2010_02_10 Entraînement RVF Claude

Club toulousain In Vino Veritas

Entraînement en vue du championnat de France RVF 2010

de dégustation à l’aveugle

Mercredi 10 février 2010

 

 

 

 

La dégustation est co-dirigée par Didier Sanchez et Claude Cherbourg

Les vins sont commentés par Didier, dégustation de 15h.

 

Quelques commentaires de contexte :

Nombre de dégustateurs : 11

Petite dégustation de révision qui se déroule en 3 parties :

1.   En attendant les participants.

2.   L’entrainement championnat RVF : bouteilles offertes par Claude : vins carafés et présentés à l’aveugle

3.   Une série proposée par Didier et financée par tous les participants : vins avec présentation à l’aveugle

Les verres utilisés sont les « Expert » de Spiegelau.

DS : Didier Sanchez – PC : Pierre Citerne – LG Laurent Gibet – MS : Miguel Sennoun.

 

 

 

Ordre de dégustation

 

 

En attendant les participants…

1ère série ... 

 

 

 

1. Champagne : Pierre Gimonnet 1er Cru Extra-Brut Blanc de Blancs "Œnophile" 2000

(100 % chardonnay uniquement de la Côte des Blancs). Environ 40 % de Cramant grand cru (vignes de plus de 40 ans majoritairement). Environ 20 % de Chouilly grand cru (Mont Aigu de 50 ans et Ronds Buissons). Environ 40 % de Cuis premier cru (Roualles, Croix-Blanche)

DS15 - PC(12,5) - LG13. Note moyenne : 13,5

Robe jaune claire, aux reflets verts ; celle d’un vin de quelques années (ce n’est pas un 2004…)

Nez de levure, pâte à pain puis amande fraîche. 2ème nez sur l’orange, la mandarine. A l’aération, pointe végétale et minérale de Chablis, semble bien sec.

Bouche sur l’amande, la poire, pomme, finale réservé et minérale. A l’aération, on trouve de la maturité de fruit blanc en milieu de bouche pour terminer sur la tension d’un vin sec, tendu.

Le soir, vin à la finale amère et désagréable.

 

 

2. Champagne : Fallet-Prévostat Grand Cru Blanc de Blancs Extra Brut NM (Base 2000/2001)

(100 % Chardonnay)

DS15,5 - PC(13,5) - LG14. Note moyenne : 14,3

Robe jaune assez soutenu qui signe un vin de quelques années, reflets verts. 

1er nez sur la réduction, pain, brioche, levure (boulangerie). 2ème nez fermé puis ouverture sur la pomme, poire qui s’affirme de plus en plus mûre pour tangenter la pomme au four et la reine-claude.

Bouche ouverte, ronde, mûre, avec de la pomme et pas mal de minéralité. Beaucoup de gourmandise, de gras, belle maturité sur la poire, le miel pour une finale minérale. Longueur plus que correcte, le vin se resserre au fur et mesure du temps qui passe, se complexifie et donne du plaisir par sa maturité et minéralité. Vin de réserve prêt à boire, bel élevage sur lattes, sérieux.

 

 

 

Bouteilles offertes par Claude

 

Nota : C’est Didier qui a fait la sélection des vins.

Le but est clairement affirmé :

1)   Sortir des vins hyper connu des dégustateurs et voir s’ils sont retrouvés facilement…

2)   Quel sera le niveau des scores dans ces conditions ? Normalement, très élevée…

 

 

2ème série en 6 rouges

 

 

3. Haut-Médoc : Château Sociando-Mallet 2003

(Cabernet Sauvignon 55%/Merlot 40%/Cabernet Franc 5% soit Cabernets 60%/Merlot 40%)

DS16,5/17 - PC16 - LG16. Note moyenne : 16,3

Robe grenat intense, concentrée, légère évolution sur les bords mais très brillante.

Nez puissant de fruits rouges écrasés mêlés d’épices, de menthol. Devient de plus en plus puissant, sur le cassis mûr, l’herbe séchée, la réglisse, zan ; « fumé » de Cabernet-Sauvignon, tabac, boîte à cigare, très complexe.

Bouche ronde, gourmande, finesse des tannins, très belle matière, concentration, vin aguicheur, une offrande complexe sur la réglisse et le menthol, vin sérieux. Très bel avenir et beaucoup de plaisir maintenant.

 

Rappel : Sociando Mallet 2003 – 02/12/05 (MS)

DS15 - PC14,5 – MS14,5. Note moyenne : 14,5

Robe très sombre, aux reflets violacés, aux nombreux dépôts.

Le premier nez sur le caramel et les myrtilles compotées est marqué par la chaleur du millésime. L’alcool ressort un peu. Il joue encore actuellement le registre de la concentration et du massif, sans laisser d’indices sur son évolution probable.

