2010_04_07 Entraînement RVF Pierre

 

Club toulousain In Vino Veritas

Entraînement en vue du championnat de France RVF 2010

de dégustation à l’aveugle

Mercredi 07 avril 2010

 

 

 

 

 

La dégustation est co-dirigée par Didier Sanchez et Pierre Citerne.

Les vins de Didier sont commentés par lui-même sur sa dégustation de 15h.

Pierre commente ses propres vins.

 

Quelques commentaires de contexte :

Nombre de dégustateurs : 8

Petite dégustation de révision qui se déroule en 3 parties :

  1. En attendant les participants.
  2. L’entrainement championnat RVF : bouteilles offertes par Pierre Citerne : vins carafés et présentés à l’aveugle
  3. Une série proposée par Didier Sanchez et financée par tous les participants : vins avec présentation à l’aveugle (sauf pour Didier qui en fait le commentaire)

Les verres utilisés sont les « Expert » de Spiegelau.

DS : Didier Sanchez – PC : Pierre Citerne – LG Laurent Gibet – MS : Miguel Sennoun – MF : Maxime France

 

 

 

 

Ordre de dégustation

 

 

 

En attendant les participants…

1ère série ... 

 

 

 

1. Vin de Pays des Côtes Catalanes : Domaine Gauby "Vieilles Vignes" 2000

(40% Maccabeu/30% Grenache/ 15% Chardonnay/10% Grenache gris/5% Carignan blanc)

DS14 - PC16 - LG15 - MS16 - MF15. Note moyenne : 15,2

Robe jaune intense, brillante.

Nez sudiste de guimauve, amande, nougat. Pointe grillé, bâtonnée, levure. 2ème nez sucre d’orge, noisette, fruits secs.

Bouche sphérique, simple aromatiquement, finale sur l’alcool, amertume et légèrement acide, manque de complexité.

Le soir, le vin est bien en place, plus de déséquilibre, avec de la finesse, pureté et du plaisir. Ma note passe à 15,5

 

 

2. Vin de Pays des Côtes Catalanes : Domaine Gauby "Vieilles Vignes" 1999

(40% Maccabeu/30% Grenache/ 15% Chardonnay/10% Grenache gris/5% Carignan blanc)

DS15 - PC13,5/14 - LG14 - MS14,5 - MF13,5. Note moyenne : 14,2

Robe jaune, très intense, on dirait un vin liquoreux.

Nez sur la pomme blette, oxydatif, noix, crème de champignon.

Bouche molle, prête à boire, baroque, alcool en finale avec une pointe d’amertume. Fait vraiment plus évoluer et lorgne vers le Jura. Malgré cela, j’aime beaucoup !

 

 

 

Bouteilles offertes par Pierre

 

2ème série en 6 vins

 

 

3. Touraine : Domaine Paul Buisse « Pineau D’Aunis » 2008 

(100% Pineau d’Aunis)

DS12 - PC12 - LG12,5 - MS12,5 - MF12. Note moyenne : 12,2

Aspect saumoné, caractère amylique d'une grande banalité ; une certaine vivacité et un peu de sucre peuvent indiquer l'origine ligérienne, rien dans les arômes n'évoque particulièrement le cépage.

 

 

4. Bourgogne Passetoutgrain : Domaine Trapet « A Minima » 2008

(2/3 Gamay, 1/3 Pinot Noir)

DS14,5 - PC14,5 - LG13 - MS14 - MF14,5. Note moyenne : 14,1

Rubis très pâle, jolie tendresse de la robe. Pinot dominant au nez, avec beaucoup de "vert" (ronce, poivre vert). Un fruit très vif, précis, guilleret, avec l'éclat du millésime mais aussi un peu de son côté parfois raide et amer. Réussi dans un style à la fois épuré et primesautier.

 

 

5. Cahors : Clos Siguier 2005 

(100% Malbec)

DS15 - PC15 - LG14,5 - MS15 - MF15. Note moyenne : 15

Robe pleine, d'intensité très modérée. Ouvert et très typé (fruit framboisé, menthe, figue, thé darjeeling, cumin...) , svelte (12°), franc, sapide, tannicité sans aucune agression.

