2002_03_18 Les vignerons d'exceptions

Dégustation d'une selection de vins de vignerons reconnus comme talents dans leurs régions respectives. Le compte rendu sur le lien suivant:

Les vignerons d’exception et leurs appellations”

 

Le 18 mars 2002 Paris, hôtel Castiglione

 

Les commentaires de dégustation sont de Pierre Citerne.

 

Alsace

 

  • Domaine Marcel Deiss

  • Premier Cru Grasberg 2000 :Nez pur et immédiat, agrumes (mandarine), bouche ronde et savoureuse, propre et suffisamment vive, longueur et complexité aromatique modérées. 14,5

  • Grand Cru Mambourg 2000 : Très pénétrant aromatiquement, fumé, beurré, terpénique, épicé ; matière dense, riche, transcendée par une colonne vertébrale acide d’une allonge peu commune.17

  • Grand Cru Schoenenbourg 2000 : Floral (giroflée et oeillet d’inde au nez), matière riche mais pas en place, qui paraît moins cohérente que les deux autres grands crus. (15)

  • Grand Cru Altenberg 2000 : Grande intensité aromatique, pureté, dominante florale (rose), matière très dense, superbe longueur grâce à la droiture de la structure acide. 16,5

 

  • Domaine Zind-Humbrecht

  • Riesling Clos Saint-Urbain Rangen de Thann 2000 :Nez explosif, agrumes et floralité expansive, grande richesse en bouche (plus de 14% d’alcool et 19g de sucre résiduel) ; la matière, d’une générosité et d’une pureté aromatique certaines, semble manquer de vivacité en raison même de ses proportions impressionnantes. 15,5-16

  • Pinot Gris Clos Windsbuhl 2000 :Nez expressif et original, puissant et net, très grillé, fumé (cacahuète grillée), citron confit, beurre…Très belle bouche, riche mais parfaitement droite, paraît plus vive que celle du riesling précédent. 16,5

  • Gewürztraminer VT Goldert 1998 :Olfaction riche, variétale (lychee et pain d’épices), mais nette et bien définie. Bouche très réussie, cohérente, riche en tout (liqueur, allonge, arômes, gras) mais parfaitement équilibrée et sans pesanteur. 16-16,5

 

Bordeaux

 

  • Château La Tour Figeac

  • L’Esquisse de La Tour Figeac 1999 :Epicé et grillé au nez, avec un fruit présent, matière assez soyeuse, équilibrée. 14

  • La Tour Figeac 1999 :Nez plus distingué et intense, floral et épicé, matière cohérente, ronde, joli grain et bel équilibre. 15

 

Bourgogne

 

  • Domaine d’Auvenay

  • Meursault Narvaux 2000 : D’une expressivité et une richesse étonnante, le nez s’exprime avec une grande netteté, à la fois exubérant (miellé, floral) et classique. Très riche, miellé, gourmand en bouche, avec une trame d’une longueur et d’une droiture sans faille. 18

  • Bonnes Mares 2000 :Robe violacée, très jeune mais assez tendre, loin d’être opaque ; expression aromatique racée, spontanée, fruit d’une grande netteté et spontanéité, matière harmonieuse, longue, sapide, la douceur de l’extraction confère au vin beaucoup de naturel et de charme, une personnalité “féminine”. 17

 

  • Domaine Leroy

  • Vosne-Romanée premier cru Les Beaumonts 1988 :Robe assez dense, encore jeune malgré ses reflets tuilés. Nez remarquable de finesse et de richesse, très gibier à plume, fin, expressif, avec un fruit superbement compoté, confit. Bouche pleine, équilibrée, savoureuse, la trame est sérieuse et même un peu dure (l’acidité et les tannins dominent le moelleux du fruit – effet du millésime ?), beaucoup d’allonge. 16,5

  • Clos Vougeot 1989 :Robe plus évoluée, avec des nuances brunes. Nez très sous-bois, tertiaire, mentholé, feuille morte… bien différent du vin précédent. Corps longiligne et expressif, très savoureux, riche gamme aromatique tertiaire (menthe séchée, chocolat, humus) - comme les Beaumonts il manque un peu de moelleux pour que le plaisir soit total. 16

 

  • Domaine Leflaive

  • Puligny-Montrachet 1999 :Un peu court et mince malgré son équilibre, sa droiture et la propreté de ses arômes (qualités communes aux trois vins dégustés). 14,5

  • Puligny-Montrachet premier cru Les Pucelles 1999 :Très raffiné aromatiquement, frais, (pamplemousse, fleur de citronnier), matière longue et droite, réservée. 16,5

