe, guimauve, poivre, anis, herbes du maquis. Bouche limitée, un peu amère, durcie par une acidité prononcée.

 

 

28. Ajaccio : Comte Abbatucci Cuve Faustine 2006 - 12,5°

(Vermentinu 100%)

L’après-midi : DS13,5 - PR13,5 . Note moyenne AM : 13,3

  • Robe paille aux reflets gris.

  • Profil limité mais mûr et agréablement fruité.

  • L’amertume du vermentinu se retrouve en bouche, mais balancée par une certaine gourmandise (léger résiduel) : vin simple mais assez jovial, moins austère qu’à Patrimonio.

 

Le soir : DS13,5 - LG13,5 - MS13,5. Note moyenne SOIR : 13,5

  • Nez penchant plutôt du côté végétal.

  • Amertume prononcée, la bouche est un peu marquée par l'alcool. On ne ressent pas la minéralité calcaire du Patrimonio précédent.

 

 

 

4ème série en 7 vins : Château de Margillière rouge + Mourvèdre, Irouléguy.

 

 

 

29. Coteaux Varois en Provence : Château de Margillière rouge Bastide 2005 - 12,5°

(40% fut; 60% Syrah/20% Cabernet Sauvignon/10% Grenache/10% de Mourvèdre).

L’après-midi : DS13 - PR13. Note moyenne AM : 13

  • Robe moyennement sombre, prune, avec quelques reflets toujours violine.

  • Odeurs florales assez fraîches doublées de cerise, cassis, jus d’orange.

  • Bouche spontanée, au fruité sympathique, mais un peu légère. Finit sèchement.

 

Le soir : DS12,5 - LG12,5 - MS12,5. Note moyenne SOIR : 12,5

  • Nez fruité, sur la cerise, les fruits noirs. Un brin lactique mais frais dans l'ensemble.

  • Bouche au caractère chiche, présentant une acidité marquée et une impression de sucrosité.

 

 

30. Coteaux Varois en Provence : château de Margillière rouge Hautes Terres 2004 - 13°

(100% fut neuf, 60% Syrah/20% Cabernet Sauvignon/20% Grenache). Attention : Haute Terre 2005 sera mise en bouteille en septembre.

L’après-midi : DS12 - PR12. Note moyenne AM : 12

  • Robe prune bien sombre.

  • Excès de la barrique sensibles : profil boisé, lactique, crémeux, lourdaud.

  • Bouche symétrique : pas de raffinement, ni caractère, mais un vin massif, banal, qui n’assume pas ce traitement abusif.

 

L’étiquette porte la mention « vieilli en fûts de chêne ».

On confirme...

 

Le soir : DS12 - LG11 - MS11. Note moyenne SOIR : 11,3

  • Boisé outrancier, sur la coco, peinant à masquer des senteurs herbacées.

  • Boisée, lourde, monobloc, il est temps de boire un bon coup d'eau.

 

 

31. Coteaux Varois en Provence : château de Margillière rouge Hautes Terres 2003 - 13°

(100% fut neuf, 60% Syrah, 20% Cabernet Sauvignon, 20% Grenache). Attention : Haute Terre 2005 sera mise en bouteille en septembre.

L’après-midi : DS13 - PR13 . Note moyenne AM : 13

  • Robe prune assez sombre, un peu plus lumineuse que 2004.

  • Arômes de fumé, viande, crème de cassis, dominés par un emballage boisé sans distinction.

  • Présentation qui se veut flatteuse par un élevage appuyé : même si le fruit persiste encore, l’ensemble n’a pas de race particulière et reste plutôt banal. Finale un peu amère, trahissant une sécheresse progressive.

 

Le soir : DS13 - LG11 - MS13. Note moyenne SOIR : 12,3

  • Arômes typiques de la syrah, lard, fumé, derrière un boisé un peu appuyé.

  • L'acidité durcit le vin, qui paraît cependant avoir gardé du fruit.

 

 

32. Pirate : Crozes-Hermitage : Cave de Tain "Les Hauts du Fief" 2001 - 13°

(Syrah 100%)

L’après-midi : DS13,5 - PR13,5 . Note moyenne AM : 13,5

  • Robe rubis, sombre.
  • Nez particulier : champignon, végétal, violette.

  • Bouche sincère, au fruité acidulé, tonique, manquant un chouia de rondeur, de maturité, ce qui lui éviterait cette inflexion un peu stricte.

 

Le soir : DS13,5 - LG12,5 - MS13,5. Note moyenne SOIR : 13,2

  • Olive noire, tapenade, avec des traces d'évolution, le nez est plutôt agréable, et typé Rhône Nord.

  • La bouche est fraîche, dynamique, mais la matière paraît un peu fuyante et tire vers l'acescence à l'aération.

