2008_05_06 Entrainement RVF Didier Sanchez

Le compte rendu complet de cette dégustation de 43 vins est disponible sur le lien suivant :

 

Club toulousain In Vino Veritas

Entraînement pour le championnat de France RVF

de dégustation à l’aveugle

Mardi 6 mai 2008

 

 

 

 

 

La dégustation, préparée par Didier Sanchez est commentée par Philippe Ricard.

 

 

Quelques commentaires de contexte :

Tous les échantillons ont été stockés dans une cave de service, à température adaptée, 10 jours avant notre rendez-vous.

Ils ont tous été ouverts juste avant le début de la séance et présentés à l’aveugle, par série.

Les verres utilisés sont les «Expert» de Spiegelau.

DS : Didier Sanchez – PC : Pierre Citerne – LG : Laurent Gibet – PR : Philippe Ricard.

 

 

 

 

Ordre de dégustation

(Nombre total de dégustateurs : 9)

 

 

 

1ère série de 3 vins : Blanquette de Limoux, champagne Chardonnay et Pinot

 

 

1. Blanquette de Limoux : Caves du Sieur d'Arques Bulle de Blanquette "1" NM - 12,5°

Echantillon défectueux.

(90% Mauzac/5% Chardonnay/5%Chenin)

 

 

2. Champagne Grand Cru : Anselme Selosse "Contraste" Blanc de Noir Brut NM - 12,5°

DS16,5 - PC16 - LG15 - PR15,5 . Note moyenne : 15,8

(100% Pinot Noir)
  • Robe dorée aux reflets or, à l’effervescence apparente sobre.

  • Expression mûre, légèrement évoluée, sur la pomme au four, une suggestion boisée, la vanille.

  • Effervescence fine et plus soutenue que mes précédentes expériences sur le domaine. Le pinot noir s’exprime pleinement, avec maturité, dans un esprit charnu, fruité, ample, au profil vineux. Champagne de caractère, de belle allonge.

 

Rappel : Champagne Grand Cru - Anselme Selosse "Contraste" Blanc de Noir Brut NM : 7/4/2007 (par Philippe Ricard)

S15,5/16 – PC16 - LG16,5 - PR16,5 – BLG14 - Note moyenne : 15,8 (vin passé en carafe juste avant le service)

  • Robe brillante, or clair, sans effervescence apparente.

  • Nez plutôt discret, un peu réduit, paraissant même légèrement éventé. La pomme semble le parfum le plus immédiat.

  • L’attaque saisit par sa fraîcheur, son acidité ferme. Le corps est particulièrement riche, doté d’une grosse matière, parfaitement tenue par une belle fermeté minérale, une grande finesse de texture. On distingue à ce stade encore quelques arômes du fût, notamment le beurre et le pain grillé, mais sans aucune exagération. La finale est de très belle longueur, très imprégnante, exsangue de toute note de dosage.

Ce qui étonne le plus, c’est la faiblesse de l’effervescence et l’extrême finesse des bulles : c’est tout juste frétillant et on pourrait y voir une relative ressemblance avec la méthode traditionnelle des Vouvray de Philippe Foreau, par exemple.

Une chose est sûre, voici un champagne profondément vineux !

 

 

3. Champagne Grand Cru : Anselme Selosse "Version Originale" Blanc de Blancs Extra Brut NM - 12°

DS16,5 - PC16 - LG15,5 - PR15,5 . Note moyenne : 15,9

(100% Chardonnay)
  • Jaune or vif, lumineux, à l’effervescence apparente assez faible.

  • Avec ce chardonnay, on plonge dans un univers de fraîcheur, de précision, de sobriété aromatique (pomme, fleurs blanches, craie), avec une matière plus serrée, tendue, au socle acide et minéral plus austère, très étiré. Un autre Champagne de caractère où l’effervescence, encore une fois, reste plus soutenue que dans mon souvenir.

 

 

La comparaison entre ce blanc de blancs et le blanc de noirs précédent est particulièrement intéressante, avec 2 présentations aussi distinctes que représentatives de leur encépagement.

 

 

 

2ème série en 5 vins : Marsanne, Roussanne, Rolle

 

 

 

4. Saint-Péray : Domaine Alain Voge "Fleur de Crussol 2005 - 14°

DS13,5 - PC12 - LG12 - PR12,5 . Note moyenne : 12,5

(100% Marsanne)

Alain Voge possède les plus anciennes vignes (70 ans) de l’appellation Saint-Péray, des marsannes, plantées sur un coteau granitique avec lesquelles il produit cette cuvée Fleur de Crussol

  • Robe paille-jauni aux reflets gris.

  • Senteurs étranges mêlant l’anis, la guimauve, le menthol, aux impressions boisées, la crème catalane, le rhum blanc.

  • Bouche méridionale, grasse, avec du résiduel, de l’alcool, une certaine mollesse, doublée d’une amertume ingrate.

 

 

5. Côtes du Ventoux blanc : Domaine de Fondrèche "Persia" 2007 - 13,5°

DS13,5 - PC12 - LG12,5 - PR13 . Note moyenne : 12,8

(Roussanne majoritaire)

  • Robe paille aux reflets vert.

  • Offre olfactive sans pudeur : pamplemousse, pêche blanche, abricot, muscat, perturbée toutefois par de vagues impressions artificielles.

  • Bouche qui ne cherche pas le raffinement, mais l’impact aromatique, conjugant aussi gras, volume, maturité, une certaine gourmandise, avec toujours cette déplaisante sensation chimique.

 

Rappels :

Côtes du Ventoux blanc - Domaine de Fondrèche "Persia" 2007 : 29/4/2008 à l’ouverture (par Philippe Ricard)

DS14 - PR14 . Note moyenne : 14

  • Robe claire, jaune pâle.

  • Fragrances séduisantes de pêche jaune, fruits blancs, nougat, amande.

  • Caractère plaisant par son offre aromatique fruitée, mais limité par sa matière capiteuse (malgré la présence aérienne de CO²), un rien molle, qui pourrait lasser en l’absence de modération...