 

 

6. Touraine : Clos Roche Blanche « Cuvée Cot » 2005 

(100% Malbec)

DS14,5 - PC15/15,5 - LG14 - MS15 - MF15. Note moyenne : 14,8

Robe dense, bordure encore violacée ! Beau nez d'humus., de racines (carotte, panais ?...), avec un fruit de prunelle, de la menthe aussi. Caractère "sombre" et terrien que l'on retrouve en bouche, mâchue, fraîche, droite, avec un peu de rigidité (qui s'estompe à l'aération). Sérieux et profond, certainement pas un vin facile, qui a besoin de temps et d'air.

 

 

7. Côtes du Rhône Villages Cairanne : Cave de Cairanne « Grain de Cuvée » 2007

(65% Grenache, 20% Syrah, 10% Carignan, 5% Mourvèdre)

DS14,5 - PC13,5/14 - LG14,5/15 - MS13,5 - MF14. Note moyenne : 14,1

Aspect dense et jeune. Nez généreux de fruits cuits, de raisiné, avec des accents balsamiques et camphrés (romarin). Simple, propre, dense, très représentatif, avec une fraîcheur correcte en finale. Ni élan ni inspiration mais de la probité.

 

 

8. Minervois : Clos Centeilles « Capitelles de Centeilles » 2001

(100% Cinsault)

DS13,5 - PC14/14,5 - LG13,5 - MS14 - MF13,5. Note moyenne : 13,8

Robe nuancée, évoluée, assez peu colorée, de la prestance malgré une certaine matité. Nez disert, manifestement "sudiste" : acidité volatile marquée, fruits confits, fleurs fanées, jambon fumé, petite note de caoutchouc brûlé. Animal, chaleureux, assez mince mais structuré, avec de la finesse malgré une finale sèche ; on sent une extraction volontariste du cinsault, avec un résultat très languedocien dans l'esprit de certains vins "à l'ancienne" (Mas d'Aimé...)

 

 

 

3ème série en 6 vins

 

 

9. Bourgogne Aligoté : Domaine Roulot 2007 

(100% Aligoté)

DS14,5 - PC14,5 - LG13,5 - MS14 - MF14,5. Note moyenne : 14,2

Discret, très propre, net, avec une expression aromatique ténue mais précise (semoule beurrée, mie de pain, levure).

 

 

10. Auxey-Duresses : Domaine d’Auvenay 2003  

(100% Chardonnay)

Bouteille n°1476/1881

Bouteille couleuse et bouchonnée !

 

 

11. Côtes du Rhône : Château de Fonsalette 2005 

(80% Grenache Blanc, 10% Clairette, 10% Marsanne)

DS15 - PC15,5 - LG14,5 - MS14,5 - MF15. Note moyenne : 14,9

Robe assez grasse, reflets gris. Nez très grenache, musqué (melon, fruits confits, anisé), assez aromatique, frais. Bouche fraîche et fruitée en attaque, gourmande, intense, savoureuse, un peu alourdie par l'alcool en deuxième partie de bouche.

 

 

12. Vin de Pays du Gard : Roc d’Anglade 2009 

(60% Mourvèdre, 30% Carignan, Syrah, Grenache)

DS14 - PC15 - LG13,5 - MS14,5 - MF14. Note moyenne : 14,2

Rosé très pâle, un gris... Joli nez de fruits rouges, épicé, abricoté aussi, généreux et frais. Très agréable rondeur en bouche ; gourmandise, douceur, caractère sudiste conservant fraîcheur et spontanéité, sympathique finale évoquant la pêche de vigne. Pratiquement autant de blancs proposés que de rosés, malgré les arômes très fruits rouges, ce qui plaide en faveur de la finesse du vin.

 

 

13. Graves Supérieur : Château Léhoul 2005

(100% Sémillon)

DS14,5 - PC14,5 - LG15 - MS15 - MF15. Note moyenne : 14,7

Or profond, robe pleine de prestance. Riche botrytis d'une très appréciable pureté, générosité des notes de miel et d'ananas confit, boisé intégré mais qui a tendance à ressortir à l'aération. Bouche ample et liquoreuse, saveur nette, qui manque toutefois de nervosité en deuxième partie de bouche pour relancer la machine. Sauternes proposé majoritairement.