 

 

33. Pirate : Coteaux du Languedoc : Château de la Négly La Falaise 2005 - 14,5°

(Syrah/Grenache/Mourvèdre).

L’après-midi : DS13 - PR13 . Note moyenne AM : 13

  • Robe violine très foncée, noire en son centre.

  • Richesse, maturité et concentration : fruits noirs et réglisse dans cette présentation un rien chargée.

  • Matière veloutée, crémeuse à souhait, avec peut-être du fond, mais une expression solaire appuyée : résiduel, caramel, mollesse. Pas un vin de régime !

 

Le soir : DS13 - LG12 - MS13. Note moyenne SOIR : 12,7

  • Fruit très mûr et concentré sur la marmelade, la réglisse, la confiture de cerises.

  • Beaucoup d'alcool brûlant les papilles, une sensation lactique, la bouche paraît pataude et rondouillarde, chargée en sucre. Une expression lassante, écœurante mais ne manquant pas de fond.

 

 

34. Bandol : Domaine Tempier Rouge 2005 - 13,5°

(Majeure partie de Mourvèdre complétée de Grenache et de Cinsault avec une touche de Carignan)

L’après-midi : DS15 - PR15,5 . Note moyenne AM : 15,3

  • Robe très violine, foncée.

  • Fruité épuré mais mûr en retenue, discret.

  • Attaque agréable, sur un vin dense, une matière serrée, une jolie finesse de texture, des tanins précis, une fraîcheur sincère. La jeunesse de l’échantillon trahit une austérité progressive, avec une finale qui reste un peu dans les dents, sans inquiétude pour la suite du vieillissement, nécessaire...

 

Le soir : DS15,5 – LG(13,5+) - MS14,5. Note moyenne SOIR : 14,5

  • Nez sur la fraise, le caoutchouc allié à des senteurs animales toutefois discrètes.

  • Bouche concentrée, serrée, un poil rustique avec une finale accrocheuse. Un vin à laisser tranquille pour le moment.

 

 

35. Irouleguy : Domaine Brana 2004 - 13,5°

(Cabernet Franc, Cabernet Sauvignon et Tannat.)

L’après-midi : DS14 - PR15 . Note moyenne AM : 14,5

  • Robe très sombre, prune aux inflexions bordeaux.

  • Joli nez engageant : belle fraîcheur florale (pivoine, violette), viande fraîche, du fruit.

  • Cette sincérité se retrouve en bouche, avec du dynamisme, une offre aromatique élégante. Sans grande envergure, mais bien présenté. Finale encore un peu sévère, amenée à s’arrondir...

 

Le soir : DS14 - LG13,5 - MS14. Note moyenne SOIR : 13,9

  • Bourgeon de cassis, terre battue, groseilles, un bouquet aromatique qui nous oriente vers Marcillac.

  • Bouche légère, acidulée mais présentant une belle franchise du fruit.

 

 

 

5ème série en 6 vins : Décryptage du Merlot dans un vin de Bordeaux.

 

 

 

36. Pomerol : Château Bel-Air 2005 - 13,5°

(Merlot 100% soit Merlot 100%)

L’après-midi : DS13 - PR13 . Note moyenne AM : 13

  • Robe très sombre, prune, avec quelques reflets violine.

  • Senteurs encore un brin timides : fruits noirs, violette.

  • Expression aromatique agréablement fruitée, mais une certaine maigreur en bouche : l’acidité et la présence tannique (sans surprise à ce stade) dominent un peu trop une matière sans le fond nécessaire pour courir un 10000 mètres...

 

Le soir : DS13 - LG13 - MS13,5. Note moyenne SOIR : 13,2

  • Impression Atlantique de cabernet (erreur), discret au boisé intégré.

  • Un certain soyeux pour des tannins qu'on sent nombreux. La matière un peu mince, et végétale est dominée par une acidité prononcée.

 

 

37. Saint Emilion Grand Cru Classé : Château Larcis-Ducasse 2004 - 14°

(Merlot 78/Cabernet Franc 20/Cabernet Sauvignon 2 soit Merlot 78/Cabernets 22)

L’après-midi : DS13,5 - PR13,5 . Note moyenne AM : 13,5

  • Robe très sombre, rubis lumineux mêlé de nuances prune.

  • Caractère solaire, souligné de notes boisées soutenues : riche, mûr, avec une pointe d’alcool.

  • Bouche flatteuse, avec le gras, la rondeur, le crémeux conféré par l’alcool et la barrique. Du volume, mais une distinction qui laisse quelque peu à désirer, une finale qui sèche un peu.

 

Le soir : DS13,5 - LG13,5 - MS13,5. Note moyenne SOIR : 13,5

  • Nez puissant, bien mûr , marqué par un boisé crémeux.