Côtes du Ventoux blanc - Domaine de Fondrèche "Persia" 2007 : 29/4/2008 après 5h d’aération (par Miguel Sennoun)

Le soir : DS14 - LG14 - MS14. Note moyenne SOIR : 14

  • Nez intense, muscaté avec de l'abricot, de la guimauve.

  • Bouche grasse, aux accents aromatiques solaires. Un peu d'alcool mis en avant mais un coté dynamique équilibrant. Un vin bien expressif, ouvert.

 

6. Patrimonio : Domaine d'E-Croce Yves Leccia 2006 - 13,5°

DS15,5/16 - PC15,5 - LG15 - PR15,5 . Note moyenne : 15,4

(Vermentinu 100%, sol argilo-calcaire sur socle schisteux)

  • Robe bien claire, paille aux reflets vert et gris.

  • Jolie présence aromatique : fleurs blanches, pamplemousse, pomme, poire, fenouil.

  • Bouche imposante, par son gras, son volume, sa puissance, sa noble amertume, une pointe saline : du poids, encore une certaine sévérité d’ensemble, mais une belle tenue et un impact certain.

 

Rappels :

a. Patrimonio - Domaine d'E-Croce Yves Leccia 2006 : 03/2008 (par Philippe Ricard) : 15/20

  • Robe paille, claire, avec des reflets gris vert.

  • Jolie expression aromatique, franche, sudiste : pamplemousse, acacia, gingembre, poivre blanc, anis, fenouil, estragon.

  • Ample, puissant, mûr, mais toujours frais, avec sa pointe de CO² aérienne et une légère amertume qui évite toute mollesse. Un vin réussi, plein, dans un beau millésime Corse.

b. Patrimonio - Domaine d'E-Croce Yves Leccia 2006 : 05/2007 au domaine (par Philippe Ricard) : 15/20

  • Robe toujours aussi claire, paille aux reflets vert.

  • Nez un peu moins expressif, certes toujours floral (toujours fleurs blanches), mais sur la retenue, la finesse, une tension plus perceptible.

  • Bouche toujours fraîche, mûre et tendue à la fois, plus minérale, très florale et plantes aromatiques.

Sans être d’une complexité majeure, il ravit par son élégance et sa finesse, ce qui est une réussite pour un vin du sud, ainsi qu’une persistance en fin de bouche.

 

7. Coteaux Varois en Provence : Château de Margillière blanc 2006 - 12,5°

DS13 - PC13,5 - LG13 - PR13 . Note moyenne : 13,1

(Pas de fût, 95% de Rolle/5% d'Ugni Blanc)

Les Coteaux Varois blancs n'ont pas droit à 100% de Rolle…

  • Robe paille délicatement saumonée, repère bien particulier.

  • Présentation fruitée : coing, poire, pomme, anis.

  • Bouche simple et originale, balsamique, épicée, associant gras et amertume.

 

Rappels :

Coteaux Varois en Provence - Château de Margillière blanc 2006 : 29/4/2008 à l’ouverture (par Philippe Ricard)

DS13 - PR13. Note moyenne : 13

  • Etonnante robe paille, claire, aux doux reflets saumonés.

  • Senteurs fruitées : fruits blancs, pêche, pomme, poire, pomelo, coing.

  • Caractère atypique, jonglant entre gras, alcool, maturité, amer et vivacité ! Plus curieux que profondément séduisant.

Coteaux Varois en Provence - Château de Margillière blanc 2006 : 29/4/2008 après 5h d’aération (par Miguel Sennoun)

Le soir : DS13 - LG13 - MS12,5. Note moyenne SOIR : 12,8

  • Sensations d'anis, de fenouil, de poivre, avec au fond un beau fruit frais bien présent.

  • Bouche vive au profil paradoxalement sudiste (alcool). L'amertume est marquée.

 

 

8. Coteaux Varois en Provence : Château de Margillière blanc "Hautes Terres" 2003 - 13°

DS12 - PC12 - LG11 - PR11,5 . Note moyenne : 11,5

(100% fut; 95% de Rolle/5% d'Ugni Blanc)

En blanc, Haute Terre 2005 n'existe pas et 2004 sera commercialisé en septembre. Enfin, les Coteaux Varois blancs n'ont pas droit à 100% de Rolle...)

  • Robe lumineuse, jaune aux reflets dorés.

  • Vin oppressé par la barrique, souffrant le martyr : expression aromatique caricaturale (bois, vanille, crème pâtissière, alcool), matière écoeurante (mollesse, amertume, chaleur).

 

Rappels :

Coteaux Varois en Provence - Château de Margillière blanc "Hautes Terres" 2003 : 29/4/2008 à l’ouverture (par Philippe Ricard)

DS11 - PR11,5 . Note moyenne : 11,3

  • Robe jaune vif, avec quelques reflets or.

  • Bel exemple de tyrannie boisée : vanille et bourbon masquent la moindre molécule odorante.

  • Caricature reproduite en bouche où le gras, l’alcool, la mollesse s’ajoutent aux arômes disgracieux.

Coteaux Varois en Provence - Château de Margillière blanc "Hautes Terres" 2003 : 29/4/2008 après 5h d’aération (par Miguel Sennoun)

Le soir : DS11 - LG11 - MS11. Note moyenne SOIR : 11

  • Du bois, rien que du bois.

  • On retrouve l'amertume du vin précédent mais ici tout est recouvert de bois. Vin fatigant, chaud, à la limite du buvable.

 

 

 

3ème série en 8 vins : Chardonnay du Jura, Macon, Pouilly-Fuissé, Meursault, Puligny-Montrachet, Chablis

 

 

 

9. Côtes du Jura Chardonnay : Domaine Ganevat "Les Chalasses Vieilles Vignes" 2005 - 13°

DS14,5/15 - PC15 - LG14 - PR14,5 . Note moyenne : 14,6

(100% Chardonnay)
  • Robe paille aux reflets gris-vert.

  • Elevage précis offrant un nez de chardonnay sous bois classique, élégant, avec ses notes de grillé, noisette, fruits blancs.

