2010_01_27 Entraînement RVF Philippe Ricard

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (2010_01_27_Entrainement_RVF_Philippe_Ricard_photos_1.pdf)Compte rendu pdf avec photos[ ]773 Ko

 

 

 

Club toulousain In Vino Veritas

Entraînement en vue du championnat de France RVF 2010

de dégustation à l’aveugle

Mercredi 27 Janvier 2010

 

 

 

 

 

La dégustation est dirigée et commentée par Philippe Ricard.

 

Quelques commentaires de contexte :

Pression atmosphérique : 1026 hpa – très beau temps – vent nul – 7/8ème de lune descendante – sensations de dégustation : bonnes.

Nombre de dégustateurs : 7

Petite dégustation de révision qui se déroule en 3 parties :

1.   deux vins de l’amitié offerts par Didier.

2.   l’entrainement championnat RVF : vins offerts par Philippe, carafés et présentés à l’aveugle

3.   vins offerts par chaque participant, présentés à l’aveugle pendant une réunion de club.

Les verres utilisés sont les « Expert » de Spiegelau.

DS : Didier Sanchez – PC : Pierre Citerne – LG Laurent Gibet – PR : Philippe Ricard – MS : Miguel Sennoun – MF : Maxime France

 

 

 

 

Ordre de dégustation

 

  

 

Dégustation proposée par Didier : les vins de l’amitié

 

  

 

1. Vouvray demi-sec « Le Clos » : Domaine Vincent Carême  2005 - 13,5°

(100% Chenin)

DS15,5 - PC15 - LG15,5 - PR15 - MS15,5 - MF15,5. Note moyenne : 15,3

Robe paille, reflets dorés.

Derrière quelques notes initiales de réduction (cacahouète pour Pierre), un léger voile soufré, on devine rapidement les arômes vouvrillons de pomme (dominante : verte, cuite...), de poire, une touche d’anis et les classiques impressions de coquille. Style plutôt austère.

Bouche tendre, un peu dodue, assise confortablement sur son sucre résiduel ; plus gourmande que ciselée, relevée en finale par l’empreinte minérale du terroir.

 

 

2. Alsace Grand Cru Sommerberg Riesling VT « D » : Domaine Albert Boxler 2005 12,5°

(100% Riesling)

DS17,5 - PC16,5 - LG16,5 - PR17+ - MS16,5/17 - MF16,5. Note moyenne : 16,8

Robe jaune, reflets or.

Riesling délicieusement parfumé, parfaitement signé par ses arômes terpéniques, le végétal noble, le citron vert, le zeste de pamplemousse, la citronnelle, les fleurs blanches, une pointe pralinée.

Finesse, gourmandise, tension, fermeté, minéralité : un moelleux de grande classe où chaque élément converge vers un point d’équilibre exemplaire.

 

Note de Laurent : le lendemain : sérieux mais reste austère, presque un comble pour une VT !

 

 

 

 

 

 

Bouteilles offertes par Philippe : championnat RVF

 

 

1ère série en 6 rouges

 

 

 

3. Côtes de Duras « La Pie Colette » : Domaine Mouthes le Bihan 2008 - 12°

(100% Merlot)

DS13,5 - PC13 - LG13,5 - PR14 - MS13 - MF13,5. Note moyenne : 13,4

Robe très violine, sombre, mate en son centre. Ultra jeune.

Aspect primeur guilleret (cassis, mûre, prune, myrtille, groseille), mais des arômes végétaux (feuille de tomate) et poivrés beaucoup plus proches du Cabernet (Franc à priori) que du Merlot (pour l’avoir préalablement goutté, je savais que j’allais mettre tout le monde en déroute...). Notes étonnantes de banane et de café évoquées par Pierre.

Vin gouleyant, fruité, sans autre ambition que la spontanéité et la gaité ; on lui pardonne donc sa relative maigreur pour profiter d’un « vin de comptoir » frais (jolie acidité, finale un peu « sauvage », indices Sud-Ouest), à boire à la régalade...

 

 

4. Côtes-du-Rhône : Domaine Jamet 2008 - 12,5°

(100% Syrah)

DS13/12,5 - PC11 - LG14 - PR13 - MS12 - MF13. Note moyenne : 12,6

Robe violine, ni trop sombre, ni trop brillante !