  • Bâtard-Montrachet 1999 :Un peu moins expressif aromatiquement que les Pucelles mais tout aussi distingué, plus de longueur en bouche, belle structure, superbe de droiture. 17

 

  • Domaine Pierre Morey

  • Bourgogne aligoté (sur Meursault) 1998 :Nez intéressant, fumé, avec une pointe animale, belle finesse aromatique ; matière dense et cohérente, acidité soutenue. 14-14,5

  • Meursault Tessons 1999 :Nez riche et propre, mandarine, beurre, noisette ; matière longue et pure, sans lourdeur, dans le même style que les vins du domaine Leflaive. 15,5

  • Monthélie 1998 :Joli fruit friand qui semble un peu trop marqué par le bois, matière fluide et acidité marquée. 13-13,5

 

Champagne

 

  • Domaine David Léclapart

  • Cuvée “l’Artiste” (100% chardonnay, 1999) :Riche et net au nez, agrumes, notes beurrées, matière ample et droite, beaucoup de franchise. 15

  • Cuvée “l’Apôtre” (100% chardonnay, 1999) : Même profil aromatique, à la fois riche et net, frais ; la matière est plus dense, les bulles plus fines, plus crémeuses. 16

  • Coteau champenois rouge “l’Eden” 1999 :Un peu mince, mais très beau fruit, très franc avec une longue finale minérale et poivrée, un vin personnel, distingué, qui ne cherche pas à singer les pinots de la Côte d’Or. 14,5

 

  • Domaine Jacques Selosse

  • Brut Initiale (96, 97,98) : Fruit plein de vitalité, densité du corps qui n’est pas écrasé par l’effervescence, propreté et finesse aromatique, un vrai vin avant d’être “du champagne”. 15,5

  • Brut Substance :Même profil aromatique et structurel, avec un peu plus de complexité aromatique, de notes oxydées (fruits secs, cire…), et un toucher encore plus fondu, à la fois crémeux et vif. 16-16,5

  • Brut 1995 (pas encore dégorgé ni dosé) :Très riche aromatiquement, beurré, fruit mûr et expressif ; matière remarquable de densité, la bulle est particulièrement crémeuse. (16,5)

 

Languedoc – Roussillon

 

  • Domaine Beauthorey

Des vins originaux, francs, pas standardisés, d’un caractère aromatique sudiste affirmé (fruit confit, poivre, notes balsamiques de garrigue) ; la pratique de cuvaisons assez longues de raisins non égrappés donne des finales plutôt rêches et rustiques. Cuvée “Ultime” en VDT 2000, d’un fruit friand, grenu (13,5) ; un amusant VDT Aramon 1998, aromatique, framboisé mais fluide et sec en finale (12) ; en Côteaux du Languedoc, trois cuvées assez proches, au fruité franc et direct, avec une finale plus ou moins sèche : Bella Parra 2000 (13), Pleine Lune 1998 (12), Patus 2000 (13)

 

  • Domaine Gauby

  • Blanc Vieilles Vignes 2001 : Dense, frais, encore fermentaire, levuré, remarquablement frais. 15-15,5

  • Rouge Vieilles Vignes 2000 :Très fruité au nez, mentholé aussi , structuré et net en bouche, mais pour l’instant dominé par l’alcool (14,5%). 14

  • La Muntada 2000 :Nez serré, fruit intense, grillé, balsamique, fumé, l’élevage est sensible ; grain très fin, belle acidité intégrée, l’amplitude de la chair reste moyenne malgré la grande concentration, alcool perceptible – vin ambitieux et structuré, sans véritable charme pour l’instant. 15

 

Loire

 

  • Domaine de la Sansonnière

  • Anjou blanc La Lune 2000 :Belle matière, sapide (agrumes), grasse, ample, simple pour l’instant. 14,5

  • Anjou blanc Vieilles Vignes des Blanderies :Nez confit, finement miellé, expressif et personnel. Matière longue à l’acidité élégante équilibrant un léger sucre résiduel, belle finale noisettée et minérale. 15,5

 

  • Clos de la Coulée de Serrant

  • Savennières 1999 :Beaucoup de franchise et de personnalité aromatique, minéral et droit. 15-15,5

  • Coulée de Serrant 1999 :Robe beaucoup plus dorée que la précédente ; nez très riche, expressif, miellé et minéral, pénétrant. Matière très longue, pleine, d’une grande finesse, propre, droite, minéralité affirmée – grand vin. 17+

 