  • Matière aussi nette et propre, séveuse, à l’acidité vive (aiguillant sur le Jura), offrant au vin un caractère digeste qu’on aimerait associer à table. Très jolie longueur.

 

 

10. Arbois : Domaine Tissot Stéphane "Les Bruyères" 2005 - 13,5°

DS15,5 - PC15,5 - LG14,5 - PR15,5. Note moyenne : 15,3

(100% Chardonnay)
  • Robe paille aux reflets gris.

  • Une certaine noblesse dans ces senteurs de grillé, fumé, levure, pomme verte. Très séduisant.

  • Belle finesse, de l’élégance, une acidité dynamique, une bouche qui se resserre peu à peu pour finir avec longueur et distinction.

 

Rappel : Arbois - Domaine Tissot Stéphane "Les Bruyères" 2005 : 14/06/2007 (par Pierre Citerne)

DS AM15,5/16 - DS SOIR16 - PC16 - MS16,5 - CD15,5.

Note moyenne AM : 15,6 et SOIR : 16,2

- Aspect gras

- Nez ample, un peu musqué, fruit largement offert, agrumes et pêches…

- Large, le vin l'est aussi en bouche, présent, corsé, plein, possédant une assise aussi solide que son ossature acide.

 

 

11. Arbois Chardonnay : Domaine Rijckaert "En Paradis" Vieilles Vignes 2005 - 13°

DS13,5 - PC13,5 - LG13 - PR14 . Note moyenne : 13,5

(100% Chardonnay)
  • Robe paille aux reflets gris-vert.

  • Mûr, expressif, avec un caractère flatteur : noisette, nougat, caramel au lait, vanille, citron, yaourt.

  • Bouche symétrique, assez simple, qui cherche à plaire, profitant d’un équilibre juste entre maturité et acidité, mais au caractère aromatique un peu banal.

 

 

12. Mâcon-Chardonnay : Les Héritiers du Comte Lafon Clos de la Crochette 2005 - 13°

DS14 - PC14,5 - LG14,5 - PR15 . Note moyenne : 14,5

(100% Chardonnay)
  • Robe paille aux reflets vert.

  • Effluves de caractère (léger réduit, sardine à l’huile, grillé), au relief plaisant.

  • Bel ensemble cohérent, mûr, finement traité, jouant sur une partition généreuse, ronde, habilement grillée, n’avouant ses limites qu’en finale par un léger excès de largeur, une pointe d’alcool.

 

Rappel : Mâcon-Chardonnay - Les Héritiers du Comte Lafon Clos de la Crochette 2005 : 12/2006 (par Philippe Ricard) : 15/20

  • Robe claire, brillante, fluide, paille aux reflets verts.

  • Particulièrement mûr et ample, le nez s’ exprime sur des notes primaires de poire et de pêche, plus quelques légères notes grillées provenant de l’élevage. C’ est fin.

  • Attaque fraîche, corps puissant, gras, avec une belle matière, une intensité de très bonne facture, le tout sous des notes très fruitées, un peu exotiques. Le vin finit sur la fraîcheur et l’harmonie.

 

 

13. Pouilly-Fuissé : Domaine Ferret "Tournant de Pouilly, Hors Classe" 2004 - 13,5°

DS15 - PC15 - LG14 - PR14. Note moyenne : 14,5

(100% Chardonnay)
  • Robe paille aux reflets vert.

  • Boisé volontaire, assez juste (grillé, noisette, toast), arômes organiques (jaune d’oeuf, beurre), témoignent d’un vin soigné, assez ambitieux.

  • Bien en chair, le vin affiche un style aimable, rond, au grillé plaisant, manquant peut-être d’un brin de tension pour s’affirmer avec plus de force.

 

Rappels :

a. Pouilly-Fuissé - Domaine Ferret "Tournant de Pouilly, Hors Classe" 2004 : 29/04/2008 à l’ouverture (par Philippe Ricard)

DS14 - PR14 . Note moyenne : 14

  • Robe jaune clair aux reflets vert-doré.

  • Profil boisé évident (beurre, vanille, brioche), dans un ensemble riche et ouvert (jaune d’oeuf, noisette).

  • Matière consistante, ample, au profil flatteur et travaillé (élevage, bâtonnage), au fond sérieux mais pas encore révélé.

  • Pouilly-Fuissé - Domaine Ferret "Tournant de Pouilly, Hors Classe" 2004 : 29/04/2008 après 5 h d’aération (par Miguel Sennoun)

Le soir : DS14,5 - LG13 - MS14,5. Note moyenne SOIR : 14

  • Boisé bien perceptible, mais intégré. Arômes particuliers de banane flambée, anisés.

  • Équilibre gourmand, charmeur, et bouche persistante pour un ensemble techniquement bien fait qui nous fait penser à Goisot Corps de Garde. Certains y trouvent cependant trop de bois.

b. Pouilly-Fuissé - Domaine Ferret "Tournant de Pouilly, Hors Classe" 2004 : 1/04/2008 à l’ouverture (par Philippe Ricard)

DS15 - PR15 - CD15,5. Note moyenne : 15,1

  • Belle robe jaune plus soutenue, aux reflets or.

  • Boisé discret, grillé mesuré, ensemble harmonieux : pomme, beurre, noisette, brioche, vanille.

  • Jolie matière, avec du gras, du volume, du fond, une expression mûre, assez flatteuse : ensemble charmeur, non dénué de race.

Pouilly-Fuissé - Domaine Ferret "Tournant de Pouilly, Hors Classe" 2004 : 1/04/2008 après 5 h d’aération (par Laurent Gibet)

DS15,5 - LG15,5/16 - MS16. Note moyenne: 15,8

On a ici un net surcroît d’élégance grâce à des senteurs mûres de fruits blancs, d’agrumes et de fleurs.

Bouche grasse et fine à la fois, raffinée, pure. Réconfortant charmes floral et fruité.

 

 

14. Meursault : Domaine Rémi Jobard "En Luraule" 2005 - 13°

DS14 - PC? - LG14 - PR14 . Note moyenne : 14

(100% Chardonnay)
  • Robe paille, claire, aux reflets gris.