 

 

14. Pacherenc du Vic Bilh : Alain Brumont « Décembre » 1990 

(100% Petit Manseng)

DS13,5 - PC14,5 - LG14,5 - MS14,5 - MF14,5. Note moyenne : 14,5

Robe ambrée, nez oxydatif, dominé par des notes de caramel et de malt, un peu de fenouil aussi... Liqueur modérée, alcool présent, assez mou mais intéressante saveur de sucre d'orge et finale d'une certaine longueur. Chenin proposé majoritairement.

 

 

 

Dégustation proposée par Didier

 

4ème série : bordeaux 2004

 

 

15. Pomerol : Château Franc-Maillet 2004 

(Merlot 8%, Cabernet Franc 15%)

DS14 - PC14/14,5 - LG14,5 - MS15 - MF14,5. Note moyenne : 14,4

Robe de moyenne intensité, brillante, légère évolution sur le bord.

Nez mentholé, herbe sèche, pointu, paille, bâton de réglisse.

Bouche en demi-corps, mentholé, réglisse, un peu sec.

 

 

16. Saint-Emilion Grand Cru Classé : Château Larcis-Ducasse 2004 

(Merlot 78%/Cabernet Franc 20%/Cabernet-Sauvignon 2%)

DS14,5 - PC13,5 - LG15 - MS15 - MF14. Note moyenne : 14,4

Robe de bonne intensité, brillante, légère évolution.

Nez de cerise, noyau, assez puissant, légèrement mentholé.

Bouche de bonne intensité, moelleuse, le fruit n’est pas cuit, longueur correcte, bon équilibre, léger manque de corps.

 

 

17. Médoc : Château Les Grands Chênes 2004 

(Merlot 50%/Cabernet-Sauvignon 45%/Cabernet Franc 5%)

DS12/11 - PC11 - LG12 - MS12,5 - MF11. Note moyenne : 11,7

Robe très intense, brillante, peu évoluée. 

Nez puissant de réglisse, fumé, menthol, paille, boisé crémeux.

Bouche collante, lourde, pas de finesse, rentre-dedans, tannins grossiers, fait Madiran.

 

Rappels :

a. Médoc – Château Les Grands Chênes 2004 – 23/09/09 (LG)

DS13,5 - PC12,5/13 - LG13 - MS13 - EG13,5. Note moyenne : 13,2

Robe sombre, un peu d'évolution trahie par une bordure vieux rose. Nez marqué par une forte acidité volatile, des notes toastées et viandées, du tabac, masquant un fruit herbacé très bordelais. Très souple en bouche, une certaine douceur qui accentue le creux en milieu de bouche. Le vin s'améliore un peu à l'aération mais la matière semble bien faible par rapport à la pesanteur de l'élevage.

b. Médoc : Château Les Grands Chênes 2004 - 18/11/08 (PR)

DS13,5  - LG14 - PR14 - MS13 - MF13 - EG14,5. Note moyenne : 13,7

On se rapproche du noir, mat, avec un mince disque prune.

Maturité et boisé signent un nez assez "moderne", sur des notes confites, chocolatées, mentholées.

Matière rondouillarde, travaillée, suave, à la richesse aimable, mais sans réelle grandeur d'âme.

c Médoc - Château Les Grands Chênes 2004 : 29/4/2008 à l'ouverture (PR)

DS13,5 - PR13,5 . Note moyenne : 13,5

Robe quasi noire, aux bords prune encore légèrement violine.

Style bordelais affirmé, notamment au niveau de l'élevage : boisé, café, moka, fumé, menthol.

Matière travaillée, à la présentation fardée, assez racoleuse, à la partiton toute en rondeur et crème boisée. Nous semble assez superficiel.

Encore un vin qui fait régulièrement le grand écart dans nos dégustations.

Malheureusement, cette fois-ci, c'était pas dans le bon sens...

Médoc - Château Les Grands Chênes 2004 : 29/4/2008 après 5h d'aération (MS)

DS13,5 - LG14,5 - MS14. Note moyenne : 14

Cuir, réglisse, un joli boisé qui accompagne le bouquet avec ses notes de moka, sans couvrir le fruit.