Si l’alcool ne peut se faire oublier, la sensation de chaleur en bouche reste raisonnable et bien contrebalancée par une acidité importante. La concentration, toute cohérente qu’elle soit avec le nez, exacerbe la rigueur ressentie dès la mise en bouche. L’amertume des tannins prend le dessus dans le milieu de bouche et accompagne le vin dans sa longue finale.

 

 

4. Pommard 1er cru "Les Pézerolles" : Domaine de Montille 2001

(100% Pinot Noir)

DS16 - PC16,5 - LG15,5/16. Note moyenne : 16,1

Robe claire, légère évolution sur les bords.

Nez puissant de terre, cerise, noyau, très pinot ! Puis sous-bois, réglisse, herbe sèche, pointu.

Bouche aérienne, gourmande, en dentelle, le fruit et à la fois frais et mûr. Vin plutôt sur la tension que la largeur, explosion aromatique en bouche, finesse des tannins, gourmandise, à boire ; termine bien tendu, juteux, expression de pinot à l’ancienne.

 

 

5. Chinon : Domaine Les Roches 2001

(100% Cabernet Franc)

DS16 - PC16 - LG15. Note moyenne : 15,7

Robe claire, moyenne intensité, bord légère évolution.

Nez végétal, poivron mûr, fourrure, bouillon d’escargot. Devient de plus en plus intense et franc, poivre, mûre et termine par la marmelade de fraise.

Bouche légère, fraîche, minérale, bien mûre. De la cerise, groseille, jus bien vivant, frétillant, finale de plus en plus minérale, juteuse et longue. Un vin de connaisseur…

 

Rappels :

a. Chinon : Domaine Les Roches 2001  06/08/09 (LG)

DS15 - PC15,5 - LG15 - MS15,5. Note moyenne : 15,3

Expression foxée impliquant du poivron et du cassis, ainsi qu'une réglisse omniprésente. Charme aromatique.

Bouche particulièrement svelte, délicate un poil sévère.

b. Chinon - Domaine Les Roches (Lenoir) 2001 - 16/12/08 (LG)

DS13,5/14 - LG12,5/13. Note moyenne : 13,3 

Notes de fruits rouges, de fourrure. 

Bouche étriquée, minérale, fraîche mais cruellement défaillante en suavité. 

Un style spartiate, comme dans le cas des St-Joseph de Raymond Trollat, qui peut trouver ses supporters. 

Plus de fruit le lendemain, selon Didier, mais le vin reste "froid", chiche.

 

 

6. Cornas : Domaine Allemand "Chaillot" 2005

(100% Syrah)

DS16,5 - PC16,5 - LG15,5. Note moyenne : 16,2

Robe violine, intense, brillante, profonde.

Nez jaillissant ; viande, lard, violette, iris, fumée. Quelle puissance aromatique, animalité et floralité et surtout beaucoup de fraicheur, d’offrande.

Bouche intense pour un concentré de syrah du Nord bien fraîche ; belle matière, superbe longueur. Vin très vivant, mûr, gorgé de fruit, tonique. Les tannins sont fins, le corps gourmand, explosif, juteux.

 

 

7. Faugères : Domaine Barral "Jadis" 2005

(60% Syrah, 35% Grenache/5% Cinsault)

DS15,5/16 - PC16/16,5 - LG15. Note moyenne : 15,7

Robe intense mais mate au centre, bords légèrement évolués.

Nez d’olive, tapenade, laurier, fruits mûrs. Orange pointée au clou de girofle, herbes séchées, pointe mentholée. 2ème nez de plus en plus paille, foin.

Bouche à l’attaque animale, viandée, réglissée, assez comprimée, pointe d’alcool. Le fruit est plaisant, gourmand.

 

Rappels :

a. Faugères : Domaine Barral « Jadis » 2005 – 14/09/09 (MF)

DS15,5+  PC(15) - LG15,5 - PR15,5+ - MS15 - MF15,5  EG(15,5). Note moyenne : 15,4

Nez profond doté de senteurs animales mais aussi d'orange sanguine et de laurier. La bouche est marquée par une tannicité en avant, se montrant brutale tribologiquement parlant... Néanmoins le jus est de belle qualité, dense, serré, sûrement fermé pour le moment mais suffisamment plein pour envisager une évolution favorable...à revoir donc dans quelques années pour confirmer ou infirmer cette hypothèse...

b. Faugères - Domaine Léon Barral "Jadis " 2005 - 18/06/08 (LG)

DS15,5/16 - LG15 - MS15,5 . Note moyenne : 15,4

On guette ici des senteurs assez sauvages : encre, cassis, olive, fourrure.

Bouche profonde, avec de la poigne. Beau jus farouche, à attendre patiemment.

 

 

8. Côtes-du-Rhône : Domaine Gramenon "A Pascal S" 2006

(100% Grenache)

DS15,5/16 - PC(15) - LGED. Note moyenne : 15,4

Robe claire, de moyenne intensité, mate, reflet violacé sur les bords.