  • Très pomme, un peu poire, fleurs blanches, plus franchement anisé, l’ensemble ne respire pas forcément le chardonnay.

  • Matière encore sans grand relief, à l’attaque ronde, au corps assez fin, suffisamment vif pour garder de la fraîcheur et de la longueur en bouche, mais sans réelle affirmation aromatique.

 

 

15. Puligny-Montrachet 1er cru : Domaine Chavy "Les Folatières" 2005 - 13,5°

DS13,5 - PC12 - LG13 - PR13,5 . Note moyenne : 13

(100% Chardonnay)
  • Robe paille-jauni aux reflets vert.

  • Odeurs au boisé conventionnel, sans distinction particulière : vanille, crème pâtissière, toast appuyé.

  • Une pointe résiduelle, de la rondeur, de la gourmandise dans un esprit flatteur qui échappe difficilement à une certaine mollesse, tant aromatique que structurelle. A ce stade, le bois est trop présent.

 

 

16. Chablis Grand Cru : Domaine William Fèvre "Bougros Côte Bouguerots" 2005 - 13°

DS16,5 - PC15 - LG15+ - PR15,5 . Note moyenne : 15,5

(100% Chardonnay)
  • Robe paille aux reflets vert.

  • Présentation racée, signée Chablis : léger réduit, fromage de chèvre, touches citronnées, une fraîcheur significative.

  • Si le vin affiche de la richesse en attaque, il imprime rapidement son équilibre, assis sur une acidité persistante, une certaine impression calcaire. Le vin finit étiré, serré, encore austère, mais au potentiel rassurant.

 

 

 

4ème série en 16 vins : Les cépages blancs à robe prétendument très claire

Du nord au sud de la France

 

 

 

17. Pinot Blanc : Domaine Blanck 2006 - 12,5°

DS13 - PC13,5 - LG13,5 - PR13 . Note moyenne : 13,3

(Pinot Blanc 100%)
  • Robe paille-jauni aux reflets gris.

  • Force olfactive généreuse : agrumes (orange, citron), pomme, muscat, zest.

  • Douceur aromatique, mûre, ronde, vivement ressaisie sur son acidité, une pointe d’amertume, comme si on mâchait un zeste d’orange. Sans ambition, mais avec franchise.

 

 

18. Sylvaner : Domaine Ostertag "Les Vieilles Vignes" 2006 - 12°

DS14,5 - PC15 - LG14 - PR15 . Note moyenne : 14,6

(Sylvaner 100%)
  • Robe jaune clair.
  • Beau relief aromatique : eau de Cologne, fruits confits, beurre, fumé, l’ensemble est étonnant, mais le parfum ne laisse pas indifférent.

  • Etrange douceur en bouche, mêlant générosité et amertume, chair et austérité. Beaucoup de goûts, de saveurs, pour un Sylvaner étonnant, intense, excitant.

 

 

19. Vin de Savoie "Apremont" : Domaine Adrien Vacher "Les Adrets" 2006 - 11,5°

DS14 - PC14,5 - LG13 - PR14 . Note moyenne : 13,9

(Jacquère 100%)
  • Robe très claire, paille aux reflets gris.

  • Nez assez noble, sur un beau grillé, un réduit mesuré, des senteurs de citron, fromage de chèvre.

  • Le profil aromatique n’est pas évident à l’aveugle (certaine austérité) et, malgré la maturité de matière, c’est l’acidité plutôt « montagnarde » qui pourrait nous indiquer ses origines : le vin est frais, vif, tendu, présenté avec sincérité, sans chichi.

 

 

20. Roussette de Savoie : "Marestel" Les Fils de Claudius Bardet 2006 - 13°

DS14,5 - PC14,5 - LG13,5 - PR13,5 . Note moyenne : 14

(Altesse 100%)
  • Robe jaune-doré, assez vive.

  • Senteurs muscatées, pomelo, citron, champignon, épices, révèlent un nez bien ouvert.

  • Très aromatique, le vin affiche un profil charmeur, fruité, doucereux, trouvant ses limites dans une certaine mollesse.

 

 

21. Muscadet de Sèvre et Maine : Domaine de l'Ecu "Expression de Granite" 2005 - 12°

DS16 - PC16 - LG15 - PR15 . Note moyenne : 15,5

(Melon de Bourgogne 100%)

  • Robe paille aux reflets vert.

  • Pomme verte, anis, amande, pointe balsamique pour un profil odorant certes encore sobre, mais pur.

  • Bouche nette, tendue, à l’acidité saillante, misant sur sa fraîcheur, son profil assez strict, resserré, qui ne lâche pas grand chose, pour laisser entrevoir un bel avenir...

 

 

22. Vouvray sec : Domaine du Clos Naudin 2005 - 13,2°

DS16 - PC16 - LG15 - PR15 . Note moyenne : 15,5

(Chenin 100%)
  • Robe jaune clair.
  • Offre assez timide, sur une pomme bien esseulée.

  • Matière tendue, épurée, nerveuse, sans trop de concessions (juste une pointe de gourmandise, d’amabilité, empreinte du millésime), assez refermée en l’état, demandant de la patience pour déployer ses ailes de papillon... Mais tout est en place, avec justesse.

 

Rappels :

Vouvray sec - Domaine du Clos Naudin 2005 : 11/01/2008 à l’ouverture (par Philippe Ricard)

DS15,5/16 - PR15,5 - CD15. Note moyenne : 15,4

  • Robe claire, paille aux reflets gris.

  • Nez discret : pomme, calvados, agrumes, minéral dans un style assez sérieux, voire austère.

  • Maturité moins timide en bouche, mais rapidement contenue par un duo acidité/minéralité assez tranchant. Matière fine, étirée, pure, au final d’une grande fraîcheur citronnée.