  • Château de Suronde

  • Quarts de Chaume 1999 : Très bonne acidité, matière cohérente, d’une belle pureté aromatique, liqueur présente mais loin d’être écrasante. 15,5

 

Allemagne

 

  • Schlossgut Hohenbeilstein

  • Riesling auslese trocken 2000 : Expressif, aromatique (terpénique), droit en bouche,matière légère. 13-13,5

  • Lemberger QBA “barrique” 1999 : Léger, boisé, végétal mais propre. 11,5-12

  • Spätburgunder auslese trocken “barrique” 1999 : Robe tendre, nez de pinot, variétal, poivré, végétal. Matière légère, assez délicate et persistante mais écrasée par l’alcool (14,5% naturel, vendange mi-Novembre, c’est certainement une performance en Allemagne, mais je vois mal la finalité organoleptique de cette prouesse déséquilibrée). 11,5

  • Muskattrollinger QBA 2000 : Couleur rosée de clairet, nez muscaté, eau de rose, assez frais, matière évanescente mais propre – une boisson certes un peu mièvre mais pas désagréable. 12-13

 

  • Weingut Eymann (Palatinat)

  • Riesling selektion Toreye auslese Gönnenheimer Sonnerberg 1998 :Fruit de la passion au nez, sec en bouche, plein, assez long, sapide, belle acidité. 14,5

  • Chardonnay selektion Toreye auslese Gönnenheimer Sonnerberg 1999 :Nez variétal, expressif et assez racé (noisette, fleurs blanches…Côte de Beaune à l’aveugle ?) ; équilibre inhabituel mais intéressant en bouche, du gras, une belle pureté aromatique, du sucre résiduel (19g/l), une acidité marquée unifie le tout avec bonheur. 14,5 (+?)

  • Spätburgunder Rotwein trocken Gönnenheimer Sonnerberg 1999 : Robe dense, nez très fruité (cassis, myrtille), présence de notes boisées grillées, matière présente, un joli fruit malgré une extraction poussée fautive d’une finale amère. 13

 

  • Weingut Hahnmühle (Nahe)

  • Riesling spätlese trocken “Alisencia” 2001 : Léger et propre. 13

  • Riesling + Traminer trocken Cöllner Rosenberg 2000 : Léger et propre aussi, caractère plus épicé. 13

  • Traminer auslese Cöllner Rosenberg 1999 :Nez aromatique, variétal, lychee, résine, bel équilibre en bouche, frais et sans lourdeur. 14-14,5

  • Riesling auslese Oberndorfer Beutelstein 2001 :Senteur fraîche et nette de poire, frais et délicat en bouche, très gourmand. 15

  • Riesling Eiswein Cöllner Rosenberg 1999 :Nez expressif, terpénique et miellé, en bouche plus de 200g de sucre résiduel, une liqueur parfaitement équilibrée par une acidité cristalline. 16,5

 

  • Weingutt Wittmann

  • Riesling Westhofen trocken 2000 :Pamplemousse rose au nez, très sec et léger en bouche. 13

  • Riesling Morstein 2000 : Moins expressif aromatiquement mais peut-être plus cohérent que le vin précédent. 13

  • Riesling Morstein 1999 :Des notes aromatiques de fruits secs, assez denses par rapport aux précédents. 13,5

  • Riesling Morstein TBA 1999 : Nez rôti, confit, très botrytis (abricot, miel). Très riche en bouche, l’acidité tranchante est salvatrice - superbe équilibre, l’ensemble manque pour l’instant un peu de complexité, de race aromatique. 16,5 vers +

 

Autriche

 

  • Nikolaihof
  • Riesling Federspiel “Vom Stein” 2000 :Propre, léger, sec. 13

  • Riesling Smaragd “Vom Stein” 2000 :Le même en légèrement plus concentré, plus long, appréciable netteté aromatique. 13,5-14

  • Riesling “Steiner Hund” 2000 :Propre, net, vif, plus austère que les précédents. 14

  • Riesling Jungferwein “Im Weinbirge” 1999 :Nez ‘mosellan”, abricoté et terpénique, la bouche aussi, propre, nette, légère, heureux dialogue entre l’acidité et le léger sucre résiduel. 14,5

  • Icewein 1997 :Joli nez expressif : miel, fruits confits, mangue, nèfle ; bouche concentrée, matière parfumée (café, rhubarbe, réglisse) – belle personnalité, sans l’acidité (l’agilité…) des vins allemands. 15,5

 

Espagne

 

  • Alvaro Palacios

  • Priorat Finca Dofi 1999 : Dense, résolument sudiste, grand fruit compoté agrémenté de notes florales et épicées, les tannins fortement extraits manquent un peu de chair pour les enrober. 14-14,5