Nez jaillissant de confiture de vieux garçon, marmelade de groseilles, fraises, framboises, mûres. 2ème nez de plus en plus grenache en Rhône Sud, très frais, corbeille de fruits rouges, noyau de cerise. Une odeur très particulière pointe le bout de son nez : raisin de Corinthe !!

Bouche gourmande, ronde, puissante. Concentré de kirsch, glycérol, finale pointe d’alcool. Extrait de grenache, imprègne la bouche comme un chocolat à la liqueur. Gout spécial en fin de bouche, impression de raisin passerillé, rare… 

Le soir, il est en limite de buvabilité en raison d'une acidité volatile (?) importante, un gout spécial (saveurs bletties selon Laurent, entre grenade pas trop mûre et peau de pomme, piquantes qui plus est) gêne certains dégustateurs.  

 

 

3ème série en 6 blancs

 

 

9. Roussette de Savoie Altesse "Marestel" : Domaine Dupasquier "Aimavigne" 2005

(100% Altesse)

DS16 - PC16 - LG15,5. Note moyenne : 15,8

Robe jaune assez intense, pas de reflets verts.

Nez qui donne une impression d’Alsace/Chenin. A l’aération, il y a de plus en plus de pomme, coing, puis un soupçon d’orange, de poire très mûre et d’abricot. Pour Laurent, pas mal de miel pour se tromper avec un Chablis.

Bouche fruité, un peu molle, très aromatique, une pointe d’amertume pourrait faire Roussanne. Rétro sur une belle minéralité, vin mûr, charmeur et gourmand sur la pêche. Un vrai plaisir !

 

Rappels :

a. Roussette de Savoie Marestel : Domaine Dupasquier « Aimavigne » 2005 – 14/09/09 (MF)

DS15,5/16 - PC15,5 - LG15 - PR15 - MS15,5/16 - MF16 - EG15,5. Note moyenne : 15,5

Le nez est lui aussi placé sous le signe de la gourmandise avec ses arômes de miel, de poire, de coing et une note fumée qui évoquera à certains une forme de fruité alsacien...La bouche est riche et nantie d'un taux de sucre résiduel sûrement "confortable" pour un vin sec ; elle reprend le côté très aromatique perçu au nez et livre des nuances complémentaires de tabac blond et de poivre blanc. La finale est portée par un surcroît d'acidité qui confère à l'ensemble fraîcheur et dynamisme. Assurément l'un des excellents rapports qualité/prix du paysage viticole français!!

b. Roussette de Savoie Marestel - Domaine Dupasquier "Aimavigne" 2005 : 7/04/09 (EG)

DS15 - PC14,5 - LG14,5 - MS15,5 - EG15,5. Note moyenne : 15

Nez de miel, de sucre d'orge, pomme, nougat.

Bouche très aromatique et tendre avec une acidité en finale et retour salin.

Vin agréable, souple et tendre avec une belle matière.

c. Roussette de Savoie Marestel - Domaine Dupasquier "Aimavigne" 2005 : 20/01/09 (MF)

A l’ouverture : DS14,5 - PR14,5. Note moyenne : 14,5

Après 5h d’aération : DS14,5 - LG14,5 - MS14,5/15 - EG14,5. Note moyenne : 14,6

La robe dorée se pare de reflets or clair.

L'olfaction se fait plus diserte, plus exubérante et livre des notes d'abricot, de miel, complétées par une touche exotique.

En bouche le vin est vigoureux, dynamique, doté d'une belle tension minérale venant souligner une matière concentrée et goûteuse.

d. Roussette de Savoie Marestel - Domaine Dupasquier "Aimavigne" 2005 : 20/10/08 (MS)

DS14,5 - LG14,5 - MS15,5 - EG15,5 - MF15. Note moyenne : 15

Nez intense de coing, de tabac, aux intonations florales et anisées. Complexe et intense... à la hauteur.

Bouche juteuse, minérale, harmonieuse, tendre. Une belle combinaison dynamique qui lorgne du côté de Vouvray.

e. Roussette de Savoie Marestel - Domaine Dupasquier "Aimavigne" 2005 : 12/06/2008 (LG)

DS14 - LG(13). Note moyenne : 13,5

Nez interlope : liège ou terroir ?

On puise tout de même dans ce profil très patibulaire des senteurs sous-jacentes pas si disgracieuses de miel, d'agrumes, de végétal.

Matière concentrée, mûre, avec du prolongement. Elle reste tout de même corrompue par ces flaveurs suspectes (voir le rappel pour se rassurer).

f. Roussette de Savoie Marestel - Domaine Dupasquier "Aimavigne" 2005 : 2/01/08 (LG)

DS14,5/15 - LG15 - MS15,5 - Note moyenne : 15,1

Nez distingué, fin et subtilement complexe : fruits blancs, fleurs blanches, fumée, gelée de coing.

Bouche à l'avenant, minérale, miellée, assez tendre (pensé à un Vouvray 2003 de Huet), qui laisse deviner une sous-jacence de terroir prometteuse.