Impressions olfactives de sous-maturité pas très folichonnes (poivre dominant, rafle, herbes aromatiques) auquel s’ajoute quand-même une expression fruitée très juvénile qui signe la Syrah, mais sans enthousiasme (cassis, olive noire).

Matière assez légère, acide, végétale, certes juteuse, mais manquant singulièrement de chair et de maturité. 2008 semble difficile...

 

Note de Didier : au fait, regouté le lendemain et pendant 2 jours : un vin vraiment maigre, très loin du 2007 !!! Maximum 12 !!!

 

 

5. Coteaux du Languedoc « Le Pradel » : Domaine La Terrasse d’Elise 2006 - 14°

(100% Cinsault)

DS14 - PC14 - LG14,5 - PR14,5 - MS14 - MF14. Note moyenne : 14,2

Robe rubis, claire, brillante (se souvenir de l’aspect peu teinturier du Cinsault)...

Partition plutôt élégante, sans tapage, qui fera diverger les pronostics (entre Syrah du Sud et Pinot). On peut y sentir la cerise, la fraise, la violette, le laurier, l’olive noire.

Matière délicate, tanins très discrets (ce qui confirmera l’option Pinot de certains...), tout compte fait assez tendre, mettant le fruit en valeur. Jeune, délié encore un peu monolithique, mais une philosophie de finesse convaincante.

 

 

6. Coteaux du Languedoc : Domaine de Montcalmès 2006 - 14°

(60% Syrah - 20% Grenache - 20% Mourvèdre)

DS(14?) - PC11 - LG(14,5) - PR(14) - MS(14) - MF14. Note moyenne : 13,6

Robe prune, très sombre, brillante.

Senteurs quelque peu « brouillonnes » où le fruit, plutôt typé Syrah (cassis, tapenade, encre, cendre, laurier, violette) reste assez malmené par un boisé presque bordelais (café). Mûr, un peu confit, avec une pointe d’alcool, il aiguille la plupart au Sud.

La bouche est un peu « floue » elle aussi : pleine, dense, mûre (pointe de sucre) mais relativement fraîche, elle ne semble toutefois pas très « posée », évoluant presque sans cesse dans le verre entre maturité, amertume, sauvagerie, boisé, avec un peu moins de finesse tactile que sur le 2005, dégusté régulièrement de façon plus convaincante.

 

Pour information, j’avais bu ce vin avec beaucoup de plaisir en Octobre dernier, chez un caviste qui le proposait en dégustation pendant sa quinzaine de « foire aux vins ».

La bouteille, ouverte depuis 1 semaine (bouchon à vide), s’était apaisée seulement au bout de 4 à 5 jours, d’après le caviste...

Montcalmès fait partie de ces vins qui font parler beaucoup d’eux sur les forums pendant leurs premières années de dégustation, avec des divergences de ressenti quasi permanentes...

 

Note de Laurent : le lendemain, caractère languedocien, avec peut-être un carcan boisé qui le durcit et l'éteint un peu ; 15/20 tout de même pour la finesse, la fraîcheur, le potentiel.

 

Rappels :

a. Coteaux du Languedoc - Domaine de Montcalmès 2006 : 20 Janvier 2010 (Didier)

DS(15) - PC13,5/14 - LG(15) - MS(14) - TL14,5. Note moyenne : 14,5

Robe assez intense, brillante mais matte au centre, légère évolution. Nez de fruits rouges écrasés, poivron rouge, poivre. A l’aération, mentholé, herbes séchées et viande fraîche.

Bouche sur un fruit frais, profond, rond, mentholé, plus de "poids" que les vins précédent. Tannins superbes de finesses, enrobées, gras, juteux, finale fraiche et retro animale.

Le soir, les tannins sont davantage présents devant, faisant perdre de la finesse et du plaisir.

b. Coteaux du Languedoc - Domaine de Montcalmès 2006 : 16/06/09 (EG)

DS16 - LG16 - MS16 - EG16+. Note moyenne : 16

Nez de fruits noirs cuits, amande, cacao.

Bouche gourmande sur l’olive, la garrigue. La matière est expressive et aromatique, d'une belle pureté d'arômes. Un très beau vin actuellement qui peut certainement gagner à être attendu quelque peu.

c. Coteaux du Languedoc - Domaine de Montcalmès 2006 : 16/04/09 (PR : 15,5+, au domaine)

Robe violine, modérément sombre.