  • Priorat Finca Dofi 2000 :Couleur encore plus intense, plus de plénitude en bouche aussi, très sérieusement construit mais sans personnalité aromatique particulière. 15

  • Priorat L’Ermita 1998 :Robe très dense sans être noire, nettement plus de personnalité aromatique, large fumet viandé, minéral, sauvage et typé (malgré un élevage perceptible) ; matière riche, longue, tannique, structure sérieuse et serrée comme dans les deux vins précédents, grande densité sans mollesse ni lourdeur. 16,5

 

  • Telmo Rodriguez

  • Ribera del Duero Valderiz 1999 : Plein, sérieux et équilibré, saveur grillée et chocolatée marquée par l’élevage mais sans caricature, le volume et la structure restent modérés. 14

  • Rioja Altos de Lanzaga 1999 :Matière sérieuse, copieusement boisée, tannins remarquablement fins et serrés, beau fruit juteux pas écrasé par le chêne, tension et longueur en finale. 15,5

  • Ribera del Duero Alto Matallana 1999 :Remarquable matière concentrée, serrée, élégante, tannins fins et nets, d’un parfait équilibre ; l’expression aromatique est encore dominée par l’élevage. 16

 

Italie

 

  • Domaine Giacomo Conterno

  • Dolcetto d’Alba Cascina Francia 2000 : Robe violacée très dense, beau fruit rouge au nez, avec des nuances de pivoine et de goudron ; sec, fruité, dense en bouche, typé et cohérent. 14,5

  • Barolo Cascina Francia 1997 :Robe orangée peu dense, reflets ambrés ; grande finesse au nez, gibier à plume, fruits confits, encens, vraiment complexe et élégant. Belle bouche tout en suavité et en finesse, on sent la maturité du millésime - l’expression d’une classe naturelle et éthérée à l’opposée des vins espagnols goûtés juste avant. 16,5

  • Barolo Monfortino 1993 :Nez complexe, automnal : écorce d’orange, quinquina, épices, gibier, feuilles mortes ; bouche austère, longiligne sans être décharnée, longue, élégante, finale sur l’amande amère – vin racé mais sévère, sans le charme du précédent. 15-15,5

 

  • Domaine Massavecchia

  • Bianco “Ariente” (Vermentino) 1999 :Vieil or, nez puissant de garrigue et de lavande, terpénique et empyreumatique, bouche dense, tannique, fougueuse et même un peu brutale (vinifié comme un rouge, élevé en fût de châtaignier). 14

  • Aleatico “Il Matto delle Giuncaie” 1999 : Robe grenat intense, nez pénétrant de vin passerillé, confit, épicé ; très agréable bouche confite, veloutée, un sucre résiduel important équilibré par une vive et opportune acidité. 15,5

 

  • Domaine Radikon

  • Collio Ribolla Gialla 1999 : Vinifié comme un rouge, avec pigeages, dix jours de macération – jaune d’or, aromatique (pomme cuite, safran, menthe), tannique et vif, corpulent. 14,5

  • Collio bianco Oslavje 1999 (pinot gris, chardonnay, sauvignon) : Comme le précédent, concentré, tannique, original. 14

  • Idem sans SO2 : Plus aromatique et expressif, très original, dense, tannique, belle acidité, étonnant. 15

 

  • Domaine Valentini

  • Trebbiano d’Abruzzo 1998 : Robe dense, trouble ; nez puissant, un peu réduit, levuré, anisé, original. Matière dense et longue bien soutenue par l’acidité. 15 vers +

  • Trebbiano d’Abruzzo 1996 :Le nez s’est épuré; anisé, minéral, avec un fond généreux de fruits exotiques ; très belle acidité vertébrant un corps dense et cohérent. 15,5-16

 

Suisse

 

  • Domaine de Beudon :

  • Fendant du Valais 2000 :Gras en bouche, avec une puissante minéralité presque salée, assez neutre aromatiquement, d’une indéniable rectitude. 13,5

  • Riesling-Sylvaner Valais 1999 :Aromatique au nez (rose, ananas), gras, avec la même minéralité “salée”, bonne fraîcheur. 14

  • Gamay “barrique” Valais 2000 :Léger en couleur, en arôme, en corps, l’ajout du bois semble bien superflu. 11

  • Dôle Valais 2000 : Matière légère, goût agréable de cassis avec une jolie note fumée en finale. 13

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Vous êtes ici : Accueil Dégustations Eclectiques 2002_03_18 Les vignerons d'exceptions