De la mâche pour une présence en bouche sérieuse. Les tannins paraissent cependant rustiques, et le vin perd son fruit à l'aération.

d. Médoc - Château Les Grands Chênes 2004 : 20/11/2007 à l'ouverture (PR)

DS13,5 - PR13,5 - CD14 - BLG14. Note moyenne : 13,8

Robe brillante, assez fluide, prune, de forte intensité colorante.

Nez mêlant fraîcheur et maturité dans une enveloppe toujours dominée par l'élevage : poivron rouge, cerise noire, café, fumé, grillé.

Richesse ostentatoire en bouche, privilégiant la démonstration d'un élevage sans mesure (enrobant la bouche de crème, d'impression de sucrosité) à toute forme d'élégance et de subtilité. Finale brutale, sans finesse, plutôt brève.

Médoc - Château Les Grands Chênes 2004 : 20/11/2007 après 5h d'aération (LG)

DS16,5 - PC16,5 - LG16,5 - MS16,5. Note moyenne SOIR : 16,5

Robe foncée. Nez expressif, vivant, déclinant des senteurs de fruits noirs, de moka, de fleurs capiteuses. La matière remplit bien la bouche, avec des tannins arrondis. Cohérence, délicatesse et suavité, pour un joli grain, qui a l'heur d'offrir en prime un beau suivi.

e. Médoc - Château Les Grands Chênes 2004 : 25/10/2007 à l'ouverture (PR)

DS17 - PR17 - CD16,5 - BLG17. Note moyenne AM : 16,9

Robe brillante, assez fluide, très sombre, rubis aux reflets prune.

Nez évident de fruit (cerise noire, cassis), relativement pur et spontané (pas de trace boisée), frais (menthe poivrée).

Finesse éloquente, maturité juste, délicieusement expressive, n'écrasant ni la fraîcheur ni la franchise d'une bouche au fruité presque gourmand. Belle concentration, bel équilibre pour ce vin généreux, aux tanins fondus. La finale laisse juste percevoir quelques notes chauffées, réglissées, l'eucalyptus, mais sans excès, sans brider l'harmonie générale.

Médoc - Château Les Grands Chênes 2004 : 25/10/2007 après 5h d'aération (LG)

DS17 - PC16,5 - LG16 - MS16,5. Note moyenne SOIR : 16,5

Un nez nullement aguicheur (comme certains autres vins huppés de la série) : ni "sucré", ni velouté, aucune oeillade boisée vulgaire. Le fruit est assez crémeux mais englobé  dans une trame austère qui sent la cerise, la myrtille, la terre humide, la créosote, le cachou. Bouche virile, de bonne tenue, aux fortes flaveurs de goudron. Elle semble limitée en termes de tannins et de longueur (le terroir n'est peut-être pas de premier choix ?). L'élevage semble aussi plus permissif (moins travaillé, ostentatoire ?).

J'avoue avoir été sensible (biais cognitif) à l'enthousiasme général de mes partenaires de dégustation sur cette expression solide et sérieuse (ma note immédiate étant plus basse).

f. Médoc - Château Les Grands Chênes 2004 : 2/11/07 - 15,5/20

Robe foncée. Nez assez "sombre" délivrant des senteurs de qualité : moka, fruits noirs bien mûrs, cerise écrasée, terre, chocolat, réglisse, fleurs (entre violette et jacinthe). Bouche assez soyeuse, avec de la rondeur et du fond. Soupçon lacté et pointe de goudron pour une trame ni ultimement racée ou fine ni très persistante mais au développement irréprochable.

Le lendemain : le goudron est plus intense, qui l'emporte sur la réglisse (finale un poil amère). Belle composition, sans lourdeur, pour une acidité bien en place. Flaveurs de crème de mûre, de tabac (froid), de cachou Lajaunie pour une expression dont la (relative) sévérité est compensée par une agréable maturité de fruit et des tannins pas excessivement fins mais polis.