Nez encore un peu strict, mais complexe : fleurs, fruits noirs, ronces, épices.

Grosse matière, dense, serrée, mais tenue avec rigueur et fraîcheur. Tactile moins raffiné et aérien que 2005, mais une matière en apparence bien plus mâcheuse, toujours traitée avec harmonie et cohérence. Un vin à oublier quelques années.

 

 

7. Chinon « Vieilles Vignes » : Domaine Philippe Alliet 2006 - 13°

(100% Cabernet Franc)

DS15,5 - PC15,5/16 - LG15,5 - PR15,5 - MS15,5 - MF15,5. Note moyenne : 15,5

Robe très sombre, brillante, prune, reflets violine.

Nez franc, sans cachotteries : végétal (feuille de tomate, poivron, herbe coupée), fruit (cassis), minéral (graphite, camphre), animal (cuir, sueur, pointe de bouillon d’escargot) se livrent dans un style un peu sauvage et « nature ».

Bouche sapide, juteuse, à la fois souple et fraîche, avec des tanins de qualité (trio acidité/minéralité/tanins que certains ont cru voir en Corse ou à Bandol) ; approche moderne nuancée, avec élégance et cohérence, beaucoup de spontanéité.

 

Modération récente dans le style du domaine ?

Ou est-ce propre à cette cuvée, peut-être moins ambitieuse, mais tout compte fait plus proche du point d’équilibre que nous apprécions ?


Regoûté le lendemain avec toujours ce même plaisir, peut-être même encore plus juteux, dans un contexte pourtant... "paysan", puisqu'associé à une soupe de légumes et des morceaux de pain (la vie est dure dans les faubourgs de Castanet...). J'ai compris alors le sens du mot dans la bouche de Didier, tellement l'accord était superbe ! Registre terrien, végétal, fruité, pointe de rusticité de matière, une âme sincère, le vin et la soupe évoquaient plus facilement les repères campagnards qu'aristocratiques... J'ai adoré !

 

 

8. Vin de Pays du Comté Tolosan « Prunelard » : Domaine Carcenac 2008 - 12°

(100% Prunelard)

DS14 - PC15 - LG13,5 - PR14,5 - MS14,5 - MF15. Note moyenne : 14,4

Robe prune, très sombre, très brillante.

Nez plein fruit : cassis, cerise, fraise, framboise, gelée de mûre. Une touche végétale (roncier, menthol), le poivre, pour un apport supplémentaire de fraîcheur.

Matière juteuse (sans trop de rusticité tannique, ce qui n’a pas facilité le pronostic Sud-Ouest), un peu acide, respectueuse du fruit, au caractère presque atlantique, qui séduit par sa sincérité et sa buvabilité.

 

 

 

 

2ème série en 6 blancs

 

 

 

 9. Alsace Sylvaner : Domaine Boxler 2008 - 13°

(100% Sylvaner)

DS15 - PC15 - LG14,5 - PR15+ - MS15 - MF15. Note moyenne : 14,9

Robe paille, lumineuse.

Très jeune, initialement fermentaire (Pierre restera sur cette impression), livrant peu à peu des arômes plus alsaciens et mûrs de citron vert, de zeste, de poire, d’anis, de menthe, avec une pointe de pralin (que je sens assez souvent dans les vins de Boxler...)

J’ai trouvé la bouche très changeante dans ma dégustation... Vin initialement droit, bien sec, sans largeur, simple mais propre (c’est le seul moment où, à la rigueur, on pouvait deviner le Sylvaner, là où d’autres ont pu imaginer un Muscadet...). Puis il gagne en chair, en gras, bien que toujours campé sur une forte acidité et une empreinte minérale qui s’accentue sur la finale, saline et épicée. Cette deuxième impression confirme le pari du Riesling pour certains.

 

 

10. Graves : Clos Floridène 2006 - 12,5°

(55% Sémillon - 44% Sauvignon - 1% Muscadelle)

DS13,5 - PC13,5 - LG12,5 - PR13,5 - MS13 - MF13. Note moyenne : 13,2

Robe jaune, reflets verts et dorés.

Derrière une première impression de légère réduction (bouillon de poule), on retrouve facilement l’expressivité aromatique du Sauvignon boisé avec ses notes de buis, de bourgeon de cassis, d’agrumes, de musc, de grillé, de beurre.