 

 

10. Alsace Grand Cru Riesling "Sommerberg" : Domaine Boxler 2005

(100% Riesling)

DS17,5/18 - PC17 - LG17. Note moyenne : 17,3

Robe jaune claire aux reflets verts.

Nez très riesling, pétrolé, citron, poire confite, une explosion de minéralité ! Aération sur des oranges, puis du menthol. Quelle puissance aromatique !

Bouche gourmande, minérale, intense, tendue et mûre à la fois. A l’aération, pointe anisée sur une longueur superlative de poire pochée. Quelle gourmandise… 

PS : J’ai de plus en plus l’impression que Boxler dans son Riesling Sommerberg se rapproche de l’esprit du Clos Saint Hune…

 

Pour info :

a. Riesling Grand Cru Sommerberg : Domaine Boxler "E" 2005 - 05/05/09 (LG)

DS17,5 - PC16,5 - LG16/16,5 - PR17+ - MS16,5 - MF17,5 - EG17. Note moyenne : 16,9

Primauté d'un fruit très alsacien, dominé par les agrumes (mandarine).

Bouche à l'avenant, exprimant bien le riesling, rendue un peu plus pacifique par les générosités du millésime. Rigoureuse reprise acide et minérale en finale après une attaque et un milieu de bouche très déjà parfumés, très accessibles. Terminaison volontaire, sur le citron vert. 

b. Boxler Riesling GC Sommerberg E 2005 - 8 janvier 2008 (LG)

DS17 - PC17/17,5 - LG16 - MS17,5 . Note moyenne : 17

Senteurs agréables de miel, d'épices, de verveine, d'agrumes, de minéral.

Bouche rayonnante, sereine, affûtée, minérale.

 

 

 

11. Vouvray : Domaine Huet "Clos du Bourg" 2005

(100% Chenin)

DS16,5/17 - PC16/16,5 - LG15,5/16. Note moyenne : 16,3

Robe jaune clair, reflets verts.

Nez minéral sur la coquille, la pomme verte, poire, très belle intensité. 2ème nez de mine de crayon, de pierre à fusil, craie, énorme !

Bouche gourmande sur la pomme, poire pochée, minérale, tendue en finale. Quelle longueur !

 

Rappels : Vouvray du Domaine Huet « Clos du Bourg » 2005 – 11/01/08 (LG)

L’après-midi : DS15,5 - PR15 - CD16. Note moyenne AM : 15,5

Robe assez épaisse, paille clair aux reflets gris.

Parfum aux notes jaillissantes de poire, coing, pomme cuite, jasmin, rose. Un présent pour Dames !

Bouche mûre, dominée par son fruit, pur, plutôt gourmand, soutenue par une belle acidité. Finale fraîche, harmonieuse, tendue par une minéralité émergente.

Plus ouvert, plus tendre que Le Mont, mais au potentiel lui aussi évident.

La promesse d’une consolation à notre propre vieillissement…

Le soir : DS16,5 - PC16 - LG16,5 - MS16,5. Note moyenne SOIR : 16,4

Notes « blanches » charmantes : fruits blancs, craie, cannelle, fleurs, miel. Bouche précise, parfaitement ciselée, finissant sur une relative tendresse. Il y a plus de richesse que dans « le Mont », un peu moins de tension par la même occasion. Finale salivante et belle transparence de fruit griffée.

 

 

12. Sancerre : Domaine Boulay "Monts Damnés" 2005

(100% Sauvignon)

DS17 - PC16,5 - LG14,5. Note moyenne : 16

Robe claire, reflets gris-argenté.

Nez de sauvignon très mûr, pur, en dentelle, lilas, fleurs d’acacias. Puis anisé, fraise à la menthe, pointe buis/fougères, réglisse. Pour Laurent, surprenante variétalité assez bordelaise.

Bouche intense, gourmande, pleine, puissante, miellé, anisé. Très bonne longueur, du poids, superbe présence de fruits blancs en finale. Une offrande au dégustateur blasé.

 

Rappels :

a. Sancerre : Domaine Boulay "Monts Damnés" 2005 – 20/01/09 (LG)

L'après-midi : DS17 - PR17,5. Note moyenne AM : 17,3

Le soir : DS17,5 - LG16,5 - MS17,5 - MF17,5 - EG17. Note moyenne SOIR : 17,2

Robe pâle. Nez mariant des odeurs très typées "Chavignol" : fruits blancs, résine, miel, anis, coquillage, verveine, pastille Vichy.

Bouche fine, longue, caractérisée par la suavité d'un millésime cossu. Je suis un peu moins enthousiaste que le reste du groupe car je reproche à cette cuvée ("un peu trop propre sur elle") un léger manque de fougue. Sa beauté formelle est admirable, toutefois, le vin brillant de qualités de finesse, d'équilibre, de complexité, de longueur, de typicité, ...

b. Sancerre blanc - Domaine Boulay « Monts Damnés » 2005 : Mai 2008 au domaine (PR) - 16/20

Générosité du millésime évidente, tant sur les arômes, grands ouverts (pamplemousse, pêche, fruits blancs), que sur la matière, ample, un poil gourmande, à la maturité épanouie. Finale fraîche, tendue, très longue.