3ème dégustation pour moi : 15,5 - 16 - 15,5 (jugement homogène)

 

 

18. Pessac-Léognan : Château Haut-Bailly 2004 

(65% Cabernet Sauvignon/25 % Merlot/10% Cabernet Franc)

DS15,5 - PC14 - LG14,5 - MS14 - MF14. Note moyenne : 14,4

Robe de belle intensité, brillante, peu évoluée.

Nez de cigare, fumée, violette, réglisse, amarena.

Bouche en finesse, fraicheur, équilibre, en dentelle. Vin sur la sveltesse, en demi-corps, effilé. 

 

Rappels : Château Haut-Bailly - Pessac-Léognan Grand Cru Classé 2004 – 25/10/07

L’après-midi : DS15,5 - PR15,5 - CD16,5 - BLG15. Note moyenne AM : 15,6 (PR)

Robe moyennement fluide, mate, violine, très sombre.

Nez au caractère sudiste, expression quelque peu banale d’une maturité prononcée (cerise, prune), soulignée de quelques notes alcooleuses.

Le vin se révèle en bouche : riche en attaque, il se pose ensuite sur une matière mûre mais sans excès, fraîche, équilibrée, plus juste, dotée d’un jus très plaisant. S’affirme ensuite une structure tannique encore un peu dure, stricte, mais classieuse, avant de finir fraîchement dans une finale tonique, sur la menthe poivrée.

Le soir : DS16,5 - PC16 - LG17 - MS16,5. Note moyenne SOIR : 16,5 (LG)

Nez organique, avec des senteurs de fleurs, de moka. Bouche solide, tonique. Du naturel, de l’allonge, de l’équilibre (alcool modéré), ainsi que de la précision pour cette interprétation juvénile, juteuse, salivante. Grande franchise de fruit en dépit de quelques notes animales.

 

 

19. Saint-Julien : Château Branaire Ducru 2004 

(Cabernet Sauvignon 70%/Merlot 22%/Cabernet Franc 4%)

DS15,5/16 - PC11/12 - LG13,5 - MS13 - MF13,5. Note moyenne : 13,6

Robe de moyenne intensité, brillante, peu évoluée. 

Nez fringuant de fraise à la menthe, iris, rose, nougat.

Bouche en finesse, fraiche, équilibré, pimpante, moyenne concentration mais équilibrée. Le fruit est bien devant, juteux, fraise, cerise, vibrant, du gras. Finale franche sur la réglisse.

Le soir, je suis le seul à défendre ce vin que je continue à ressentir comme juteux et fruité, contrairement aux autres.

 

 

20. Saint-Estèphe : Château Montrose 2004

(Cabernet Sauvignon 65%/Merlot 25%/Cabernet Franc 10%)

DS(16) - PC(?) - LG(15) - MS(14?) - MF(15). Note moyenne : (15)

Robe de belle intensité, brillante, pas évoluée.

Nez intense et profond de cabernet sauvignon et franc : poivron, réglisse, cheminée, graphite.

Bouche serrée, grosse matière, virile. Les tannins sont juteux, fait gros bébé. Restera massif toute sa vie !

Le soir, d’étonnantes notes d’eucalyptus et de menthe sortent du verre qui envahissent tout le reste. Fait vin australien. Ma note passe à 14,5.

 

Rappel : Château Montrose - Saint-Estèphe 2ème Grand Cru Classé 2004 -25/10/07

L’après-midi : DS16,5/17 - PR16,5/17 - CD16 - BLG16. Note moyenne AM : 16,4

Robe assez fluide et mate, violine, à l’intensité colorante virant au noir.

1er nez assez réduit, sur la tripaille, laissant rapidement place à une expression végétale distinguée, sur le poivron rouge, la ronce, l’herbe sèche, enfin un fruité mûr plus évident (fruits noirs). Ensemble racé et excitant !

Bouche campée sur une structure tannique aussi noble qu’austère, ne bridant en rien le plaisir d’une superbe matière, ample, fraîche, équilibrée, sérieuse, précise, à l’expression médocaine classique. Finale imprégnante, stylée, en l’état un peu marquée par des tanins peu amicaux pour nos gencives…

Le soir : DS17,5 - PC16 - LG16,5 - MS16. Note moyenne SOIR : 16,5

Nez de caractère, sans concession, iodé, animal (très « St-Estèphe ») : sol de cave, encens, cassis puissant, encre. En bouche, on apprécie la vitalité d’un beau vin de garde.