Rondeur affable du Sémillon qui titille la mollesse (côté riche et dodu assez écoeurant pour certains...) ; matière pourtant fine, avec une certaine densité, mais dont la signature aromatique évidente n’a jamais suscité l’enthousiasme chez IVV... 

 

Rappel : Graves - Clos Floridène 2006 : 3 Février 2008 (LG)

A l’ouverture : DS14,5 - CD14,5. Note moyenne : 14,5

Après 5h d’aération : DS15 - LG14,5/15 - MS14 - EG15,5. Note moyenne : 14,8

Bonne intensité colorante sans plus.

Nez peu expressif, marqué par le soufre : ensemble végétal, agrumes, œuf dur.

Bouche assez grasse, plus pleine que celle du 2007 pour une partie (seulement) des dégustateurs. Simple, de longueur raisonnable, elle plonge peut-être un peu plus vite que celle du 2007. 

 

 

11. Chablis : Domaine Pattes Loup (Thomas Pico) 2007 - 12,5°

(100% Chardonnay)

DS15,5 - PC15/15,5 - LG15+ - PR15+ - MS15,5 - MF15,5. Note moyenne : 15,4

Robe paille, très claire, avec de légères traces de vert. A noter un important dépôt tartrique dans la bouteille.

Croûte de fromage, fougère, craie, grillé sobre (aspect légèrement réduit), citron, portrait robot sans surprise d’un chardonnay chablisien. Au passage très élégant, si ce n’est une légère touche de soufre et de crème fraîche moins distinguée (propre à la jeunesse).

Bouche percutante, minérale et acide, avec un poids et une densité étonnantes pour un « Village ». Style fin pour ce joli vin, assez évocateur d’un certain Dauvissat...

 

Le caviste de V Marchand de Vins à Montpellier m’a tout simplement présenté le vigneron comme la grande valeur montante locale...
Malheureusement, peu de vignes et seulement (je crois...) 2 cuvées : ce Village et un 1er Cru Montmains. 

 

 

12. Anjou « Les Rouliers » : Domaine Leroy 2008 - 13°

(100% Chenin)

DS13,5 - PC13 - LG14 - PR14,5 - MS13 - MF13,5. Note moyenne : 13,6

Robe jaune, soupçon d’orangé, reflets dorés.

Déclinaison sur la pomme (pomme fraîche, au four...), avec des notes de poire au sirop (aspect gourmand), mais aussi une pointe de champignon, d’oxydation, voire de bois pour Pierre.

On sent une matière mûre, joufflue, dense, avec toutefois une forte présence acide (pointe de volatile), une finale assez minérale. Toujours ce caractère oxydatif souvent rencontré chez Richard Leroy ; style qui, pour certains, manque un peu de pureté.

 

 

13. Côtes du Jura « En Chalasse Marnes Bleues » : Domaine Ganevat 2007 - 12,5°

(100% Savagnin ouillé)

DS13,5 - PC13,5 - LG14 - PR14 - MS13,5 - MF12,5/13. Note moyenne : 13,5

Robe jaune or.

Richesse aromatique, mais sans trop de raffinement (boisé lactique, traces oxydatives). Notes de pomme, de pêche, de poire, de malt, avec une pointe d’alcool (eau de vie de poire).

Matière certes copieuse, dense, avec du poids, de la longueur, dynamisée par son acidité quasi mordante (la signature jurassienne...), mais desservie par cet aspect boisé lactique peu distingué...

 

 

14. VdP de l’Hérault « La Méjanne » : Domaine du Mas Jullien 2005 - 11°

(Carignan blanc majoritaire - Viognier - Chenin - Manseng)

DS14,5 - PC14 - LG15 - PR14,5 - MS14 - MF14. Note moyenne : 14,3

Robe or d’un très bel éclat.

Senteurs alanguies de marmelade d’orange, de citron confit, de pâte de coing, de mangue, d’ananas, de pomme, un peu à la manière d’un chenin languedocien.

Bouche tendre, mûre, à l’équilibre sudiste, mais un sucre raisonnable (style passerillé) ; sans grand caractère, mais sur une gourmandise appréciable.

 

Note : j’ai été un peu déçu, car gardant en mémoire de bien meilleures dégustations...