Vin superbement bâti, mais au potentiel loin d’être révélé : vin d’avenir…

Vouvray sec - Domaine du Clos Naudin 2005 : 11/01/2008 après 5h d’aération (par Laurent Gibet)

DS16,5 - PC16 - LG16,5 - MS17. Note moyenne : 16,5

Nez pur mêlant des senteurs de fruits blancs, de citron, de fleurs de pommier, de coquillage, d’épices. Matière

altière, moins policée que celle du raffiné Mont 2005 de Huet, de style plus sauvage, persistante. Loin d’être

prête à être bue évidemment, elle bénéficie pleinement de la générosité du millésime. Elle semble aussi un peu le

compromis entre le charme aromatique du Bourg 2005 et la force structurelle du Mont 2005.

 

 

23. Sancerre : Henri Bourgeois La Vigne Blanche 2006 - 12,5°

DS14/13,5 - PC14 - LG13,5 - PR13,5 . Note moyenne : 13,7

(Sauvignon 100%)
  • Robe paille-jauni aux reflets gris.

  • Définition variétale du cépage sauvignon : buis, bourgeon de cassis, ortie.

  • Matière peu aimable, raide, dure, sans maturité évidente, sauvée par sa finale, crayeuse, plus distinguée.

 

 

24. Bouzeron : Aubert et Pamela De Villaine 2005 - 12,5°

DS14 - PC14,5 - LG13,5 - PR14 . Note moyenne : 14

(Aligoté 100%)
  • Robe jaune clair.
  • Etonnant profil, avec un côté lactique (caramel au lait pour certains) et un aspect camphré, iodé, plus étroit.

  • Matière profondément digeste et rafraîchissante, tendue, pariant autant sur sa vivacité sympathique que sa chair bien constituée, signe d’un millésime mûr.

 

Rappel : Bouzeron - Aubert et Pamela De Villaine 2005 : 12/2006 (par Philippe Ricard) : 14/20

  • Robe claire, brillante, fluide, paille aux reflets verts.

  • Bien vif, le nez exprime avec élégance et fraîcheur de beaux arômes de fleurs blanches (acacia) et de poire mûre.

  • L’acidité est omniprésente en bouche, conférant indéniablement une grande vivacité et une grande fraîcheur au vin. Elle n’en est pas moins agréable, balancée par une jolie maturité des fruits (poire, pomme) et d’élégantes notes de fleurs blanches et de menthol. Mais le corps reste assez simple.

 

 

25. Chablis 1er cru : Jean-Marc Brocard "Tastevinage" 2005 - 13°

DS14 - PC14,5 - LG13,5 - PR13 . Note moyenne : 13,8

(Chardonnay 100%)
  • Robe paille aux reflets jaune.

  • Fruité guilleret, légèrement muscaté, dont l’expression nous aurait gentiment conduit vers l’Alsace...

  • Toujours ce manque de typicité chablisienne par ce profil aromatique un peu déluré, trouvant ses limites dans une pointe de verdeur en finale, un peu amère et courte.

 

 

26. Mâcon-Pierreclos : Domaine Guffens-Heynen "En Crazy" 2005 - 13°

DS14? - PC(14) - LG13+ - PR14,5 . Note moyenne : (13,9)

(Chardonnay 100%)
  • Robe paille aux reflets vert.

  • L’ouverture est assez ingrate, bloquant le nez sur une marque d’élevage exclusive. L’aération le révèle davantage, affinant le grillé, le beurre, la vanille pour leur donner davantage de subtilité.

  • Même évolution en bouche qui dépeint alors la silhouette d’un vin à l’acidité vive, aérienne, une belle finesse de texture, d’assez nobles arômes de brioche, noisette et grillé, sans atteindre encore la complexité escomptée. Outre le manque d’oxygène, le vin est à ce stade encore dominé par la barrique, sans que cela soit pour autant inquiétant.

 

 

27. Château Grillet 2000 - 13,5°

DS(17) - PC17 - LG16,5/17 - PR16 . Note moyenne : 16,7

(100 % Viognier)
  • Robe paille aux reflets vert.

  • Formidable démonstration de l’exigence d’un vin sans compromis : d’une expression retorse, dominée par le soufre, une réduction puissante (odeur de poulailler), le vin dévoile peu à peu sous cette épaisse cuirasse son caractère profond, sans pour autant céder à la facilité : pétard mouillé, pierre à briquet, notes iodées, coquille d’huître, puis léger grillé, soupçon d’abricot, de fleur d’oranger. Une leçon de complexité, mais pas vraiment de charme...

  • La bouche est tout aussi exigeante et « spéciale », la matière, introvertie, s’arc-boutant sur son austérité, son intransigeance minérale, sa droiture encore sévère. La finale semble quelque peu s’adoucir, mêlant un semblant de gras à sa longueur remarquable.

 

Un vin qui peut parfaitement diviser et déplaire à un grand nombre, comme combler les aficionados, bien qu’il nous ait moins régalés que dans la verticale que nous lui avions consacrée.

 

Rappels :

Château Grillet 2000 : 21/06/2007 à l’ouverture (par Philippe Ricard)

DS AM17,5/18 - PC17,5/18 - PR18 - CD17.

Note moyenne : 17,6
  • Il est difficile de déceler une variation d’intensité colorante ! Couleur paille avec quelques reflets vert et jaune vif, grasse, cette robe reproduit le profil d’une jeunesse intacte.

  • Nez très intense, profondément marqué par le camphre, presque chloré, des impressions de grillé, il exprime avec évidence sa minéralité intrinsèque.

  • En bouche, les premières qualités de Grillet décelées dans les 2 premières bouteilles sont ici décuplées : richesse d’une matière prégnante à la signature aromatique complexe, limpide, minéralité tranchante, puissance maîtrisée, rectitude implacable, persistance étonnante… A la fois long et large, riche et précis, ce vin a tout d’un grand ! Incrachable !

Château Grillet 2000 : 21/06/2007 après 5h d’aération (par Laurent Gibet)

DS SOIR17,5/18 - LG18.

Note moyenne : 17,8

· Robe aux subtils reflets verts.

· Nez plus viril, réduit/grillé, très "infusion de roche". Exhalaisons complémentaires (récurrentes) de miel, d'amande, de fleurs de vergers, de tilleul, de menthol.