Un vin qui ira loin, même si c'est déjà une offrande...

c. Sancerre blanc - Domaine Boulay « Monts Damnés » 2005 : Mars 2008 à l'ouverture (PR)

DS16,5 - PR15,5 - CD15,5. Note moyenne : 15,8

Robe similaire, très pâle, sur de légers reflets gris-vert. Expression sobre, fraîche : fruits blancs, pêche. Attaque ronde, mûre, croquante (pointe de résiduel), se ressaisissant ensuite pour refaire sortir sa minéralité, sa longueur plus longiligne. Ensemble certainement plus charmeur, marqué par la générosité de 2005.

Sancerre blanc - Domaine Boulay « Monts Damnés » 2005 : Mars 2008 après 5h d'aération (LG)

DS15,5 - LG15 - MS15,5. Note moyenne : 15,3

Olfaction accorte : citron, poire, buis (jardin à la française), menthe, poivre. Bouche tendance « 2005 », conséquemment opulente, expansive, miellée. Plus envoûtante mais moins tonique que celle du 2006.

d. Sancerre blanc : Domaine Boulay Monts Damnés 2005 : Décembre 2007 (LG)

DS17 - PC16/16,5 - LG15,5 - MS16,5. Note moyenne : 16,3

Nez très mûr et délicat : fleurs et fruits blancs, réglisse (plutôt qu'anis), fumée, craie. Bouche bien construite, limpide, amicale, avec une finale un brin molletonnée.

 

13. Muscadet de Sèvre-et-Maine : Domaine de l'Ecu "Expression de Granite" 2005

(100% Melon de Bourgogne)

DS16 - PC16 - LG15,5. Note moyenne : 15,8

Robe jaune claire, reflets verts.

Nez « sec », tendu, anisé sur la pomme verte, le menthol, la réglisse ; impression de minéralité par son côté iodé.

Bouche bien sèche, fraîche, étroite, finale tendue. 

 

Rappel : Muscadet de Sèvre et Maine : Domaine de l'Ecu "Granite" 2006 – 06/05/08 (PR)

DS16 - LG15,5 - MS15,5/16 - CD15. Note moyenne : 15,6

Robe paille aux reflets verts.

Pomme verte, anis, amande, pointe balsamique pour un profil odorant certes encore sobre, mais pur.

Bouche nette, tendue, à l’acidité saillante, misant sur sa fraîcheur, son profil assez strict, resserré, qui ne lâche pas grand chose, pour laisser entrevoir un bel avenir...

 

 

14. Patrimonio : Domaine d'E-Croce Yves Leccia 2006

(100% Vermentinu)

DS15,5/16 - PC15,5 - LG14,5/15. Note moyenne : 15,3

Robe jaune claire, reflet vert-gris argenté.

Nez d’amande, nougat, guimauve, calisson ; sudiste, intense.

Bouche gourmande, charnue (poire, pomme verte), du poids et finale minérale. Rétro sur l’amertume du pamplemousse ; vin puissant, envahissant, qui colle un peu sur l’amande douce.

 

Rappels :

a. Patrimonio : Domaine d'E-Croce Yves Leccia 2006

L’après-midi : DS16 - PR15,5 . Note moyenne AM : 15,8

Robe paille claire avec quelques reflets argentés.

Joli nez parfumé : fleurs et fruits blancs, pomme, pamplemousse, anis, fenouil.

Peu apesanti sur son gras, le vin se dévoile en tension, sur une pointe d’amertume, un joli fond minéral. Belle expression sudiste à la longueur appréciable.

Le soir : DS16 - LG15,5 - MS15 . Note moyenne SOIR : 15,5

Notes de fruits blancs, de guimauve, d’amande.

Matière concentrée, minérale, qui exprime toutefois déjà un profil malgré tout guilleret. Un vin sudiste de garde.

b. Patrimonio - Domaine d'E-Croce Yves Leccia 2006 : 18/6/08

DS16 - LG15 - MS13,5. Note moyenne : 14,8

Nez plutôt disert et profond exprimant le muscat, les herbes aromatiques, l’amande, les fleurs blanches, les fruits blancs aussi.

Bouche avec une matière pour le coup conséquente, charnue mais tonique, très jeune dans son apparence. A attendre quelques années car l’expression reste logiquement confinée. Plus de vin ici entends-je dans l’assistance …

c. Patrimonio - Domaine d'E-Croce Yves Leccia 2006 : mai 2008

DS15,5/16 - PC15,5 - LG15 - PR15,5 . Note moyenne : 15,4

Robe bien claire, paille aux reflets vert et gris.

Jolie présence aromatique : fleurs blanches, pamplemousse, pomme, poire, fenouil.