 

 

 

 

Vins d’accompagnement de la discussion IVV…

 

 

 

15. Champagne 1er Cru Brut « Les Vignes de Vrigny » : Domaine Egly-Ouriet NM - 12,5 °

(100% Pinot Meunier – dégorgé en Août 2009)

DS14,5 - PC14,5 - LG14 - PR14,5 - MS14,5 - MF14,5. Note moyenne : 14,4

Robe au jaune un peu terne (ou plutôt très légèrement saumoné, ce qui doit être une bonne indication visuelle pour ne pas miser Chardonnay) ; bulles assez fines.

Craie, calcaire, agrumes, amande verte, pointe grillée... tout pourrait laisser penser pourtant au Chardonnay !

Très effervescent, peu causant, acide, strict, voire austère (Laurent y voit la trace amère – peau de pamplemousse – et végétale du Pinot Meunier), avec toutefois quelques indices de cerise, une relative « largeur » que certains attribuent alors au Pinot (mise assez générale sur le Pinot Noir assemblé).

 

 

16. Cidre Brut « Sidre » : Eric Bordelet (2006 sur le bouchon) - 7 °

(100% Pommes des Coteaux du Massif Armoricain)

DS15 - PC pas noté mais très convaincant - LG14,5 - PR16 - MS15 - MF15. Note moyenne : 15,1

Robe or ambré, effervescence faible.

Senteurs patinées de meubles cirés, de vieux Calvados, de fumée, avec un petit « côté » paysan qui plait bien à Didier (aspect un peu rustique mais sincère des pommes macérées...). Très sympa.

Bouche signant une belle maitrise, sans acidité volatile, avec de l’intensité, du caractère, de la complexité. Très joli cidre.

 

 

17. Crozes-Hermitage « La Guiraude » : Domaine Graillot 2004 - 13 °

(100% Syrah)

DS15,5 - PC16 - LG15 - PR15,5 - MS15,5 - MF15,5/16. Note moyenne : 15,5

Robe assez sombre, rubis, reflets prune.

Syrah immanquable : tapenade, cassis, cendre, violette confite, viande fraîche.

Vin dynamique, viril, quelque peu masculin, plein de vitalité, avec un style un rien « rentre dedans » ; ferme, frais, peut-être pas d’une énorme finesse (en tout cas pas autant qu’une Côte-Rôtie), mais très sérieux (certains miseront même Hermitage). Très bon !

 

 

18. Coteaux du Languedoc : Prieuré de St-Jean Bébian 2000 - 14 °

(40-50% Grenache, 30-40% Syrah, 10-20% Mourvèdre)

DS14 - PC15 - LG14 - PR14,5/15 - MS15 - MF14,5. Note moyenne : 14,5

Robe grenat bruni, sombre.

Odeurs « sauvageonnes » de brou de noix, de cuir, de viande quelque peu ranciotée, de fumée, une pointe d’alcool et d’acidité volatile...

Joli relief dans ce vin assez fin, aux tanins polis, résolument sudiste où se mêlent (sans agression mais dans un équilibre intéressant) l’acidité volatile, l’alcool et le sucre.

Mises éparses sur du Cabernet sudiste, Barral ou Châteauneuf-du-Pape.

 

 

19. Chambolle-Musigny : Domaine Arlaud 2006 - 13°

(100% Pinot Noir)

DS14 - PC14/14,5 - LG14 - PR14,5/15 - MS14 - MF14,5/15. Note moyenne : 14,3

Robe assez claire, très brillante, rubis, reflets framboise.

Arômes fruités assez sympathiques, mûrs, quoiqu’un peu impersonnels (aspect lactique) : fraise confiturée, cerise un peu confite, léger grillé.

Jolie matière, ronde, suave, un peu indolente toutefois. Une certaine finesse, la fraîcheur bourguignonne, mais pas vraiment d’éclat.

 

 

20. Vin de Pays de l'Ardèche : Garage d'Eddy Gautier 2007

(100% Syrah)

DS12 - PC(11) - LG(pas noté mais pas convaincant) - PR12 - MS(11) - MF(12). Note moyenne : (11,6?)

Robe très sombre, brillante, prune, reflets violine.

Senteurs très (trop) boisées (coco), crémeuses, lourdes, sur le cassis, l’encre, le poivre, le poivron.