 

 

A noter : Le soir, pratiquement tous les vins de la 4ème série (ouverts l'am) ont été dégustés comme secs, manquant de fruit et de pulpe, frisant la maigreur et la raideur.

 

 

But de la dégustation :

1) Changer de millésime et faire le même parcours que la rencontre du 17 mars avec le millésime 2005 : recherche de compréhension d’un vin à base de merlot majoritaire vers un cabernet majoritaire et identification des rives. Et cela en passant sur des vins plus « huppés ».

2) Faire cela juste après la verticale de Bel Air-Marquis d’Aligre (donc sur des vins parfois 3 fois plus chers)

3) Continuer sur la lancée des bordeaux après la dégustation des primeurs 2009.

 

4) Suite à toute ces dégustations, faire une tentative de comparaisons d’expressions/juxtaposition de "toucher de bouche" des appellations bordelaise avec les bourguignonnes.

Voilà le résultat :

Saint-Estèphe/Nuits-Saint-Georges/Les divers « Chambertin », Vougeot, Corton : Virilité, tanins fermes des vins dans les 2 cas.

Pauillac /Pommard Rugiens : Masculinité, tension vibrante dans les 2 cas.

Saint-Julien/Vosne-Romanée : Expression fruitée, déliée, libérée, hédoniste dans les 2 cas.

Margaux/Volnay : Finesse, légèreté, souvent une impression de demi-corps dans les 2 cas.

Pessac-Léognan/Chambolle : De la chair, gourmandise, rondeur et souplesse dans les 2 cas.

 

 

Résultats

 

 

Résultats de la dégustation à l'aveugle selon le barème IVV (Version beta en vue du concours de mai 2010) ainsi que celui du championnat de dégustation à l'aveugle organisé par la RVF

 

 

IVV

Eddy

Miguel

Laurent

Maxime

Didier

Thierry

Claude

03ème vin

10

10

8

10

0

5

3

04ème vin

13

9

3

9

9

9

0

05ème vin

15

15

18

15

18

3

15

06ème vin

7

0

0

3

0

0

0

07ème vin

16

13

5

8

18

13

3

08ème vin

0

0

0

0

0

2

2

Total rouge

61

47

34

45

45

32

23

09ème vin

0

0

0

0

0

0

0

10ème vin

0

0

0

0

0

0

0

11ème vin

3

5

5

0

1

1

5

12ème vin

0

1

3

1

0

1

0

13ème vin

13

13

16

13

3

13

7

14ème vin

0

0

0

3

0

0

0

Total blanc

16

19

24

17

4

15

12

 

 

 

 

 

 

 

 

Résultats

77

66

58

62

49

47

35

 

 

 

 

 

 

 

 

Classement

1er

2ème

4ème

3ème

5ème

6ème

7ème

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

RVF

Eddy

Miguel

Laurent

Maxime

Didier

Thierry

Claude

03ème vin

7

5

6

7

0

3

1

04ème vin

8

7

1

7

7

7

0

05ème vin

10

12

15

10

15

2

10

06ème vin

3

0

0

1

0

0

0

07ème vin

14

11

5

8

15

9

1

08ème vin

0

0

0

0

0

1

1

Total rouge

42

35

27

33

37

22

13

09ème vin

0

0

0

0

0

0

0

10ème vin

0

0

0

0

0

0

0

11ème vin

4

7

7

0

3

1

4

12ème vin

0

3

3

0

0

0

0

13ème vin

9

9

12

9

1

9

5

14ème vin

0

0

0

1

0

0

0

Total blanc

13

19

22

10

4

10

9

 

 

 

 

 

 

 

 

Résultats

55

54

49

43

41

32

22

 

 

 

 

 

 

 

 

Classement

1er

2ème

3ème

4ème

5ème

6ème

7ème

 

 

 

 

 

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Vous êtes ici : Accueil Dégustations Eclectiques 2010_04_07 Entraînement RVF Pierre