Bouche imposante, par son gras, son volume, sa puissance, sa noble amertume, une pointe saline : du poids, encore une certaine sévérité d’ensemble, mais une belle tenue et un impact certain.

d. Patrimonio - Domaine d'E-Croce Yves Leccia 2006 : 03/2008 (par Philippe Ricard) : 15

Robe paille, claire, avec des reflets gris vert.

Jolie expression aromatique, franche, sudiste : pamplemousse, acacia, gingembre, poivre blanc, anis, fenouil, estragon.

Ample, puissant, mûr, mais toujours frais, avec sa pointe de CO² aérienne et une légère amertume qui évite toute mollesse. Un vin réussi, plein, dans un beau millésime Corse.

e. Patrimonio - Domaine d'E-Croce Yves Leccia 2006 : 05/2007 au domaine (par Philippe Ricard) : 15

Robe toujours aussi claire, paille aux reflets vert.

Nez un peu moins expressif, certes toujours floral (toujours fleurs blanches), mais sur la retenue, la finesse, une tension plus perceptible.

Bouche toujours fraîche, mûre et tendue à la fois, plus minérale, très florale et plantes aromatiques.

Sans être d’une complexité majeure, il ravit par son élégance et sa finesse, ce qui est une réussite pour un vin du sud, ainsi qu’une persistance en fin de bouche.

 

 

 

Dégustation proposée par Didier

 

4ème série en 6 vins

  

 

15. Condrieu : Château Grillet 2006

(100% Viognier)

DS17,5+ - PC18 - LG17+. Note moyenne : 17,6

Robe claire, reflet vert.

Nez de nougat, amande au départ. Puis arrivent de puissants arômes d’orange, abricot.

Bouche avec du poids, prenant toute la largeur de la bouche ; reste fraîche, longue et aromatique, extrait de poire, d’abricot, etc.. La finale est interminable…On notera que les vins de Grillet semblent plus abordables jeunes qu'auparavant.

Rappel :

Château Grillet 2006 : 17/20 – 11/7/09 (LG) - Mariage de Maxime.

Superbe viognier, parfumé mais sans tapage, parfaitement droit. Très Coteaux de Vernon sur ce millésime (avec ce petit air de grappa du viognier).

 

16. Meursault 1er cru "Les Perrières" : Domaine Albert Grivault 2006

(100% Chardonnay)

DS(15,5/16 ?) - PC(?) - LG(14 ). Note moyenne : (14,9?)

Robe jaune clair reflets verts.

Nez de fleurs d’acacia, miel, semble fermé, muet. 2ème nez verveine, anis.

Bouche grasse et muette, pure, cristalline même, peu aromatique. A l’aération, une pointe de beurre frais, de fruits secs. Mais qu’il est long à venir ! Enfin, la minéralité pointe (craie), le poids s’intensifie, il s’installe large et enfin long. Un vin à attendre impérativement.

Le soir, toujours aussi fermé, nez bizarre de carton mouillé. Aspect bien suspect.

 

 

17. Châteauneuf-du-Pape : Château de Beaucastel 2006

(Roussanne 80%, Grenache blanc 15%, autres 5%)

DS15,5/16 - PC15 - LG15,5. Note moyenne : 15,4

Robe jaune intense, plaqué-or.

Nez frétillant de pomme au four, mirabelle, sudiste (très Rhône sud). L’aération confirme par le calisson, le sucre d’orge, la poire pochée au miel.

Bouche grasse mais fruitée et bien équilibrée. Du poids, un peu d’amertume, et finale abricotée. De la concentration, de la finesse, du sérieux.

 

Rappels :

a. Châteauneuf du Pape : Château de Beaucastel 2006  23/06/09 (MF)

DS16,5/17 - LG16,5 - MS17 - MF16,5/17 - EG16. Note moyenne : 16,6

Le bouquet de ce vin est une véritable offrande exhalant des senteurs miellées, de citron confit, de mangue et de fruit de la passion.

Belle bouche dynamique, aromatique (beurre frais, chèvrefeuille, abricot), un brin chaleureuse pour rappeler sa terre de naissance mais non dénuée de finesse. Elle se prolonge élégamment sur de nobles amers évoquant le pamplemousse. Un très beau vin assurément...

b. Châteauneuf du Pape blanc : Château de Beaucastel 2006 - 3/07/08 (LG)

DS15,5 - PC15 - LG14,5 - MS15. Note moyenne : 15

Style affable, parfumé, pointe exotique.

Bouche assez amère, finale gingembre.

c. Châteauneuf-du-Pape blanc - Château de Beaucastel 2006 - 1/4/08 à l’ouverture (par PR)

DS14,5 - PR14 - CD13,5. Note moyenne : 14

Robe jaune plus terne.

Ensemble doucereux, mûr : pomme, poire, amande, nougat.

Matière puissante, un rien langoureuse, manquant d’entrain, à la signature sudiste. Finale sur l’amertume, l’anis, le thym. Un certain fond, mais révélation modeste.