Assez dense, concentré, mais fortement bousculé par l’élevage : redoutablement tannique et sec...

 

Note : Eddy a "oublié" le vin dans la barrique...

 

 

21. Touraine : Domaine Gérard Gallais 1989

(100% Cabernet Franc)

DS14,5 - PC14 - LG14 - PR13,5 - MS14 - MF14,5. Note moyenne : 14,1

Robe assez claire, grenat quelque peu bruni.

Expression assez familière du Cabernet Franc évolué (végétal, herbe coupée, jus d’escargot, cave humide), quoique particulière : serpillère, sensation presque chlorée...

Acide, crayeuse, ferme, austère, sans être la « fête du slip », la matière est certes d’intensité modeste mais fait preuve d’une belle résistance, avec une évolution cohérente.

 

 

22. Montlouis - Domaine inconnu 1976

(100% Chenin)

DS(15,5) - PC(16) - LG15,5 - PR15 - MS15 - MF(16). Note moyenne : 15,5

Robe inhabituelle (fait très évoluée), brun acajou avec des reflets jaunâtres (genre Suze), claire, avec un dépôt généreux.

Nez particulièrement oxydé (comme pour la robe, les indices militent pour un âge bien plus ancien...), sans toutefois se priver d’harmonie, et encore moins d’intérêt : citron, zeste d’orange confite, brou de noix, rancio presque « madérien » (gras de jambon)...

Vin vraiment surprenant, notamment par son expression ranciotée qui colle à merveille avec les lamelles de Pata Negra qu’Eddy nous découpe avec maestria... Gras, fin, sans trop de sucre, ni trop d’alcool (si on considère son caractère de Madère, mais après tout, rien de plus normal pour un Montlouis !), avec une très belle persistance aromatique.

Encore une surprise dont Pierre a le secret...

 

 

 

Résultats

 

 

Résultats de la dégustation à l'aveugle selon le barème du championnat de dégustation à l'aveugle organisé par la RVF

 

 

NOMS

Didier

Pierre

Maxime

Miguel

Laurent

Philippe E

Eddy

03ème vin

5

1

0

1

0

 

0

04ème vin

18

13

17

5

10

 

1

05ème vin

5

8

2

1

0

 

0

06ème vin

15

6

15

9

12

 

0

07ème vin

12

15

1

0

1

 

0

08ème vin

0

3

0

0

0

 

0

Total blanc

55

46

35

16

23

0

1

09ème vin

11

1

0

8

1

0

0

10ème vin

18

6

14

13

13

4

10

11ème vin

14

14

15

12

0

15

1

12ème vin

13

0

9

0

0

0

0

13ème vin

8

9

0

0

1

0

1

14ème vin

5

0

0

2

2

3

0

Total rouge

69

30

38

35

17

22

12

 

 

 

 

 

 

 

 

Résultats

124

76

73

51

40

22

13

 

 

 

 

 

 

 

 

Classement

1er

2ème

3ème

4ème

5ème

6ème

7ème

 

 

 

Commentaires

 

 

Pierre : bravo à Didier pour sa perspicacité et sa régularité ! Malgré la relative modestie du résultat chiffré final, je suis très satisfait de ma dégustation, d'avoir trouvé le savagnin et (presque) le cot à queue rouge !

 

Laurent : encore du mal à distinguer grenache et syrah (Montcalmès)...

Confusion fatale Chablis/Sancerre (cf Lattes pour 2 ou 3 équipes).

Pb aussi avec le chenin de Leroy, et encore une erreur pour moi entre chenin et pinot gris (je joue Chignin-Bergeron - je trouve bcp de ressemblance entre pinot gris alsacien et Roussanne en Chignin Bergeron, avec un côté musqué, très légèrement salin, montagnard)

Pas assez attentif au savagnin : merci à Philippe de nous remettre cette possibilité devant le nez.

Il y avait de beaux pièges : cinsault, sylvaner (très muscadet pour mon palais), prunelart (Grenache Gauby), Pie Colette (Cab Franc, ce qui me fera prendre Alliet pour Tempier), carignan en VT (chenin de Loire) : donc chapeau pour le score de Didier !

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Vous êtes ici : Accueil Dégustations Eclectiques 2010_01_27 Entraînement RVF Philippe Ricard