· En bouche, ces goûts fins et complexes sont finement architecturés. On profite d'une magistrale amplitude minérale et fruitée (jus d'orange, grenade), la générosité n'excluant nullement la rectitude.

Un grand vin, à la finesse ultime, sûr de lui, parfaitement sculpté

 

 

28. Pessac-Léognan : Château Couhins-Lurton 1996 - 12,5°

DS13 - PC12 - LG13 - PR13,5 . Note moyenne : 12,9

(100 % Sauvignon)
  • Robe jaune-doré aux reflets vert.

  • Profil sans distinction majeure, mélangeant un petit côté surmûr (on pourrait croire à la présence de sémillon) à l’expression assez variétale du sauvignon verdoyant (buis, bourgeon de cassis), relevé de boisé exposé.

  • Puissance aromatique assez baroque, soulignée d’une acidité citrique (citron vert), d’amertume de peau de pamplemousse, dans un style général assez musclé et austère.

 

Rappels :

Pessac-Léognan - Château Couhins-Lurton 1996 : 11/03/2008 à l’ouverture (par Philippe Ricard)

DS15,5 - PR14,5 - CD16. Note moyenne AM : 15,3

  • Robe jaune doré aux reflets vert.

  • Boisé fin (vanille, beurre), ne bridant pas une expression assez aromatique (agrumes).

  • Etonnant mariage de gras et d’acidité citronnée pour un ensemble assez fin, frais, non dénué de charme. Finale un rien amère, de bonne longueur.

Pessac-Léognan - Château Couhins-Lurton 1996 : 11/03/2008 après 5h d’aération (par Laurent Gibet)

DS14,5 - LG14 - MS14. Note moyenne SOIR : 14,2

Nez marin (atlantique ?), beurré, citronné, fleuri ; odeurs de foin, de vanille, de zestes, de citronnelle.

Bouche ferme (acidité malique ?), austère, avec ce quant-à-soi particulier peu emballant du millésime.

 

 

29. Limoux : Domaine Mouscaillo 2005 - 13°

DS14,5 - PC15 - LG14,5 - PR15,5 . Note moyenne : 14,9

(99% Chardonnay, 1% Mauzac )

  • Robe paille aux reflets vert.

  • Derrière un penchant encore réduit on devine la maturité d’un vin sudiste, bien fait, avec ses fruits blancs (pomme, pêche), son fenouil, sa fraîcheur (citron) préservée.

  • Bouche séveuse, avec une matière sérieuse, mais un style vif, percutant, citronné, où la fraîcheur et l’acidité ont tendance à semer le doute vers la région auxerroise... Du fond et un brin de sévérité pour ce vin à l’allonge appréciable. Belle réalisation, très digeste.

 

Rappel : Limoux - Domaine Mouscaillo 2005 : 28/04/2008 (par Laurent Gibet)

DS15 – PC(14) - LG14 - PR15 - MS14 - Note moyenne : 14,4

Nez fermé, particulièrement rétif. Percent quelques notes de craie, de fenouil dans un fond d’agrumes.

Bouche plus en étroitesse, végétale, mordante. Générosité ici en retrait pour un vin qui rappelle un peu un aligoté.

 

 

30. Vin de Pays de L'Hérault : Domaine Mas Jullien 2005 - 13°

DS15,5/16 - PC14 - LG14 - PR15 . Note moyenne : 14,7

(Grenache blanc et Carignan blanc, puis Chenin, Roussanne, Viognier, Clairette et Manseng)

  • Robe paille aux reflets vert et gris.

  • Nez encore réservé : impression réduite noble, notes de grillé délicat, brioche, croûte de fromage, pointe levurée.

  • Bel équilibre pour un vin qui cache bien ses origines sudistes, assumant son volume, par un socle acide naturel, un toucher de bouche précis, un élevage respectueux de l’expression aromatique, certes peu épanouie en l’état, mais déjà sympathique (agrumes, toasté, fruits blancs).

 

Rappels :

a. Vin de Pays de L’Hérault - Domaine Mas Jullien 2005 : 1/4/2008 à l’ouverture (par Philippe Ricard)

DS16,5 - PR16,5 - CD15,5. Note moyenne : 16,2

  • Robe claire, paille aux reflets vert.

  • Belle noblesse grillée, qui meursaulte quelque peu : beau réduit, noisette, beurre, champignon, poire.

  • Bouche salivante, séveuse, complexe, jouant sur son volume autant que son équilibre. Longueur saisissante. Joli numéro.

Vin de Pays de L’Hérault - Domaine Mas Jullien 2005 : 1/4/2008 après 5h d’aération (par Laurent Gibet)

DS15,5 - LG14,5 - MS14,5. Note moyenne : 14,8

Un nez un peu chablisien (agrumes, grillé, réglisse, pomme, poire), initialement réduit. Peu causant avec une

présence de bois encore nette.

Bouche pas trop facile à cerner, non dénuée d’acidité.

b. Vin de Pays de L’Hérault - Domaine Mas Jullien 2005 : 21/6/2007 à l’ouverture (par Philippe Ricard) : 16,5/20

  • Robe très claire, tout juste paille, avec des reflets vert. Brillante, un peu épaisse.

  • Très noble nez signé d’une réduction des plus classe, avec en plus des notes de beurre, de toast, de brioche, de noisette. Frais et intense, il m’emmène volontiers vers la Côte de Beaune et Meursault !

  • Bouche grasse et fraiche (belle acidité), tendue, sur les agrûmes, les fruits blancs, un toucher superbe (élevage magnifiquement soigné et mesuré), belle finale. Le vin est assez réjouissant malgré un manque de complexité aromatique à ce stade : il impose une classe certaine.

Impossible de l’imaginer ailleurs qu’en Côte de Beaune : un Grand Vin blanc du Sud…

Vin de Pays de L’Hérault - Domaine Mas Jullien 2005 : 21/6/2007 après 5h d’aération (par Laurent Gibet) : 13/20

Nez gras (rillettes), avec du fond, pour des senteurs de fleurs blanches, de vanille, d'agrumes, de pomme verte, avec un soupçon de guimauve.