Châteauneuf-du-Pape blanc - Château de Beaucastel 2006 - 1/4/08 après 5h d’aération (par LG)

DS13,5 - LG13,5 - MS13,5/14. Note moyenne : 13,6

Panoplie aromatique spiritueuse : poire très mûre, fleurs capiteuses, gingembre (dont on relèvera principalement le goût).

Bouche (encore ?) peu révélée, replète, avec un taux d’alcool un peu désappointant.

 

 

18. Châteauneuf-du-Pape : Château de Beaucastel 2007

(Grenache 30%/Mourvèdre 30%/Syrah 10%/Muscardin 5%/Vaccarèse 5%/Cinsault 5%/le reste est composé de petites quantités des 7 autres cépages autorisés à Châteauneuf-du-Pape)

DS16,5+ - PC(15)? - LG16,5. Note moyenne : 16

Robe brillante, de moyenne intensité, bords violacés.

Nez sur la corbeille de fruits rouges très frais, qui donne envie de faire de la confiture « multi-fruits-rouges ». A l’aération, herbe séchée, menthol, paille. Puis le fruit reprend le dessus par du noyau, cerise, termine fruit rouge et noir (fraise et mûre).

Bouche sur le fruit rouge concentré, viril, très cerise burlat, massif ! Comme d’habitude, les tannins sont un peu « sauvages» (certainement le mourvèdre) mais gros, gros potentiel. A attendre impérativement. Avons-nous ici le pendant du 89 ?

Le soir, le plus équilibré des 3 Châteauneuf 2007, certainement grâce au mourvèdre qui encaisse mieux la puissance alcoolique.

 

 

19. Châteauneuf-du-Pape : Domaine de Marcoux 2007

(Grenache 90%/Mourvèdre 4%/Syrah 3%)

DS15,5 - PC(14,5)? - LG15. Note moyenne : 15

Robe brillante, moyenne intensité, violine.

Nez de fraise, fruit cuit, fraîcheur moyenne, pointe de surmaturité. 2ème nez paille, herbes séchées, impression de Banyuls, moins explosif et frais que le précédent et surtout le suivant.

Bouche sur la cerise, noyau, avec un petit manque de gras, finale chaude. A l’aération, bouche kirschée, sèche et mentholée. Finale sur la cerise et le noyau.

Le soir, désagréable sensation de chaleur en finale.

 

 

20. Châteauneuf-du-Pape : Domaine Charvin 2007

(85% Grenache + 5% Syrah, 5% Mourvèdre et 5% Vaccarèse)

DS16,5/17 - PC(13,5)? - LG15,5. Note moyenne : 15,2

Robe claire, brillante, violine.

Nez de superbe grenache frais, noyau, groseille. L’aération le rafraîchit encore plus, fraise à la menthe ; il termine de plus en plus hédoniste, panier de fruit de Provence.

Bouche gourmande, juteuse, vivante, énergique. Belle matière fraîche, concentrée et pleine fruit. Très fruits rouges, essence de grenache, pas de sensation d’alcool en finale grâce à un bel équilibre. Quel beau jus de fraise et de groseille.

Le soir, l’alcool est devant et brûle la fin de bouche tel un porto.

 

Cr de Pierre sur sa dégustation il y 4 jours : Jeune d'aspect et de nez, grosse confiture de framboise épicée, pureté de vin de cuve, notes "sèches" et balsamiques de cèdre, de camphre de ciste. Bouche chaleureuse, grain fin, beaux tannins serrés, mais que d'alcool ! Pureté du vin mais caractère très solaire et côté sec, cèdre et résine, comme dans le château des Tours (plus que dans Rayas dont on est ici très loin).  Noté 15,5/16. Remarque ultérieure et générale : le vin dont on vient d'acheter quelques bouteilles est souvent (toujours ?) goûté avec davantage de mansuétude..

 

Cr de Laurent sur sa dégustation du we dernier : très typé (fruité, fleuri, épicé). Très riche mais corseté, fin, avec beaucoup d'alcool (et de moelleux). Ebouriffant. Devrait bien (et longuement) vieillir en s'assagissant (en esprit vintage portugais). 17/20+

 

 

Mini-conclusion sur le millésime 2007 : beaucoup de puissance dans les vins mais peut-être un déséquilibre sur l’alcool.

 

 

Une douceur de fin de soirée…

 

 

21. Sauternes : Château de Fargues 1990 

(80% Sémillon, 20% Sauvignon)

DS17,5/18 - PC17/17,5 - LG17,5. Note moyenne : 17,5

Belle robe brillante et dorée, chatoyante.

Nez intense et profond, qui exhale des notes rôties de figue, de miel et de cire, de tabac blond, d'abricot sec, d’orange amère.

Bouche concentrée, équilibrée et longue pour ce vin frais, sans aucune lourdeur, alliant harmonieusement puissance et finesse (gourmandes saveurs rôties et confites). On y retrouve les notes exprimées au nez, d'orange amère, d'épices, de gingembre, minérales. A l'aération, l'esprit d’Yquem se retrouve par ce fameux nez de noix de Coco.