  • Attaque moelleuse, qui se prolonge sur une amertume un peu rustique. La finale tend à sécher.

 

 

38. Médoc : Château Les Grands Chênes 2004 - 13°

(Merlot 50/Cabernet Sauvignon 45/Cabernet Franc 5 soit Cabernets 50/Merlot 50)

L’après-midi : DS13,5 - PR13,5 . Note moyenne AM : 13,5

  • Robe quasi noire, aux bords prune encore légèrement violine.

  • Style bordelais affirmé, notamment au niveau de l’élevage : boisé, café, moka, fumé, menthol.

  • Matière travaillée, à la présentation fardée, assez racoleuse, à la partition toute en rondeur et crème boisée. Nous semble assez superficiel.

 

Encore un vin qui fait régulièrement le grand écart dans nos dégustations.

Malheureusement, cette fois-ci, c’était pas dans le bon sens...

 

Le soir : DS13,5 - LG14,5 - MS14. Note moyenne SOIR : 14

  • Cuir, réglisse, un joli boisé qui accompagne le bouquet avec ses notes de moka, sans couvrir le fruit.

  • De la mâche pour une présence en bouche sérieuse. Les tannins paraissent cependant rustiques, et le vin perd son fruit à l'aération.

 

Rappels :

a. Médoc - Château Les Grands Chênes 2004 : 20/11/2007 à l’ouverture (par Philippe Ricard)

DS13,5 - PR13,5 - CD14 - BLG14. Note moyenne : 13,8

  • Robe brillante, assez fluide, prune, de forte intensité colorante.

  • Nez mêlant fraîcheur et maturité dans une enveloppe toujours dominée par l’élevage : poivron rouge, cerise noire, café, fumé, grillé.

  • Richesse ostentatoire en bouche, privilégiant la démonstration d’un élevage sans mesure (enrobant la bouche de crème, d’impression de sucrosité) à toute forme d’élégance et de subtilité. Finale brutale, sans finesse, plutôt brève.

Médoc - Château Les Grands Chênes 2004 : 20/11/2007 après 5h d’aération (par Laurent Gibet)

DS16,5 - PC16,5 - LG16,5 - MS16,5. Note moyenne SOIR : 16,5

Robe foncée. Nez expressif, vivant, déclinant des senteurs de fruits noirs, de moka, de fleurs capiteuses. La matière remplit bien la bouche, avec des tannins arrondis. Cohérence, délicatesse et suavité, pour un joli grain, qui a l’heur d’offrir en prime un beau suivi.

 

b. Médoc - Château Les Grands Chênes 2004 : 25/10/2007 à l’ouverture (par Philippe Ricard)

DS17 - PR17 - CD16,5 - BLG17. Note moyenne AM : 16,9

  • Robe brillante, assez fluide, très sombre, rubis aux reflets prune.

  • Nez évident de fruit (cerise noire, cassis), relativement pur et spontané (pas de trace boisée), frais (menthe poivrée).

  • Finesse éloquente, maturité juste, délicieusement expressive, n’écrasant ni la fraîcheur ni la franchise d’une bouche au fruité presque gourmand. Belle concentration, bel équilibre pour ce vin généreux, aux tanins fondus. La finale laisse juste percevoir quelques notes chauffées, réglissées, l’eucalyptus, mais sans excès, sans brider l’harmonie générale.

Médoc - Château Les Grands Chênes 2004 : 25/10/2007 après 5h d’aération (par Laurent Gibet)

DS17 - PC16,5 - LG16 - MS16,5. Note moyenne SOIR : 16,5

Un nez nullement aguicheur (comme certains autres vins huppés de la série) : ni "sucré", ni velouté, aucune oeillade boisée vulgaire. Le fruit est assez crémeux mais englobé dans une trame austère qui sent la cerise, la myrtille, la terre humide, la créosote, le cachou. Bouche virile, de bonne tenue, aux fortes flaveurs de goudron. Elle semble limitée en termes de tannins et de longueur (le terroir n'est peut-être pas de premier choix ?). L'élevage semble aussi plus permissif (moins travaillé, ostentatoire ?).

J’avoue avoir été sensible (biais cognitif) à l’enthousiasme général de mes partenaires de dégustation sur cette expression solide et sérieuse (ma note immédiate étant plus basse).

 

Médoc Les Grands Chênes 2004 : 15,5/20 - 2/11/07

Robe foncée. Nez assez "sombre" délivrant des senteurs de qualité : moka, fruits noirs bien mûrs, cerise écrasée, terre, chocolat, réglisse, fleurs (entre violette et jacinthe). Bouche assez soyeuse, avec de la rondeur et du fond. Soupçon lacté et pointe de goudron pour une trame ni ultimement racée ou fine ni très persistante mais au développement irréprochable.