Bouche bancale, commençant joufflue mais terminant acide, avec un boisé qui ressort fortement. Pensé à un vin du mâconnais. A revoir plus particulièrement !

 

 

31. Vin de Pays du Gard : Domaine Roc d'Anglade 2005 - 13°

DS15 - PC15 - LG14 - PR15 . Note moyenne : 14,8

(100 % Chenin)
  • Robe jaune claire.
  • Léger côté oxydé dans une présentation odorante pourtant fraîche, bien marquée par la pomme, quelques touches levurées, le baba au rhum.

  • Beau mélange de saveurs (résiduel, amertume, gras) dans une bouche jouissant d’une densité certaine, de volumes généreux, mais galvanisée par une tonicité appréciable.

 

 

32. Patrimonio : Domaine Antoine Arena Grotte Di Sole 2006 - 14°

DS15 - PC15 - LG14 - PR14. Note moyenne : 14,5

(100 % Vermentinu)
  • Robe paille aux reflets gris-vert.

  • Fraîcheur tempérée par une maturité aromatique expansive : pamplemousse, pêche, pointe muscatée, fleurs blanches.

  • Sensualité toute aussi « palpable » en bouche, avec du gras, de la rondeur, voire une pointe de tendresse qui contrebalancent la puissance amère du cépage. Un vin charnel, quelque peu plantureux, misant sur la générosité.

 

 

 

5ème série en 3 vins : Château de Margillière rouge

 

 

 

33. Coteaux Varois en Provence : Château de Margillière rouge "Bastide" 2005 - 12,5°

DS13 - PC12,5 - LG13,5 - PR13,5 . Note moyenne : 13,1

(40% fut; 60% Syrah/20% Cabernet Sauvignon/10% Grenache/10% de Mourvèdre)

  • Robe sombre, prune aux reflets bordeaux.

  • Nez modeste, mais frais : fruits acidulés, griotte, framboise.

  • Bouche relativement bourrue, à l’acidité un peu raide, mais au fruité sympa tout autant que limité. Ensemble rustique.

 

Rappels :

Coteaux Varois en Provence - Château de Margillière rouge "Bastide" 2005 : 29/4/2008 à l’ouverture (par Philippe Ricard)

DS13 - PR13. Note moyenne : 13

  • Robe moyennement sombre, prune, avec quelques reflets toujours violine.

  • Odeurs florales assez fraîches doublées de cerise, cassis, jus d’orange.

  • Bouche spontanée, au fruité sympathique, mais un peu légère. Finit sèchement.

Coteaux Varois en Provence - Château de Margillière rouge "Bastide" 2005 : 29/4/2008 après 5h d’aération (par Miguel Sennoun)

Le soir : DS12,5 - LG12,5 - MS12,5. Note moyenne SOIR : 12,5

  • Nez fruité, sur la cerise, les fruits noirs. Un brin lactique mais frais dans l'ensemble.

  • Bouche au caractère chiche, présentant une acidité marquée et une impression de sucrosité.

 

 

34. Coteaux Varois en Provence : Château de Margillière rouge Hautes Terres 2004 - 13°

DS11 - PC9 - LG11 - PR11,5 . Note moyenne : 10,6

(100% fut neuf, 60% Syrah/20% Cabernet Sauvignon/20% Grenache)

  • Robe prune très sombre.

  • Le fût de chêne a patiemment ravagé la matière pour apporter son lot d’arômes vulgaires, d’astringence, de sécheresse de tanins rarissime. A oublier.

 

Rappels :

Coteaux Varois en Provence - Château de Margillière rouge Hautes Terres 2004 : 29/4/2008 à l’ouverture (par Philippe Ricard)

DS12 - PR12. Note moyenne : 12
  • Robe prune bien sombre.
  • Excès de la barrique sensibles : profil boisé, lactique, crémeux, lourdaud.

  • Bouche symétrique : pas de raffinement, ni caractère, mais un vin massif, banal, qui n’assume pas ce traitement abusif.

L’étiquette porte la mention « vieilli en fûts de chêne ».

On confirme...

Coteaux Varois en Provence - Château de Margillière rouge Hautes Terres 2004 : 29/4/2008 après 5h d’aération (par Miguel Sennoun)

Le soir : DS12 - LG11 - MS11. Note moyenne SOIR : 11,3

  • Boisé outrancier, sur la coco, peinant à masquer des senteurs herbacées.

  • Boisée, lourde, monobloc, il est temps de boire un bon coup d'eau.

 

 

35. Coteaux Varois en Provence : Château de Margillière rouge Hautes Terres 2003 - 13°

DS13,5 - PC13 - LG13 - PR14. Note moyenne : 13,4

(100% fut neuf, 60% Syrah/20% Cabernet Sauvignon/20% Grenache)

  • Robe prune sombre.
  • Boisé toujours devant, mais on devine les fruits noirs, un petit côté viande fraîche, lard, fumé, suie, qui suggère la syrah.

  • La matière présente une certaine chair, une acidité étonnante, une accroche un peu âpre (sensation végétale similaire à la rafle) mais dans une présentation sympathique.

 

Rappels :

Coteaux Varois en Provence - Château de Margillière rouge Hautes Terres 2003 : 29/4/2008 à l’ouverture (par Philippe Ricard)

DS13 - PR13 . Note moyenne AM : 13
  • Robe prune assez sombre, un peu plus lumineuse que 2004.

  • Arômes de fumé, viande, crème de cassis, dominés par un emballage boisé sans distinction.

  • Présentation qui se veut flatteuse par un élevage appuyé : même si le fruit persiste encore, l’ensemble n’a pas de race particulière et reste plutôt banal. Finale un peu amère, trahissant une sécheresse progressive.

Coteaux Varois en Provence - Château de Margillière rouge Hautes Terres 2003 : 29/4/2008 après 5h d’aération (par Miguel Sennoun)

Le soir : DS13 - LG11 - MS13. Note moyenne SOIR : 12,3

  • Arômes typiques de la syrah, lard, fumé, derrière un boisé un peu appuyé.

  • L'acidité durcit le vin, qui paraît cependant avoir gardé du fruit.