La robe fait plus vieille que son âge, pas le nez ni la bouche. Vin déjà bien ouvert pour un plaisir hédoniste.

 

Rappel : Château de Fargues 1990 – 14/12/01 (LG)

DS15 - LG14 – PP14,5. Note moyenne : 14,5

Robe dorée, limpide, moyennement intense.

Le nez est particulièrement marqué par des notes de menthol, d'eucalyptus. Quelques notes complémentaires de fruits confits parviennent à peine à se frayer un chemin dans cet ensemble un peu pharmaceutique.

La bouche manque cruellement d'harmonie, avec plusieurs défauts cumulés : amertume, chaleur, lourdeur.

 

 

Résultats

 

 

 

Résultats de la dégustation à l'aveugle selon le barème IVV (Version beta en vue du concours de mai 2010) ainsi que celui du championnat de dégustation à l'aveugle organisé par la RVF

 

 

 

SANS A/M

Pierre

Miguel

Eddy

Jean-Michel

Vincent

Laurent

Hubert

Bernard

Claude

Philippe E

03ème vin

12

18

14

10

7

8

18

7

12

 

04ème vin

23

8

14

15

13

5

10

0

13

 

05ème vin

21

18

8

15

13

0

0

0

0

 

06ème vin

20

0

3

3

13

12

0

0

0

 

07ème vin

20

12

3

11

5

 3  

15

0

0

 

08ème vin

23

18

15

0

14

21

0

0

0

 

Total rouge

119

74

57

54

65

49

43

7

25

 

09ème vin

23

23

20

0

0

0

0

0

3

3

10ème vin

20

23

18

18

13

20

13

18

13

23

11ème vin

18

15

15

21

15

12

0

0

3

3

12ème vin

15

18

18

15

5

8

15

15

0

5

13ème vin

2

23

18

20

0

3

0

3

3

0

14ème vin

18

3

3

0

0

6

0

0

1

1

Total blanc

96

105

92

74

33

49

28

36

23

35

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Résultats

215

179

149

128

98

98

71

43

48

35

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Classement

1er

2éme

3ème

4ème

5ème

5ème

7ème

8ème

9ème

10ème

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

AVEC A/M

Pierre

Miguel

Eddy

Jean-Michel

Vincent

Laurent

Hubert

Bernard

Claude

Philippe E

03ème vin

14

20

14

12

9

10

20

9

14

 

04ème vin

25

10

14

17

15

7

12

0

15

 

05ème vin

23

20

18

17

15

0

0

0

0

 

06ème vin

22

0

3

3

15

14

0

0

0

 

07ème vin

22

14

5

13

5

5

17

0

0

 

08ème vin

25

20

15

0

14

23

0

0

0

 

Total rouge

131

84

69

62

73

59

49

9

29

 

09ème vin

25

25

22

0

0

0

0

0

3

3

10ème vin

22

25

20

20

15

20

15

20

15

25

11ème vin

20

17

17

23

17

14

0

0

3

3

12ème vin

17

20

20

17

5

8

17

17

0

5

13ème vin

2

25

20

22

0

3

0

3

1

0

14ème vin

20

3

3

0

0

6

0

0

1

3

Total blanc

106

115

102

82

37

51

32

40

23

39

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Résultats

237

199

171

144

110

110

81

49

52

39

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Classement

1er

2éme

3ème

4ème

5ème

5ème

7ème

8ème

9ème

10ème

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

RVF

Pierre

Miguel

Eddy

Jean-Michel

Vincent

Laurent

Hubert

Bernard

Claude

Philippe E

03ème vin

10

18

11

15

9

8

15

8

10

 

04ème vin

20

8

12

11

14

7

9

0

10

 

05ème vin

18

16

15

10

10

0

0

0

0

 

06ème vin

17

0

1

1

11

11

0

0

0

 

07ème vin

17

11

6

11

7

6

13

0

0

 

08ème vin

20

13

10

0

12

16

0

0

0

 

Total rouge

102

66

55

48

63

48

37

8

20

 

09ème vin

20

20

17

0

0

0

0

0

1

1

10ème vin

17

20

15

15

12

18

12

15

12

20

11ème vin

15

12

12

18

12

10

0

0

1

1

12ème vin

12

15

15

12

5

6

12

12

0

5

13ème vin

2

20

15

17

0

3

0

1

1

0

14ème vin

15

1

1

0

0

5

0

1

1

1

Total blanc

81

88

75

62

29

42

24

29

16

28

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Résultats

183

154

130

110

92

90

61

37

36

28

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Classement

1er

2éme

3ème

4ème

5ème

6ème

7ème

8ème

9ème

10ème

 

 

 

9

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Vous êtes ici : Accueil Dégustations Eclectiques 2010_02_10 Entraînement RVF Claude