Le lendemain : le goudron est plus intense, qui l'emporte sur la réglisse (finale un poil amère). Belle composition, sans lourdeur, pour une acidité bien en place. Flaveurs de crème de mûre, de tabac (froid), de cachou Lajaunie pour une expression dont la (relative) sévérité est compensée par une agréable maturité de fruit et des tannins pas excessivement fins mais polis.

3ème dégustation pour moi : 15,5 - 16 - 15,5 (jugement homogène)

 

GJE : 15,5 – 28/6/07

 

39. Saint-Julien : Château Branaire Ducru 2004 - 13°

(Cabernet Sauvignon 70/Merlot 22/Cabernet Franc 4 soit Cabernets 74/Merlot 22)

L’après-midi : DS14 - PR13,5. Note moyenne AM : 13,8

  • Robe pourpre très sombre.

  • Ensemble assez fruité (cassis, cerise noire), floral, à la fraîcheur un peu végétale (poivron). Elevage modéré.

  • Joli finesse de matière, tanins intéressants, fraîcheur très digeste mais relative maigreur : le vin manque de générosité, finissant même avec sévérité.

 

Le soir : DS14,5 - LG14,5 - MS14,5. Note moyenne SOIR : 14,5

  • Nez très fin, et frais sur l'encre, le cassis avec une impression de minéralité.

  • Bouche svelte et fine, avenante, où les tannins paraissent très fins. Un ensemble bien digeste.

 

Rappels :

Saint-Julien - Château Branaire Ducru 2004 : 20/11/2007 à l’ouverture (par Philippe Ricard)

DS14 - PR14 - CD15 - BLG13. Note moyenne : 14

  • Robe assez fluide, brillante, sombre, sur un violine très jeune.

  • Nez intéressant, initialement extraverti sur un style opulent, la confiture de fruits rouges, mais se resserrant et se rafraîchissant peu à peu : poivre, menthe, fraise, cerise fraîche, petites baies rouges.

  • Tempo étonnant : rondeur et maturité en attaque laissent place à une jolie fraîcheur, une force épicée, avant de se comprimer fortement dans une finale un peu rigide, à l’acidité trop en exergue.

Saint-Julien - Château Branaire Ducru 2004 : 20/11/2007 après 5h d’aération (par Laurent Gibet)

DS14,5 - PC14 - LG14 - MS14. Note moyenne : 14,1

Notes de cassis, de grillé. Ensemble équilibré, simple (cru bourgeois ?), sans défaut rédhibitoire mais manquant tout de même de charpente et d’inspiration.

 

 

40. Saint-Estèphe : Château Les Ormes de Pez 2004 - 13°

(70% de Cabernet-sauvignon, 10% de Cabernet Franc, 20% de merlot soit Cabernets 80/Merlot 20)

L’après-midi : DS15 - PR14,5. Note moyenne AM : 14,8

  • Robe prune très sombre.

  • Joli nez bordelais : senteurs toastées, légèrement vanillées, grillé mesuré, moka, fruits présents. Élevage raisonnable.

  • En bouche, on retrouve cette mesure : assez dense, tanins fins, de la chair, on apprécie le fruit préservé, sincère, dans un ensemble cohérent et équilibré.

 

Le soir : DS15,5 - LG15 - MS15. Note moyenne SOIR : 15,2

  • Nez dense, au fruit profond, sur le cassis, accompagné de notes grillées mesurées.

  • Bouche en accord avec le nez, aimable et profonde aux tannins fins et salivants.

 

 

41. Pirate : Bergerac : Les Tour Des Verdots 2003 - 14°

(45% Merlot/30 % Cabernet Franc /25% Cabernet Sauvignon soit Cabernets 55/Merlot 45)

L’après-midi : DS13 - PR13 . Note moyenne AM : 13

  • Robe rubis très sombre, virant au noir.

  • Accent riche, très mûr, presque cuit, sur des notes de bois, caramel, champignon.

  • Attaque plaisante par sa générosité (pointe de résiduel), fruité riche, dans un style un peu trop mûr, compoté, mais matière qui s’assèche un peu, pour finir assez astringente, austère, sur les gencives.

 

Le soir : DS13 - LG13 - MS13,5. Note moyenne SOIR : 13,2

  • Nez tendant sur les fruits cuits, la confiture de figue.

  • La richesse se retrouve en bouche mais se traduit malheureusement par une charge alcoolique poussée. La finale assèche la bouche et manque singulièrement de coulant.

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Vous êtes ici : Accueil Dégustations Eclectiques 2008_04_29 Entrainement RVF Didier Sanchez