 

 

 

6ème série en 8 vins : Mondeuse, Trousseau, Syrah, Marcillac, Cabernet Franc, Cabernet Sauvignon, Merlot

 

 

 

36. Vin de Savoie Arbin Mondeuse : Les Fils de Charles Trosset "Le Chai des Moulins Confidentiel " 2005 - 12,5°

DS14,5 - PC15,5 - LG14,5/15 - PR15 . Note moyenne : 14,9

(Mondeuse 100%)
  • Robe très sombre, violine.

  • Offrande spontanée, plein fruit : cassis, cerise, olive noire, tapenade, plus une touche de violette.

  • Belle matière, séveuse, croquante, fraîche, au fruité réjouissant et pur, avec une légère accroche tannique sans pour autant déplaire. Finale épicée, poivrée, prolongeant harmonieusement ce plaisir sincère.

 

 

37. Arbois : Domaine Jacques Puffeney "Les Bérangères" 2005 - 13,5°

DS13/12,5 - PC13 - LG12 - PR12,5 . Note moyenne : 12,6

(Trousseau 100%)
  • Robe rubis claire.
  • Nez de cerise, noyau, fraise écrasée, poivre, avec un petit côté « colle ».

  • Ensemble aimable mais relativement pauvre, rêche, trop rustique.

 

 

38. Cornas : Domaine Alain Voge Les Chailles 2005 - 13°

DS13 - PC12,5 - LG12,5 - PR13,5 . Note moyenne : 12,9

(100% Syrah)

Elle est issue d´une parcelle de syrah d’une vingtaine d’années située sur des terrasses granitiques en limite d’une colline calcaire, lui donnant toute sa typicité

  • Robe mate, très sombre, bordeaux.

  • Senteurs riches, un rien solaires, sur le cassis, la cerise noire, mais un empaquetage boisé qui limite la perception aromatique.

  • Matière intransigeante, voire ingrate : tanins secs, acidité mordante, aucune rondeur, le vin imprime une rigueur très stricte.

 

 

39. Marcillac : Domaine du Cros Lo Sang Del Pais 2006 - 12°

DS14,5 - PC15 - LG13,5 - PR13,5 . Note moyenne : 14,1

(Fer Servadou 100%)
  • Robe pourpre très sombre.

  • Première impression sur le caramel (qui disparaît), puis proposition assez végétale (rafle, menthol), relevée de cassis, poivre et épices diverses.

  • Bouche sincère, dotée de notes fruitées et florales sympathiques, avec une accroche astringente un peu rustique, un profil végétal confirmé (rafle, bourgeon de cassis). Ensemble assez « montagnard » mais franc, au relief intéressant.

 

 

40. Bourgueil : Domaine Yannick Amirault "Le Grand Clos" 2006 - 13,5°

DS15 - PC15,5 - LG15 - PR15 . Note moyenne : 15,1

(Cabernet Franc 100%)
  • Robe bordeaux mate, très sombre.

  • Nez dense, qui ne se livre pas encore : cassis, cerise noire, poivre.

  • Matière ferme, très resserrée, avec une dotation tannique et acide encore un peu abrupte, mais cohérente, la richesse, la fraîcheur, la très belle expression fruitée rassurant sur un avenir sans aucun doute plus apaisé. Joli potentiel.

 

 

41. Chinon : Philippe Alliet "L'Huisserie" 2005 - 13,5°

DS15 - PC14 - LG14,5 - PR14,5 . Note moyenne : 14,5

(Cabernet Franc 100%)
  • Robe prune, presque noire.

  • Joli nez cassis, un peu mentholé, avec une présence animale et minérale sous-jacente, quelques notes boisées sans excès.

  • Bouche assez fine, avec un côté gourmand (sensation de résiduel) certainement lié au millésime généreux, une profondeur relative (jeunesse des vignes), mais une tenue sans reproche, un joli fruité, une finale propre imprégnée de traces crayeuses.

 

 

42. Saumur-Champigny : Château du Hureau "Févettes" 2005 - 14°

DS15,5/16 - PC14 - LG14,5 - PR14 . Note moyenne : 14,6

(Cabernet Franc 100%)
  • Robe bordeaux très sombre.

  • Cabernet franc débridé : cassis, poivron rouge, épices, léger côté terreux, ensemble plutôt gai.

  • Approche immédiate, avec souplesse, croquant, un fruité avenant, assez charnu, dans un style facile, mais très propre.

 

 

43. Saint-Estèphe : Château Les Ormes de Pez 2004 - 13°

DS14 - PC14 - LG13 - PR13 . Note moyenne : 13,5

(70% de Cabernet-Sauvignon, 10% de Cabernet Franc, 20% de Merlot)

  • Robe prune très sombre, mate.

  • Elevage bordelais assez classique (moka, vanille, tabac, cèdre), précédant le fruit.

  • Equilibre certain, une matière intéressante, de la chair, mais une présentation tannique un peu rugueuse en l’état, manquant d’amabilité.

 

Rappels :

Saint-Estèphe - Château Les Ormes de Pez 2004 : 29/4/2008 à l’ouverture (par Philippe Ricard)

DS15 - PR14,5. Note moyenne : 14,8

  • Robe prune très sombre.

  • Joli nez bordelais : senteurs toastées, légèrement vanillées, grillé mesuré, moka, fruits présents. Elevage raisonnable.

  • En bouche, on retrouve cette mesure : assez dense, tanins fins, de la chair, on apprécie le fruit préservé, sincère, dans un ensemble cohérent et équilibré.

Saint-Estèphe - Château Les Ormes de Pez 2004 : 29/4/2008 après 5h d’aération (par Miguel Sennoun)

Le soir : DS15,5 - LG15 - MS15. Note moyenne SOIR : 15,2

  • Nez dense, au fruit profond, sur le cassis, accompagné de notes grillées mesurées.

  • Bouche en accord avec le nez, aimable et profonde aux tannins fins et salivants.

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Vous êtes ici : Accueil Dégustations Eclectiques 2008_05_06 Entrainement RVF Didier Sanchez